Un mot sur Irène. Anne Akrich

Dans ce premier roman, Anne Akrich plonge dans l’intimité du couple et tente, pas forcément avec bonheur, de nous embarquer dans les arcances de la vie d’Irène, intellectuelle et féministe.

couvertureIrène Montès, intellectuelle spécialiste du sujet des femmes, vient d’être retrouvée morte à New York. Un enquête commence, et le lecteur se voit propulsé vers le passé, dans la relation complexe et ambiguë du couple qu’Irène forme avec Léon.
L’histoire se situe en même temps que les aventures rocambolesques d’un de nos célèbres hommes politiques français à New York, cela aurait pu interpeller la lectrice que je suis et me faire comprendre dès lors le ton du livre. Car d’aventures en divagations, en particulier sur le sexe, tout le roman tourne autour de la relation malsaine de ce couple. Léon Gary, un éminent professeur à la Sorbonne, en passe d’en devenir le président (tiens, lui aussi devrait devenir président ?) écrit un livre sur la personnalité ambiguë d’Althusser qui assassina sa femme, et en parallèle il essaye désespérément d’écrire Le livre qui sera l’œuvre de sa vie. Il est marié depuis plus de vingt ans à Irène, cette intellectuelle flamboyante à la réussite incontestable, davantage attirée par les femmes que par les hommes, et qui toute sa vie aura rendu son mari jaloux de ses relations amoureuses, de ses trahisons, pour ses étudiantes, ces femmes jeunes et belles qui deviendront ses maitresses ou ses conquêtes d’un soir.
Relation intellectuelle à la Beauvoir /Sartre ? mais en bien plus sordide, car ici rien n’est simple, Léon est jaloux, Léon est perdu, Léon cherche à écrire le roman qui sera l’œuvre de sa vie, et Léon sombre dans la folie. Nous essayons de suivre tout au long de ces deux cent pages ses divagations schizophréniques , mais j’avoue que malgré une écriture travaillée t réaliste, qui nous emmène au bord de la folie, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher.

Rentrée littéraire 2015


Catalogue éditeur
Un parfum de scandale sexuel flotte dans le milieu universitaire depuis la mort, à New York, d’Irène Montès, une intellectuelle de renom. Alors qu’elle devait donner une importante conférence sur les gender studies, son cadavre a été retrouvé nu dans une chambre d’hôtel, au côté d’une poupée gonflable. Mais qui était-elle vraiment ?
À travers les yeux de son mari, Léon Garry, professeur à la Sorbonne, la flamboyante personnalité d’Irène nous est peu à peu dévoilée, tout comme la relation trouble qui unissait les deux époux. Jadis mentor d’Irène, Léon était devenu son pantin, dans un théâtre de la cruauté qui le condamnait au rôle de voyeur. Jusqu’ou peut dériver un homme dont les fantasmes inassouvis brouillent la perception du réel et de l’imaginaire ?
Porté par une écriture et un érotisme vibrants, ce récit crépusculaire fouille les arcanes du couple dans ses replis les plus intimes.

Editions Julliard /  Parution : 20 Août 2015 / Format : 1 x 205 mm / Nombre de pages : 216
Prix : 18,00 €  /ISBN : 2-260-02902-7
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s