Le premier qui tombera, Salomé Berlemont-Gilles

La désillusion du rêve français et la difficulté de l’intégration au pays de la liberté, égalité, fraternité

Hamadi noie sa vie dans l’alcool, prostré sur un brancard, c’est aujourd’hui un ivrogne perdu dans la blancheur de l’hôpital. Sa longue déchéance ne pouvait pas se terminer autrement, mais comment en est-il arrivé là ?

Il est arrivé en France avec ses parents trente ans auparavant. Ce pays porteur d’espoir, de liberté et d’égalité qui accueille, éduque, protège ceux qui souffrent et doivent fuir leur pays.

C’est une famille aisée et confortablement installée dans la vie qui quitte Conakry en Guinée pour fuir le régime de Sékou Touré. Le père Chirurgien, la mère et la fratrie s’installent en région parisienne dans une banlieue hostile. Là, les espoirs s’envolent lorsque le Chirurgien comprend qu’il ne pourra pas exercer son métier, celui pour lequel il était largement reconnu et apprécié dans son pays. Marie, la mère, une belle femme d’origine peule, n’a jamais travaillé. Mais elle trouve rapidement un emploi de caissière, car il faut faire vivre la famille. Le Chirurgien ne parvient pas à trouver d’emploi  et doit accepter de devenir un simple.

Hamadi est l’enfant chéri, le fils préféré de sa mère, bon élève au pays, il est celui qui doit montrer l’exemple et protéger les frères et sœurs. La tâche est lourde de sens, le poids trop grand pour ses épaules. A l’école, après des débuts prometteurs, c’est avec une bande de voyous qu’il s’accoquine pour se faire accepter du quartier, pour enfin s’autoriser à vivre. Devenu à son tour membre de la Fraternité, petit voyou comme eux, ils entre rapidement dans la spirale de la délinquance. Et quitte l’école pour des emplois plus généreux et plus faciles. Si les frères ont beaucoup de mal à s’intégrer, les filles et la mère portent une fois encore sur leurs épaules l’unité et l’espoir de la famille.

Hamadi, que l’on suit à trois étapes importantes de sa vie, est un personnage attachant, aussi fort et toujours prêt à se relever que faible et émouvant. La dimension de la famille, l’attachement à la fratrie, la difficulté d’être et de s’insérer, et de magnifiques descriptions de ces vies compliquées dans des banlieues parfois sordides rendent ces personnages terriblement humains.

L’écriture est dense et précise, faite de détails et de descriptions qui ne sont pourtant jamais de trop. Ce roman social sur l’exil, la banlieue, la jeunesse est d’une puissance incroyable. Il est à la fois émouvant, prenant, réaliste et dur. L’autrice explore avec intelligence et acuité la difficulté qu’il y a à se faire accepter pour les réfugiés ou migrants dans notre société souvent hostile face à ces inconnus qui perdent rapidement leurs illusions sur l’accueil et le rêve français. Un roman de vie, qui parle d’hommes et de femmes que l’on pourrait côtoyer chaque jour sans même les voir ni s’en rendre compte, qui ouvre les yeux et donne à réfléchir. Une réussite pour un premier roman que je n’ai pas lâché jusqu’à la dernière page.

Roman lu dans le cadre du jury du Prix littéraire de la Vocation 2020

Catalogue éditeur : Gasset

Lorsqu’il quitte Conakry avec sa famille pour fuir Sékou Touré, Hamadi a 11 ans, des parents qui s’aiment, un père respecté qu’on appelle Le Chirurgien, une mère douce et belle de qui il est le préféré, trois frères et sœurs dont il se sent déjà responsable. 40 ans plus tard, c’est un homme rompu qui hurle sur un brancard dans un hôpital parisien, ivre pour la énième fois. Ce jour-là, ses frères et sœurs, ceux venus d’Afrique et les deux nés Français, décident de le faire interner. Hamadi n’est plus l’aîné, fierté de la lignée, mais sa honte. Que s’est-il passé  entre-temps ?

Dans ce puissant premier roman, Salomé Berlemont-Gilles retrace les cinquante premières années d’un petit garçon tendre et fort qui se cognera vite aux murs de notre société pour découvrir le mensonge des mots inscrits au frontispice des bâtiments de notre République. C’est l’histoire d’un homme qui tombe, comme des milliers d’autres aujourd’hui. Mais c’est aussi celle des personnages qui, autour de lui, se battent pour le sauver et s’en sortir eux-mêmes, et parfois réussissent. Avec une poésie et une force foudroyantes, cette jeune auteur de seulement 26 ans signe son entrée en littérature.

Parution : 29 Janvier 2020 / Format : 141 x 206 mm / Pages : 288 / EAN : 9782246814382 prix 19.00€ / EAN numérique : 9782246814399 prix 13.99€

4 réflexions sur “Le premier qui tombera, Salomé Berlemont-Gilles

  1. Jean-Paul DEGACHE septembre 2, 2020 / 21:14

    Vraiment, tu me donnes envie de lire ce livre ! Merci Dominique !

    Aimé par 1 personne

    • Domi septembre 9, 2020 / 09:19

      Un vrai coup de cœur pour ma part, je trouve qu’il a tout ce roman, le sujet, les personnages, l’écriture, le rythme, tout est réussi

      J'aime

Répondre à Buckette - La bibli d'Amélie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s