Tous tes enfants dispersés, Beata Umubyeyi Mairesse

Tous tes enfants dispersés, un roman qui dit la grande Histoire, celle du Rwanda sur fond de génocide, avec ses blessures et ses cicatrices, à travers l’histoire de trois générations

J’avais écouté l’auteur évoquer ce roman lors des correspondances de Manosque en septembre 2019.  J’avais entendu ses mots, j’ai enfin découvert dans son écriture cette sensibilité et cette façon de nous dire l’Histoire de ce massacre que l’on ressentait en l’écoutant. Comment du jour au lendemain, ceux qui se fréquentaient sont-ils devenus ennemis, comment la mort a-t-elle pu anéantir des milliers de personnes, simplement parce qu’elles appartenaient à une tribu et pas à une autre.

Rwanda, 1994, le pays se déchire, les Hutu massacrent les Tutsi, Blanche fuit la mort, son frère entre en guerre, sa mère Immaculata reste au pays. Viendront les années d’après-guerre, la découverte des massacres, les morts à enterrer, les vengeances qui ne demandent qu’à être assouvies.

Rwanda 1997, Blanche retourne au pays et tente de renouer le lien avec sa mère, avec son frère. Nous allons la suivre à travers ce chemin qu’elle va faire vers les siens, ceux qui sont encore là, ceux qu’elle a perdu pour toujours, ceux qu’elle a manqué, qui se sont perdus, qui ont disparu, et sans doute aussi, un chemin vers elle, pour s’accepter et vivre malgré tout.

Puis Stokely, son fils, va à son tour chercher à comprendre et connaître sa famille, ses origines.

Car comment peut-on vivre, ou seulement survire, quand les autres sont morts, exterminés, quand on se tient au bord de ce gouffre qui a enseveli une partie de la population anéantie par l’autre partie. Comment peut-on survivre quand on a fui pour ne pas être soi-même exterminée ?

Et comment arrive-t-on à communiquer avec ceux qui ont vu, qui ont vécu, qui ont vu mourir tant d’autres, qui ont cherché et trouvé tant de corps mutilés, de cadavres à enterrer, et que l’on est soi-même parti sans vivre tout ça de manière aussi intime.

C’est un roman qui dit la souffrance, la difficulté d’être, de se parler, de communiquer, de vivre tout simplement. Un roman à lire, émouvant, prenant, qui montre le chemin à nos yeux qui se dessillent à mesure que l’on poursuit cette lecture.

Catalogue éditeur : autrement

Peut-on réparer l’irréparable, rassemble ceux que l’histoire a dispersés ? Blanche, rwandaise, vit à Bordeaux après avoir fui le génocide des Tutsi de 1994. Elle a construit sa vie en France, avec son mari et son enfant métis Stokely. Mais après des années d’exil, quand Blanche rend visite à sa mère Immaculata, la mémoire douloureuse refait surface. Celle qui est restée et celle qui est partie pourront-elles se parler, se pardonner, s’aimer de nouveau ? Stokely, lui, pris entre deux pays, veut comprendre d’où il vient.
Ode aux mères persévérantes, à la transmission, à la pulsion de vie qui anime chacun d’entre nous, Tous tes enfants dispersés porte les voix de trois générations tentant de renouer des liens brisés et de trouver leur place dans le monde d’aujourd’hui. Ce premier roman fait preuve d’une sensibilité impressionnante et signe la naissance d’une voix importante.

Paru le 21/08/2019 / 256 pages – 137 x 211 mm / ISBN : 9782746751392 / Prix : 18,00€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s