Que faire à Chartres ?

Aller voir la maison Picassiette !

Une fois que vous aurez visité la cathédrale bien sûr ! Ce havre de paix exceptionnel qui me fait toujours le même effet à chaque visite. Marcher sur ce sol mille fois piétiné au fil du temps, admirer les vitraux, et vivre un moment suspendu empli d’une grande sérénité.

Si je n’ai encore jamais eu l’occasion de visiter la maison du facteur Cheval, mes pas m’ont portée vers un lieu sans doute moins emblématique de Chartres,  la maison Picassiette !

Picassiette ou l’art brut ? Qui a dit qu’il ne fallait pas casser la vaisselle ! Car voyez, Raymond Isidore a su faire son œuvre des déchets communs, qu’il a trié, sélectionné, valorisé à sa façon. Né à Chartres le 8 septembre 1900, issu d’un milieu modeste, il achète en 1929 le terrain au 22 rue du Repos, dans le quartier chartrain de Saint-Chéron où il s’installe avec sa femme Adrienne Dousset.

Toute sa vie, Raymond Isidore ramasse des petits bouts de verre ou des débris, morceaux de vaisselle brisée, verre, faïences et bien sûr quelques assiettes (on s’amuse  à l’occasion de la visite à tenter de reconnaitre les provenances de certaines faïences régionales).

Lorsqu’il se promène, il sait regarder puis ramasser ces morceaux de faïence qu’il transforme en mosaïques dans l’idée d’embellir sa maison-œuvre si singulière. Peu à peu, il en pose sur chaque recoin, à l’intérieur comme à l’extérieur, aucune barrière n’arrête sa créativité débordante ! Il couvre tout, sol et murs, objets et meubles, le jardin n’échappe pas à l’artiste autodidacte mais passionné. Il devra même acheter un terrain supplémentaire pour laisser pendant plus de vingt-cinq ans libre cours à son imagination : jardin, chapelle, maison d’été !

On ne peut qu’être ébaubi devant ses réalisations ! Diversité des formes et des sujets, nombre foisonnant jusqu’au vertige, et tenter d’imaginer le travail de fourmi réalisé par cet homme tout au long de sa vie.

Le regard ne sait pas où se poser, l’œil en tournerait presque de l’œil et nous avec, tant il y a à voir et à découvrir…l’imagination est au pouvoir ! Le visiteur cherche à comprendre, à déchiffrer. Mais qu’importe, laissons-nous porter, acceptons le mystère, la folie, l’art sous cette forme, car c’est forcément de l’art !

Raymond Isidore commence ce travail (en est-ce un ?) en 1938. Il ne l’interrompt qu’en 1962, peu de temps avant sa mort en 1964.

Mais alors… Non, ne me dites pas que dès demain vous allez garder la vieille assiette de grand-mère qui vient de se briser,  les morceaux de verre colorés trouvés sur la plage, ou même l’affreux vase de belle-maman que vous venez malencontreusement de laisser tomber, et bien d’autres encore, pour en faire quelques jolies mosaïques ? Attention, l’esprit Picassiette est peut-être contagieux !

Maison Picassiette, 22, rue du Repos, Chartres.

La maison Picassiette acquise pas la Ville de Chartres en 1981 est classée monument historique depuis 1983.

En août : du lundi au samedi de 10 à 18 heures. Fermé le mardi. Le dimanche de 14 à 18 heures. En septembre : du lundi au samedi, de 10 heures à 12 h 30 et de 14 à 18 heures. Fermé le mardi. Le dimanche de 14 à 18 heures. Tél. 02.37.34.10.78.

Publicités

Une réflexion sur “Que faire à Chartres ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s