Hiver à Sokcho. Elisa Shua Dusapin

Hiver à Sokcho  est l’étonnant premier roman d’Elisa Shua Dusapin qui nous plonge dans le froid et la singularité du quotidien dans ce no man’s land glacé entre les deux Corées…

domiclire_hiver_a_sokchoEn hiver, peu de voyageurs se perdent en Corée du Sud, à Sokcho, station balnéaire que le lecteur imagine vieillissante et décrépite, dans cette zone entre les deux Corées. Seuls des solitaires ou des personnes cherchant à fuir quelque chose, ou en attente.. d’une guérison, d’une raison de vivre, d’un mariage, d’un nouveau travail, d’une inspiration pour réaliser un nouvel épisode d’une bande dessinée. Comme c’est le cas pour Kerrand.

Cet auteur de BD normand vient là pour trouver l’inspiration et pour créer un nouvel univers pour son héros récurrent. Il va découvrir Sokcho, enfin, ce qu’il accepte d’en découvrir, en particulier à travers les visites qu’il va faire avec la narratrice. Mais certainement pas en goûtant à la cuisine locale, lui qui ne viendra jamais dîner dans la salle commune.  Elle sera attirée par ce français, elle qui est fille d’un français qu’elle n’a jamais connu et d’une mère qui vend et cuisine le poisson au marché local. Tout au long du récit, un mélange attirance / rejet va entrainer les deux personnages, soit ils se cherchent, soit ils s’évitent, mais sans jamais aller jusqu’à la confidence, la proximité, l’échange, Kerrand restant pour la narratrice un rêve inachevé, et elle simplement un guide dans cette région qu’il ne demande qu’à découvrir, mais sans doute trop superficiellement pour s’attacher à elle.

Voilà un récit étrange, qui n’est ni particulièrement passionnant, il passe comme le temps et l’ennui, ni particulièrement chaleureux, c’est l’hiver, la glace et le froid saisissent les quelques vacanciers ou les habitants de Sokcho, le gel fait exploser les tuyaux d’eau ! Et pourtant on s’y laisse prendre, comme dans l’espoir du moment qui fera tout basculer, tant l’ennui que l’attente, en un feu d’artifice qui pourtant n’arrivera jamais. Un roman peut-être un peu trop court pour qu’on s’attache aux personnages ? Mais bien joliment écrit tout de même.


Catalogue éditeur : éditions Zoe

À Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord, une jeune Franco-coréenne qui n’est jamais allée en Europe rencontre un auteur de bande dessinée venu chercher l’inspiration depuis sa Normandie natale. C’est l’hiver, le froid ralentit tout, les poissons peuvent être venimeux, les corps douloureux, les malentendus suspendus, et l’encre coule sur le papier, implacable : un lien fragile se noue entre ces deux êtres aux cultures si différentes. Ce roman délicat comme la neige sur l’écume transporte le lecteur dans un univers d’une richesse et d’une originalité rares, à l’atmosphère puissante.

Parution août 2016 / ISBN 978-2-88927-341-6 /nb de pages 144 / format du livre 140 x 210 mm

Publicités

Fils du feu. Guy Boley

Avec « Fils du feu », ce premier roman magnifique et poétique, Guy Boley fait une entrée remarquée dans le monde de l’écriture.

DomiCLire_fils_du_feu.jpgLes fils du feu, ce sont les fils des forgerons, ces homme qui travaillent l’acier dans des conditions difficiles, fiers de ce travail rude, laissant parfois place à la solidarité et à la créativité. Le narrateur est fils de forgeron, mais n’en deviendra pas un à son tour. Il est né dans une ville de province dans les années 50, ces années qui connaissent l’avènement d’un monde nouveau, fait de frigidaires et de machines, de clés métalliques et de portail en fer livré par le grossiste, où il faut s’adapter au nouvel âge, devenir commerçant plutôt qu’artisan.
Dans cette famille il y a le père, forgeron, aidé par Jacky, cet homme splendide sous l’effort, taiseux et mystérieux, la sœur, qui claque très tôt la porte de la maison familiale pour s’envoler vers d’autres cieux, il y a Norbert, le petit frère, mort si jeune. Il y a la mère, doucement évaporée et sombrant peu à peu dans une forme de folie douce. Car elle ne se remettra jamais de la mort du tout petit, elle qui place chaque jour son couvert sur la table et le berce chaque soir.
Alors pour pouvoir vivre à son tour, ce fils du feu devient homme, accepte la folie de la mère, découvre ses préférences, ses différences, tâtonne dans des études pour enfin trouver sa voie, laissant éclore son talent de peintre, tourmenté au plus profond de lui par une famille qui le marque à vie.

Il y a une mélancolie douce dans ses souvenirs d’enfance, devant la puissance du feu dans la forge du père, vulcain invincible et majestueux, ou de ce feu que l’on trouve sous les bassines de fer des lavandières, femmes bavardes, courageuses et fortes, qui peuplent son enfance. Mais il y a également la tendresse et l’acceptation d’un fils pour sa mère et pour sa douleur, celle immense et impossible à combler que provoque la perte d’un enfant. Enfin, l’acceptation de soi, de son anormalité, ou au contraire de sa normalité, « Comme Cocteau et Jean Marais ? » «  Mais alors, je n’aurais pas de petits-enfants ? »  dira la mère, qui accepte la différence, bercée par ses deux fils, celui avec qui elle partage la vie rêvée, là-haut dans le grenier, et celui qui poursuit sa route d’homme.

Par moment, le lecteur est immergé dans un poème tant les phrases semblent des rimes, portées par des alexandrins qui n’en sont pas, tant par le rythme que par le sujet. C’est un roman qui n’est aucunement triste ni mélancolique, et ce malgré le deuil et la douleur évoqués dans ces lignes, mais aussi la période pendant laquelle il se situe et qui connait une véritable remise en cause de la société et un bouleversement des habitudes de chacun. On ressort de cette lecture avec l’impression d’avoir partagé de belles choses, à un rythme à la fois doux et puissant, porté par la force du feu, par la puissance des escarbilles, celles de la forge et celles de la vie, par l’amour, mais aussi par l’absence et le chagrin, même si les situations sont parfois décrites avec un brin d’ironie et de cocasserie, par un monde qui s’achève et le commencement d’un autre, porté par la vie avant tout. Guy Boley signe là un premier roman d’une rare poésie.


Catalogue éditeur : éditions Grasset

Nés sous les feux de la forge où s’attèle leur père, ils étaient Fils du feu, donc fils de roi, destinés à briller. Mais l’un des deux frères décède précocement et laisse derrière lui des parents endeuillés et un frère orphelin. Face à la peine, chacun s’invente sa parade : si le père s’efface dans les vagues de l’ivresse, la mère choisit de faire comme si rien ne s’était passé. Et comment interdire à sa mère de dresser le couvert d’un fantôme rêvé ou de border chaque nuit un lit depuis longtemps vidé ? Pourquoi ne pas plutôt entrer dans cette danse où la gaité renait ? Une fois devenu adulte et peintre confirmé, le narrateur, fils du feu survivant, retrouvera la paix dans les tableaux qu’il crée et raconte à présent. Ainsi nous dévoile-t-il son enfance passée dans une France qu’on croirait de légende, où les hommes forgent encore, les grands-mères dépiautent les grenouilles comme les singes les bananes, et les mères en deuil, pour effacer la mort, prétendent que leurs fils perdus continuent d’exister.
Dans une langue splendide, Guy Boley signe ainsi un premier roman stupéfiant de talent et de justesse.

Parution : 24/08/2016 / Pages : 160 / Format : 130 x 205 mm / Prix : 16.50 € / EAN : 9782246862116

Ma semaine aux USA pendant les élections présidentielles américaines…

C’était le 8 novembre, journée d’élections pour des millions d’américains. J’ai assisté en direct à cette soirée pour le moins inhabituelle si on la compare à celles de nos élections présidentielles et à leurs résultats quasi instantanés. Quelques impressions de cette journée, semaine devrais-je dire.

Soirée en famille devant le poste. Et quelle soirée ! Commencée vers 16h, terminée (par ko) à 1h du matin. Étrange veillée électorale où les résultats s’engainent pendant des heures à partir de 20h ET (Eastern Time, ne pas oublier que les bureaux de vote ferment parfois d’un côté du pays quand les résultats sont déjà en partie annoncés de l’autre !) et se finissent tard le lendemain. Deux états ont un système à la proportionnelle, pas les autres, ce qui fait que celui qui a la majorité des voix emporte l’ensemble des grands électeurs de l’état. Il y a également en plus de Hillary Clinton et Donald Trump, deux autres candidats dont on ne parle quasiment pas.
Toute la journée du lendemain, et pendant des jours, les résultats arrivent mais l’élection se joue avec le décompte des grands électeurs, même si le vote populaire peut être différent. Pour en avoir une idée Hillary a environ plus de 200.000 votes de plus dès le lendemain des résultats. D’ailleurs les gens protestent dans les rues de plusieurs grandes villes dès le 9 novembre au soir ! (Ce qui est très inhabituel ici !)
Les derniers résultats ne sont toujours pas validés quand je pars dormir.

Pour info, à Miami le temps moyen pour remplir un bulletin de vote est de 25 à 30 minutes car il y a 3 pages de sujets différents à élire, choisir, décider le même jour ! Une réglementation sur l’énergie solaire, changer les juges, etc. et accessoirement voter pour le président… Ils sont écrits en trois langues, anglais, espagnol et créole. Et les bureaux de vote étaient ouverts pendant les 15 jours précédant le 8 novembre, vous pouviez donc aller voter au moment qui vous convenait le plus. Ce n’est pas forcément pareil dans tous les états.

domiclire_electionsusa37 novembre : Élections Last Hours…#ClintonVsTrump ambiance #USA2016 demain on sera devant le poste pour une drôle de soirée !

8 novembre : Dans l’après-midi, ballade du côté de Winwod (un quartier de Miami) je tombe par hasard sur un bureau de mobilisation des volontaires pour la campagne démocrates. Ambiance ! Ils sont motivés et ils y croient.

Je suis donc à Miami, un des états clé, qui est pronostiqué devant basculer dans le camp Clinton. On est prêts. Et le verre de vin est indispensable pour attaquer cette longue soirée. Le amis et la famille réunis pour vivre en direct les longs, très longs décomptes et résultats…
Tout au long de la soirée, je prendrai des photos de l’écran de télé, pour me faire expliquer ensuite. Et je tenterai de comprendre les subtilités du système fédéral, qui accorde un nombre d’électeurs par état qui n’est pas forcément proportionnel au nombre de votants. Ceci pour respecter et permettre un certain équilibre dans la représentation des états moins peuplés, mais qui peut faire basculer les résultats dans un sens ou dans l’autre, à l’encontre parfois du vote populaire. Enfin, ça c’est si j’ai bien compris !

Premiers résultats on attend les résultats de la Floride ! Va-t-elle basculer ou pas ?
Si vous êtes à New York, l’Empire States qui s’éclaire aux couleurs du pays annonce les résultats. C’est parfois serré. Les électeurs s’ajoutent  en bas à gauche de l’écran quand l’état est gagné …
On arrive au bout de quelques heures aux résultats des états du centre des USA, largement républicains, mais ça ‘était prévu… beaucoup d’incertitudes…Pour moi, il est absolument étonnant de voir comment un État malgré les différences dans chaque conté (zones plus ou moins peuplées) passe d’un côté ou de l’autre.

Alors, à partir d’une certains heure, c’est pas bon, non ? Enfin ça dépend pour qui !
On voit souvent sur l’écran : « Too early to call », ça veut dire que pour certains états, on ne peut pas encore dire, c’est trop serré ! Les heures passent. les résultats changent parfois d’une minute à l’autre !

Ok ! Au bout d’un moment, sur la carte, c’est rouge de chez rouge non ?

domiclire_electionsusa149 novembre : au matin, le discours de Clinton. Intéressant, en particulier son passage pour les jeunes filles et les femmes.
Se dire qu’au final, elle a quand même gagné en nombre de voix du « popular vote » ! Et malgré tout perdu ! Elle aura environ plus de 2 millions de votes populaire de plus ! On assiste à des manifs dans quelques villes (mais pour le début, c’est bien plus calme qu’en France) pour réclamer le résultat du vote populaire. Le lendemain soir. Les votes montrent déjà la différence : Clinton a davantage de voix que Trump !

Au dernier décompte (22 novembre) elle est à 48,1% avec 64,227,373 voix et Trump à 46,6% avec 62,212,752 voix !

Voilà, c’était quelques impressions d’une étonnante soirée, semaine, expérience…

Deux semaines après l’élection présidentielle américaine, remportée par Donald Trump, Hillary Clinton n’en finit plus de creuser l’écart : le nombre total de voix en faveur de l’ancienne candidate démocrate (64 223 958) dépasse désormais de plus de deux millions (soit 1,5 point de pourcentage) celui en faveur du président élu (62 206 395), après un dernier décompte réalisé dans les États du New Jersey, de l’Illinois, du Maryland et de Californie, selon le New York Times, qui rapporte les données compilées par le site Cook Political Report.

Des nœuds d’acier. Sandrine Collette

Des nœuds d’acier, ce sont des nœuds qui font mal, c’est sûr ! Sandrine Colette écrit sur le mal, le mal absolu, celui qui enlève toute humanité aux hommes, celui dont on doute qu’il existe tant il est inhumain.

domiclire_des_noeuds_dacierThéo, tout juste sorti de prison où il a purgé une peine pour avoir grièvement blessé son frère deux ans auparavant, va se voir impliqué dans une aventure inhumaine intolérable, aventure qui l’emmène à la limite de la folie et de la mort. Théo avait deux possibilités en sortant de prison, rendre visite à Lil, la femme qu’il aime toujours, ou à Max, le frère qu’il a rendu infirme à vie, celui qui lui a volé Lil et à qui il en veut toujours autant. C’est cette visite interdite qu’il choisit, elle se déroule mal, il fuit et se retrouve en montagne. Là, il se pose, passe quelques jours à découvrir la nature, se ressourcer, jusqu’au jour où l’hôtelière lui conseille une balade. Dans une zone majestueuse et particulièrement sauvage, il arrive chez deux vieux fous, Blaise et Joshua. A partir de ce moment-là, les choses tournent terriblement mal pour Théo….

Ici, l’auteur nous entraine dans une région isolée, à la montagne, loin du polar urbain des zones sensibles et déshumanisées, là où la nature parait si belle qu’elle ne peut engendrer que beauté et bonté ! Et pourtant, on a tous entendu parler de ces femmes séquestrées pendant des années, esclaves sexuelles d’hommes qui eux vivaient presque normalement dans la société. Alors, pourquoi ne pas imaginer l’inimaginable.  Dans Des nœuds d’acier, ce n’est pas une femme, mais un homme, qui sera victime de deux fous.

L’écriture est maitrisée, le suspense aussi, la crédibilité s’instille peu à peu, d’abord le refus d’y croire, puis les descriptions d’un quotidien, des jours, des semaines et des saisons qui mettent le lecteur dans la situation du voyeur incrédule… et si c’était vrai, et si c’était possible ? D’autant que l’auteur nous prévient dès les premières pages : « La France profonde. La misère sociale… Car ceci est une histoire vraie. » Étonnant roman noir qui pousse la violence dans ce qu’elle a de plus gratuit, de plus féroce, de plus inhumain. La perception des personnages, la violence physique ou psychologique, l’esclavage et la torture, mais aussi l’amour et la haine, la soumission et la révolte, l’entre-aide, la peur, tous ces sentiments divers sont décrits dans des situations à la limite du réalisme. Des nœuds d’acier était un premier roman, j’ai hâte de découvrir ce que Sandrine Collette a écrit depuis !


Catalogue éditeur : Le livre de poche

Avril 2001. Dans la cave d’une ferme miteuse, au creux d’une vallée isolée couverte d’une forêt dense, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux frères, deux vieillards qui ont fait de lui leur esclave. Comment a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence ? Il n’a pourtant rien d’une proie facile : athlétique et brutal, Théo sortait de prison quand ces vieux fous l’ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d’autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, battu, privé d’eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d’échapper à ses geôliers.

264 pages / Date de parution : 29/01/2014 / Editeur d’origine : Denöel / Langue : Français / EAN / ISBN : 9782253176015

Monsieur Origami. Jean-Marc Ceci

« Monsieur Origami » de Jean-Marc Ceci est un livre étrange, qui se lit très rapidement qui mais reste longtemps en tête ne serait-ce que par la finesse des réflexions qu’il instille doucement en chaque lecteur.

domiclire_monsieur_origamiA vingt ans, Kurogiku quitte le Japon et un avenir tout tracé pour une silhouette de femme aperçue un jour, et dont il tombe immédiatement amoureux. Il part, seulement muni d’un pot avec trois pousses de Közo, le murir à papier, et du seul indice qu’il détient pour rechercher son amour, un hypothétique nom : la signorina Tchao. Son long périple l’entraine jusqu’en Toscane. Là, pendant quarante ans, il va planter, voir pousser, puis grandir et prospérer ses arbres, en fabriquer le washi, ce papier spécial qui lui permet de faire des Origami.

Un origami est composé de plis, deux plis uniquement, le pli vallée et le pli montagne, ces origami deviennent ici des objets à forte valeur symbolique, quasiment dotés de vie. Maitre dans l’art du pliage, monsieur Origami passe sa vie à plier, mais également à déplier et surtout à observer, ces origami aux plis étranges, méditant ainsi sur leur origine, ou sur ses propres origines ?
Jusqu’au jour où un jeune homme arrive chez lui. Casparo est horloger, il rêve de fabriquer la montre qui possédera toutes les mesures de temps possible. Les deux hommes vont cohabiter, se comprendre, s’aider à avancer, dans la plus grande sérénité et la plus parfaite harmonie. Le plus jeune pour trouver sa voie, le plus ancien pour comprendre … sa fuite.

Un très beau roman, qui se lit presque trop vite ! Fait de chapitres courts, ponctués de quelques informations sur le washi, dont le savoir-faire est classé au patrimoine culturel immatériel de d’UNESCO depuis 2014. Et comme « toute beauté a sa part d’ombre », il comporte également quelques allusions à la guerre, à l’honneur, au poids du passé et de la famille, au doute et à la quête de soi, dans la fuite ou dans la réflexion. Un très joli moment de lecture.


Catalogue éditeur : Gallimard

À l’âge de vingt ans, le jeune Kurogiku tombe amoureux d’une femme qu’il n’a fait qu’entrevoir et quitte le Japon pour la retrouver. Arrivé en Toscane, il s’installe dans une ruine isolée où il mènera quarante ans durant une vie d’ermite, adonné à l’art du washi, papier artisanal japonais, dans lequel il plie des origamis. Un jour, Casparo, un jeune horloger, arrive chez Kurogiku, devenu Monsieur Origami. Il a le projet de fabriquer une montre complexe avec toutes les mesures du temps disponibles. Son arrivée bouscule l’apparente tranquillité de Monsieur Origami et le confronte à son passé. Les deux hommes sortiront transformés de cette rencontre.
Ce roman, d’un dépouillement extrême, allie profondeur et légèreté, philosophie et silence. Il fait voir ce qui n’est pas montré, entendre ce qui n’est pas prononcé. D’une précision documentaire parfaite, il a l’intensité d’un conte, la beauté d’un origami.

Collection Blanche, Gallimard / Parution : 25-08-2016/ 168 pages, 140 x 205 mm / Romans et récits /Époque : XXIe siècle /ISBN : 9782070197729

Meursault, contre-enquête. Kamel Daoud

Qui n’a pas lu « L’étranger » de Camus  ? C’est indiscutablement un roman qui a eu de très nombreux lecteurs. Mais qui s’est posé la question de l’homme derrière celui qui meurt sur une plage à Alger, à 2 heures de l’après-midi en plein soleil. Est-ce à cette question que Kamel Daoud veut donner une réponse ? Ou souhaite-t-il nous mener plus loin encore dans la réflexion ?

DomiCLire_Meursault, contre-enquête.jpg

Faut-il relire L’Étranger avant de découvrir Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud ? Certainement, car pour beaucoup d’entre nous cette lecture date de nombreuses années et la perception que l’on peut avoir à sa relecture est différente de celle que l’on a connue dans sa jeunesse (en particulier lorsqu’un livre est imposé par un programme scolaire !) de même il est intéressant de se souvenir précisément du roman d’Albert Camus avant d’aborder le roman de Kamel Daoud. Voilà, j’ai lu les deux, l’histoire est complète… L’histoire ? Mais laquelle ?

Celle de « l’Arabe », cet inconnu tué sur une plage, simplement parce que Meursault était ébloui de soleil, aveuglé par les quelques gouttes de sueurs qui perlaient à son front, un jour de désœuvrement trop ordinaire ?
Celle de Haroun, le narrateur, le frère de « l’Arabe », de celui qui depuis tant d’années n’a jamais eu de prénom ni de nom, jamais eu de vie, de famille, d’emploi, de rêves à accomplir, car personne ne s’y est intéressé ?
Celle de « l’Arabe », qui pourrait être n’importe quel inconnu ou simplement ce frère qui vit dans un pays dont il a du mal à comprendre et à accepter les évolutions, la fin de la colonisation et les dégâts irréparables de la guerre dans la population, la place qui est aujourd’hui faite aux femmes, l’importance grandissante de la religion dans la vie de chacun, l’alcool ou le vin qu’on ne boit plus, les cafés où l’on avait l’habitude de se retrouver et qui ferment les uns après les autres ; celui qui vit dans la solitude, qui a connu le désintérêt et la manque d’amour d’une mère, celle qui a perdu un fils, le vrai, le seul qui compte ; celui enfin qui cherche une identité dans un pays qui n’est plus le sien, comme il peut parfois l’exprimer ?

Alors, oui, la boucle est bouclée, car « l’Arabe » a enfin une identité, mais à la lecture de ce  Meursault, contre-enquête on tourne la dernière page avec une certaine frustration et une grande interrogation. Car Kamel Daoud est un auteur qui dit et qui ose, avec des mots qui marquent et interpellent, même si parfois le style et l’approche peuvent dérouter le lecteur. On sent en filigrane les reproches, l’héritage dont on veut se défaire, les critiques exprimées sans complaisance et surtout les attentes de l’auteur envers un pays qui change et qui trop souvent contraint.


Catalogue éditeur : Actes Sud

Il est le frère de “l’Arabe” tué par un certain Meursault dont le crime est relaté dans un célèbre roman du XXe siècle. Soixante-dix ans après les faits, Haroun, qui depuis l’enfance a vécu dans l’ombre et le souvenir de l’absent, ne se résigne pas à laisser celui-ci dans l’anonymat : il redonne un nom et une histoire à Moussa, mort par hasard sur une plage trop ensoleillée.
Haroun est un vieil homme tourmenté par la frustration. Soir après soir, dans un bar d’Oran, il rumine sa solitude, sa colère contre les hommes qui ont tant besoin d’un dieu, son désarroi face à un pays qui l’a déçu. Étranger parmi les siens, il voudrait mourir enfin…
Hommage en forme de contrepoint rendu à L’Étranger d’Albert Camus, Meursault, contre-enquête joue vertigineusement des doubles et des faux-semblants pour évoquer la question de l’identité. En appliquant cette réflexion à l’Algérie contemporaine, Kamel Daoud, connu pour ses articles polémiques, choisit cette fois la littérature pour traduire la complexité des héritages qui conditionnent le présent.

Mai, 2014 / 11,5 x 21,7 / 160 pages / ISBN 978-2-330-03372-9 / prix : 19, 00€

Il pleut à boire debout ! Chansons de chiens et de chats

Édité à l’occasion de son 15e anniversaire par La Montagne secrète, une maison d’éditions Québécoise, ce livre-disque est une compilation qui emprunte à la collection déjà publiée de livres-disques de la maison d’éditions.

domi_c_lire_ilpleutIl laisse la part belle aux amis des hommes, ou des enfants ? Les chiens, les chats, les vaches, les souris sont les héros de chansons rigolotes et un peu décalées, sortant réellement des comptines classiques auxquelles on est en général habitué.

Parmi les interprètes on retrouve Daniel Lavoie ou Enzo Enzo, les autres devant être des chanteurs plus connus au Québec. Quelques musiques également d’artistes connus de ce côté de l’atlantique, comme Claude Léveillée ou Gilles Vigneault. Et surtout les très jolies illustrations de Marie-Eve Tremblay donnent à cet album un air gai et vivant, quelques chats adorables surpris, canailles, un peu hautains ou endormis, aux expressions quasi humaines, des chiens, des vaches et des trains… un papa en tutu rose, bref, des dessins à la fois loufoques et tendres pour un joli plaisir de lecture.

Voilà donc un livre pour enfants, à partir de 3 ans, qui tient à la fois de la comptine et du rassemblement de chanteurs prêts à faire plaisir aux enfants. A raconter, à écouter et à chanter avec les enfants, puis leur laisser la main pour qu’ils s’emparent des différentes chansons. Ah, j’ai eu un gros faible pour la berceuse de la fin, hâte de savoir ce que les petits vont en penser !


Catalogue éditeur : La Montagne Secrète

Catégorie : Albums illustrés | livre + disque compact / Auteur : collectif / Titre : Il pleut à boire debout ! : chansons de chiens et chats + CD / Date de parution : octobre 2015 / Collection : livre + disque compact / Sujet : jeunesse – livres-disques / ISBN : 9782924217719