Sur une majeure partie de la France. Franck Courtès

« Sur une majeure partie de la France » parle avec justesse de perte des valeurs de la terre. Évolution du temps ou simple nostalgie ? Laissez-vous séduire par le très joli roman de Franck Courtès.

https://i2.wp.com/www.editions-jclattes.fr/sites/default/files/styles/large/public/images/livres/9782709650588-001-X_0.jpegFranck Courtès, ou le narrateur, part piqueniquer en famille à Montcerf, en Seine et Marne, là où ses parents avaient une maison lorsqu’il était adolescent. Village et période de sa vie dont il garde une certaine nostalgie. Ah, la campagne, bucolique à souhait, où tout est sain et bio! Tout le monde en rêve dans nos villes actuelles.
Là, le narrateur rencontre deux anciens camarades qui lui donnent des nouvelles, prétexte à laisser vagabonder ses souvenirs d’une époque magique, mais surtout à raconter le changement, l’évolution de ces campagnes si proches de la ville, qui ont subi les bouleversements qui ont frappé de plein fouet une jeunesse à priori insouciante et privilégiée mais qui s’est laissée berner par les sirènes de la ville. Ces campagnes devenues banlieues, investies par les constructeurs, les industriels qui défigurent le paysage, conquises par les petits voyous qui corrompent les jeunes en toute impunité, délaissées par les jeunes et leurs envies d’ailleurs, d’autre chose certainement.
Au village, il y a Quentin, un jeune handicapé d’un pied, qui ne sera jamais comme les autres, mais qui rêve de poursuivre la vie des anciens et de rester vivre au village ; Gary, fier chef de bande, voyou brutal, raquetteur et pourvoyeur de drogue, qui terrorise le village ; Anne, et ses envies de vivre à la ville mieux qu’à la campagne, fille mère assumée mais perdue dans les vapeurs de la Beuh qui colorent son quotidien. Jusqu’à la confrontation, jusqu’au point de non-retour.

Loin de se cantonner à cette partie de la banlieue parisienne, cette évolution des campagnes et des villes a bien eu lieu « sur une majeure partie de la France ». Cette expression banale que nous entendons tous, le soir, pendant la météo prend alors une toute autre signification. Évolution d’un pays, perte d’une partie de ses richesses rurales, changement profond d’habitudes de vie. Il y a une grande mélancolie dans ces lignes, c’est un roman superbement écrit, coloré, tout en images et en odeurs. Il y a de grands silences aussi, descriptions de la nature, des paysages, des hommes, qui respirent ce passé perdu et idéalisé. On y sent la nature, le goût du beau et du simple qui font l’harmonie d’un paysage. On y découvre ces vies, souvent manquées, faites de compromis, de résignation, de victoires sur le quotidien, de remords et de regrets parfois. L’intrigue a du mal à se mettre en place, au risque de lasser. Pourtant la poésie et l’ambiance décrites avec beaucoup de justesse donnent envie de continuer la lecture d’un roman au final très réussi, même si je l’ai trouvé particulièrement nostalgique.

domiclire_POL2016 Sélection 2016 du Prix Orange du livre


Catalogue éditeur JC Lattès

Comment raconter cette impression de dépossession quand je retourne à la campagne ? Une campagne où je n’ai pas grandi mais où j’ai fait grandir en moi, lors des weekends et des vacances, la certitude que la beauté était en péril ?
Inspiré par mes souvenirs, j’ai voulu dérouler les destins parallèles de deux enfants, Quentin et Gary, sur une période de trente années, dans un village situé à moins de 80 kilomètres de Paris, passé du paradis à l’enfer. lire la suite

EAN : 9782709650588 Littérature française / Parution : 20/01/2016 / 270 pages / 19.00 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s