Dark Horse. Craig Johnson.

Dark Horse de Craig JohnsonUn meurtre sans mystère, Mary Barsad, retrouvée prostrée une arme à la main, a tout avoué : L’écurie en cendre, la maison sinistrée, le crâne du mari criblé de balles.

Alors pourquoi faut-il que le Shérif Walt Longmire, chez qui Mary est placée en résidence, soit aussi septique ? Sans doute parce qu’il a une longue habitude des humains, des signes, indiens ou pas, et qu’il est capable de se fier à son intuition. Alors voilà le lecteur plongé dans cette ambiance de western moderne, qui entrouvre la porte du bar que l’on imagine un peu branlante- d’ailleurs il manque quelque lettre à l’enseigne du « AR »- confronté à l’émigrée en situation  irrégulière et à son fils mi cheyenne et tellement malin, à Henri dit « la Nation Cheyenne », ce vieil indien solitaire, au Shérif du comté voisin, et surtout à une enquête qui ramène Walt Longmire  à Absalom, dans le Wyoming, en fait dans les pas de son enfance, dans ce village où il essaie malgré tout de mener son investigation sous couverture.

DARK HORSES
Les chevaux Henson de la baie de Somme © DCL-DS2015

Dès le début l’intrigue est posée : le shérif ne croit pas en la culpabilité de Mary. Nous allons donc le suivre dans deux périodes en parallèle, le présent et quelques jours auparavant, donnant un rythme intéressant à ce polar où l’on ressent tout au long de pages  les langueurs des grandes plaines, la violence du climat, la fidélité des bêtes,  je vous laisse découvrir celle de Wahoo Sue, la complicité du cavalier, la magie de paysages parfois si hostiles à l’homme.

L’enquête se déroule, mais pas seulement. Il y a toute cette magie autour, parfois violente, mais que l’on ressent au fil des pages. Il y a force détails, descriptions, qui rendent humains et proches  les paysages et qui donnent envie de tourner les pages. Belle expérience de polar avec ce shérif atypique et attachant, dont on devine les atermoiements personnels au fil du récit, mais qui ne nuisent absolument pas au déroulé de l’intrigue. J’avoue, j’ai toujours dans la PAL « Enfant  de poussière » du même auteur et il me tarde à présent  de le lire.


Catalogue éditeur

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sophie Aslanides

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014Comment Mary Barsad, si douce, a-t-elle pu abattre son mari de sang-froid ? Elle a tout avoué. Et les mobiles ne manquent pas : infidèle, magouilleur, il aurait peu avant sa mort enfermé les chevaux de course auxquels elle tenait tant dans sa grange, avant d’y mettre le feu. Mais le shérif Walt Longmire se méfie des évidences. À Absalom, Wyoming, il décide de mener sa propre enquête…

Craig Johnson est né en 1961 et a exercé des métiers aussi divers que policier, professeur d’université, cow-boy, charpentier et pêcheur professionnel avant de s’installer définitivement dans l’Ouest, sur les contreforts des Bighorn Mountains, dans le Wyoming. La série Walt Longmire fait l’objet d’une adaptation télévisée depuis 2012.

« Craig Johnson possède l’art et la manière d’écrire un polar en se jouant de tous les clichés, de tous les codes. » France Inter

7,95€ // 384 pages / Paru le 21/05/2015 / EAN : 9782757853276

Publicités

Une réflexion sur “Dark Horse. Craig Johnson.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s