Le garçon. Marcus Malte

« Le garçon », voilà un livre étrange et poétique qui cristallise l’intérêt du lecteur autour de ce garçon sans nom et sans paroles, pour une belle aventure romanesque de près de 540 pages.

domi_c_lire_le_garconLa vie du garçon, ou du moins ce que le lecteur en connaitra, se déroule de 1908 à 1938. Courte vie mais tellement remplie. En 1908, le garçon apparait seul dans des territoires isolés, sa mère vient de mourir, il quitte alors cet espace de vie qui était le leur pour partir explorer le monde. A cet âge-là, on l’imagine adolescent, il s’arrête dans un village qui va l’adopter partiellement car, ne communiquant pas, il intrigue et inquiète. Et on le sait, tout ce que l’on ne connait pas fait peur. Dans ce village, il découvre les autres, hommes, femme, enfants, et accepte tout, même de se laisser exploiter par ceux qui profitent de sa candeur, de sa naïveté, et de sa force, jusqu’au jour où il fuit vers d’autres contrées. Puis il rencontre Brabek l’ogre des Carpates, un personnage extravagant qui sous des abords repoussants et malgré une vie de lutteur de foire, est un véritable philosophe qui lui apprend beaucoup sur la vie. Enfin, il rencontre Emma et son père et découvre la douceur de vivre, la musique et surtout l’amour, absolu, charnel, fou. Jusqu’au jour où il embarque pour la guerre, la grande guerre, celle où « On lave son linge sale : dix-neuf millions de morts », l’horreur et le carnage des tranchées, celle dont personne ne revient intact.

Les descriptions, l’observation des autres, de la nature, des sentiments, non exprimés mais ressentis au plus profond par le garçon sont merveilleusement décrits par l’auteur qui a un grand talent de conteur et un regard à la fois humain et critique ponctué de quelques pointes d’humour. Descriptions magiques du garçon qui exprime par ses gestes ce qu’il ne peut pas dire avec des mots. Comme lors des premières scènes de lecture avec Emma où le garçon « s’imprègne des senteurs d’encre et de papier, et peut-être qui sait, du parfum même des mots », ceux qu’il entend, mais ne sait, ne veut, ne peut ni lire, ni dire. Questionnements de l’auteur sur l’amour, la guerre, mais également sur le choix d’une éducation, celle qui façonne les hommes et qui est une expression de leur liberté ou au contraire la cage dans laquelle on les enferme ?

Si parfois j’ai trouvé quelques longueurs, j’ai malgré tout été tout à fait captivée par ce parcours d’un personnage hors norme, qui toujours sans parole exprime tous les sentiments, amours, chagrin, désespoir, peur, courage, solitude et abandon, et nous plonge au plus profond de l’âme.

Citations :

« Eugénie Janicot n’aime guère son prochain mais elle aime Dieu, ce qui n’est pas incompatible semble-t-il et même plus répandu qu’on ne pourrait le penser. »

« De toute façon, dit-elle, nous ne pouvons pas continuer à ne pas le nommer. C’est nier son existence même – car ce qui n’a pas de nom existe-t-il réellement ? Et puis Félix lui sied à merveille. »

« -Sinon une existence avérée quelle différence entre Dieu et Guillaume II ? Lance Blumenfeld. Entre Dieu et Napoléon ? Entre Dieu et Attila ? Pour l’un comme pour les autres il y a toujours des milliers, des millions de victimes, et ceci dans le seul but de répandre leur gloire, d’assoir leur toute puissance et assurer leur hégémonie.

-Pas Dieu, mon vieux, réplique le caporal. Il ne s’agit pas de Lui mais seulement de ceux qui se prétendent Ses représentants. Des usurpateurs. Ceux qui parlent en Son nom et ne font en réalité que détourner Sa parole. Tu confonds le général avec son estafette, Blum. »

 #rl2016


Catalogue éditeur : Zulma

Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin – d’instinct. Lire la suite

14 x 21 cm / 544 pages / ISBN 978-2-84304-760-2 / 23,50 € / Paru le 18/08/16

Publicités

Celui-là est mon frère. Marie Barthelet

« Celui-là est mon frère » le premier roman de Marie Barthelet, parle d’amour fraternel, à la vie à la mort.

DomiCLire_celui-la_est_mon_frereIl y a des 7 plaies d’Egypte dans Celui-là est mon frère, ce roman où des frères adoptifs, élevés ensemble se rapprochent puis se séparent et finissent par s’affronter en un combat fatal.

Dans un pays qui pourrait être un royaume africain, deux frères sont élevés ensemble par le maître du pays. L’un est son fils et sera appelé à régner à sa mort, l’autre est un enfant adopté. Ce dernier est issu d’une tribu d’individus considérés comme inférieurs car ils sont osé se rebeller contre le pouvoir, et depuis le coup d’état, ils vivent en marge de la société.

Lorsque l’histoire commence, le frère adoptif du narrateur revient après dix ans d’absence. Il était parti sans un mot, sans espoir de retour, après avoir tué un homme. Il arrive et affronte son frère qui gouverne aujourd’hui le pays, réclame le dû de son peuple, de sa tribu. Ayant abandonné tout ce qui constituait l’amour fraternel qui les unissait, il est prêt à prendre le pouvoir quel que soit le prix à payer. Face au refus d’obtempérer de son frère, les plaies vont s’abattre sur le pays, les eaux empoisonnées qui détruisent flore et faune, la grêle qui anéanti les récoltes, la lèpre et les maladies qui atteignent les troupeaux et les hommes.

Récit étrange, déstabilisant, difficile à placer dans le temps et dans l’espace. Il y a des paroles d’évangile dans ce titre-là ! « Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère »Celui-là est mon frère est écrit en alternance de scènes au présent, pour décrire le retour du frère, l’affrontement et le malheur qui s’abattent sur le pays, et de réminiscences par le narrateur de l’enfance commune , du passé heureux et du présent jusqu’alors serein. Ce récit ressemble plus à un conte hypnotique qu’à un récit banal. Qu’importe le pays, les circonstances, les protagonistes, l’essentiel est dans les sentiments, les souvenirs, l’amour et la haine qui émanent des personnages. Face au refus, l’irréel fait son œuvre pour amener les frères à se retrouver jusqu’au moment où haine et amour se confondent, jusqu’au moment où ils s’affrontent, dans la mort et dans la vie, dans le chagrin et dans la perte. L’amour fraternel se transforme et fait son œuvre, instillant son poison, qu’il soit vengeance ou passion mortelle.

#rl2016


Catalogue éditeur : Buchet-Chastel

Un jeune chef d’état reçoit la visite de son frère tant aimé, disparu dix ans plus tôt. La brève joie des retrouvailles cède très vite la place à l’amertume et à l’indignation : celui qui est revenu a changé. Il est désormais l’Ennemi. À cause de lui, le pays va s’embourber dans une crise sans précédent.
Celui-là est mon frère, premier roman de Marie Barthelet, est un véritable conte qui déroule, avec sensibilité, le récit envoûtant d’une affection mortelle.

Littérature française /Parution : 18/08/2016 / Format : 11,5 x 19,0 cm, 176 p., 14.00 € /
ISBN 978-2-283-02974-9

Le carré des Allemands. Journal d’un autre. Jacques Richard

Le carré des Allemands, de Jacques Richard est un premier roman étrange qui parle de la folie des hommes, de la guerre, des choix, et de la filiation.

Cinq carnets pour composer un journal, celui d’un autre, celui d’un fils qui parle de son père, qui s’interroge sur ses actes, ses pensées, et sur ce qu’il y a en lui de ce père-là.

La seconde guerre mondiale et la folie des hommes, subie ou assumée. Ici elle est en partie assumée, du moins c’est ce qu’on imagine à la lecture de ces lignes, de ces témoignages, par un père qui s’engage à 17 ans dans les Waffen SS. Tout au long du livre on se demande qui est le « Je » du narrateur, le père, le fils, les autres, mais tous s’interrogent sur la transmission, sur le pourquoi et comment peut-on s’engager pour tuer, des femmes, des enfants, des hommes. Jusqu’à quel point est-ce consenti, conscient et accepté, et surtout comment vit-on avec ça, après… ou plutôt pourquoi on fuit ce que l’on a fait après, quand le regard des proches est insupportable.

« Le crime était collectif, mais chacun l’a commis seul. Chacun s’est trouvé tout seul, avant, pendant, après. Tout seul avec ce qu’il s’est passé, tout seul devant l’horreur. »

Porté par une belle écriture, il laisse un goût étrange de douleur et d’incompréhension envers tous ceux qui ont agi et accepté. « Le carré des Allemands » démontre aussi combien le retour à une vie normale n’est plus possible ensuite. Recueil de témoignages et de questionnements du fils sur le père, voilà un livre assurément très dérangeant.

N’oubliez pas d’aller lire les avis de Joëlle du blog les livres de Joëlle, de Nathalie, du blog eirenamg, de Nicole du blog motspourmots.fr


Catalogue éditeur : éditions de la Différence

C’est un portrait double que dresse en cinq carnets brefs celui qui dit « je » dans cet étrange et envoûtant roman. Le fils parle de son père : « Qu’a-t-il fait à la guerre, Papa ? – Il s’est engagé à dix-sept ans. Il ne faut pas parler de ça. » Et à travers le père, le fils parle aussi de lui : « Tous les moi que je suis, enchâssés l’un dans l’autre depuis le tout premier. »
Au fil de phrases courtes saisies entre des silences, s’écrit l’histoire d’un homme, ni pire ni meilleur que tant d’autres, happé par l’Histoire, entraîné à tuer sans savoir s’il a vraiment choisi.
Ce « Journal d’un autre » pourrait bien être le « Journal de tous les autres » et ce n’est pas la moindre prouesse de ce livre dense et poignant.

Date de parution : 2016 / Date de mise en vente : 4 février 2016

 

Chanson douce. Leïla Slimani

Par cette « Chanson douce » au premier chapitre glaçant, Leïla Slimani signe un roman émouvant et bouleversant sur l’incommunicabilité et le silence.

Deux enfants, une nounou, des parents qui aiment leurs enfants et qui travaillent, voilà une scène somme toute assez classique. Si ce n’est que cette Chanson douce débute par une scène de crime. Et tout de suite le lecteur sait qu’il va se passer quelque chose de bien plus profond et fort que ne le laissent entrevoir les personnages et les situations.

Myriam et Paul ont deux enfants, Mila et Adam. Enceinte alors qu’elle venait à peine de terminer ses études, Myriam est devenue mère au foyer heureuse et comblée, au moins pendant les toutes premières années de ses enfants. Des velléités de reprendre le droit lui gâchent son plaisir d’être mère au quotidien. Le hasard d’une rencontre lui donne l’impulsion qui lui manquait pour débuter son métier d’avocate. Il faut alors trouver une nounou pour les enfants, et c’est Louise, une perle rare, qui entre dans leurs vies.

Louise est là chaque jour, très tôt le matin et parfois même très tard le soir, car Louise est entièrement dévouée aux enfants, totalement disponible, maniaque elle fait même le ménage et les repas pour la famille, transforme et embelli la vie du couple en lui rendant la vie plus simple, pas forcément plus heureuse. Et l’on comprend peu à peu que Louise est une femme blessée par la vie, une fille qui l’a abandonnée et dont elle n’a plus de nouvelles, un mari décédé couvert de dettes et une vie solitaire et triste. Elle ne semble s’épanouir qu’au contact des enfants. Elle empiète sur la vie des parents, prend possession de leurs vies, de leurs enfants, comme s’ils étaient sa seule raison de vivre, jusqu’au jour où…

Mais combien de signes avant-coureurs de la déraison, de la solitude, d’appels au secours que les parents ou les voisins n’ont pas voulu entendre, à l’abri dans leur confort au quotidien ? Si au tout début le personnage de Louise est tout à fait antipathique, on a presque envie de la comprendre, de l’aider, de les secouer tous avec leur indifférence face à sa personnalité, leurs moqueries sans doute involontaires, mais réelles, face à leur aveuglement devant la progression de la folie, le comportement avec les enfants qu’aucun des deux parents n’est prêt à voir ou entendre. Ils sont bercés dans ce confort quotidien crée par cette femme devenue indispensable mais qu’ils regardent à peine, qui n’existe que lorsqu’elle est nounou et dont ils ne veulent rien savoir de la vie en dehors de chez eux.

Solitude, désespoir, égoïsme, incompréhension, et surtout folie… tout se ligue pour créer cette situation extraordinaire qui détruit leur vie. Et qui nous interroge sur la perception de l’autre, l’empathie, l’envie de comprendre et d’aider… l’égoïsme au quotidien, le manque de recul et d’écoute. C’est un roman au final très perturbant !


Catalogue éditeur : Gallimard

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Genre : Romans et récits Catégories > Sous-catégories : Littérature française > Romans et récits / Littérature étrangère > Francophones

Collection Blanche, Gallimard / Parution : 18-08-2016 / Époque : XXIe siècle / ISBN : 9782070196678 / 240 pages, 140 x 205 mm

Comment tu parles de ton père. Joann Sfar

On ne présente plus Joann Sfar, enfin presque plus, car qui n’a pas lu, ou au moins vu la série de BD « Le chat du Rabin » dont il est dessinateur et scénariste ? Avec « Comment tu parles de ton père » je le découvre et je l’apprécie dans un registre totalement différent.

Pourtant à priori le sujet est plutôt triste, il s’agit de la mort de son père, « né l’année où tonton Adolf est devenu chancelier : 1933 »… comme mon père, parti trop tôt lui aussi…. et c’est cette phrase en 4e de couverture qui m’a au départ attirée vers ce livre. Mais je n’ai rien projeté de personnel ensuite dans la lecture de ce roman, je me suis laissé porter par les mots de l’auteur.

Joann Sfar parle de son père et de son grand-père aux personnalités fortes l’un comme l’autre, mais aussi de souvenirs, d’enfance, de famille, de parents et d’amis, de sa vie et de ses amours. Il évoque largement la souffrance de n’avoir pas su que sa mère était morte, lorsqu’à trois ans et demi, son père a préféré lui dire qu’elle était partie en voyage…souffrance inutile de l’enfant qui attend et qui ne comprend pas l’abandon de sa mère…Ni compris alors que son père voulait le protéger, et sans doute se protéger également, de la douleur de cette perte inéluctable.

Ce livre se lit avec bonheur, même s’il évoque la tristesse et la perte d’un être cher, qui plus est d’un parent. On sent au fil des pages l’amour d’un fils pour son père, teinté de respect, d’admiration, d’affection. Il égrène les souvenirs et tout ce qui ne sera jamais plus, et en parallèle, forcément la vie qui avance, inéluctable, jusqu’au prochain deuil, à la prochaine naissance, aux prochaines amours. Je l’ai ressenti comme une prière, qu’elle soit israélite, chrétienne ou païenne, mais aussi comme une ode à la vie et à tous ceux qui ne sont plus, à la fois émouvant et empreint d’humour, comme la vie en somme.

Extraits :

« Papa m’a toujours dit que si un jour il me cognait, j’aurais le droit de me défendre. Le jour où il me semblera que ce danger s’éloigne, j’abandonnerai la lutte.
Cela se produit à la mort du père : on n’a plus personne à épater. »

« Chers fidèles, il m’arrive d’avoir peur que le judaïsme ne consiste qu’en de semblables ruminations : craindre le futur et louper l’instant. »

« J’ai tant parlé de sa beauté parce que je souhaite convoquer les souvenirs de mon père en jeune homme. Sur les tombes juives, on interdit de faire figurer des photographies afin que la mémoire ne se fixe pas sur un moment de l’existence du défunt. Il faut beaucoup d’imagination pour remonter le temps et laisser derrière soi les images de l’agonie ou de la vieillesse. »

#rl2016

Retrouvez l’avis de Jean-Paul sur son blog


Catalogue éditeur : Albin-Michel

« Papa est né l’année où tonton Adolf est devenu chancelier : 1933. C’est l’année où pour la première fois on a découvert le monstre du Loch Ness. C’est l’année, enfin, où sortait King Kong sur les écrans. Mon père, c’est pas rien. »

Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un père comme André Sfar. Ce livre pudique, émouvant et très personnel, est le Kaddish de Joann Sfar pour son père disparu. Entre rire et larmes.

Edition brochée 15.00 € : 1er Septembre 2016 / 140mm x 205mm / 160 pages / EAN13 : 9782226329776

A la fin le silence. Laurence Tardieu

Dans son roman « A la fin le silence » Laurence Tardieu le montre bien, il y aura indéniablement dans le cœur des français un avant et un après, avant Charlie-Hebdo, avant l’horreur, avant que tout bascule.

« Ce dont je me souviens avec précision : la sensation dans tous le corps que le désastre avait commencé, qu’il n’aurait plus de fin. »

DomiCLire_Tardieu

Dans la vie de la narratrice, deux mondes disparaissent. Celui de la douceur de vivre, de l’enfance, du cocon qui protège, avec la vente inéluctable de la maison familiale, refuge de toute la famille depuis plusieurs décennies mais que plus personne n’a les moyens de conserver.

Fin d’un autre monde, celui d’un pays, d’une ville dans lesquels on circule sereinement, loin de bombes, de la mort, des attentats, mais qui sera plongée dans l’horreur et la stupéfaction après les attentats de l’année 2015.

Janvier 2015, Charlie Hebdo, hyper casher, plus jamais la vie et la ville ne seront vécues comme avant. Marcher paisiblement, prendre le métro, aller chercher ses enfants à l’école, faire ses courses dans le supermarché du coin, fut-il casher ou pas, prendre un verre avec des amis en terrasse, ou aller au concert, autant d’actes anodins qui font la vie de chaque jour, mais que la haine et la bêtise ont rendus si précieux et si rares, car tout peut s’arrêter, un instant on vit, l’instant d’après on n’est plus… C’est bref et terrible, et la compréhension de cet état de fait met la narratrice dans une posture de vertige, en perte de repère, comme si elle tombait dans un puits sans fin. Incapable de reprendre son équilibre, de vivre chaque moment, chaque instant, sans penser à sa finalité inéluctable, alors justement qu’en elle pousse la vie, celle de ce fils qu’elle mettra au monde au cours de cette année terrible.

Dans l’alternance des chapitres, il y a ceux qui évoquent le massacre, avec des phrases de plusieurs pages, aux mots répétés, au phrasé court ponctué simplement de virgules, comme une respiration impossible à trouver, qui montre bien l’état de vertige que l’on ressent alors, la perte d’équilibre, l’impression de tomber sans pouvoir se retenir, sans s’arrêter. Et il y a ceux qui racontent la maison familiale, la famille elle-même, les grands-parents, l’enfance, les souvenirs heureux d’étés fulgurants de bonheur, puis la mort de la mère, et l’après, la maison avec les amis, cette famille que l’on se choisit. Les souvenirs d’un parfum, d’un fruit, d’une musique, démontrent la beauté de ces instants qu’il faut savourer jusqu’au dernier, mais qu’on laisse si souvent passer sans les apprécier à leur juste valeur. Étrange roman qui tendrait plus de la réflexion intime que de la romance, qui montre la complexité des réactions face à l’horreur, celle qui nous frappe encore, à l’aveugle en cet été 2016, et que l’on a tant de mal à simplement appréhender. Assurément un roman fort, qui nous marque, car il est si proche de nos propres interrogations et qu’il verbalise nos craintes les plus intimes.

💙💙💙

Catalogue éditeur : Seuil

Décembre 2014. Depuis plusieurs semaines, la narratrice sait qu’elle va devoir vendre la maison de son enfance. Lieu des origines et de l’ancrage, de la mémoire familiale et de sa propre mémoire. Face à ce chagrin intime, écrire un livre lui semble la seule chose encore possible : trouver les mots pour, peut-être, sauver un peu de la maison avant qu’elle ne disparaisse de sa vie, lui restituer une part d’éternité.
Janvier 2015. La vague d’attentats qui frappe la France la laisse sans mots, comme dépossédée du monde tel qu’elle le connaissait. En elle, l’urgence s’est déplacée : que faire d’autre qu’écrire, pour tenter d’affronter l’innommable ? Au fil des semaines, sa vie va se jouer entre ce sentiment de fissuration du monde extérieur, que les attentats de novembre ne vont qu’intensifier, et celui de dépossession de son monde intime. Jamais le dehors et le dedans ne lui ont paru à ce point liés. Contrepoint paradoxal, insensé, de cet effondrement généralisé : tout au long de ces mois elle a porté un enfant, puis elle l’a mis au monde.

Littérature française / Romans : Cadre rouge / Date de parution 18/08/2016 / 16.00 € TTC / 176 pages / EAN 9782021313659

14 juillet. Eric Vuillard

Dans ce « 14 juillet » d’ Eric Vuillard, point de victoire, point d’armée, mais plutôt des hommes, des hasards, des rencontres, avec l’Histoire ou avec la mort.

L’histoire commence le 28 avril 1789 avec la destruction de la folie Titon, à Montreuil, somptueuse demeure de Réveillon, petit industriel fabricant de papiers peints prospère et qui vit dans son monde sans voir que le peuple à faim. Tout bascule lorsque la foule vient dévaster cette demeure, saccager, voler, bruler, par révolte, par faim, par dégoût.

Dans ce roman étonnant de vie alors qu’il parle si souvent de mort, Eric Vuillard a préféré nous parler des hommes, de tous ceux qui ont convergé vers la bastille ce jour de 1789, peu d’hommes célèbres ou de noms connus, plutôt des hommes et des femmes du peuple. De tous ceux qui par hasard ou par conviction, par faim ou par amitié, s’en vont, armés de bâtons et de pavés ou d’un canon tiré d’un musée, abattre le symbole que représente La Bastille. Tous sont porté par l’élan de la révolution qui gronde, combattants aux barricades ou aux octrois, ouvriers, menuisiers, gargotiers, marchands de bestiaux, journaliers, ils convergent souvent par hasard vers l’Histoire. Il les énumère, citant leurs noms, leurs métiers, et ce faisant il sort de l’anonymat de la multitude ceux qui ont fait l’histoire.

Beaucoup d’entre eux vont mourir, et l’auteur leur donne vie un instant, à cet instant où justement l’on se souvient de tout, des bonheurs et des douleurs, de la vie et de ceux qu’on aime, de ceux qu’on laisse aussi à regrets. Il nous les rend terriblement humains, parfois fragiles ou au contraire très forts, révolutionnaires ou opportunistes, simple curieux, venus là pour soutenir un ami, un voisin, emportés par l‘élan de la foule qui gronde et qui agit, au-delà de toute conscience politique ou révolutionnaire parfois. C’est beau ou c’est stupide de mourir dans ces conditions, tout dépend d’où l’on regarde. Il y a de scènes assez dures, car la mort n’est ni un jeu, ni un plaisir. Mais, grâce à un travail rigoureux d’étude de tous ces registres dans lesquels on a inscrit un nom, un métier, l’auteur les restitue et leur permet de rentrer dans l’histoire, violente, dure, sanglante, ils sont enfin bien réels.

Voilà un livre étonnant, difficile de dire un roman, et pourtant, difficile de le qualifier de récit, et l’on s’y laisse assurément prendre. J’ai été emportée par les mots, les énumérations, les suites de noms, de phrases, qui donnent justement un rythme et une puissance au récit et qui donnent vie et réalité aux anonymes.

💙💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Actes Sud

La prise de la Bastille est l’un des évènements les plus célèbres de tous les temps. On nous récite son histoire telle qu’elle fut écrite par les notables, depuis l’Hôtel de ville, du point de vue de ceux qui n’y étaient pas. 14 Juillet raconte l’histoire de ceux qui y étaient. Un livre ardent et épiphanique, où notre fête nationale retrouve sa grandeur tumultueuse.
Août, 2016 / 10,0 x 19,0 / 208 pages / ISBN 978-2-330-06651-2 / prix indicatif : 19, 00€