Une femme au téléphone. Carole Fives

Imaginez, vous êtes là, dans cette maison, et à côté de vous « Une femme au téléphone ». Et vous, petite souris, vous l’écoutez parler, pleurer, rire, vivre, espérer.  Vous y êtes ?

DomiCLire_une_femme_au_telephone.jpgAlors, comment dire, quand on voit ce téléphone Orange sur la couverture du roman de Carole Fives, forcément, ça donne envie de mieux la connaitre, cette « femme au téléphone ». Dès le début, nous voilà embarqués aux côtés de Charlène, soixante-trois ans, cette maman qui vit seule et affronte sa solitude en téléphonant à ses enfants, à ses amis. Et l’on commence à l’écouter, elle parle, séduit, cajole, rêve, espère, vit, demande, oublie, craint, désespère, se dispute, râle, pleure, dépérit…. D’une seul côté de la conversation, le lecteur découvre ses sentiments et ses désirs, ses colères et ses espoirs, sa maladie et ses joies, ses amis et ses enfants, et l’accompagne même quand elle change d’avis.

C’est la vie qui se déroule sous nos yeux, ou plutôt nos oreilles. La vie avec ses hauts et ses bas. Avec ses peines et ses joies, le couple, la fusion amoureuse, les disputes, la banalité du quotidien, le temps qui passe, la séparation, les griefs et les regrets, la recherche de l’autre, l’être parfait avec qui on rêve de faire un bout de chemin, qui protège et accompagne. Mais surtout avec les enfants qui sont là, qui grandissent, qui s’émancipent, qui partent puis reviennent au nid avec la génération suivante, leurs propres petits, ceux qui pleurent, qui braillent, qui rient, qui découvrent la vie, qui nous émerveillent et qu’on aime tant ! Et forcément, on s’imagine aussi à l’autre bout du fil, souffle coupé, indécis, attentif, triste ou gai, mais retenu prisonnier par les liens du cœur tissés par cette mère envahissante.

Voilà qui nous donne à réfléchir sur la vie et le temps qui passe, la maladie et la solitude, la famille. J’ai beaucoup aimé le style envolé et réaliste de ce roman pas si éthéré que ça, mais écrit avec une sorte de légèreté rafraichissante.

Extrait :

Alors ? Tu te sens comment ? Dire que tu vas avoir un enfant, tu te rends compte ? Tu vas être maman ! TU-VAS-ETRE-MAMAN ! Je n’arrive pas à y croire. Ah, non, c’est dingue, je ne peux pas m’y faire, pas du tout.


Catalogue éditeur : L’arbalète Gallimard

«Tu viens quand alors? Bientôt quand ? Ton frère dit ça aussi mais je ne vous vois plus que pour Noël… Pourquoi tu ne demandes pas ta mutation ? Si vous viviez plus près, je vous inviterais à manger, j’irais chez vous faire le ménage… Si par malheur vous n’aviez plus d’argent, je m’occuperais de vous…» lire la suite

Romans et récits /  Littérature française / Époque : XXIe siècle / 112 pages / Parution 12 janvier 2017 / 140 x 190 mm / ISBN : 9782072703249

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s