Le livre des Baltimore. Joël Dicker

Dans le monde des Goldman, sous la plume de Joël Dicker, il y a ceux de Baltimore et ceux de Montclair, il y a l’Amérique de ceux qui réussissent et ceux qui restent derrière, il y a l’amitié et surtout il y a le Drame. Et le lecteur s’y laisse prendre.

https://i0.wp.com/static1.lecteurs.com/files/books-covers/472/9782877069472_1_75.jpg

Dans ce deuxième roman de Joël Dicker, nous retrouvons Marcus, le héros de « La vérité sur l’affaire Harry Quebert », même si ce héros-là aurait pût être n’importe qui d’autre car je n’ai pas vraiment eu l’impression de le retrouver. A la suite d’une rencontre fortuite avec Alexandra, cette amie d’enfance perdue de vue depuis longtemps Marcus remonte le fil de ses souvenirs.

Marcus est un jeune homme de bonne famille, celle des Goldman, mais il n’appartient pas à la bonne branche. Lui c’est les Goldman-de-Montclair, dans le New Jersey, la branche la moins huppée, la moins flamboyante, la moins riche. Les autres, les Goldman-de-Baltimore, sont ceux à qui tout réussi, un père avocat à la carrière florissante, un couple uni, une vie de famille heureuse dans une maison somptueuse, des vacances dans les Hampton, où se retrouve tout le gratin de la côté Est, et les hivers à Miami, en Floride.

Pourtant, et Marcus nous l’annonce dès le début, huit ans auparavant il y a eu « Le Drame », le Drame avec un D majuscule, celui qui a fait tout basculer et s’effondrer ce bel équilibre. Et là j’avoue, Joël Dicker a l’art de nous faire attendre, lire, espérer, essayer de comprendre. Il sait mener le suspense et maintenir son lecteur en haleine. On a juste envie de tourner les pages pour savoir.

Et au fil des pages et des flashback nous suivons Marcus et ses cousins. Hillel est un enfant surdoué à la constitution fragile, souffre-douleur de ses comparses d’école, rapidement protégé par Woody, un gamin qui vit dans un foyer. De cette rencontre va naitre une amitié profonde, Woody sera intégré à la famille des Baltimore, et les cousins vont vivre des années d’études dans les écoles privées et des vacances de rêve. Ils vont former « le gang des Goldman », cousins inséparables, amoureux de la même fille, Alexandra, et forger leurs ambitions d’un avenir radieux et somptueux, qu’ils deviennent footballeur, chanteuse ou avocat, il faudra qu’ils soient brillants.

Au fil des souvenirs de Marcus, de nombreux thèmes sont abordés. L’ascension et la réussite, la compétition y compris entre frères, le malheur et la chute. Le silence, l’interprétation, l’absence de parole et d’échange, la division, y compris au sein même d’une famille. Sommes-nous nous-même ou ce que les autres imaginent que nous sommes ? Quelle est l’importance de l’image que l’on reflète, celle que nous voulons donner et qui n’est pas toujours ce que nous sommes réellement ?

Alors bien sûr on peut trouver que les riches sont un peu trop riches, et les pauvres un peu trop pauvres, que les genres sont trop stéréotypés, j’avoue que cela ne m’a pas gêné. J’ai trouvé intéressante la démonstration que fait l’auteur de l’importance des apparences, des non-dits et surtout des silences au sein des familles, qui faussent les relations car aucun n’ose dire ou demander la vérité. Et surtout avouons-le, je me suis laissée prendre au charme des Goldman, qu’ils soient de Baltimore ou de Montclair, et j’ai eu envie de les suivre.


Catalogue éditeur

Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne.
Huit ans après le Drame, c’est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman…

Editions de Fallois / Date de parution : 30/09/2015 /
EAN : 9782877069472 / Nombre de page : 480 /
Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance

 

Publicités

Une réflexion sur “Le livre des Baltimore. Joël Dicker

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s