Robe de Marié. Pierre Lemaitre

Avec « Robe de marié »Pierre Lemaître nous propose un polar efficace et cruel

Comme beaucoup de lecteurs, j’ai découvert Pierre Lemaitre avec son roman « au revoir là-haut » que j’ai particulièrement apprécié. Cela m’a donné envie de découvrir ses autres romans, et les avis sont dithyrambiques sur ses polars. Alors me voilà lancée, j’ouvre les premières pages de « Robe de marié », et … je ne le lâche plus !

Un petit air de Karine Giebel dans « Juste une ombre » peut-être, pour la partie manipulation d’une jeune femme ? Mais que c’est effrayant et diabolique. Voilà donc une héroïne que tout nous porte à apprécier. Sophie, la trentaine qui se voudrait souriante puisque tout semble lui réussir, mais dont on comprend très vite qu’elle a vécu des évènements tragiques qu’elle aspire à oublier. Quand nous la découvrons, elle est la nurse d’un petit Léo, un boulot très décalé par rapport à ses compétences. Très rapidement vont s’enchainer des aventures noires et sombres. Sophie nous dévoile au fil des pages la succession des évènements qui l’ont entrainée dans une fuite en avant pour éviter le pire et comprendre ce qui lui arrive.

Le roman est structuré en trois parties, inégales en longueur et en intérêt peut-être, mais indispensables à la compréhension de l’engrenage de l’amnésie, puis de la folie meurtrière, supposée ou réelle, de Sophie. C’est un bon thriller psychologique, machiavélique, surprenant dans sa première partie, plus convenue peut être lorsqu’arrive Frantz, quoi que, et enfin totalement inattendu à la fin. Des chapitres relativement courts, une narration efficace et dynamique, une écriture qui tient le lecteur en haleine, et qui le surprend encore dans les dernières pages, j’ai hâte de découvrir les autres romans de Pierre Lemaitre.


Catalogue éditeur

Nul n’est à l’abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence : mille petits signes inquiétants s’accumulent puis tout s’accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n’a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite, elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape… L’ombre de Hitchcock et de Brian de Palma plane sur ce thriller diabolique.

Avec Robe de marié, dont on comprendra le titre dans les dernières pages, Pierre Lemaitre livre un polar parfaitement orchestré où le mal n’épargne personne. Allan Kaval, Marianne.

Une fable cruelle et amorale sur le harcèlement et la vengeance. Philippe Lemaire.

320 pages / Date de parution: 20/01/2010 / Editeur d’origine: Calmann-Lévy

EAN / ISBN: 9782253120605

Publicités

Les luminaires. Eleanor Catton

Découverte d’un auteur et rencontre avec Eleanor Catton à l’ambassade de Nouvvelle Zélande

Les luminaires - Le premier roman d’Eleanor Catton se déroulait  dans le milieu d’un lycée, parlait d’un viol, donc d’une histoire très actuelle. Comme elle l’a évoqué lors de notre rencontre à l’ambassade de Nouvelle Zélande, elle s’est posé la question de ses propres limites en matière d’écriture. Se demandant si les limites de son premier roman étaient ses propres limites, et si oui, le seraient-elles pour toujours ? Son nouveau challenge était de partir loin, dans l’espace et dans le temps, et de parler de la nouvelle Zélande.

Née au Canada, élevée en Nouvelle Zélande, elle en est partie jeune avec le sentiment de ne pas appartenir entièrement à ce pays. C’est alors que s’est posé la question d’en parler, car finalement on voit mieux la culture d’un pays, ainsi que sa propre relation avec ce pays, lorsqu’on l’a quitté. Même s’il est difficile d’écrire sur des paysages que l’on ne connait pas et où l’on n’est jamais allé. Comme elle le dit également, la beauté et le côté sauvage de la terre vous émeut quand vous êtes en randonnée dans ces régions, vous submerge et vous vous sentez tout petit, à la merci de la nature. Là, le glacier fond, faisant ressentir un fort sentiment de perte de ce qui a été et qui ne sera jamais plus, qui disparait. Ce sont des régions propices à une trame de roman de type Frontier où le héros repousse sans cesse ses limites.

Ce n’est pourtant pas ce qu’a voulu écrire Eleonor Catton avec « les luminaires ». Dans ce roman, les lieux existent davantage par l’atmosphère qu’ils dégagent que par leur réalité historique. L’histoire est romancée et imaginaire. L’auteure est allée plusieurs fois sur place. Sa recherche consistait plus dans l’ambiance, humer l’air,  regarder la mer, regarder les montagnes, marcher dans les rues, sentir l’air et l’émotion, que dans une recherche historique et géographique des lieux.

Son roman, Les luminaires, se déroule sur cette côte ouest de Nouvelle Zélande, en 1866, au moment de la ruée vers l’or. Le thème de la ruée vers l’or a déjà été travaillé par d’autres auteurs, en particulier à propos de la Californie, mais il est traité ici de façon novatrice. La ruée vers l’or en Californie a commencé longtemps avant celle de Nouvelle Zélande, les travers et les clichés des bandits hors la loi ne sont plus d’actualité. On est moins dans le domaine du meurtre ordinaire, classique, mais davantage dans le crime des cols blancs, le crime d’extorsion. Les choses étant plus régulées, l’époque est aux manigances, aux fraudes, aux crimes nets. Et s’il est vrai que des personnages très méchants peuvent facilement faire une belle histoire, cela devient plus difficile si les gens sont  normaux. C’est ici un vrai challenge qu’a particulièrement réussi l’auteure. La réalité et le contexte historique sont importants. Mais en fait, comme elle le dit si bien, la vie tient à tellement de choses, de gens, de faits, qui au final sont oubliés de l’histoire, perdus dans le passé, qu’il est facile de créer un nouvel univers sans avoir besoin de parler de la réalité historique.

Je pense en particulier à l’arrivée  des chinois, que l’auteure nous indique avoir fait arriver bien plus tôt que dans la réalité. Mais est-ce réellement important ? De même, comme elle connaissait mal les lois sur la navigation, elle nous avoue également avoir inventé celles qui lui convenaient. Parce que sinon, coller à la réalité l’aurait empêché de dérouler l’intrigue comme elle le souhaitait. C’est donc un mélange d’invention et de fiction plus que de recherche et de réalité historique.

A l’époque des luminaires, le monde est en pleine transformation. Les indigènes sont les premiers prospecteurs de la Nouvelle Zélande. Même si aujourd’hui ces faits sont parfois remis en question et si ce qui était la civilisation des lieux sauvages en 1870 est aujourd’hui considéré comme leur destruction. Les mahorais, premiers occupants, sont les natifs de l’ile, pourtant ils se considèrent aujourd’hui comme des émigrants. Hokitiki est une petite ville. Longtemps creuset multiculturel, riche de ses très nombreux migrants, elle est à présent une ville mono culturelle avec peu d’émigrés.

Dans tout le roman, l’interaction entre les douze principaux personnages est basée sur les astres. C’est effectivement une des recherches faites par l’auteur. Connaître la position des astres au moment de l’histoire, les signes du zodiaque au moment de la ruée vers l’or. Douze jours, douze signes, douze personnages. Pour chaque jour, un plan du ciel, pour savoir quelle est la position des personnages dans le ciel, chacun étant relié à un signe du zodiaque. Eleanor Catton nous dit alors qu’il est Intéressant de remarquer que le centre de la galaxie est entre le signe du scorpion, symbolisant le rêve et la vision, et celui du sagittaire, symbolisant le voyage et l’aventure. C’est donc là que le roman commence, dans cette interprétation « romantique » du ciel.

En parlant de la construction de ses personnages, l’auteure nous explique que si tout avait été programmé d’avance, ce ne serait pas assez « humain ». Les personnages sont donc en partie programmés par leurs signes du zodiaque et leur place dans le ciel, mais ils ont aussi la liberté d’agir puisque ce sont des humains qui peuvent contrôler leur vie. On peut choisir certaines choses, mais pas tout, pas son lieu de naissance, mais ses amis, par exemple. Et quand on sait, on ne peut plus faire comme si on ne savait pas !

Il y a peu de personnages féminins, mais il faut dire qu’à l’époque il y avait environ une femme pour dix hommes. L’auteure souhaitait que ses personnages aient une vraie personnalité. Elles devaient être très fortes pour marquer les esprits. Le zodiaque donne deux beaux personnages féminins, la lune et venus. N’étant pas née dans le siècle dans lequel se déroule le roman, elle déroule forcément  leurs caractères avec sa propre sensibilité et sa vision actuelle de la femme. Pour les prostituées par exemple, l’utilisation classique inhumaine la choque. Souvent dans la fiction victorienne les femmes meurent ou se suicident. L’auteure n’avait pas envie de cela, il lui fallait trouver une autre solution. Même si l’idée d’une femme maitresse de sa vie est terrifiante pour la société de l’époque. Pour un auteur, il est plus difficile de faire des choses qui marchent plutôt que de tout détruire, tout comme il est plus difficile d’être optimiste que pessimiste, la question étant de savoir comment utiliser le système sans arriver au point où tout se brise.

La trame du roman est en douze chapitres dictés par le ciel et le zodiaque, la longueur de chacun étant la moitié du précédent. C’est un carcan fort, mais c’est également une grande liberté. Se limiter ainsi devenait encore plus passionnant et stimulant. L’auteure joue avec cette idée de l’harmonie, tout tourne autour d’un cadre, les personnages sont là, se déplacent en circonvolutions et ne partent pas dans tous les sens.

Toute la première partie de roman est située dans le salon d’hôtel. Là douze hommes se rencontrent en secret, suite à des évènements étranges survenus quelques semaines auparavant : un notable a disparu, une prostituée est en prison, accusée d’avoir tenté de se suicider, et on vient de découvrir un trésor dans le cabanon d’un ivrogne retrouvé mort. Walter Moody vient de débarquer à Hokitika. Arrivé là par hasard, il va troubler de sa présence ce huis clos introductif de quelques 400 pages. Tour à tour les personnages vont donner leur vision du déroulé des jours précédents, vision partielle ou tronquée d’un même évènement, faite de flash-back inattendus, à des époques distinctes, et donnant des points de vue identiques ou contradictoires d’une même situation, ne dévoilant parfois qu’une infime partie de ce qu’ils ont vu. Le lecteur doit bien s’accrocher pour aller au bout de ces pages-là, car il n’est pas aisé de suivre sans perdre le fil. Mais passé ce chapitre, on se laisse emporter par le rythme beaucoup plus soutenu des suivants.

Et en fait plus possible de laisser de côté ce roman surprenant et attachant, jusqu’où vont aller les personnages ? Que vont-ils devenir ?  Quand vont-ils se retrouver ? Un très beau roman, d’une étonnante écriture classique à la structure surprenante, on l’aura compris. Ne le lâchez pas, ne vous laissez pas décourager par les mille pages, vous serez surpris, car elles sont vite dévorées.

Merci à Babelio et aux éditions Buchet-Chastel pour cette rencontre avec Eléanor Catton à l’ambassade de Nouvelle Zélande

ECATTON       dedicace eleanor catton


Catalogue éditeur :  éditions Buchet-Chastel

Les luminaires Eleanor Catton    Traduit par Erika Abrams

Langue d’origine : Anglais (Nouvelle-Zélande)

Man Booker Prize for Fiction 2013

Nouvelle-Zélande, 1866. En pleine ruée vers l’or, l’île voit débarquer sur ses côtes tout ce que la vieille Europe compte d’ambitieux et de désespérés. Parmi eux, Walter Moody, un jeune britannique ruiné bien décidé à trouver fortune accoste au port d’Hokitika, sur la côte Ouest, après un éprouvant voyage. Mais une étrange assemblée l’attend dans le petit hôtel où il a trouvé refuge. Là, dans une atmosphère des plus tendues, douze hommes du cru tiennent une réunion secrète pour tenter d’élucider des faits étranges qui agitent la communauté depuis plusieurs semaines. Un riche notable a disparu, une prostituée a tenté de mettre fin à ses jours, et on a découvert une immense fortune dans la maison d’un pauvre ivrogne, mort lui aussi. Moody succombe bientôt à l’irrésistible attrait du mystère et se retrouve plongé dans un entrelacs d’intrigues et de destins vertigineux.

Formidable restitution des grands romans anglo-saxons du XIXe siècle, Les Luminaires est une narration ambitieuse dont la structure emprunte à l’astrologie pour livrer un inoubliable roman d’amour, une histoire de fantômes, de pouvoirs et d’énigmes insolubles campés dans une Nouvelle-Zélande ou la fièvre de l’or est reine.

ILS EN PARLENT…
  • « Les Luminaires relève de l’exploit. Catton joue habilement des codes du roman du XIXe, et invente par là même une fiction du XXIe siècle, quelque chose de totalement nouveau. Les pages défilent. »Bill Roorbach. The New York Times Book Review.
  • « Le genre de roman qu’on dévore pour mieux découvrir, une fois terminé, qu’on ne pourra jamais trouver quelque chose d’aussi sublime ni d’aussi excitant à lire… Faites-vous une fleur et lisez Les Luminaires. »The Independent.
  • « Irrésistible, magistral, convaincant… Les Luminaires déploie une intrigue captivante et habile jusqu’à son formidable dénouement, un récit dont on pressent dès la première page que son auteure maîtrise parfaitement son parcours narratif et sait où elle veut nous mener… [Catton est] une reine de l’intrigue et du rythme. »The Telegraph.

La maison atlantique. Philippe Besson

couvertureQuand on contemple le tableau de Hopper en couverture de La maison atlantique, le roman de Philippe besson, on a immédiatement envie d’y aller, de plonger dans ce bleu, dans tout le bonheur calme qu’il inspire, de vivre ces moments de sérénité heureuse qu’on imagine.  Oui, mais  très rapidement on sent que ces moments heureux n’existent pas.  Dans la maison atlantique, Il y a le narrateur,  puis sa conquête d’un été, Agathe, puis Jérémie, il y a les voisins, Cécile et Raphaël, acteurs d’un drame dont ils n’ont pas encore conscience et surtout  il y a le père. Si certain personnages  ont un prénom, comme une personnalité bien déterminée  dans le temps et dans l’intrigue, on ne saura jamais ceux du narrateur et de son père.

Le narrateur se présente comme « adolescent et orphelin ». Il est à cette période  trouble de l’adolescence où tout est possible, où il n’y a pas de limite, tout est autorisé. Période surtout où  les sentiments sont exacerbés, il y a peu de retenue, tout est noir ou blanc, rarement gris, on trouve peu d’excuses aux adultes que l’on ne veut pas comprendre et dont on n’accepte ni les failles ni les petites concessions, ni les défaites. Tout ce que veulent les adultes est ennuyeux, surtout en cette période de la vie où s’exacerbe le conflit parents enfants, dans tous les domaines, études, amours, projet de vie, tout peut devenir source d’affrontement.  Au fil des pages, on comprend tout le ressenti de cet adolescent qui n’accepte pas la mort de sa mère, qui rejette d’un bloc ce père absent et égoïste, qui au fond de lui appelle une vengeance pour celle qu’il a aimé, celle qui l’a aimé.

Il évoque presque à  chaque chapitre le drame à venir, on sent sa tristesse qui sourde, mais on a aussi l’impression étrange qu’il se pose en observateur parfois calculateur et manipulateur d’une lente descente vers le drame, vers la mort, vers on ne sait quoi.  On sent au fil des pages la haine qui monte envers ce père à qui tout réussi, les conquêtes, la carrière d’avocat d’affaires, le plaisir de posséder, des biens, des femmes, et d’être quelqu’un, tout le contraire de notre narrateur. Il évoque ces moments où il aurait pu tout arrêter, il analyse parfois l’engrenage des évènements qui vont mener au drame, drame qu’il aide à cristalliser avec une froide maitrise, qu’il pousse à déclencher sans peut être en analyser toute la portée.

L’ écriture est intéressante, des chapitres particulièrement  courts, introduits par une phrase, courte  elle aussi, qui m’a fait penser au cold-opening des séries télé, où l’on en dit un peu mais pas trop sur ce qui va arriver dans le chapitre qui s’ouvre . Si ce n’est pas un coup de foudre, c’est en tout cas un livre que je n’ai plus lâché dès que je l’ai commencé, tant l’envie de comprendre, de savoir et d’aller au bout est là, portée par ces annonces successives d’un drame à venir, drame que l’on n’imagine pourtant pas à la mesure de ce qui nous attend.

Rencontre avec Philippe Besson

PHBESSON1Lors de la rencontre avec  Philippe Besson, il est en pleine promo de son dernier roman, « vivre vite », consacré à James Dean. Il avoue ainsi que c’est un peu déroutant de parler d’un livre sorti un an avant, en parallèle à la promo actuelle. Et en même temps, il trouve cela très agréable car il n’y a pas le stress de la sortie d’un nouveau roman, il a un peu de recul sur le vécu et sur la façon dont on accueille son roman. Quand le livre vient de sortir, c’est comme d’être dans une lessiveuse, on se demande ce que l’on va en dire. Un an après, on est plutôt heureux d’y revenir

Chaque auteur est singulier, pour lui la comparaison avec Simenon en quatrième de couverture de la Maison Atlantique est un peu hasardeuse. Bien sur ce roman baigne dans une atmosphère provinciale inquiétante, mais il estime cette comparaison pas vraiment méritée. Il écrit beaucoup de livres, par désir, par excitation, beaucoup par enthousiasme, envie et ferveur d’écrire mais sans doute avant tout parce qu’il a une imagination fertile. Enfin, il prend beaucoup de plaisir à l’écriture, c’est comme une gourmandise, y compris quand ce qu’il écrit est atroce.Il a toujours envie d’y revenir et avoue « c’est ce qui m’équilibre », c’est un moment joyeux, intense, hors de la vie ordinaire.

PBESSON2Philippe Besson a souvent un coup de blues à la fin, car il est très attaché aux personnages, il a un grand besoin de les aimer, les perdre c’est presque une souffrance. Certains  sont quittés avec plus de regrets que d’autres, d’ailleurs ils l’ont également tellement suivi, ou poursuivi, qu’il les a replacés dans une autre histoire. Mais s’il y a la tristesse à les quitter, la fin d’un livre est aussi un soulagement car l’écriture devient vite une obsession.  Les personnages sont tous fictifs, même s’ils sont parfois inspirés de personnes qu’il a aimées, rencontrées, et il y a en eux aussi peut être une part de l’auteur.

Les romans de Philippe Besson ont souvent une dimension visuelle, cinématographique. L’auteur a un lien très fort avec le cinéma, certains de ses romans sont devenus des films, par exemple « son frère ». Si c’est finalement à la fois un hommage et une trahison, c’est toujours du travail d’un artiste qu’il s’agit.

A un lecteur qui demande d’où vient la dédicace  de La Maison Atlantique, Philippe Besson répond qu’il est un romancier et que ce livre n’est aucunement autobiographie.  Même s’il est écrit à la première personne  du singulier, cette première personne représente le narrateur, pas l’auteur, car lui n’a aucun compte à régler avec son propre père. Le narrateur n’a pas de prénom, il est indistinct, c’est une silhouette, il n’est jamais précisément décrit. C’est pour que le lecteur se projette, soit actif, ait sa place et participe sur un bout du chemin. C’est une sorte de géographie intime que Philippe Besson a avec le lecteur, lecteur qui à son tour peut y mettre sa propre géographie, qui peut éprouver, ressentir le livre. Il est traversé par des émotions, des peurs, des frayeurs, des envies, des remords. Les imprécisions sont voulues, ne pas respecter la vérité permet à chacun de s’y projeter.

Mais en même temps, Philippe Besson glisse dans le roman une part de lui-même, de ses voyages, injecte des sentiments, car il n’est pas possible d’écrire en faisant totalement abstraction de ce que l’on est. Tout au long de sa vie, un romancier vole des choses, des instants, des images aux autres, il entasse une mémoire et puise dans cette manne sentimentale pour écrire ses livres.  Un livre c’est une trajectoire, quand il le commence l’auteur a besoin de savoir ce que sera la fin.

Dans la maison Atlantique, l’âge du narrateur est imprécis, flottant, il n’y a pas de déclencheur ni de notion du temps. En nommant son personnage féminin Cécile, l’auteur rend hommage à  « bonjour tristesse » de Françoise Sagan, qui évoque une fille et des gens très légers, mais qui sont tellement léger qu’ils basculent dans le « monstre ». L’auteur choisi de brouiller les pistes, même si tout est dit dès la première page. Le narrateur arme le bras qui va le venger, comme un engrenage, il appuie sur le bouton, il décide de la fin de l’histoire, pour le reste, il se laisse porter et se sert des événements, c’est un personnage antipathique mais pas seulement. Ni tout noir ni tout blanc, comme le père. Lorsque le père du narrateur va dire à Cécile devant lui « Sa mère », voulant sans doute  mettre de la distance, ces mots-là semblent être le déclencheur de tout ce qui arrive. Comme s’il avait fallu régler les problèmes de l’enfant et de la mère ensemble. En fait il y a tellement de violence dans cette phrase que l’on peut se demander s’il voulait se venger de son père justement à cause de ça, de ce seul moment.  Une relation entre Cécile et le narrateur aurait été beaucoup trop évidente, ce n’est donc pas le parti pris de l’auteur.  Enfin, le caillou dans la chaussure, c’est la relation du narrateur avec Jérémy. Entre le père et le fils, il y a hostilité et pas concurrence amoureuse, la relation est plus sournoise, beaucoup plus fine.

En général, les romans de Philippe Besson font au maximum 220 pages, car il avoue avoir du mal à être plus narratif, plus démonstratif.  Il ressent le besoin d’écrire court, vif, de ne pas s’ennuyer, et le lecteur doit également pouvoir participer.  Le roman est toujours structuré, mais s’y ajoute la part de ce qui échappe, qui s’impose, qui n’est pas totalement maitrisé : la part de ce que l’auteur n’a pas décidé, qui vient et s’impose à lui.

C’est un beau moment passé avec un auteur très agréable, dynamique et sympathique. Une jolie rencontre littéraire

Merci à Babelio et aux éditions 10/18


Catalogue éditeur

Dans le registre implacable de la tragédie, Philippe Besson revisite la règle des trois unités : de lieu, de temps et d’action. Racontant la façon, à la fois désinvolte et rageuse, dont un jeune homme passe imperceptiblement de l’hostilité sourde à la haine pure et dangereuse envers son père, il nous offre un roman tout en nuances et en violence contenue.

« J’ai souvent repensé à la mise en place du piège qui allait se refermer sur nous. À cet étrange ballet à quatre, dans lequel parfois s’immisçait un étranger. À ces va-et-vient d’une maison à l’autre, du jardin à la chambre, de la fraîcheur de la véranda à la chaleur de la plage ; ces déplacements infimes que nous accomplissions et qui tissaient à leur manière une toile ou nous allions nous empêtrer. À cette langueur de juillet, lorsqu’on succombe à la paresse et que le désir s’insinue. À ces abandons progressifs : de la morale, du discernement, du sens commun.
Nous aurions pu facilement tout empêcher mais aucun d’entre nous n’a pris la décision d’arrêter la machine folle. Aucun d’entre nous n’y a songé. »

Philippe Besson, auteur de L’Arrière-saison et de De là, on voit la mer, nous livre un roman tout en nuances et en violence contenue, une tragédie moderne dissimulée sous les apparences d’un innocent marivaudage, le récit d’une vengeance qui doit s’accomplir.

Parution : 9 Janvier 2014 / Format : 130 x 205 mm / Nombre de pages : 234
Prix : 19,00 € / ISBN : 2-260-01915-3

Le grand mort, Tome 1 : Larmes d’abeille. Jean-Blaise Djian

Le Grand Mort

Quand la très cartésienne Pauline part en Bretagne pour réviser tranquillement ses examens, elle ne s’attend certainement pas à tomber sur le très sympathique Erwan et sur les mystères de la Bretagne profonde et ensorceleuse. Et pourtant, de maitre Christo au petit peuple, l’aventure commencée par quelques gouttes de larmes d’abeille semble bien étrange, passionnante et inattendue.
J’ai hâte de lire la suite. Un graphisme qui me plait sans être un coup de foudre, des couleurs qui laissent percer le côté sombre et mystérieux de la région et de l’intrigue. Sous la pluie bretonne partons à l’aventure vers les mondes parallèles

Catalogue éditeur

Après avoir passé un long moment en compagnie de Peter Pan, Régis Loisel tourne la page en nous offrant une nouvelle et magnifique série…
Tout avait été prévu pour que ce soit une semaine studieuse ! Pauvre Pauline ! Elle comptait se mettre au vert pour préparer sa maîtrise de sciences éco… La nuit recouvre la forêt bretonne et la « deuch » vient de tomber en panne d’essence juste devant chez Erwan, à 20 kilomètres de tout village. Erwan est un métis du genre placide. Solitaire, il vit simplement, entouré d’objets étranges. Il propose à Pauline de partager sa soupe et de l’héberger pour la nuit… Contrainte par les circonstances, elle finit par accepter… Tandis qu’elle mange, il parcourt un vieux grimoire traitant du « petit peuple »… Elle ricane de ces sornettes. Elle ignore, alors, que cette rencontre sera pour elle le point de départ vers un autre univers, un autre espace-temps, où toute sa vie et ses principes vont basculer… Les conséquences de cette aventure seront des plus surprenantes pour elle, pour son entourage, voire pour l’humanité…
Régis Loisel s’associe à la plume talentueuse de Vincent Mallié pour mettre en images cette fantastique histoire.

Le grand amant. Dan Simmons

Le Grand Amant de Dan SIMMONS

Le grand amant est un roman, un de plus, qui aborde la période sombre la grande guerre. Pourtant, dès les premières pages, je me suis laissée prendre par l’évocation froide et descriptive de l’horreur, vécue de l’intérieur par le narrateur, un jeune officier poète, James Edwin Rooke.

Comme tant d’autres, sa compagnie est au front où elle subit de terribles pertes. Dans l’enfer des tranchées, des milliers d’hommes vont trouver une mort absurde et inutile. Que ce soit dans un trou d’obus, sous les feux ennemi, percé d’un coup de baïonnette, ou lorsqu’ils montent à l’assaut pour se faire immédiatement massacrer par l’ennemi. Le narrateur décrit ces morts qui restent plusieurs jours entre deux zones de combat, dans l’eau croupie, dévorés par les rats qui s’engraissent de la chair des cadavres. Ces jeunes qui meurent également dans les lieux de replis, infirmeries de fortune dans lesquelles quelques blessés seulement vont s’en sortir.
Il est dans un état de désespérance intense, affrontant l’idée de sa propre mort. Dans ces instants de face à face avec ce grand inconnu, ce grand nulle part que personne ne connait, dont personne n’est revenu, il va avoir à plusieurs reprises l’étrange et merveilleuse vision d’une belle dame blanche, avec qui il communique, échange. Cette vision, comme une respiration, le soutiendra au plus profond de l’horreur.
C’est un court roman fantastique, et cependant un roman étonnant, poignant. Comme un témoignage bouleversant. Il interpelle et il choque par son réalisme, mais il est néanmoins porteur d’espoir. L’écriture est belle, malgré le contexte de l’enfer des tranchées parfois difficile.
Merci à Babelio et aux éditions Actusf

Catalogue éditeur

Le Grand Amant de Dan SIMMONS

« Il est presque temps de parler de la Dame. J’ai hésité à le faire parce que, si quelqu’un trouvait mon journal et le lisait, il penserait que je suis fou. Je ne suis pas fou. »

Juillet 1916, bataille de la Somme. James Edwin Rooke, jeune officier et poète, consigne les horreurs de la guerre dans son journal. Les camarades morts pour gagner quelques centimètres de terrain. Les conditions effroyables dans les tranchées. Les ordres absurdes…

Mais, blessé au fond d’un trou d’obus, il a également aperçu de la beauté sous les formes d’une femme superbe. Un parfum de violette, une robe diaphane, de longs cheveux blonds…

Qui est-elle ? Que fait-elle sur le champ de bataille ?

Serait-ce l’Ange de la Mort, venu le réclamer ?

Dan Simmons est l’une des figures majeures de la littérature américaine. Science-fiction (Hypérion/ Endymion), fantastique (L’Échiquier du mal, Nuit d’été), roman historique (Drood, Terreur) ou encore polar (la trilogie Joe Kurtz), pour ne citer que quelques-unes de ses oeuvres les plus emblématiques, il touche à tout avec une facilité déconcertante et toujours une grande réussite. Le Grand Amant, qui nous plonge dans l’enfer de la Première Guerre mondiale, a reçu le Grand Prix de l’imaginaire.

Couverture : Rodolfo REYES / Traduction : Monique LEBAILLY
Parution : octobre 2014 / Nombre de pages : 192 / ISBN : 978-2-917689-79-0

Jan Karski. Marco Rizzo

Jan KarskiCette BD retrace une partie de la vie de Jan Karski. Elle est surtout largement inspirée de son livre témoignage « Mon témoignage devant le monde – Histoire d’un État secret », paru en 1948. Catholique Polonais, résistant, il fut l’un des tout premier à entrer dans le ghetto de Varsovie, puis dans les camps de concentration, pour porter témoignage d’abord à son propre gouvernement en exil puis au président des Etats Unis.

Prisonnier des soviétiques en 1939, puis remis aux allemands, il réussit à s’évader pour rejoindre la résistance à Varsovie. Passé maitre dans l’art de voyager d’un pays à l’autre sans se faire prendre, il va porter des informations jusqu’en France. Il trouve ce pays terriblement insouciant des malheurs et de l’ampleur des souffrances du peuple Polonais. Arrêté puis torturé, il réussit encore à s’évader et repart en résistance. En 1942, malgré la complexité de ce qu’il va tenter, il va pénétrer dans le ghetto de Varsovie. Là, il va être un témoin sidéré par l’horreur de ce qu’il contemple, sans possibilité d’agir. Il voit dans le ghetto des êtres humains qui n’ont plus rien d’humain. Il y découvre surtout dans des rues sales et nauséabondes des cadavres nus abandonnés, des passants faméliques, la misère, la déchéance. L’image d’un monde qu’il ne peut pas reconnaitre ou accepter comme étant le sien. Sous l’habit d’un gardien ukrainien, il entre également dans un camp de concentration. Il est frappé par l’horreur des camps, par cette terreur indicible qu’il va tenter de porter en témoignage. Dans un récit précis et accablant sur l’extermination des Juifs en Pologne occupée par l’Allemagne, il va tenter de révéler au monde l’intention avouée d’Hitler, celle de la fin annoncée du peuple Juif. Face à ces révélations, l’ampleur de l’horreur est tellement monstrueuse que nul ne peut l’accepter, nul ne peut entendre. Les politiques rencontrés sont conscients qu’il ne ment pas mais que ce témoignage dépasse l’entendement humain. Lui déclarant en particulier : « Jeune homme, je ne vous dis pas que vous êtes un menteur, mais je ne vous crois pas. »La force de cette BD tient dans son graphisme, sombre, tourmenté. Après une première partie relativement colorée et qui montre une époque joyeuse et insouciante, arrive rapidement l’époque obscure. Les visages sont parfois effacés, car seule compte l’idée des Hommes, pas les Hommes eux-mêmes. Les tonalités sont particulièrement sombres, froides, glaciales, les rues et les paysages sont enneigés, ventés, les scènes se déroulent de nuit, témoignant du monde de ténèbres qu’a découvert Jan Karski.
Les pages qui se rapportent à l’horreur dans les camps, montrant profusion de corps, hommes ou femmes, ou des situations que l’œil ne veut pas regarder, les textes de Karski étant reproduits sur le côté, décrivent à leur façon la noirceur de l’âme humaine et de cette période pendant laquelle la vie de certains Hommes valait si peu cher aux yeux de certains. C’est douloureux, difficile, oppressant parfois, mais c’est un témoignage qui questionne et une intéressante façon de présenter le parcours de cet homme exemplaire que je n’aurais sans doute jamais découvert sans cette BD.

Catalogue éditeur

Jan Karski MARCO RIZZO ET LELIO BONACCORSO TRADUCTION DE MARIE GIUDICELLI

« Monsieur, je n’ai pas dit que ce jeune homme mentait. J’ai dit que je suis incapable de le croire. Ce n’est pas la même chose. »

1939. Jan Kozielewski, jeune Polonais de bonne famille, catholique, est happé par la guerre. Sous le nom de Jan Karski, il devient un agent de la résistance.  Sa mission : s’introduire au cœur du ghetto de Varsovie puis dans un camp d’extermination et  transmettre son rapport au Président des États-Unis.

Les auteurs : Marco Rizzo et Lelio Bonaccorso

Journaliste, Marco Rizzo vit en Sicile. Sa passion pour la BD et son intérêt pour la critique sociale convergent dans son œuvre.

Lelio Bonaccorso est dessinateur et enseignant en arts plastiques à Palerme. Il publie régulièrement des illustrations et planches de BD dans la presse.

160 pages Relié / ISBN : 979-10-90090-55-2 / 5 novembre 2014

La princesse des glaces. Léonie Bischoff

Pour qui a déjà lu toute la série des aventures policières d’Erica et de Patrick il n’y a rien ici à découvrir. Mais j’ai trouvé intéressant de me plonger dans cette vision colorée du premier tome. Ici, les couleurs correspondent aux personnages, à leurs caractères, à la progression de l’histoire de chacun par rapport aux autres. De la couleur et de la joie pour les souvenirs de jeunesse, aux couleurs sombres et froides pour les moments plus difficiles, le lecteur va se laisser prendre aux paysages de Fjällbacka.

Tout l’intérêt de cette BD tient il me semble dans sa synthèse du roman, car elle en donne une autre vision sans rien perdre de son intrigue.

Catalogue éditeur
Date de parution : 22/01/2014
Collection : Univers d’auteurs / Serie : Univers d’auteurs
Pages : 128 / Prix : 19,00 €

La première adaptation en bande dessinée de la célèbre série de polars de Camilla Läckberg.

Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard – encore une mise en scène de suicide…
Publié en Suède en 2003 et traduit en français en 2008, La Princesse des glaces est chronologiquement la première des enquêtes d’Erica Falck et de son compagnon le commissaire Patrik Hedström. Six autres romans de la même série ont paru depuis. La série policière la plus attachante du moment, dont Léonie Bischoff et Olivier Bocquet donnent, en bande dessinée, une transposition inspirée.