Imago. Cyril Dion

Imago, le roman de Cyril Dion interroge ses lecteurs sur le conflit israélo-palestinien. Comment vivre ses idéaux, fussent-ils ceux du terrorisme. Comment vivre sur une terre de conflit et s’épanouir, se transformer, se révéler à soi-même ?

Domi_C_Lire_imago_cyril_dion.jpgImago, c’est en Palestine, l’histoire de deux frères, Nadr le pacifiste et Khalil le révolté.
C’est aussi à Paris, Fernando Clerc. Cet homme étrange travaille au fonds, ce fonds qui aide et finance les pays en difficulté. Rapidement on comprend qu’il y a un lien entre ces trois-là mais que le destin les a définitivement séparés.
C’est aussi Amandine, cette femme qui s’est exilée dans la solitude. La mère de Nadr, la mère de Fernando, le père des trois…
Trois hommes jeunes, trois engagements différents pour  trouver une place dans un monde qui ne leur convient pas. Khalil veut faire le djihad et venir se faire exploser  à Paris, Nadr veut sauver son frère, qui malgré le fait qu’il le rejette, est sa famille. Fernando, on le comprend, a un problème avec la Palestine, et avec sa mère, mais quel est ce problème ?

Dans la première partie, Cyril Dion pose ses personnages, sous forme d’un roman choral qui perd un peu le lecteur, mais qui est une base indispensable pour la suite. De Gaza à Paris, de Marseille à l’Égypte, d’un personnage à l’autre, sans lien apparent.
Dans la deuxième partie, la densité des personnages prend corps, leurs volontés, leur passé,  les liens qui les lient entre eux, pour le pire d’avantage que pour le meilleur.

Un roman étonnant qui interroge sur le conflit israélo-palestinien, sur l’engagement que l’on peut souhaiter dans une action terroriste, sur deux visions d’un même monde, qu’il soit vécu de l’intérieur au Moyen-Orient ou depuis son bureau confortable loin du théâtre d’opérations en Europe, mais aussi sur la solitude, la famille et les liens du sang. Porté par une écriture descriptive, imagée, colorée, car malgré le sujet, chaleur, odeurs, couleurs, transpirent dans ce récit d’une intrigue familiale sur fond d’Histoire et d’humanité. On appréciera également le fait que l’un des frères soit féru d’écriture et de poésie, comme un rappel que culture et instruction sont aussi des moyens de sauver le monde.

Premier roman lu dans le cadre des 68 premiers romans.

💙💙


Catalogue éditeur : Actes Sud

Parce que son frère s’apprête à commettre en France l’irréparable, Nadr le pacifiste se lance à sa poursuite, quitte la Palestine, franchit les tunnels, passe en Égypte, débarque à Marseille puis suit la trace de Khalil jusqu’à Paris. Se révolter, s’interposer : deux manières d’affronter le même obstacle, se libérer de tout enfermement, accéder à soi-même, entrer en résilience contre le sentiment d’immobilité, d’incarcération, d’irrémédiable injustice.
Sous couvert de fiction, ce premier roman est celui d’un homme engagé pour un autre monde, une autre société – un engagement qui passe ici par l’imaginaire pour approcher encore davantage l’une des tragédies les plus durables du XXe siècle.

Août, 2017 / 11,5 x 21,7 / 224 pages / ISBN 978-2-330-08174-4 / prix indicatif : 19, 00€

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s