Un homme dangereux. Emilie Frèche.

A l’exemple de la narratrice du roman d’Emilie Frèche, Un homme dangereux, jusqu’où est-on prêt à aller par amour ?

Que dire de cet homme dangereux, étrange mais si bien écrit. J’ai aimé et en même temps je me suis par moments trouvée en porte à faux avec cette histoire, suis-je dans le roman ou suis-je voyeur d’une vie qui n’est pas la mienne et dans laquelle je n’ai pas demandé à m’immiscer. C’est une position bizarre, mais quand on l’oublie on plonge ! On plonge dans les mots si bien posés d’Emilie Frèche, on vibre et on s’énerve pour cette Émilie narratrice que l’on souhaite plus énergique, que l’on a envie de bousculer pour qu’elle ne se laisse pas entrainer dans cette histoire d’amour malsaine qui la met dans une position d’attente, de soumission, de désespoir parfois, alors qu’on voit bien qu’elle ne peut y trouver que du chagrin et qu’elle va détruire l’équilibre instable sans doute mais confortable de sa vie actuelle .

Il y a tant de l’auteur dans ces pages qu’on ne sait plus trop où on navigue. Mais comme elle le dit elle-même (enfin, la narratrice) est-ce si important de savoir si c’est la réalité ou le roman, du moment que l’on croit à cette histoire, qu’elle nous fait rêver, aimer, détester aussi parfois cette femme équilibrée qui se laisse manipuler, qui attend, qui s’oublie, qui oublie ses enfants, son mari, sa famille et même sans doute son amant, pour un homme qui ne lui apporte que tourments et humiliations, qui la manipule mais auquel elle obéit obsessionnellement.

Car Emilie a rencontré presque par hasard Benoit, et sa vie en est bouleversée. Ecrivains tous les deux, Benoit est beaucoup plus âgé, manipulateur, séducteur, il va souffler le chaud et le froid, l’inonder de sms, de messages, d’appels, de rendez-vous, puis au moment où elle répond, la laisser dans le vide du silence. Et avouons-le, nous en avons déjà rencontré des amies qui ont subi ce genre de relation, assaillies de messages jusqu’à ce qu’elles craquent, puis le silence, l’attente, l’angoisse, ferrées par ces manipulateur pervers narcissiques qui ont besoin d’humilier pour se sentir vivants. Quelle plongée, quel abîme, la perte de repères, l‘incompréhension, la soumission de celle qui ne veut pas paraitre… paraitre quoi en fait ? peureuse, hésitante, pas assez amoureuse ? car enfin, forcément chacun de se demander comment une femme intelligente et belle peut se laisser manipuler autant. Et c’est là toute la réussite du roman, qui présente la descente aux enfers d’une femme amoureuse avec autant de maitrise. J’ai apprécié la façon dont l’auteur décortique avec lucidité et réalisme cette relation malsaine.

avec emilie
Avec Emilie Frèche au Salon du Livre de Paris © DCL-DS2015

Il y a également présente tout au long du roman la trame de l’antisémitisme de Benoit alors qu’Emilie est Juive. Puis ce moment où Emilie découvre ce qu’il est advenu de sa grand-mère après la guerre. Ah, ces silences des familles qui ne disent pas, ces secrets qui se transmettent de génération en génération pour le malheur de générations futures qui ne pourront pas les comprendre. Quelle intelligence de réussir à  briser la chaîne. J’ai aimé découvrir cette Émilie vivante et forte qui saura s’en sortir, aller au bout de ses interrogations et ne pas plonger dans sa propre histoire pour refaire à deux générations de distance les erreurs du passé.
J’ai particulièrement apprécié l’écriture ce roman que j’ai lu d’une traite.

Rentrée Littéraire 2015

Photo : Salon du livre Paris 03/2015


Catalogue éditeur

« –Maintenant que tu as vraiment quitté ton mari, on va pouvoir parler. Je veux que tu deviennes ma femme. Je t’aime, je veux vivre avec toi, mais avant, il faut que tu laisses tes enfants.
– Pardon ?
– Je suis sérieux. Il faut que tu les laisses à leur père, je te dis ça pour leur bien. Elles seront très heureuses avec lui ; ils partiront vivre en Israël, ce sera beaucoup plus simple, et tu iras leur rendre visite pour les vacances.
– T’es complètement malade.
– Tu sais bien que non, puisque c’est comme ça que ça va se terminer pour les juifs de France. Sept mille juifs sont partis rien que cette année, c’est moi qui l’invente ? Bientôt, il n’y aura plus de juifs en France. Plus un seul juif. Tu te rends compte, un peu ? Le grand rêve de Vichy réalisé par des Merah, des Nemmouche, des Kouachi. Que des petits enfants de bicots qu’on a fait venir du bled pour assembler des boulons, et qui feront mieux que les idéologues du Troisième Reich, sans même avoir besoin de vous mettre dans des trains. Tout ça simplement en jouant avec votre peur. Quelle intelligence ! Quelle économie, surtout. La France nettoyée pour pas un rond ».

StockCollection : La Bleue / Parution : 19/08/2015 / 288 pages
Format : 135 x 215 mmEAN : 9782234079854 / Prix: 19.50 €
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s