Un faux pas dans la vie d’Emma Picard. Mathieu Belezi

Emma Picard, veuve courageuse est arrivée en Algérie, terre promise aux colons, en 1860. Dans la nuit noire, portée par le souffle brulant du sirocco, elle se souvient. Ses mots sont comme le vent, incessants, entêtants, brulants, elle égrène ses souvenirs, parle à son fils Léon, le dernier de ses quatre enfants encore vivant.
Emma Picard se souvient, l’instant fatal où elle a cru ce fonctionnaire moustachu tranquillement installé derrière son bureau, qui lui a garanti vingt hectares de terre et une vie meilleure. Loin de son pays, loin de la misère, là où tout est possible sur ces terres en friche. Dans la petite ville de Mercier, comme dans d’autres régions d’Algérie, les colons se succèdent pour essayer en vain de faire fructifier ces terres arides.
Emma Picard se souvient, la chaleur écrasante d’un été sans eau, le dur chemin jusqu’à la source pour puiser à peine de quoi survivre, les récolte et les bêtes brulées par la chaleur torride, la neige et l’hiver qui glacent les os, encore pire que l’hiver de France, le printemps et les nuages de sauterelles qui anéantissent toutes les cultures, tous leurs efforts, le tremblement de terre qui détruit une partie de la ville.
Emma Picard se souvient, les rares éclats de rire de ses enfants, les bonheurs fugaces qui font croire qu’on peut y arriver, l’éveil de sa peau de femme encore jeune, sous les caresses de Jules, le révolutionnaire. Elle se souvient du bonheur de voir pousser les cultures, de l’enfant fiévreux qui guérit, de l’aubergiste qui sourit.
Ce roman poignant, intense, montre la vie terrible des colons mais également celle des autochtones qui habitent les gourbis, dans les montagnes, et vivent les mêmes misères. Il décrit aussi l’entêtement de cette femme tellement mal préparée à vivre dans ce pays qui lui échappe et qui ne saura pas quitter à temps ces terres arides si peu faites pour les pauvres.
Comme une litanie, le récit alterne entre le monologue au présent avec Léon, et les souvenirs douloureux de cette vie algérienne. D’une traite, sans chapitre et sans paragraphe, avec peu de ponctuation, peu de majuscules et de points, pour mieux souligner le côté lancinant, ininterrompu, du malheur, comme un souffle gigantesque qui porte Emma vers ses derniers instants. Inspiré du récit « Au soleil » De Maupassant et de la situation dramatique vécue par les colons en Algérie entre 1866 et 1868, ce faux pas dans la vie d’Emma Picard est un beau récit tragique et bouleversant.
Sélection du prix Orange du livre 2015

Catalogue éditeur
éditeur : Flammarion / Thème : Littérature française /Collection : Littérature française
Parution : 07/01/2015 /Format : 13.5×20.9×1.6 cm /Prix : 18,00 € /EAN : 9782081293656
Publicités

Une réflexion sur “Un faux pas dans la vie d’Emma Picard. Mathieu Belezi

  1. Vegnaduzzo juin 10, 2015 / 18:50

    Très beau livre histoire poignante cette femme m’a touché avec son histoire ca donne envie de lire pour savoir la suite

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s