Le lambeau. Philippe Lançon

Quand on a vécu l’horreur, comment peut-on se reconstruire ? Le lambeau, de Philippe Lançon est un coup puissant porté à nos émotions. C’est certainement l’un des livres les plus marquants de ces dernières années.

Domi_C_Lire_le_lambeau_philippe_lanconCommencer ce livre, et penser aux morts, à leur familles, à tous les perdants,
Commencer ce livre et penser aux vivants,
Commencer ce livre et penser à tous les blessés, ceux qui doivent vivre avec, vivre après, vivre pourtant…
Commencer ce livre, et ne pas comprendre l’horreur qui frappe des innocents au nom d’un Dieu qui serait tout puissant et surtout qui serait l’instigateur de l’horreur ? Qui, dites-moi qui pourrait croire ça ?

Philippe Lançon est critique pour Libération et Charlie hebdo, ce journal quasi moribond en début 2015. Arrive le 7 janvier, jour de la réunion éditoriale chez Charlie, puis l’horreur, les morts autour de vous, les bruits, l’attente, et d’interminables journées d’hospitalisation, d’opérations diverses et hasardeuses, de tentatives de reconstruction en restant cependant comme terré dans sa chambre d’hôpital, protégé, entouré dans une bulle de silence, loin des bruits et de la fureur du monde extérieur, celui qui a détruit votre monde.

Quand on n’a plus que la moitié d’un visage, comment fait-on ?
Quand on n’est plus qu’une partie de soi-même, ayant perdu ses compagnons, ses projets, son futur, sa vie, comment fait-on ?

Dans ce roman/récit, Philippe Lançon, rescapé atrocement blessé de l’attentat de Charlie Hebdo en janvier 2015 parle de ce qu’il s’est passé ce jour-là, ce jour entre parenthèses, mais surtout de l’homme qu’il était encore à ce moment-là mais qu’il ne sera plus jamais après. Il décrit ces parenthèses d’horreur, de violence, de souffrance, mais aussi tout le cheminement, d’abord peut-être automatique, puis conscient, pour comprendre ce qui vous est arrivé, comprendre et tenter de se reconstruire. Philippe Lançon se dévoile, au plus intime, au plus profond, il se met à nu devant nous, physiquement et moralement, et c’est un concentré d’émotions qu’il nous distille avec ses mots, à lire par petites touches tant il vous emporte et vous terrasse.

Ce récit est un pavé d’émotion, de douleur, d’optimisme, de chagrin, d’humanité, face à la monstruosité du terrorisme, de ces hommes ou ces femmes capables de tuer des innocents au nom de leur Dieu. Et l’on peut se demander au nom de qui ou de quoi se permet-on de prendre la vie d’un homme ?

Mais dans la vie d’un grand blessé, il y a aussi les accompagnants, pompiers, premiers secours, médecins, chirurgiens, personnel hospitalier, soignants, psychologues, qui parfois prennent une part du fardeau, mais qui toujours savent donner au-delà de ce que l’on imagine, qui soutiennent et amènent à croire à un début ou à une possible guérison.

La lecture est difficile, prend du temps, car il faut digérer les émotions, les informations, impossible de se mettre à la place de l’auteur, qui est ici plus vivant que n’importe qui et qui nous entraine à sa suite, dans ses pensées, ses questionnements, ses désespoirs et ses espérances aussi.

Si je n’y ai trouvé aucun pardon, mais beaucoup d’interrogations, je suis cependant admirative de la façon dont l’auteur parle et envisage ce qui lui est arrivé. Je n’y vois aucune haine, mais au contraire une forme de reconstruction mentale, à la suite de la reconstruction physique, un hymne à la vie, à la liberté, en l’Homme aussi, celui (ou celle) qui reconstruit, qui soulage, qui soigne.
Et en digression peut-être, je ne peux m’empêcher de penser aux rescapés des camps de la mort, quels qu’ils soient, qui ont souvent été obligés de se taire tant la douleur était profonde et destructrice, et parce qu’en parler aurait sans doute été une seconde mort, ou à ceux qui au contraire ont dit, expliqué, présenté, pour pouvoir avancer après ça…

J’ai lu Le lambeau, le roman de Philippe Lançon en mai. Il m’aura fallu tout ce temps pour mettre de la distance entre ses mots et moi, entre ses pages et mes sentiments, entre la vie de l’auteur et mon empathie, et surtout pour simplement oser en parler. A lire, absolument !

💙💙💙💙💙

Je vous conseille de lire également le roman/témoignage d’Erwan Larher, Le livre que je ne voulais pas écrire, paru chez Quidam éditions.


Catalogue éditeur : Gallimard

Domi_C_Lire_le_lambeau_philippe_lancon_gallimardLambeau, subst. masc.

  1. Morceau d’étoffe, de papier, de matière souple, déchiré ou arraché, détaché du tout ou y attenant en partie.
  2. Par analogie : morceau de chair ou de peau arrachée volontairement ou accidentellement. Lambeau sanglant ; lambeaux de chair et de sang. Juan, désespéré, le mordit à la joue, déchira un lambeau de chair qui découvrait sa mâchoire (Borel, Champavert, 1833, p. 55).
  3. Chirurgie : segment de parties molles conservées lors de l’amputation d’un membre pour recouvrir les parties osseuses et obtenir une cicatrice souple. Il ne restait plus après l’amputation qu’à rabattre le lambeau de chair sur la plaie, ainsi qu’une épaulette à plat (Zola, Débâcle, 1892, p. 338).

(Définitions extraites du Trésor de la Langue Française).

Collection Blanche, Gallimard / Parution : 12-04-2018 / 512 pages, 140 x 205 mm / Achevé d’imprimer : 01-04-2018 / Époque : XXIe siècle / ISBN : 9782072689079

Publicités

Le chien de Schrödinger. Martin Dumont

Une relation fusionnelle père-fils, à la vie, à la mort. « Le chien de Schrödinger » est un magnifique roman de Martin Dumont qui vous émeut, vous laisse sans voix, pantelant de chagrin et de lucidité face à la violence des sentiments et de la vie.

Domi_C_Lire_le_chien_de_schroninger.JPGJean a un amour dans sa vie, son fils, Pierre, surtout depuis la mort, alors qu’elle était bien trop jeune, de sa femme la douce et instable Lucille. Peu à peu, elle a sombré dans la folie. Jusqu’à l’accident fatal, qui laisse ce père seul avec un fils dont il s’occupe, qu’il adore, et la relation tendre, intense, se noue peu à peu entre ces deux hommes que rien de peut séparer.

A la mort de sa femme, Jean change de métier. Il devient taxi de nuit pour mieux s’occuper de son petit. La relation est belle entre ce père et son fils qui grandit. Des bonheurs partagés, une éducation plutôt réussie sans trop de conflits ni de tensions. Pourtant, depuis quelque temps Pierre est fatigué sans raison, enfin, jusqu’au jour où la maladie, sournoise et cruelle s’annonce, fatale. Alors comment réagir face à cette horreur indicible qu’est la mort annoncée d’un enfant, cet adolescent qui a une vie entière à vivre, à aimer, à créer, à rêver ? Jean accompagne Pierre sur son lit de douleur, Pierre accompagne Jean vers la perte. Il y a peu de mots, mais beaucoup d’amour entre les deux hommes, peu de mots mais beaucoup d’échanges entre ce père et son fils.

C‘est magnifique et pourtant tellement triste, les mots sont justes, les sentiments évoqués avec énormément de pudeur et de douceur, de violence aussi parfois face à cet inéluctable que l’on voudrait chasser au loin. L’auteur évoque avec ses mots choisis le chagrin absolu des perdants, ceux qui restent et doivent vivre après, avec ce vide, cette douleur, cette absence… il y a tant d’humanité, d’amour, d’humour aussi parfois dans ce très beau premier roman, une pépite à découvrir !

💙💙💙💙💙

Sur cette relation entre un père et son fils, on peut lire également le roman de Pierre Jourde Winter is coming. L’auteur parle de la maladie de son fils, mais c’est un roman que j’ai trouvé beaucoup moins pudique et sincère, qui ne m’a pas émue comme celui-ci.


Catalogue éditeur : Delcourt littérature

« Les fils grandissent en s’éloignant des pères ; c’est dans l’ordre des choses. »

Le monde de Jean, c’est Pierre, le fils qu’il a élevé seul. Depuis presque vingt ans, il maraude chaque nuit à bord de son taxi, pour ne pas perdre une miette de son fils. Il lui a aussi transmis son goût pour la plongée, ces moments magiques où ensemble ils descendent se fondre dans les nuances du monde, où la pression disparaît et le cœur s’efface. Mais depuis quelque temps, Pierre est fatigué. Trop fatigué. Il a beau passer son temps à le regarder, Jean n’a pas vu les signes avant-coureurs de la maladie. Alors de l’imagination, il va lui en falloir pour être à la hauteur, et inventer la vie que son fils n’aura pas le temps de vivre. Quand la vérité s’embrouille, il faut parfois choisir sa réalité. Un premier roman pudique et poignant, le roman de l’amour fou d’un père pour son fils.

Parution le 11 avril 2018 / 144 pages / 15€

À propos de l’auteur : Né a Paris en 1988, Martin Dumont a longtemps vécu en Bretagne, où il est tombé amoureux de la mer. Un décor au cœur de son premier roman, Le Chien de Schrödinger, et une passion dont il a fait sa profession : il est aujourd’hui architecte naval. (source Delcourt littérature)

Quand je serais grand je serais Nana Mouskouri. David Lelait-Helo

Il faut toujours suivre son rêve, quel qu’il soit, y croire même si votre rêve  est : Quand je serais grand je serais Nana Mouskouri ! C’est ce que l’on découvre dans la biographie romancée de David Lelait-Helo.

Domi_C_lire_quand_je_serais_grand_je_serais_nana_mouskoury_pocketVous vous souvenez de Nana Mouskouri vous aussi ? Alors ça veut dire que comme moi vous avez déjà traversé quelques décennies, et que le visage un peu rond, les lunettes si noires, et la voix cristalline et extraordinaire de cette chanteuse parle à vos souvenirs.
Et l’amour en héritage me direz-vous ? Oui, moi aussi j’ai regardé cette série, dont je ne me souviens de rien par contre, si ce n’est du générique chanté par Nana.

Mais alors, que vient-elle faire ici ? Eh bien elle est un peu comme un fil rouge, ou noir pour la couleur des lunettes et des cheveux, dans la vie du jeune David.  Car David est un garçon différent, sa sensibilité et son homosexualité font de lui la cible idéale, la proie des cours d’école.

David a deux amours. Sa Nana, celle qu’il deviendra plus tard, comme on devient pompier ou pilote de ligne, et sa mamie adorée,  qu’il aime d’un amour plus grand que mon cœur de gosse, qui le comprend si bien, l’accompagne, le soutien, et dont il illumine la vie de chaque jour par ses visites, ses mots, ses gestes d’amours de petit garçon. Cette mamie Aimée que le petit garçon, devenu adulte avant l’âge, accompagnera tout au long de ses derniers instants.

Ce roman est absolument touchant, émouvant même, et tellement sincère. D’une écriture élégante et fine, toute en tendresse aussi, ce jeune David qui trace son destin nous bouleverse. Quand je serais grand je serais Nana Mouskouri se lit facilement, mais en même temps vous laisse avec de nombreuses interrogations, sur votre propre comportement, votre vision des autres, de l’enfance et de la famille, sur l’amour aussi. une jolie découverte.

Lire également la chronique de Geneviève du blog Mémo Émoi

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Pocket éditions

Une voix, des lunettes : une révélation. Milou a 13 ans lorsqu’il abandonne une idole, un monstre orange du nom de Casimir, pour une autre, chanteuse, grecque et mondialement connue. Quand il sera grand, c’est décidé, il sera Nana Mouskouri. Ce n’est pas un métier, évidemment : c’est un destin….

Lire la suite

Né en 1971, David Lelait-Helo vit aujourd’hui à Paris. Il est l’auteur de nombreuses biographies qui ont paru aux éditions Payot – Evita, le destin mythique d’Eva Perón (1997), Maria Callas : j’ai vécu d’art, j’ai vécu d’amour (1997), Sur un air de Piaf (2003) –, et aux éditions Télémaque – Dalida (2016), Romy (2017), Barbara (2017) – ainsi que de deux recueils de sagesse : Si le bonheur m’était conté… (2011) et Si l’amour m’était conté… (2013). En 2009, Le Roman de la chanson française paraît aux éditions du Rocher. Il a également publié des essais et des romans aux éditions Anne Carrière : Gay culture (1998), Les Impostures de la célébrité (2001), Poussière d’homme (2006), Sur l’épaule de la nuit (2010), C’était en mai, un samedi (2012) et D’entre les pierres (2014). Son dernier roman, Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri, a paru en 2016 chez le même éditeur.
Retrouvez toute l’actualité de l’auteur sur : http://david-lelait-helo.blogspot.fr/ (Source Pocket)

EAN : 9782266276443 / Pages : 224 / Format : 108 x 177 mm / Date de parution : 13 Octobre 2016 / Parution chez Pocket : 05/10/2017