Je t’ai oubliée en chemin. Pierre-Louis Basse

Je t’ai oubliée en chemin, de Pierre-Louis Basse, ou comment se remettre d’une rupture à la mode d’aujourd’hui, sans dialogue et par sms.

Quand celle que vous aimez vous envoie un sms pour mettre fin à sept ans de relation, et vous impose le ghosting, cette étrange façon de mettre fin à une histoire d’amour en disparaissant de tous vos radars, cela donne une autre dimension à la rupture, brutale, directe, définitive et quasi instantanée … C’est de cette étrange fin que l’auteur nous parle ici. Cependant, si le sujet, profond et intime, m’a touchée, il m’a semblé parfois léger. Mais sans doute est-il surtout prétexte à coucher sur le papier des réflexions plus profondes, à une véritable introspection ? Car en fait, l’auteur chemine dans sa vie, son amour perdu, comme dans les forêts normandes qui entourent la bonne ville de Bernay dans laquelle il a emménagé quelque temps auparavant.

Ici, la puissance de l’écriture vient surtout de l’analyse de sentiments, de la réaction face au chagrin, à la souffrance, des questionnements sur la façon dont on peut se remettre, se relever de l’abandon, quels remèdes, quelles solutions, et quelles réflexions cela vous donne sur la vie. Mais du coup, oubliant Ana, le lecteur se perd dans les brumes qui s’élèvent dans la vie du narrateur.

Il s’agit d’Ana bien sûr, et de cette rupture par un sms sibyllin, puis de l’absence, définitive. Absence difficile à accepter quand elle signifie non pas la mort mais bien la disparition de celui ou celle que l’on a aimé. Pourtant, les mois passent, sept, comme les chapitres ouverts pour dire cette aventure, ce chagrin… Et la douleur s’estompe, au fil des marches dans la forêt, des rencontres avec les amis toujours présents, les souvenirs d’enfance affleurent, d’autres amours passées, d’autres amis, d’autres vies, puis le narrateur auteur reprend goût à la vie et s’ouvre à de nouvelles promesses. Car bien sûr, même les plus grandes peines d’amour finissent par s’effacer pour laisser la place à des lendemains plus lumineux…

Comme le disais si bien George Brassens : « Le vingt-deux de septembre, aujourd’hui, je m’en fous… Et c’est triste de n’être plus triste sans vous »

Si je me souviens des chroniques Pierre-Louis Basse sur Europe 1, par contre je n’avais encore jamais lu cet auteur qui m’a séduite par son écriture et sa sensibilité.

💙💙💙

Catalogue éditeur : Le Cherche-midi

Le baiser du Nouvel An était sans amour. Funèbre et froid, comme un hiver normand. Deux jours plus tard, par SMS, la femme pour laquelle il nourrit une passion depuis sept ans apprend à Pierre que tout est fini. Il est tout simplement rayé de la carte, effacé.
« Ce genre d’amour qui meurt fait un bruit d’hôpital. » Lire la suite

EAN : 9782749161150 / Nombre de pages : 128 / Format : 140 x 220 mm / Date de parution : 03/01/2019 / prix : 17€

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s