La perle et la coquille. Nadia Hashimirijksmuseum amsterdam

Un livre sur le courage et sur la force, sur les femmes et la liberté…

Couverture La Perle et la Coquille

Recommandé par Khaled Hosseini dont j’aime énormément les romans, La perle et la coquille de Nadia Hashimi évoque la condition des femmes et le poids terrible des traditions en Afghanistan.

En 2007, les talibans ont perdu le pouvoir, les années noires s’éloignent mais restent toujours aussi  prégnantes dans la population, en particulier dans les villages. Les maitres de guerre règnent en despotes, les coutumes imposent leur loi. La religion pèse de tout son poids dans la vie quotidienne et les femmes et les filles en sont les premières victimes.

Dans la famille de Rahima, pas de frère, ni la mère ni les filles ne peuvent quitter la maison seules et le père, faible et opiomane, ne leur est d’aucun secours. Même le chemin de l’école est semé d’embuches. Les garçons sont dans les rues et un simple regard suffit à compromettre à jamais une fille qui risque alors le pire, le fouet, voire la mort. Les femmes sont cloitrées à la maison, sans frère, les filles doivent abandonner l’école, au grand dam de leur tante qui s’insurge mais ne peut rien pour les aider.

Un seul moyen d’en échapper, la tradition des bacha posh, qui veut qu’une des filles de la famille soit transformée en garçon tant qu’elle est assez jeune pour que personne n’y trouve à redire. Une bacha posh peut aider la famille, sortir dans la rue, aller à l’école, faire des courses d’égal à égal avec le boutiquier. C’est ce que va faire Rahima, tout comme l’avait fait, un siècle avant, une de ses ancêtres, Shekiba, dont sa tante lui conte la vie et les vicissitudes.

Où l’on comprend qu’une mère n’a rien à dire, les filles sont la propriété exclusive de leur père, qui les marie quand il le décide et à qui lui sied. Où l’on comprend la liberté que représentent l’école, le droit de s’habiller comme on le souhaite, de s’assoir par terre jambes croisées, la possibilité de jouer, de courir, de sortir et de marcher seule dans la rue, de parler avec les garçons, sans avoir la crainte de risquer la mort pour l’avoir fait. L’auteur évoque les règles patriarcales, qui autorisent tout, le mariage d’une enfant et les risques d’enfanter trop jeune, le viol, les femmes transformées en esclaves par leur belle-famille et dont la vie ne vaut pas bien cher au moment de choisir une nouvelle épouse, l’immolation par le feu, la lapidation, scènes difficiles mais réalistes. Pourtant on est loin de la désespérance d’un roman comme Syngé Sabor d’Atiq Rahimi, ici l’espoir affleure à la lisière de la vie.

C’est un très beau livre sur le courage et sur la force, sur les femmes et la liberté, dans un pays où chaque jour elles en sont privées et doivent lutter pour exister. A une époque où chacun pense que tout est gagné d’avance, les libertés ne sont pas toujours acquises, preuve s’il en est avec le port du tchador du temps de Shekiba et aujourd’hui. Il y a un côté triste et fataliste dans ce roman, et pourtant c’est aussi un chant d’espérance, celui de ces femmes qui luttent et ne cèdent pas, mues par leur soif de vie et de liberté.  L’écriture est fluide et très agréable, je n’ai pas eu envie de quitter Rahima et Sheliba, avant de connaître la fin de leur histoire.

Merci à Babelio et aux éditions Milady

perles et
© DCL-DS2015

Bacha posh (« habillée comme un garçon » dans la langue dari) est une pratique culturelle dans certaines parties de l’Afghanistan et du Pakistan où des familles qui n’ont pas eu de fils font le choix d’élever leur fille comme un garçon. Cela permet à l’enfant d’avoir plus de libertés: aller à l’école, accompagner ses sœurs en public, travailler. La famille surmonte ainsi la honte à laquelle elle aurait fait face pour ne pas avoir eu de fils. (Wikipédia)


Catalogue éditeur

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses sœurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d’une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Photo : © Massoud Hossaini / Traducteur : Emmanuelle GHEZ

Date de parution : 19/06/2015 / ISBN : 9782811214562 / Prix : 18.20 € / Nombre de pages : 432

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s