Léonora Miano, pour Mahogany March au musée Dapper

Grâce aux éditions Pocket,  j’ai eu le plaisir d’assister à la Soirée d’ouverture de la manifestation Mahogany March au musée Dapper. Pour ouvrir cette quatrième édition, Léonora Miano a lu des extraits de Red in blue trilogie, un ensemble de trois pièces à paraître chez l’Arche Éditeur au printemps 2015.

C’est la quatrième année de Mahogany March, mais c’est aussi la dernière, car Léonora Miano annonce qu’elle souhaite désormais réaliser des rencontres en Afrique. L’auteur a choisi la sobriété des couleurs pour une soirée intimiste autour de la lecture de son œuvre « j’ai choisi un dispositif austère pour que vous compreniez que ce n’est pas fun ». Léonora Miano parle d’une belle voix grave et posée, le cadre est austère, mais le spectateur a réellement envie de l’écouter. Ses lectures sont accompagnées par des musiciens, Majnun et sa musique ouest-africaine et Francis Lassus, accompagnement musical étonnant qui devrait se reproduire lorsque les pièces seront jouées.

Red in blue trilogie « Révélation, Sacrifices et Tombeau »  porte sur la Traite transatlantique et ses suites dans l’Afrique subsaharienne. Mais comme elle le dit, de cette période-là de l’histoire il peut malgré tout sortir quelque chose de beau.  Dans les pièces il y a beaucoup de dialogues et pour cette lecture, long monologue, l’auteur a pris le parti d’en modifier certains. Elle s’éloigne des sentiers battus pour arpenter des zones inexplorées de la mémoire transatlantique, sans pour autant trancher, pour que le lecteur soit lui-même à la fois spectateur et acteur.

Dans Révélation, les âmes à naitre refusent de se projeter dans les corps, bientôt, les nouveaux nés n’auront plus d’âme.  Les âmes à naitre ont fait savoir le motif de leur grève, ils veulent entendre les fournisseurs d’esclaves.

« Les rêves des humains ne sont pas assez grands, les esprits ne voyagent pas assez loin ».

Sacrifice parle d’une terre où faire croitre les rêves. Mais parle aussi de fugue, de marronnage, de King Marron qui dit « notre royaume est une nation de pouilleux »  qui vivent dans la montagne, dans la privation.

Dans Tombeau, il n’y a qu’un seul personnage. Un afro-descendant veut être enterré dans sa terre d’origine, un test ADN a indiqué de quelle tribu il est le descendant. Nous entendons la voix et les mots du mort. L’auteur interroge sur la notion d’appartenance, le Test ADN « africain ancestry » sert à déterminer l’origine tribale exacte des ancêtres, mais alors, cette origine est-elle seulement génétique ? Comment les subsahariens d’aujourd’hui peuvent-ils recevoir les afro-descendants à la recherche de leurs origines ?

« Dans une espace invisible entre deux mondes, je vis encore »

« Il faut écouter avec amour, mais qu’on ne se méprenne pas, c’est d’amour propre qu’il s’agit »

D’une voix grave à la suavité rauque, Léonora Miano psalmodie ses belles phrases aux intonations parfois terribles de souffrance, de mort, rythmées par les instruments et les voix étranges des deux musiciens qui l’accompagne. C’est une soirée étonnante et qui interroge, qui m’a donné envie d’en savoir plus et de lire Léonora Miano.


LA SAISON DE L'OMBRE - Léonora MIANOhttp://www.dapper.fr/index.php

Son livre « la saison de l’ombre » est désormais sur ma pile à lire.

Révélation

Révélation invite le lecteur dans un espace mythologique, un lieu habité par des divinités et des esprits. Mayibuye, figure des âmes à naître dans le Pays premier, refuse désormais de s’y incarner. Sur la terre où naquit l’humanité, les nouveaux-nés voient le jour privés d’âme. L’équilibre de l’univers est troublé. Après un échange avec Ubuntu, esprit des disparus sans sépulture de la Traite transatlantique, Mayibuye exige d’entendre la confession des fournisseurs de captifs. Rois et notables sont ainsi conviés à révéler les mobiles de leur crime. Inyi, divinité féminine, porteuse des âmes à naître, sera secondée par Kalunga, divinité gardienne des passages entre les mondes, pour lever le silence de dix siècles imposé aux damnés. Pour la première fois, leur parole sera entendue.

Sacrifices

Sacrifices se déroule sur une île que l’on peut penser caribéenne. Lorsque la pièce commence, Dor, chef marron connu sous le nom de King Maroon, s’est éloigné des siens qui célèbrent une victoire de plus sur les armées du gouverneur. Le chef des Marrons reçoit un visiteur inhabituel, Sir Charles, venu lui proposer un accord de paix. De part et d’autre, on est las de ces batailles qui durent depuis des années. De part et d’autre, on a bien des raisons de souhaiter l’accalmie. Le prix, cependant, en est élevé, pour la communauté des Marrons : ils devront accepter de ne plus accueillir de fugitifs. Tous souscriront-ils à ce sacrifice ? Une longue nuit attend les résistants à l’esclavage.

Tombeau

Le décor de Tombeau est contemporain. Dans un pays d’Afrique subsaharienne, Jedidiah, une Afrodescendante, vient de perdre son frère aîné, décédé au cours de ce premier séjour sur la terre ancestrale. Munie des résultats du test ADN qui confirme leur appartenance à l’une des communautés du pays, elle demande qu’il y soit enseveli comme il le désirait. Que doivent les Subsahariens d’aujourd’hui aux descendants des déportés du trafic humain transatlantique ? L’identité et l’appartenance à un groupe sont-elles affaire de génétique ? Existe-t-il un espace où les fragilités des uns et des autres pourraient se rencontrer afin d’inventer une relation qui ne s’inscrive pas uniquement dans un passé douloureux ?

Publicités

Une réflexion sur “Léonora Miano, pour Mahogany March au musée Dapper

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s