Mademoiselle Papillon, Alia Cardyn

Un magnifique hommage aux infirmières

Dans les années 20 Thérèse Papillon est infirmière. Elle vient en aide aux plus malheureux. Il faut dire que l’on sort tout juste de la grande guerre dans laquelle elle s’était par ailleurs engagée. Elle est envoyée par la croix rouge dans le nord de la France, au dispensaire de Vraignes-en-Vermandois. Si son travail lui permet de venir en aide aux malades, chaque jour elle croise aussi la route d’enfants mal nourris, qui hantent les rues du village, jeunes pousses grandies avant l’heure. Ces petits, et un en particulier, l’émeuvent et la tourmentent, elle cherche comment leur venir en aide. Une idée germe, celle de créer un préventorium, pour nourrir et protéger les plus faibles, leur permettre de ne pas attraper la tuberculose, un mal sournois qui frappe enfants et adultes.

Avec pugnacité, elle va frapper aux portes des notables ou des institutionnels, et fini par obtenir de s’installer dans l’abbaye de Valloires, en baie de Somme. Un site qu’elle choisit entre trois propositions pour son toit en bon état, la sagesse paternelle ayant laissé des traces.

Dans ce préventorium, elle recueille et soigne des centaines d’enfants qui resteront là de nombreuses années. La guerre de 39/40 voit l’abbaye en partie investie par les soldats allemands. Elle réussira pourtant à y abriter aussi des enfants juifs.

De nos jours, Gabrielle est infirmière dans un service de néonatalogie intensive. Un travail difficile puisqu’il consiste la plupart du temps à essayer de sauver les grands prématurés et à soutenir mères et pères aussi désespérés que démunis. Il n’est pas toujours facile de se constituer une carapace et de ne pas souffrir des échecs. C’est un métier très lourd émotionnellement. Parfois Gabrielle se demande comment elle pourra le poursuivre. Tant elle se sent usée, abîmée.

Un jour, sa mère lui confie un manuscrit retraçant la vie de mademoiselle Papillon …

Le roman alterne les vies et les interrogations des deux infirmières, tout aussi attachantes et émouvantes l’une que l’autre dans la réalisation de leur métier, de leur passion, dans les questionnements qui leur permettent aussi d’avancer vers d’avantage d’humanité et d’empathie. Ce n’est jamais ni larmoyant, ni trop descriptif, malgré les circonstances évoquées, je pense en particulier aux salles de néonatalogie et à ces tous bébés prématurés qui s’accrochent à la vie.

J’y ai découvert avec Gabrielle l’approche du Nidcap pour prendre en charge ces grands prématurés. En quelque sorte, une attention que l’on porte aux émotions et au bébé lui-même, en limitant le stress causé par l’environnement hospitalier et par la façon de leur donner les soins, et en restituant leur place aux parents lors de l’hospitalisation des bébés.

Voilà un roman qui ne laisse pas ses lecteurs (lectrices) indifférents, c’est évident. L’auteur a su passer aisément d’une infirmière à l’autre, équilibrer son récit et nous faire entrer dans leurs vies, partager leurs espoirs et leurs émotions. Un magnifique hommage aux infirmières, à ces femmes (et ces hommes) qui font un métier difficile avec passion.

Thérèse Papillon née en 1886, à Saint-Germain-en-Laye, décédée en 1983, a reçu, à titre posthume, le diplome et la Médaille des Justes parmi les nations, remis aux personnes non juives, qui ont sauvé des Juifs sous l’Occupation, au péril de leur vie.

Le NIDCAP (Neonatal Individualized Developmental Care Assessment Program ou programme néonatal individualisé d’évaluation et de soins de développement) est une philosophie de soins crée en 1986 à Harvard par Heidelise Als, docteur en psychologie, qui a pour but de soutenir le développement des nouveau-nés prématurés ou vulnérables pendant leur hospitalisation.

Catalogue éditeur : Robert Laffont

Gabrielle, 30 ans, infirmière, s’occupe de grands prématurés dans un service de néonatologie intensive. L’univers de la jeune femme s’est réduit aux quelques mètres carrés de sa salle, la salle 79, où elle glisse lentement dans l’indifférence, lorsqu’elle découvre l’histoire de Mademoiselle Papillon.
En 1920, dans une France ravagée par la Première Guerre mondiale, cette infirmière de la Croix-Rouge est envoyée au dispensaire de Vraignes-en-Vermandois. Alors qu’elle tente de mener à bien sa mission, la vision des enfants qui succombent dans la rue l’obsède. Une ambition se forme et prend bientôt toute la place : elle doit bâtir une maison pour les protéger.
Lorsqu’elle franchit le seuil de la sublime abbaye de Valloires, Mademoiselle Papillon est convaincue d’approcher son rêve.

EAN : 9782221249352 / Nombre de pages : 272 / Format : 140 x 225 mm / Prix : 18.00 €

Une réflexion sur “Mademoiselle Papillon, Alia Cardyn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s