Une jeunesse de Marcel Proust. Evelyne Bloch-Dano

Dans « Une jeunesse de Marcel Proust » Evelyne Bloch-Dano nous invite à revisiter la vie et l’entourage de Marcel Proust, pour comprendre ce qui a fait de cet auteur un écrivain aussi singulier.

Domi_C_Lire_une_jeunese_de_marcel_proust_blochdano.jpgTout un chacun, ou presque, connait ou a entendu parler du questionnaire de Proust, rendu célèbre dans les années 90 par Bernard Pivot qui terminait ses émissions Bouillon de culture en posant à ses invités quelques questions légèrement remaniées. C’est André Maurois qui évoque le premier ce document et qui suggère à l’éditeur Léonce Peillard de le soumettre à quelques auteurs. Fort de ce nouveau succès, l’éditeur publie « Cent écrivains répondent au questionnaire de Marcel Proust » à la fin des années 60.

Alors direz-vous, pourquoi Proust a-t-il inventé ce questionnaire et dans quel but ? Eh bien tout simplement il ne l’a jamais inventé ! Il est avant tout l’un des multiples répondants au questionnaire qui arrive de Grande Bretagne et qui sert à dévoiler sa personnalité et ses aspirations, questionnaire que posait Antoinette Faure, la dernière des filles du président Félix Faure à son entourage. Cette dernière compile dans son cahier les réponses de ses divers amis et relations.

La première fois qu’il y répond, le jeune Marcel est âgé de 16 ans environ, il se pliera à l’exercice une nouvelle fois quelques années plus tard, sans doute âgé alors de 23 ans. Point de départ pour Evelyne Bloch-Dano à l’écriture de ce livre – car il ne s’agit pas ici un roman, mais bien une étude – autour de la personnalité et étude sociologique de l’époque, de l’entourage, de l’auteur d’à la recherche du temps perdu.
A partir des réponses et des personnalités diverses des répondants, Évelyne Bloch-Dano va faire une étude sociologique de la société de l’époque. La famille Faure, ses relations avec les parents et le jeune Marcel. Partagée entre Paris et le Havre, ces jeunes gens vont connaitre les enfances heureuses de nantis, dans cette bourgeoisie élitiste de la société française de la fin des années 1880.

L’auteur analyse les différentes réponses, prétexte à mieux comprendre cette éducation, si différente selon qu’elle s’adresse aux filles ou aux garçons. L’éducation des filles n’a qu’un but, les préparer au mariage, celle des garçons d’en faire des hommes soutien de famille. Tout cela transparait dans les réponses. Mais émergent également les éléments de la mémoire d’un pays, car la guerre de 70 n’est pas loin. Image d’une société, d’habitudes, de culture entre autre, par les noms cités, artistes, écrivains, personnages mythiques ou réels auxquels on souhaite s’identifier, envie forte pour les filles de devenir des hommes, démontrent ces différences et ces attentes.
Mais également, et peut-être un peu tard, ou du moins par rapport au titre du livre qui m’a fait attendre plus d’informations de ce côté-là, l’auteur étudie la personnalité de Marcel Proust, sa relation à sa mère, à l’école, à l’écriture, aux jeunes garçons qui l’entourent et dont il se sent proche.

S’il est peut-être à peine un peu trop long à mon goût, ce livre a cependant l’immense avantage de décortiquer la société française de la fin des années1880. Dense, documenté, éclectique l’auteur nous présente un instantané qui dépeint la société avec une vision large, enfants ou parents, bourgeois ou politiques, parisiens ou provinciaux, dans les écoles ou pendant les loisirs, tout est analysé et détaillé avec une érudition qui comblera les plus exigeants.

💙💙💙


Catalogue éditeur : Stock

Qui n’a jamais entendu parler du questionnaire de Proust ?
Les réponses de l’écrivain ont traversé le temps et fait le tour  du monde. On a oublié qu’elles provenaient d’un album  intitulé Confessions, appartenant à Antoinette Faure, la fille  du futur président de la République.
En participant à ce jeu de société à la mode, Marcel Proust  ne se doutait pas qu’il livrerait des indices sur l’adolescent  qu’il était. Ses réponses ont été commentées. Mais jamais  contextualisées ou comparées. Jamais datées avec exactitude.
De Gilberte aux Champs-Élysées à la petite bande d’Albertine  et des jeunes filles en fleurs, quelles traces ont-elles laissées  dans son œuvre ?
Évelyne Bloch-Dano a mené l’enquête. Elle est parvenue  à identifier les autres amis de l’album d’Antoinette. C’est  alors tout un monde qui a surgi, celui des jeunes filles de la  bourgeoisie de la Belle Époque. Quelques garçons aussi. À travers leurs goûts, leurs rêves, s’est dégagé le portrait d’une  génération. Celle de Marcel Proust.

Parution : 20/09/2017 / 304 pages / Format : 135 x 215 mm / EAN : 9782234075696 /  Prix : 19.50 €

 

Publicités

Ombres parmi les ombres. Isabelle Lacamp

Retrouver Denos, toujours et encore, dans « Ombre parmi les ombres » le roman d’Isabelle Lacamp, et l’accompagner dans les derniers jours de sa vie avec beaucoup d’émotion.

Domi_C_Lire_ombre_parmi_les_ombres.jpgL’un de mes énormes coups de cœur de lecture en 2017 est le roman de Gaëlle Nohant Légende d’un dormeur éveillé qui m’a redonné envie de mieux découvrir l’œuvre et la vie de Robert Desnos. Je ne pouvais que me précipiter dans la lecture du roman d’Isabelle Lacamp Ombres parmi les ombres qui évoque les derniers mois de la vie de Robert Desnos, cette période dramatique de son arrivée au camp de Terezin jusqu’à sa mort.

En mai 1945, alors que le camp est déjà libéré, l’espoir de revenir à Paris et de revoir ceux qu’il aimait tant pouvait effleurer le poète. Pourtant, même faible et malade, il trouve le temps et l’énergie pour sourire et donner espoir à ceux qui l’entoure et partagent ces moments de souffrance. La faim, la maladie, la faiblesse auront raison de celui qui lit les lignes de la main à ses coreligionnaires en leur décrivant de leur avenir pour qu’ils y croient eux-mêmes.

Desnos et aussi celui qui parle aux enfants de Terezin et de tous les camps, à ces pauvres rescapés qui n’ont aucun avenir si ce n’est l’espoir et l’envie de survivre à l’horreur. Il remarque Léo Radek, l’un de ces enfants de Terezin qui à son tour va s’intéresser à lui et tenter de l’aider à survivre encore un peu. Tenir le temps que les bourreaux quittent la piste, le temps que les forces de libération arrivent. Mais ce temps-là, Desnos ne l’aura pas, faible et atteint de ce typhus qui le détruit, il partira sans avoir revu les siens, reconnu par un jeune infirmier qui admire le poète et saura dire où il était, où il est mort.

Tout au long de ces pages, Isabelle Lacamp fait parler Desnos et ses amis, fait émerger les souvenirs. Il évoque sa vie d’avant, les surréalistes, Breton ou Aragon, Yvonne la tant aimé qui le lui a si mal rendu, Yvonne et l’opium qui balaie toute dignité mais aussi toute souffrance, Youki la si belle qui sera son dernier et grand amour, et tous ses amis qui l’attendent et qui l’espèrent. Mais aussi des ennemis qui l’ont condamné à cette mort si injuste en ne tentant pas de le sauver lors de cette rafle qui le conduira de camps en camps vers cette mort aveugle, injuste, banale.

Si je n’ai pas retrouvé le souffle, la densité et l’émotion de Légende d’un dormeur éveillé, j’ai cependant aimé retrouver Desnos. Le poète est toujours aussi émouvant, positif, chaleureux envers les autres, même au seuil d’une mort qui l’attend et l’emporte peu à peu. Un roman émouvant et optimiste parce qu’il nous insuffle de l’énergie et par la leçon de vie que nous donne Robert Desnos.

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : éditions Bruno Doucey

Mai 45, libération du camp de Terezin. Un air de jazz siffloté par un petit tchèque aux oreilles en choux-fleurs bouleverse l’un des rescapés des camps qui vient d’échouer ici, au terme d’une longue marche de la mort. L’enfant s’appelle Leo Radek. Il est le dernier enfant survivant de Terezin, antichambre de la mort pour des milliers de juifs, où les nazis parquèrent des artistes pour servir de vitrine en une sordide mascarade. Lui aussi est bouleversé par la rencontre qu’il vient de faire : cet homme décharné, fiévreux, au regard bienveillant et si transparent, parle ce français qu’il aime, et c’est un poète. Il s’appelle Robert Desnos. Comme un grand frère protecteur, le poète qui se meurt, trouve encore une fois les mots. Une rencontre inoubliable où la poésie triomphe sur la barbarie, et où l’humour est plus fort que la mort.

Collection Sur le fil dirigée par Murielle Szac / Des romans où le destin d’un poète croise la grande Histoire / Pages : 192 / Prix  : 16 € / ISBN : 978-2-36229-165-4

Son absence. Emmanuelle Grangé

Avec « Son absence » Emmanuelle Grangé tire doucement le fil de la mémoire familiale, pour retrouver les manques et combler les vides. Un roman découvert dans la sélection de septembre 2017 par les 68 premiers romans.

Domi_C_Lire_son_absence.jpgAndré Munch est un père et un époux fort peu sympathique. Méchant avec ses enfants, avec sa femme, il reporte tout son amour à ses bonzaïs qui envahissent peu à peu toutes les surfaces planes de l’appartement familial.
Un jour, le fils, François Munch, disparait. Son père, ses frères et sœurs, tous ont reçu un courrier identique leur disant qu’il partait loin, qu’il ne reviendrait pas et qu’il ne fallait pas le rechercher… Il y a maintenant 20 ans, et toute la famille se retrouve au tribunal pour constater l’absence, incompréhensible mais définitive.

Alors chacun se souvient de François, des derniers moments passés avec ce frère qui n’a rien dévoilé, et s’interroge. Forcément, fort de ces souvenirs si intimes avec l’absent, chacun aura ses propres questionnements et sa version de ce départ, de cette vie sans eux. Qu’auraient-ils dû comprendre, qu’auraient-ils dû sentir, à côté de quels signes sont-ils passés sans même s’en rendre compte ? Car l’absence est là, elle pèse sur leurs vies, et pour chacun différemment. L’absence et le manque, celui de tous ces moments à vivre avec, ou le manque de ces moments, de cet amour, qu’on n’a pas su échanger, montrer, savourer ?

Et tous, inlassablement, se posent cette question lancinante : pourquoi, pourquoi est-il parti ? Pourtant, depuis, tous à leur façon ont vécu ces années sans l’absent, continué à respirer l’air qu’ils avaient respiré ensemble, à aimer le ciel et la mer qu’ils avaient aimé ensemble. Et si c’était ça aussi la résilience, continuer à vivre ?

Un roman sur l’absence, sur le silence, sur l’incompréhension que peut provoquer dans une famille le départ inexpliqué d’un proche. Et quand le disparu s’est évanoui dans la nature, comment faire son deuil, accepter, comprendre pour avancer. Un premier roman intéressant, qui interroge peut-être parfois en surface, mais qui a le mérite de poser des questions sur les apparences, les familles qui semblent unies mais où la parole n’est pas toujours libérée, ou l’entente n’est peut-être que de façade.

💙💙💙


Catalogue éditeur : Arléa

Comme c’est puissant et inflexible, une famille ! C’est tranquille comme un corps, comme un organe qui bouge à peine, qui respire rêveusement jusqu’au moment des périls, mais c’est plein de secrets, de ripostes latentes, d’une fureur et d’une rapidité biologiques, comme une anémone de mer au fond d’un pli de granit…
Cette phrase de Paul Nizan tirée de son roman La conspiration pourrait servir d’exergue à ce beau premier roman d’Emmanuelle Grangé.

En 1995, un jeune homme, François Munch, disparaît sans motif apparent. Il envoie une carte postale laconique à sa famille, il y annonce son départ définitif. Ses parents, ses frères et sœurs pensent alors à une fugue, une folie passagère. François ne réapparaîtra pas.
Sans plus de nouvelles du fugitif, la famille se rend au tribunal vingt ans après, délai légal, pour y signer la « déclaration d’absence » en vue de protéger ses intérêts et son patrimoine. Lire la suite…

Collection : 1er Mille / août 2017 / 152 pages / 17 € / Dimensions : 13 x 19 cm / ISBN : 9782363081421

Faire Mouche. Vincent Almendros

Le dernier roman de Vincent Almendros « Faire Mouche » est à la fois très visuel et noir. Assurément un auteur à suivre !

Domi_C_Lire_faire_mouche_vincent_almendros.jpgIl nous avait déjà embarqués avec son précédent roman  Un été  paru en 2015, Vincent Almendros revient avec ce court texte étonnant qui a tout du roman noir moderne.

Laurent Malèvre a quitté le village et la famille depuis des années. Il revient à Saint Fourneaux pour le mariage de sa cousine Lucie. Lorsqu’il présente Claire à son oncle, on comprend vite qu’il n’a pas encore avoué à sa famille sa rupture récente avec Constance. Son oncle vit avec la mère de Laurent. Ceux-ci sont donc des frère et sœur qui ont souhaité partager leurs solitudes ? Non, plutôt beau-frère et belle-sœur, deux veufs qui forment un couple étrange. Car tout dans ce roman repose sur les relations aussi ambiguës que complexes et les non-dits entre les différents protagonistes…

L’ambiance de ces journées d’été est lourde, les mouches volent, les mouches mortes peuplent le plancher, les mouches comme un rappel de notre condition de mortel ? La chaleur oppresse, les corps transpirent. Les mots, les gestes, sous couvert de banalité du quotidien font craindre le pire. Tout au long du roman se dégage une atmosphère qui nous plonge dans un film noir à la façon d’un bon vieux Chabrol.

Il est inutile d’en dire plus, car je vous conseille fortement la découverte de Faire mouche. Vous le lirez peut-être comme moi d’une traite, poussé par les questionnements que posent les mots et les petites phrases posées çà et là par l’auteur…

Les éditions de Minuit nous habituent à ces courts textes qui percutent et restent en mémoire longtemps après et on aime ça. On se souvient en particulier du roman de Tanguy Viel Article 353 du code pénal, ou de celui d’Eric Chevillard, Ronce rose par exemple.

💙💙💙💙💙


Catalogue éditeur : éditions de Minuit

À défaut de pouvoir se détériorer, mes rapports s’étaient considérablement distendus avec ma famille. Or, cet été-là, ma cousine se mariait. J’allais donc revenir à Saint-Fourneau. Et les revoir. Tous. Enfin, ceux qui restaient.
Mais soyons honnête, le problème n’était pas là.

2018 / 128 pages / ISBN : 9782707344212 / 11.50 €

La petite danseuse de quatorze ans. Camille Laurens

Quand le destin de l’artiste croise celui de « La petite danseuse de quatorze ans », immortalisée pour l’éternité. Camille Laurens a mené l’enquête dans l’univers impitoyable de l’art et de la danse.

Domi_C_Lire_la_petite_danseuse_de_quatorze_ans.jpegDifficile d’appeler La petite danseuse de quatorze ans de Camille Laurens un roman, c’est plutôt un essai, ou un récit historico socio… je ne sais quoi. Mais je l’ai trouvé particulièrement intéressant, surtout après avoir découvert l’exposition « Degas, Danse, Dessins » au musée d’Orsay.

A l’Opéra de Paris, au 19e siècle, les petits rats n’étaient pas toujours des petites filles qui rêvaient de devenir danseuses. Et si aujourd’hui on se soucie de la vie et de l’enfance des petites filles, celles-ci ont pu être pendant de très longs siècles la proie de quelques messieurs amateurs de chair aussi fraiche que jeune.

La petite danseuse modèle de Degas, mais surtout petit rat de l’Opéra, est Marie van Goethem. Née en 1865 dans une famille belge très pauvre, Marie et sa grande sœur Antoinette deviennent danseuses pour assurer le quotidien de leur mère. Il n’était pas rare à cette époque que ces messieurs entretiennent une danseuse, où viennent payer pour le plaisir de les regarder à satiété, et plus si … sans doute. La mère maquerelle et le proxénétisme ne sont pas loin, mais ici hélas, c’est bien la mère des fillettes qui tient le rôle maudit. Les jeunes filles plaisent aux messieurs ou pas, dansent quelques années, puis finissent au bordel, ou éventuellement richement entretenues pour les plus belles, les plus chanceuses.
L’auteur retrouve celle qui servi de modèle à cette sculpture révolutionnaire que Degas va présenter au salon impressionniste de 1881. Marie sera renvoyée de l’Opéra en 1882, certainement à cause de ses nombreuses absences, celles dues aux heures de pause pour l’artiste qui immortalisera le modèle ?

La petite danseuse de quatorze ans  est donc une sculpture de cire, petite fille au visage chafouin, tendu vers le haut, bras croisés à l’arrière du dos, comme en signe de rébellion, tout sauf soumise, tout sauf heureuse sans doute. Si la sculpture choque, c’est parce qu’elle n’est pas particulièrement jolie, mais également qu’elle n’est pas de plâtre ou de bronze, au contraire quasiment de chair et de sang, car cuir, tutu léger et vaporeux, cire, complètent ce très inhabituel tableau. Il va choquer. Degas en fera plusieurs exemplaires, le Musée d’Orsay expose un moulage en bronze dans ses collections permanentes.

Domi_C_Lire_Degas_danse_dessins_1La question que pose Camille Laurens, et que l’on se pose certainement en regardant cette petite danseuse est le pourquoi de ce visage aussi ingrat ? Un moyen pour l’artiste de dénoncer la condition de cette enfant, de secouer les consciences ? Ou est-ce au contraire un moyen de se rendre complice des pensées de l’époque, quant au faciès attendu d’une prostitué ou d’une pauvresse, d’une presque mendiante, qui ne pouvait être que non conforme aux standards en matière de beauté pour une jeune fille dite de « bonne famille » ? Soif de choquer ou simple habitude ? Le mystère reste entier.
Cependant, la petite danseuse de quatorze ans possède une grâce indolente et rebelle qui ne peut que conquérir celui qui la découvre. Reflet d’une époque ou sortie de l’imagination de l’artiste, portrait de Marie ou création du maitre, qu’importe, elle nous intrigue et nous enchante, comme le font les œuvres de Degas, peintre, dessinateur, sculpteur sur le tard, puisque lorsqu’il devient aveugle, la dimension de la sculpture palliera en partie sa cécité. Le livre de Camille Laurens est en cela particulièrement intéressant qu’il dévoile tout cela et appelle notre conscience, éveille notre curiosité, avec juste ce qu’il faut d’interrogations et de réponses, et ce qu’il faut également de mystère irrésolu.

💙💙💙

L’exposition du musée d’Orsay :


Catalogue éditeur : Stock

« Elle est célèbre dans le monde entier mais combien  connaissent son nom ? On peut admirer sa silhouette  à Washington, Paris, Londres, New York, Dresde ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son  âge, quatorze ans, et le travail qu’elle faisait, car c’était déjà  un travail, à cet âge où nos enfants vont à l’école. Dans les  années 1880, elle dansait comme petit rat à l’Opéra de Paris, et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n’était pas un  rêve pour elle, pas l’âge heureux de notre jeunesse. Elle a  été renvoyée après quelques années de labeur, le directeur  en a eu assez de ses absences à répétition. C’est qu’elle avait  un autre métier, et même deux, parce que les quelques sous  gagnés à l’Opéra ne suffisaient pas à la nourrir, elle ni sa  famille. Elle était modèle, elle posait pour des peintres ou  des sculpteurs. Parmi eux il y avait Edgar Degas. »

Collection : La Bleue / Parution : 30/08/2017 / 176 pages / Format : 140 x 216 mm / EAN : 9782234069282 / Prix : 17.50 €

Un funambule. Alexandre Seurat

Étrange, oppressant, émouvant, déroutant, ce sont les mots qui me viennent après avoir refermé « Un funambule » le dernier roman d’Alexandre Seurat.

Domi_C_Lire_un_funambule_alexandre_seurat.jpg

Le funambule d’Alexandre Seurat est un personnage qui a perdu ses repères, un malade qui  tente de retrouver ses souvenirs d’enfance, surtout ceux qui l’ont rendu heureux. Car il s’en rend bien compte, la vie passe à côté de lui, comme ce quad sur la plage qui ne le voit même pas, cette boulangère qui ne le sert pas quand c’est son tour dans la file, elle ne le remarque même pas. Comme s’il était éternellement perdu, pour lui autant que pour les autres. Il écrit, mais ne veut pas être lu, il vit, mais en marge de la vie, terrorisé sans doute par cette normalité qui lui est inconnue.

Alors, les mots pour décrire les sentiments que je ressens à la lecture de ce roman sont divers.
Étrange, car ce jeune homme est un funambule qui se promène en marge de la vie, de la sienne comme de celle des autres sans arriver à se mettre à leur niveau, toujours en décalage, trop en haut, trop en bas, et surtout à côté, des gens, des choses, de la vie.
Oppressant, car il est malade, sans doute, incompris, certainement, malheureux, forcément, mais le lecteur est si démuni en le découvrant au fil des pages qu’un sentiment d’étrangeté et d’incompréhension domine cette lecture.
Émouvant, car on le comprend vite, Solenne l’a quitté, sa mère en a peur, son père ne lui parle par, sa sœur le regarde comme un extra-terrestre, il ne trouve pas sa place dans ce monde qui l’entoure.
Déroutant, car on le découvre au bord du vide, en équilibre, dans une bulle, seul, et pourtant l’impression est sous-jacente et nous laisse entrevoir que le monde pourrait l’intéresser, qu’il voudrait s’y inclure, qu’il attend on ne sait quoi.

J’avais beaucoup aimé l’écriture de La maladroite ce roman terriblement émouvant au sujet si difficile que j’avais attendu des semaines avant de trouver le courage de le lire. Je retrouve ici cette écriture hors du temps et des conventions. Phrases courtes, sentiment de solitude, étrangeté, qui passent si bien à travers les mots et les phrases d’Alexandre Seurat. Mais pourtant, j’ai l’impression d’être un peu passée à côté tant la prise en compte du personnage, la maitrise du sujet, m’a déroutée.

💙💙


Catalogue éditeur : Le Rouergue

Un jeune homme est réfugié dans la maison de vacances de ses parents, en bord de mer. Cela ne « va » pas, tout l’engloutit, la pensée de sa mère, sa relation avortée à la seule femme qu’il ait aimée, sa non-existence sociale. C’est un être effondré, un funambule qui marche au-dessus du vide. Alors qu’il retrouve les siens pour la fête des mères, il apprend qu’il doit se rendre avec son père à un rendez-vous médical dont il ne sait rien.

janvier 2018 / 96 pages / 12,00 € / ISBN 978-2-8126-1508-5

 

Douces déroutes. Yanick Lahens

« Douces déroutes », le nouveau roman de Yanick Lahens nous entraine à Port-au-Prince, là où beauté et misère se côtoient, là où violence et pauvreté évoluent dans un ballet sans cesse renouvelé.

Domi_C_Lire_douces_deroutes_yanick_lhens.jpgFrancis, un jeune journaliste français, vient d’arriver en Haïti lorsqu’il entend le soir de son arrivée, dans le resto-bar le Korosol, la voix intense de Brune, la chanteuse au charme magnétique. Il tombe sous le charme.
Le juge Berthier, qui n’est autre que le père de Brune, peut-être un des rares de son métier à être resté totalement intègre malgré les risques, vient d’être assassiné. Brune tente de continuer sa route malgré la douleur, le choc, la soif de comprendre. Cependant elle ne se résigne pas, malgré les conseils que lui prodigue son petit ami Cyprien, par ailleurs ancien élève de son père. Elle reprend pied peu à peu, mais tente de comprendre, de savoir pourquoi cet homme qui lui a tout appris – la musique, l’amour, l’exigence – est mort de façon aussi violente..

Elle est aidée en cela par Pierre, son oncle. Lui aussi vit en marge de la société haïtienne, il a d’ailleurs dû s’exiler pendant de nombreuses années, car son homosexualité présentait un risque autant pour lui autant que pour sa famille. Alors même si tout leur dit que cette enquête est vouée à l’échec, que la vérité ne pourra pas émerger des bas-fonds ou du mystère, de l’horreur ou de la misère, chacun tente de comprendre pour se reconstruire. Ils sont assistés et soutenus par un cercle d’amis, proches et fidèles.

Cette enquête, et ses personnages arrivant de milieux si différents aux caractères bien trempés, sont un alibi parfait pour l’auteur qui va nous faire découvrir la face cachée de cette ile qui n’est ni paradisiaque ni horrible, mais bien un mélange subtil de tout cela. Là où semblent régner corruption et misère, pauvreté et solitude, l’auteur distille peu à peu les raisons sordides qui ont mené au meurtre, dissèque les relations entre ceux qui, intègres ou voyous, côtoient pour le meilleur et pour le pire ceux qui ont réussi. Dans Port-au-Prince, le poumon de l’ile, chacun  cherche un nouveau souffle pour sortir de la pauvreté, dans ce paysage qui n’est ni idyllique, ni catastrophique, et dont le lecteur sent toute l’énergie et le souffle bouillonnants de vitalité.

J’ai découvert une écriture imagée, ciselée, vivante, et un auteur dont le succès n’est plus à démontrer. Entre roman noir et polar, ces « Douces déroutes » surprennent le lecteur par les émotions qu’elles suscitent, par l’ambiance qui s’en dégage, les sentiments qu’elles dissèquent subtilement. Ici Port-au-Prince devient l’un des personnages principaux de l’intrigue, dévoilant partiellement ses mystères et ses secrets les plus sombres, ville capitale dont le système politico-économique semble fortement gangrené par la corruption et la criminalité. Sous les mots de Yanick Lahens, la ville grouille, la ville vit, la ville meurt.

💙💙💙💙

Pour découvrir Haïti autrement, lire le roman de Louis-Philippe Dalembert Avant que les ombres s’effacent (chez Sabine Wespieser éditeur)


Catalogue éditeur : Sabine Wespieser

À Port-au-Prince, la violence n’est jamais totale. Elle trouve son pendant dans une « douceur suraiguë », douceur qui submerge Francis, un journaliste français, un soir au Korosòl Resto-Bar, quand s’élève la voix cassée et profonde de la chanteuse, Brune.
Le père de Brune, le juge Berthier, a été assassiné, coupable d’être resté intègre dans la ville où tout s’achète. À l’annonce de la mort de ce père qui lui a appris à « ne jamais souiller son regard », la raison de sa fille a manqué basculer. Six mois après cette disparition, tout son être refuse encore de consentir à la résignation.
Son oncle Pierre n’a pas non plus renoncé à élucider ce crime toujours impuni. Après de longues années passées à l’étranger, où ses parents l’avaient envoyé très jeune – l’homosexualité n’était pas bien vue dans la petite bourgeoisie –, il vit reclus dans sa maison, heureux de rassembler ses amis autour de sa table les samedis.
Aux côtés de Brune et de Pierre ; d’Ézéchiel, le poète déterminé à échapper à son quartier misérable ; de Nerline, militante des droits des femmes ; de Waner, non-violent convaincu ; de Ronny l’Américain, chez lui en Haïti comme dans une seconde patrie, et de Francis, Yanick Lahens nous entraîne dans une intrigue haletante. Au rythme d’une écriture rapide, électrique, syncopée, comme nourrissant sa puissance des entrailles de la ville, elle dévoile peu à peu, avec une bouleversante tendresse, l’intimité de chacun. Tout en douceur, elle les accompagne vers l’inévitable déroute de leur condition d’êtres humains. Russell Banks l’affirme dans sa préface à l’édition américaine de Bain de lune : « Ce qui est indéniablement vrai des personnages de Lahens l’est indéniablement pour chacun d’entre nous. »

Disponible en librairie au prix de 19 €, 232 p / ISBN : 978-2-84805-280-9 / Date de parution : Janvier 2018