Les fauves. Ingrid Desjours

Dans « Les fauves », Ingrid Desjours tient le lecteur en haleine, et lorsque ces fauves se rencontrent dans un univers de suspicion et de manipulation, le résultat est détonnant.

A Paris, une fatwa est lancée sur la tête d’Haiko, belle et jeune journaliste plutôt fortunée, qui a créé N.e.r.F (Nos enfants resteront en France) une ONG qui recherche et intercepte de jeunes ados tentés par le Djihad et qui veulent regagner les rangs de Daech. Inquiète de cette situation, sa meilleure amie, Nadia, quitte l’association mais elle est assassinée en pleine rue. Le danger est réel, la mère d’Haiko engage alors Lars, un garde du corps, pour protéger sa fille.
Lars a combattu en Afghanistan, mais là-bas, même s’il ne veut rien en dévoiler, on comprend vite que les conditions de détention ont été tellement terribles qu’il ne s’en est jamais remis, entrainant des séquelles psychologiques et comportementales importantes. La rencontre improbable entre Lars et Haiko, deux personnages hors du commun, est explosive. Lars veut bien faire, mais lui qui accorde difficilement sa confiance est malmené par le comportement de Haiko et surtout par le déchainement de violence verbale et médiatique autour de cette femme que beaucoup soupçonnent d’imposture.

Duo duel entre deux personnages, qui tels des fauves, vont s’observer, vivre des sentiments intenses et contradictoires, attirance physique et répulsion, crainte et soupçons, fuite et attirance, rien ne leur sera épargné. Les sentiments sont diffus, embrouillés, parasités par les insinuations de la presse et des ennemis d’Haiko. De Leduc en particulier, lui qui combat Daech à sa façon, en envoyant à son tour de jeunes paumés se faire tuer face à cet ennemi sans pitié, nouveaux croisés des temps modernes, mais qu’on imagine perdus dans un jeu vidéo fantasmé, tant semble irréelle l’envie d’aller mourir en terre étrangère.

Tout au long de ces pages, on est captivé par une mise en situation réaliste, une étude psychologique des personnages et des effets de la manipulation sur les esprits faibles ou perturbés. Evocation par exemple des effets de la drogue dite « du terroriste », le Captagon, qui permet de tenir plusieurs jours sans ressentir ni fatigue ni souffrance, mais qui trouble des esprits déjà bien encombrés par la perversion des sites djihadiste et la facilité à se laisser embringuer. Ingrid Desjours décortique et met en situation des réalités – qu’en temps de psycho criminologue elle a sans doute étudié ou rencontré – avec rigueur et justesse, ce qui donne un côté stressant et réaliste à ces situations, ces remords, ces espoirs, ces mensonges et ces tromperies qu’elle met particulièrement bien en mots et en images.
Et si finalement rien n’était réel. Comment et à qui peut-on faire confiance ? Comment savoir et ne pas se laisser manipuler ? Là est peut-être la question.

Rencontre avec Ingrid Desjours au Festival Quais du Polar à Lyon


Catalogue éditeur

Votre pire prédateur : Celui qui vous aura apprivoisé.
« Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’État islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa.
Lorsqu’elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d’Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l’entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ?
Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Robert Laffont
Parution : 8 Octobre 2015 / Format : 140 x 225 mm / Nombre de pages : 448
Prix : 20,50 € / ISBN : 2-221-14595-X

 

Publicités

Une réflexion sur “Les fauves. Ingrid Desjours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s