La saison de l’ombre. Léonora Miano.

Il y a quelques mois, j’ai eu le plaisir d’assister à une lecture par Léonora Miano de ses prochains livres (parus depuis) au musée Dapper, occasion pour moi de découvrir cette auteure et d’acheter « la saison de l’ombre » que je viens de terminer.

Me voilà donc plongée dans la saison de l’ombre, celle où les femmes dont « les fils n’ont pas été retrouvés » sont mises à l’écart dans une case loin du village. Car devant l’incompréhension des hommes il faut bien des coupables et bien évidement celles-ci sont toutes désignées. Mais c’est sans compter sur la force de certaines d’entre-elles, ces femmes qui veulent comprendre, découvrir, savoir où sont passés les douze hommes qui n’ont pas été retrouvés à la suite du grand incendie qui a ravagé une partie du village.

Léonora Miano nous embarque au loin, dans les croyances et l’ignorance, dans les habitudes et les coutumes, dans le mysticisme animiste, aux côtés des hommes médecine ou des chefs de tribus. Elle situe son histoire dans l’époque et les lieux de la traite subsaharienne et de l’esclavage, vus pour une fois non pas au travers de nos regards d’européens, mais bien de l’intérieur par les peuples africains qui les ont vécus au plus intime, en étant soit les complices des étrangers aux pieds de poule, soit leurs victimes. Mais tous sont toujours finalement victimes de la cupidité, de l’inhumanité, de l’ombre qui apparait en cette saison et qui s’est avérée si sombre pour tant d’hommes et de femmes. Et chacun peut ici s’identifier à tout ou partie de ces vies, de ces émotions, de ces aventures humaines terribles qui font que la vie de chaque individu constitue au final l’histoire profonde d’un pays ou d’un continent.

C’est un très beau livre très bien écrit, mais qui est un peu ardu à suivre. Je me suis longuement perdue dans ce texte, en particulier du fait de ces prénoms aux consonances tellement similaires, les hommes sont Mukano, Mutango, ou Mukimbo, les femmes Eyabe, Ebeise, Ekesi, j’ai donc relu plusieurs fois quelques paragraphes pour comprendre et c’est dommage car cela nuit à la fluidité de l’histoire et au rythme de la lecture. Je me suis interrompue souvent mais j’ai finalement terminé le roman et apprécié l’écriture et le rythme de l’intrigue et surtout la force de ces femmes qui doivent lutter pour affirmer leurs droits, leur place dans leurs tribus, et leur liberté d’exister.


Catalogue éditeur

Au cœur de la brousse subsaharienne, un grand incendie a ravagé les cases du clan Mulongo. Depuis lors, douze hommes manquent à l’appel – les fils aînés pour la plupart. Pendant que les mères cherchent en songe les réponses à leur chagrin, le Conseil interroge les ancêtres, scrute les mystères de l’ombre : que signifie cette disparition ? Pour le salut de la communauté, le chef Mukano et quelques autres décident de partir à leur recherche en territoire bwele, leurs voisins. Peu d’entre eux atteindront l’océan – par ou les « hommes aux pieds de poules » emportent leurs enfants…

« La voix de Léonora Miano, l’une des plus fortes de sa génération, devrait résonner de Paris à Douala – et voyager bien au-delà. »Catherine Simon –Le Monde

Cet ouvrage a reçu le Prix Femina et le Grand prix du roman métis

Titre Original LA SAISON DE L’OMBRE Pocket jeunesse
Date de parution 5 Février 2015 / Collection(s)  Romans français / Nombre de pages 256 p.Format 108 x 177 mm / EAN 9782266248778

http://www.leonoramiano.com/?page=la-saison-de-l-ombre&

Publicités

Tristesse de la terre ; une histoire de Buffalo Bill Cody. Eric Vuillard.

indiens2
Au MET, New York © DCL-DS2015

Un tour chez les indiens avec buffalo Bill ?

Lorsque j’ai arpenté les salles du MET, le Metropolitan Muséeum de New York il y a quelques jours, les superbes bronzes d’indiens exposés dans The American Wing, la partie dédiée aux Etats Unis, m’ont donné envie de vous parler de ce livre découvert en 2014.

indiens1
Au MET, New York © DCL-DS2015

Eric Vuillard décrit l’épopée de Buffalo Bill Cody, son spectacle, le Wild West Show, et la façon dont il s’est organisé au fil du temps, agrégeant quelques numéros pour en faire un show gigantesque. C’était un précurseur dans ce domaine, comme l’ont été après lui ces grands cirques qui ont parcouru les Etats Unis d’Est en Ouest au début du siècle dernier. Utilisant toutes les ficelles à sa portée, quel qu’en soit le prix, il réussira à faire vibrer les milliers de spectateurs ébahis par cette transcription d’une ruée vers l’ouest tout à l’avantage de valeureux combattants, contre ces sauvages indiens. Ou comment organiser une vision d’un monde telle qu’on souhaite la voir se perpétuer auprès des foules admiratives. Tout est bon à prendre, la glorieuse entrée en scène de Buffalo Bill, la parade du grand chef indien, Sitting Bull, sifflé par la foule des spectateurs, lui le vainqueur de Little Big Horn, les pauvres indiens qui rejouent une version édulcorée de la bataille de Wounder Knee, ce simulacre d’une bataille glorieuse pour le plaisir des spectateurs, pour la gloire de l’Amérique naissante.
En lisant ce court livre, je n’ai pu m’empêcher de penser au livre de Didier Daeninckx, Cannibale. Même utilisation des « sauvages » pour en faire un show à l’image de ce que cherche le gentil homme blanc civilisé. Bien sûr il est facile de le traduire ainsi aujourd’hui, il faudrait sans doute se replacer dans le contexte pour trouver ce comportement un peu moins cynique, ou pas….
Dans tous les cas, c’est un livre très intéressant, une écriture superbe, vive, rythmée, ponctuée de photos de l’époque, le tout emporte et interroge le lecteur.


Catalogue éditeur

Tristesse de la terreActes Sud Un endroit où aller

Août, 2014 / 10,0 x 19,0 /176 pages

ISBN 978-2-330-03599-0

prix indicatif : 18, 00€

Incision. Marc Raabe.

Incision de Marc RaabePlongez dans l’univers glauque de Gabriel et vous ne serez pas déçus. A onze ans, après avoir assisté à une scène particulièrement difficile, Gabriel sauve son petit frère David des flammes qui dévastent la maison familiale. Leurs parents décèdent dans l’incendie, Gabriel et son frère sont séparés par la vie et les circonstances. A quarante ans passés, Gabriel  travaille pour Youri, son tuteur, propriétaire de Phyton, une société de surveillance. Il vient d’entamer une relation avec Liz Anders, une jeune et jolie journaliste. Quand Liz est enlevée et disparait, l’univers de Gabriel, à l’équilibre déjà bien instable, s’écroule. La course contre la montre peut commencer, rythmée de façon efficace par un agenda qui s’égrène au fil des chapitres.

L’intrigue est prenante, la tension monte et les différents personnages apportent à tour de rôle leur vision des événements, mettant à jour peu à peu un passé sordide, violent, qui les poursuit jusque dans leur présent. Les traitements hors du temps des maladies mentales, les troubles psychiques,  l’amnésie, les chocs post traumatiques,  l’incompréhension de certaines pathologies par les spécialistes  et leurs effets dans la vie des malades, mais aussi les angoisses, les douleurs, les peurs, sont particulièrement bien traités.

Gabriel est un personnage ambigu au départ, on est peu enclin à l’apprécier, puis les sentiments du lecteur évoluent avec la compréhension de ses craintes, de ses peurs, de ses désirs de s’en sortir. C’est prenant et haletant, je n’ai pas eu envie de lâcher cette intrigue dans un pays que je connais mal mais qui est bien décrit. Un premier roman à l’intrigue aboutie et des personnages singuliers vous feront passer un excellent moment de lecture.

Roman lu dans le cadre du jury de l’édition 2015 du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points


Catalogue éditeur

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014Traduit de l’allemand par Georges Sturm / Policiers, thrillers & romans noirs

L’un a tout oublié pour survivre. 

L’autre tue pour se souvenir.

Gabriel a onze ans. Il est pieds nus en haut de l’escalier de la cave. Bien qu’il porte le pyjama de son héros Luke Skywalker, il a peur. Personne n’a le droit d’entrer dans le labo photo de son père. Personne. Mais l’imposante porte métallique, habituellement cadenassée, est ouverte…

Trente ans plus tard, Gabriel est adulte. Il a effacé cette nuit tragique de sa mémoire. S’il veut retrouver sa compagne disparue, il va devoir se souvenir. Et vite.

« Un thriller cauchemardesque. » Der Spiegel

Le cercle Points - Créateurs de lecteurs8,1€ /528 pages  / Paru le 08/01/2015 / EAN : 9782757849026

Le voyage dans le passé. Stefan Sweig.

https://i1.wp.com/static1.lecteurs.com/files/books-covers/212/9782246748212_1_75.jpgDepuis que j’ai découvert les nouvelles de Stefan Sweig, je ne peux pas résister et j’achète dès que j’en trouve une, y compris pour celle-ci trouvée dans un vide grenier, rencontre propice à un échange sympathique avec une charmante vendeuse. Bon là c’est sur le livre est un peu épais comparé au texte qui s’y trouve, à peine 90 pages dans un joli format.

Nous assistons donc aux amours contrariées par la vie, par l’éloignement et par la guerre, d’une femme mariée et d’un jeune homme qui doit choisir entre vivre un amour secret près de celle qu’il aime ou partir pour réaliser ses ambitions et réussir  sa carrière, puis neuf ans plus tard, à leurs retrouvailles. Mais que deviennent des sentiments exacerbés par l’absence et l’éloignement, quand chacun a poursuivi son chemin, quand le silence et la distance sont synonymes d’oubli et de souvenirs.

Quelle réussite, comme toujours l’auteur sait dépeindre à merveille les sentiments humains, amour, amitié, ambition, envie de réussir sa vie, tout est abordé en peu de lignes et peu de mots, dans un style concis et précis.

Stefan Sweig a l’art de faire passer tous ces sentiments confus et complexes, toutes ces impressions, ces mots que l’on dit et que l’on regrette aussitôt, les regrets et les désirs, les envies et les hésitations, tout y est. On suit les personnages et on vit avec eux la complexité des sentiments, faire revivre le passé ou ne pas y revenir, garer le souvenir ou tout recommencer, rien n’est simple et tout est suggéré dans ces quelques lignes.


Catalogue éditeur  Éditions Grasset

C’est l’histoire d’un amour contrarié par les circonstances de la vie : un jeune homme pauvre tombe amoureux de la femme de son riche employeur, qui est également son bienfaiteur. Elle l’aime aussi. Il est envoyé pour plusieurs années en Amérique Latine pour une mission de confiance ; elle lui promet de se donner à lui quand il reviendra. Mais ce retour ne cessera d’être différé : la guerre de 1914-18 éclate, empêchant toute traversée de l’Atlantique pour les ressortissants des pays ennemis de l’Angleterre ; le jeune homme finit par se marier et fonder une famille. Les retrouvailles n’ont finalement lieu que neuf ans plus tard et elles ont un goût amer. Le lecteur est pris par cette histoire d’amour impossible, émouvante, qui rappelle par bien des aspects la fin de L’Education sentimentale. Une belle réflexion sur l’usure des sentiments et l’impossibilité de faire revivre le passé.

Parution : 29/10/2008 / Pages : 180 / Format : 118 x 175 mm / Prix : 11.20 €
EAN : 9782246748212

L’arabe du futur tome 2. Riad Sattouf.

ARABEFUTUR2WEBHDPour le dépaysement et parce que c’est un super roman graphique…

Comme de nombreux lecteurs,  j’attendais avec impatience le tome 2 de L’arabe du futur de Riad Sattouf. Poursuivre les aventures du petit blondinet dans la Syrie d’Hafez Al-Assad est toujours un grand plaisir. Avec le regard affuté et objectif d’un gamin autorisé à aller partout, le jeune Riad observe les habitudes et les comportements des enfants et des adultes qui l’entourent et semble s’adapter aisément à tous les milieux qu’il côtoie.

La personnalité de sa mère s’étoffe peu à peu, mais bien timidement encore. Elle a enfin quelques exigences pour ne plus subir un quotidien bien loin de ses habitudes françaises. Par contre, son père se laisse progressivement convaincre par les habitudes, les coutumes, les contraintes d’une religion, d’une famille dont on aurait pu le croire étranger, lui qui est si peu pratiquant. Bon, parfois c’est vrai on aurait envie de les secouer un peu.

Les scènes sont au-delà du comique. La maitresse d’école inculque aux enfants un enseignement où tout est appris par cœur mais où rien n’est compris et cela ne perturbe personne. Dans la seule échoppe du village on ne peut rien acheter en dehors de la tenue d’écolier réglementaire, mais il est vrai que la plupart des écoliers portent leurs maigres fournitures dans un sac plastique. On visite aussi Palmyre et Homs, cités florissantes, ou encore Lattaquié, cité balnéaire, dans lesquelles la vie est à l’opposé de celle des villages, là tout est opulent et  propre.

Quelques thèmes importants sont abordés, l’acceptation banale d’un crime d’honneur, pour ne pas faire ombrage à la réputation d’une famille, les habitudes despotiques des généraux, les élections successives d’un président qui bat tous les records de votes favorables, l’incompétence des maitres d’école et d’un enseignement superficiel et inutile, les inconvénients du quotidien, mais qu’importe puisque ce sont les femmes qui les subissent.  Et surtout, la place des femmes dans la famille, dans la société, en particulier dans les villages éloignés.

Les commentaires des « bulles » aident le lecteur à mieux comprendre la vie quotidienne, les changements de couleurs, comme dans le tome 1, situent les scènes dans un contexte, Syrie ou France (ah, quel régal, les galeries Lafayette !) et le jeune Riad poursuit sa route, tranquillement. Quant à moi, j’attends déjà la suite de ses aventures.


Catalogue éditeur  http://www.allary-editions.fr/

Né d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf raconte dans L’Arabe du futur sa jeunesse au Moyen-Orient.

Dans le premier tome (1978-1984) le petit Riad était balloté entre la Libye, la Bretagne et la Syrie.

Dans ce second tome, qui couvre la première année d’école en Syrie (1984-1985), il apprend à lire et écrire l’arabe, découvre la famille de son père et, malgré ses cheveux blonds et deux semaines de vacances en France avec sa mère, fait tout pour devenir un vrai petit syrien et plaire à son père.

La vie paysanne et la rudesse de l’école à Ter Maaleh, les courses au marché noir à Homs, les dîners chez le cousin général mégalomane proche du régime, les balades assoiffées dans la cité antique de Palmyre : ce tome 2 nous plonge dans le quotidien hallucinant de la famille Sattouf sous la dictature d’Hafez Al-Assad.