Deep Winter. Samuel W. Gailey

Parce qu’il n’est pas comme les autres, Danny est leur souffre-douleur. Mais en fait il est né comme les autres, un accident lorsqu’il patinait enfant sur la glace l’a laissé handicapé et a été fatal à ses parents lorsqu’ils ont voulu le sauver. Depuis, dans son village de Wyalusing, il traine son handicap et travaille à la buanderie chez les Bennet. Mais Danny est un peu amoureux de Mindy, la gentille serveuse du fastfood local, qui a grandi avec lui et qui est la seule à lui manifester un intérêt « normal ». Danny lui prépare un cadeau pour son anniversaire, ils sont presque « jumeaux », c’est une date qu’il ne peut oublier.

Il part dans la nuit, mais arrivé au mobile home de Mindy, elle vient d’être assassinée. Là se trouvent Sokowski, adjoint du shérif, également un enfant du village qui a pris Danny comme souffre-douleur, et Carl, son pote des mauvais coups, du trafic de drogue et de soirées alcoolisées.
Et là tout s’emballe, car s’il est évident que le coupable n’est pas Danny, il est aussi évident que s’il l’était, cela arrangerait tout le monde.
La traque au coupable est lancée. S’en suit une course poursuite à rebondissements, dans ces paysages glacés et hostiles, dans ces forêts enneigées, entre des méchants et un gentil, des policiers et des bandits, qui par leur violence et leur stupidité rappellent un peu les scènes du film délivrance, enchainement de violence, coup du sort, fatalité, et mort de quelques innocents pour satisfaire le besoin de puissance et de violence de quelque malades.
C’est sombre et violent, mais bien écrit. La succession de chapitre courts qui parlent chacun d’un personnage en particulier, qui nous permettent de les suivre jusqu’à leur folie, jusqu’à l’absurde, dans ces travers d’une Amérique profonde que personne n’a envie de connaître de près. Alors oui, le méchant est juste un peu trop méchant, le gentil un peu idiot juste un peu trop idiot pour être crédible, mais je me suis malgré tout laissée prendre par cette aventure au creux de l’hiver intense.


Catalogue éditeur

Deep Winter Samuel W. Gailey Traduit par Laura Derajinski

  • ROMAN / NOIRE
  • ISBN 9782351780787 / SODIS 7167508
  • Parution le 28/08/2014  / 320 pages / 23,40 euros

Danny ne sait pas quoi faire du cadavre qu’il vient de découvrir le soir même de son anniversaire. Ce corps, c’est celui de Mindy, sa seule amie dans la petite ville de Wyalusing, en Pennsylvanie. Depuis la tragédie survenue dans son enfance qui l’a laissé orphelin et simple d’esprit, tous les habitants de Wyalusing méprisent Danny, le craignent et l’évitent. Immédiatement, l’adjoint du shérif, un homme violent et corrompu, le désigne comme l’assassin, et tout le monde se plaît à le croire. Mais Danny n’est pas prêt à se soumettre. En quelques heures, l’équilibre précaire qui régnait jusqu’ici chavire.

En capturant vingt-quatre heures d’une des plus noires journées de l’Amérique des laissés-pour-compte, ce premier roman doté d’une puissance d’évocation à couper le souffle expose la violence qui gît sous l’eau qui dort.

DANS LA PRESSE

C’est magnifique : histoire impeccable, écriture splendide, noirceur absolue sur le blanc de la neige, tout ça au service d’un premier roman maîtrisé de bout à bout. C’est grand.

Bernard Poirette, C’EST-À-LIRE, RTL

Avec ce bouleversant premier roman, remarquablement écrit, l’Américain Samuel W. Gailey réussit un vrai coup de maître : signer un furieux thriller, âpre et sanglant, hanté de patibulaires rednecks et de paumés à la dérive, et construire les contours d’un étrange polar gothique.

Philippe Blanchet, LE FIGARO MAGAZINE

LES LIBRAIRES EN PARLENT

Encore une grande découverte signée Gallmeister. Et si Deep Winter ne vous pousse pas à l’insomnie, n’allez pas croire pouvoir dormir tranquille.

Calligrammes – La Rochelle

Samuel W. Gailey signe avec Deep Winter un premier roman rude et flamboyant où sinistres histoires d’amour et alcoolisme font fureur à Wyalusing, sordide ville de Pennsylvanie. Ce qu’il y a d’épatant dans ce texte, c’est ce souffle littéraire effréné dans la construction, de celles qui nous font dévorer un livre de manière obsessionnelle. Des personnages inoubliables dans leur innocence ou leur cruauté, un décor majestueux et la quête d’un amour à jamais perdu.

Les Mots et les Choses – Boulogne-Billancourt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s