Cachemire rouge, Christiana Moreau

Des plateaux de Mongolie aux ateliers de couture italiens, le rêve de deux jeunes filles dans l’enfer de l’esclavage moderne

Dans les steppes encore sauvages de Mongolie, Bolormaa vit avec sa famille. Éleveurs de chèvres pour y prélever le cachemire tant convoité par les occidentaux. Mais le vent assèche les steppes déboisées par l’homme, le sable et la désertification avancent,  les troupeaux se raréfient et les éleveurs sont menacés. Trop appauvris, ils doivent se sédentariser, abandonner ce nomadisme hérité de lignées d’ancêtres. En suivant les préceptes et l’enseignement de sa grand-mère, Borlomaa a appris la teinture naturelle, et comme elle a le droit de prélever un peu de laine, elle teint puis tisse un magnifique pull d’une couleur rouge incroyablement belle et unique. Arrivée à Ordos, en Chine, elle va réussir à le vendre à Alessandra, une styliste italienne qui vient s’approvisionner là pour sa boutique de Prato.  Elle va maintenant travailler dans un de ces ateliers appartenant aux chinois qui ont désormais capté le marché du cachemire en Mongolie.

Ce nouvel emploi est une forme d’esclavage moderne, le temps passe et Borlomaa n’en voit pas le bout. Avec sa nouvelle amie Xiaoli, elles décident de partir pour gagner l’Italie. Du transsibérien aux camions de passeurs, elles traversent les immenses étendues que l’auteur nous fait découvrir avec elles, avant d’arriver enfin sur leur terre promise. Mais la vie à l’arrivée est-elle un piège, plus difficile que celle abandonnée en Chine ?

Ce que j’ai aimé ? Si ce roman est finalement assez optimiste, avec un côté qui m’a fait penser à La tresse, avec les personnages de ces deux jeunes filles, la force de l’amitié, du courage, de l’entraide, de la famille et du travail. Il m’a surtout permis d’en savoir plus sur l’origine de ce cachemire que j’aime tant. De comprendre aussi pourquoi la qualité qui était incroyable il y a quelques années est plus difficile à trouver aujourd’hui. Comprendre d’où provient cette laine si fine, si douce, qui est tant recherchée ; de savoir surtout comment vivent, ou ne vivent plus, les nomades de Mongolie, ces éleveurs qui ont vu leur troupeaux décimés, et voient aujourd’hui les chinois avoir la mainmise sur la production. Enfin, j’ai pu découvrir comment le milieu du textile italien est aujourd’hui cannibalisé par les triades chinoises. Avec en particulier l’exploitation des jeunes migrantes rendues au statut d’esclaves modernes. Soumises au bon vouloir de patrons qui confisquent leurs passeports à leur arrivée et les font travailler pendant des années. Dans ces ateliers pas forcément tous clandestins règne une grande misère. Les travailleuses à la chaine œuvrent là pendant des heures interminables sans espoir de s’en sortir et de recouvrer un semblant de liberté.

Du même auteur, on se souvient du premier roman La sonate oubliée, qui nous avait embarqués à Venise

Catalogue éditeur : Préludes

Trois destins liés par un fil rouge, celui d’un précieux cachemire tissé de manière ancestrale. Toscane. Alessandra est fière de la qualité des pulls et étoffes qu’elle vend dans sa boutique de Florence. Une fois par an, elle va s’approvisionner en Asie. Jusqu’à ce coup de foudre pour le cachemire rouge filé par une jeune fille, Bolormaa. Dans les steppes de Mongolie, celle-ci mène une existence nomade avec sa famille, en communion avec la nature. Mais, lorsqu’un hiver glacial décime leur troupeau de chèvres, elle doit quitter ses montagnes pour travailler à l’usine en Chine. C’est là qu’elle rencontre XiaoLi. Bientôt, dans l’espoir de se construire un avenir meilleur, les deux amies font le choix du départ. De l’Asie à l’Europe, du Transsibérien jusqu’en Italie, elles braveront tous les dangers pour prendre leur destinée en main et tenter de réaliser leur rêve.
Avec humanité et un grand sens du romanesque, Christiana Moreau compose une histoire vibrante, véritable ode à l’amitié et au courage.

Paru le : 24 Avril 2019 / Format : 130 x 200 mm / 272 pages / EAN : 9782253045663 : Prix : 16.90 € / EAN numérique: 9782253089933 : Prix numérique : 10.99 €

6 réflexions sur “Cachemire rouge, Christiana Moreau

    • Domi mai 2, 2020 / 09:32

      oui, et c’est un roman agréable à lire, important en ce moment où on a parfois du mal à fixer son attention

      Aimé par 1 personne

  1. Christiana mai 2, 2020 / 11:39

    Merci pour ce bel article. Je ne lis pas souvent d´analyse aussi bien pensée. Vous êtes manifestement amateur de cachemire.

    Aimé par 1 personne

    • Domi mai 2, 2020 / 20:27

      Oui, je les aime, et je me souviens de ceux qu’on achetait il y a fort longtemps et qui duraient une vie, on en est loin aujourd’hui. Merci pour ce roman aux personnages attachants qui nous instruit tout en nous divertissant

      J'aime

      • christiana moreau mai 3, 2020 / 09:44

        J’en ai même vu des paniers remplis, de toutes les couleurs, sur un marché à Rome à 20€

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s