Katanga, Diamants, Diplomatie, Dispersion

à la poursuite du diamant maudit, une série haute en couleur et en combats

D’abord il faut découvrir le contexte. L’Afrique post coloniale des années 60 et la sécession du Katanga, une province du Congo, au moment de la décolonisation. C’est fait grâce au rappel de quelques événements historiques. Puis la réalité de l’Histoire s’efface quelque peu pour laisser la part belle à la bande dessinée et au plaisir qu’on pris les auteurs à lâcher la bride à leur imaginaire. L’intrigue se situe donc principalement dans l’ex-Congo belge autour des très convoitées mines de diamants du Katanga, de ses gouvernements corrompus, et du rôle à la fois économique et décisionnaire que gardent encore les puissances étrangères.

L’histoire se déroule en trois tomes, Diamants, Diplomatie, Dispersion.

Le thème principal est une traque par plusieurs bandes rivales, mercenaires, pouvoir en place, militaires, milices, puissances étrangères, pour récupérer le butin de trois mois d’extraction de diamants à l’Union Minière du Haut-Katanga. Diamants initialement récupérés puis cachés par un certain Charlie. Ce protagoniste que l’on suit tout au long des trois tomes, que les blancs ne prennent pas au sérieux, mais qui est bien plus malin que ne le laissent entrevoir les apparences.

Les personnages sont tout d’abord des africains à la représentation souvent caricaturale, par leur physique, la pauvreté, le manque d’éducation, la place des femmes, le cannibalisme, le rappel des guerres et des tensions tribales. Viennent ensuite les colonisateurs, diplomates, mercenaires et militaires, ces hommes de mains totalement caricaturaux eux aussi, qui ne renoncent à aucun crime pour tirer leur épingle du jeu. Et cette toute puissance qu’ils imaginent encore posséder. Et tout ceci au milieu de bains de sang, beaucoup, des deux côtés. Et de larmes, un peu, surtout du côté des femmes, blanches ou noires, car elles aiment et sont souvent trahies.

Le graphisme est très sombre, parfois sanglant – les auteurs ne lésinent pas sur l’hémoglobine – et tout dans le mouvement. Le dessin d’une grande qualité restitue bien le foisonnement de la nature et la complexité des décors. Les personnages sont très stéréotypés, méchant ou gentil, noir ou blanc, ont des faciès grotesques et parodiques des deux côtés. Ils portent bien le message de l’emprise de la colonisation, de l’importance des dictateurs en place, mais aussi du rôle bien dérisoire des casques bleus, enfin des guerres intestines et de la trahison entre tribus. C’est à la fois instructif, réaliste, et terriblement cynique.

Catalogue éditeur : Dargaud

En 1960, après quatre-vingts ans passés sous la domination coloniale belge, le Congo proclame son indépendance ; moins de deux semaines après, la riche province minière du Katanga fait sécession. Le Congo et le Katanga entrent immédiatement en guerre ; au cœur du conflit : la possession des territoires miniers. De nombreux massacres et exodes de civils s’ensuivent. L’ONU impose alors sa médiation et l’envoi de Casques bleus sur place… Dans le même temps, une horde d’ignobles mercenaires est recrutée pour aller libérer les exploitations minières occupées… Et un domestique noir, Charlie, tord le cou au destin en mettant la main sur un trésor inestimable : 30 millions de dollars de diamants… ce qui fait de lui le Noir le plus recherché du Katanga.

Fabien Nury (Scénario) et Sylvain Vallée (Dessin)

Diamants : Date de parution : 03.03.2017 / Nombre de pages : 76 pages / ISBN/EAN : 9782205074550
Diplomatie : Date de parution : 17.11.2017 / Nombre de pages : 64 pages / ISBN/EAN : 9782205076875 / 16,95€ Dispersion : Date de parution : 25.01.2019 / Nombre de pages : 68 pages / ISBN/EAN : 9782205077940

Notre-Dame de Paris, La nuit du feu

L’incendie de Notre-Dame, un drame national, un patrimoine mondial

Qui a oublié l’incendie de Notre-Dame de Paris dans la nuit du 15 avril 2019 ?

Aujourd’hui Glénat propose cette belle BD composée avec les conseils de Stéphane Bern, et pour le scénario Arnaud Delalande, le dessin Cédric Fernandez, les couleurs Franck Perrot et avec la collaboration d’Yvon Bertorello. De ce dernier je vous avais déjà présenté Bernadette, l’enquête. Cet album réalisé en partenariat avec la fondation Notre-Dame.

Cette BD est un excellent reportage qui nous fait revivre avec émotion à la fois la terrible nuit de l’incendie et les étapes du sauvetage de ce joyaux de la culture française. Six-cent cinquante pompiers à pied d’œuvre qui sans faillir ont mené le combat pour lequel ils se sont engagés sauver ou périr. Des camions, des infrastructures, des moyens physiques, numériques et humains absolument démentiels vont être engagés pour sauver ce qui peut l’être sans faire prendre trop de risques aux personnels. Mettre en sécurité les visiteurs, l’infrastructure, tout faire pour que l’incendie ne se propage pas dans le quartier alentour, mais aussi sauver le trésor et endiguer l’effondrement de cette merveille de l’architecture.

Nous assistons au récit chronologique des événements, d’abord une puis deux alarmes, les différentes vérifications, puis les hommes se retrouvent face à l’incendie qui prend rapidement de l’ampleur, embrase la charpente, et non seulement détruit la flèche de Viollet-le-Duc mais cause des dégâts spectaculaires. Les auteurs nous montrent les secours engagés, les risques pour la vie des hommes et le combat mené malgré tout avec professionnalisme et courage par les soldats du feu.
Les événements sont décrits de l’intérieur, côté diocèse, BSPP, mairie de Paris, architectes des monuments historiques, etc. mais aussi interventions des journalistes, des élus et de tout ceux qui comptent en politique, et ce étape par étape jusqu’au moment où l’incendie est enfin fixé.

Les personnages connus ne sont pas toujours évidents à reconnaître, mais qu’importe. Côté soldats du feu par exemple, il aurait fallu un nombre incalculable de pages pour tenter de leur rendre tous hommage. On y découvre certains rôles incontournables, comme ce croqueur de feu qui mieux que drones ou logiciel va aider aux prises de décisions.

Mais de Saint Louis au président Macron, du général de Gaulle à Édouard Philippe, de Quasimodo à Esméralda, ils sont tous là ! Car toute l’histoire de France s’inscrit dans la vie de la cathédrale. Moyen âge, croisades, révolution, invasion, seconde guerre mondiale, la cathédrale a résisté à tout et tient toujours debout. Et d’ailleurs, par quelques retours sur les siècles précédents, les auteurs rappellent les différentes phases qui ont précédé la réalisation, puis la construction de cette cathédrale emblématique du catholicisme, de la ville de Paris et de la France. Les reliques, la couronne d’épine, le trésor, prennent ici toute leur place. Enfin, les dernières pages font un retour sur l’histoire de Notre-Dame de Paris.

Le tracé et le couleurs sont aussi détaillés et parfois spectaculaires que le souvenir que chacun d’entre nous peut avoir de cette nuit d’incendie.

Pour ceux qui ont assisté à « La nuit du feu » le spectacle proposé par la BSPP (auquel j’ai assisté à plusieurs reprises) le titre de l’album prend ici un tout autre sens.

Catalogue éditeur : Glénat

Paris, le 15 avril 2019. Vers 18h20, un feu démarre sous la charpente de Notre-Dame de Paris. Une demi-heure plus tard, l’incendie se généralise à l’ensemble de la cathédrale. Et malgré l’intervention acharnée et héroïque des pompiers, l’impensable finit par se produire : la flèche, œuvre de l’architecte Viollet-le-Duc, s’effondre dans un déluge de débris, de fumée et de flammes. Les yeux du monde entier assistent alors, impuissant, à ce qui pourrait devenir la destruction en direct de l’un des plus grands fleurons du patrimoine de l’humanité.

À travers cette bande dessinée, revivez heure par heure les circonstances du drame et tentez de mieux comprendre. Par touches, revivez également les moments-clés de la construction de Notre-Dame et plongez au cœur de l’histoire de ce monument, qui reste l’un des plus visités au monde à l’heure actuelle.

Réalisé en soutien de la fondation Notre-Dame (à qui sera reversé 1€ pour chaque album vendu), cette bande dessinée bénéficie de la caution historique de Stéphane Bern, co-rédacteur d’un dossier pédagogique de 8 pages en fin d’album.

Parution : 04/11/2020 / Prix 14,95€ EAN physique 9782344041093 / Prix : 10,99€ EAN Epub 9782331048296

Une étoile en enfer, Guy Rechenmann

Une nouvelle enquête d’Anselme Viloc, le flic de papier

Comme à son habitude, Anselme élucide ses enquêtes en suivant quasi exclusivement ses intuitions et son instinct. C’est un homme qui utilise sa tête et son stylo, à une époque où les réseaux, internet et les éléments scientifiques n’avaient pas encore pris cette place prépondérante qu’ils ont aujourd’hui. Par le plus grand des hasards, il va tenter de résoudre trois affaires qui n’ont rien à voir entre elles.

D’abord il veut comprendre ce qu’il s’est passé lors du naufrage de ce chalutier qui a vu la disparition du patron pêcheur et de son fils. Sylvia, sa femme, avait embarqué à bord et se trouve être la seule rescapée. Aujourd’hui sortie du coma, elle est partiellement amnésique.

En parallèle, il est interpellé par une disparition inquiétante. Celle de la fille d’un couple d’amis en apprentissage dans un restaurant étoilé de la banlieue parisienne.

Enfin, Anselme, toujours à l’affût de cold-case, cherche à résoudre des meurtres de jeunes femmes, une tragédie non résolue survenue dans la région de son enfance. L’enquête s’est éteinte suite à l’effondrement d’une montagne dans le massif de la Chartreuse, en 1248.

Par quelques enchaînements aussi invraisemblables que parfois machiavéliques Viloc sait dénouer les liens improbables qui lui permettent d’associer ces différentes enquêtes entre elles. L’auteur nous entraîne dans son sud-ouest d’adoption, au bord d’un bassin d’Arcachon qu’il apprécie et nous fait aimer, évoquant en filigrane de son intrigue quelques figures du Sud-Ouest, quelques événements qui ont marqué son histoire.

Catalogue éditeur : Éditions Cairn

Fait rarissime, une montagne s’écroule en 1248. Dès lors les crimes commis sur le versant du mont Apremont, dans la vallée de la Chartreuse, ne seront jamais élucidés. C’est sans compter sur la pugnacité d’Anselme Viloc, le flic de papier, qui, confronté à la fois au mystère du naufrage d’un chalutier d’Arcachon et à la disparition d’une jeune fille du pays partie en apprentissage à Paris chez un cuisinier en devenir, va, non sans mal, arriver à remonter le temps. Anselme Viloc, le savoyard adopté par le Bassin et ses humeurs, est devenu une référence dans le domaine des « crimes à haute probabilité de non-résolution », c’est son patron le commissaire Plaziat qui l’affirme et il va, encore une fois, nous en faire une brillante démonstration.
Le polar régional une étoile en enfer est le 4e opus de la saga du Flic de papier de Guy Rechenmann.

ISBN :  9782350688664 / Prix : 11,00 € / Nombre de pages : 304 / Date de parution : mars 2020

Cannibale, Danielle Thiéry

Père et fille mènent l’enquête pour dénouer les fils d’une manipulation diabolique

C’est la nuit de la fête de la musique, le moment parfait pour fêter la fin d’une année scolaire bien remplie. Un groupe d’élèves du lycée Victor-Hugo a choisi de célébrer le début de l’été par une course d’orientation en forêt, et cela devra se faire sans portable. C’est Roxane, l’une d’entre eux, qui a eu cette idée. Une idée reprise par tous et sponsorisée par le prof de gym. Mais quand arrive la fin de la course, tous les binômes sont rentrés sauf celui de Roxane et Rafaël.

Cette même nuit, deux adolescent évitent de justesse un accident et découvrent une jeune fille blessée et désorientée errant sur la route. Rapidement, le lien est fait entre cette jeune fille amnésique et mutique et Roxane, celle qui a disparu. Mais le capitaine Marin doit retrouver Rafaël et comprendre ce qui est arrivé aux deux jeunes gens.

Marin est nouveau dans la région. Il arrive du 93 et l’on se demande pourquoi il est venu se perdre dans ce coin paumé. Il porte un lourd et sombre bagage dont il n’a vraiment pas envie de parler. Sa fille Olympe connaît bien Roxanne, et refuse de voir en elle une victime. Pourtant, comme sa relation avec son père est plutôt chaotique, loin de l’aider dans son enquête elle va quasiment lui mettre de bâtons dans les roues.

Démêler les fils de cette affaire est bien compliqué. Bizarrement, le père de Roxane n’est pas très inquiet pour sa fille qui se révèle être une enfant secrète, manipulatrice et violente. Olympe n’a aucune confiance en cette fille qui, selon elle, joue un jeu pervers. Marin ne sait pas à quel saint se vouer, mais fort heureusement il est épaulé par son équipe pour tenter de démêler le vrai du faux..

Rapidement, le lecteur comprend qui est coupable. Tout l’enjeu va alors être de savoir jusqu’où et comment il ou elle compte s’y prendre, et qui pourra l’arrêter.

J’avoue que le titre ne m’aurait pas immédiatement incitée à lire le roman s’il n’avait pas été écrit par Danielle Thiéry. Pourtant, point de cannibalisme au sens premier du mot dans ce thriller psychologique. le Cannibalisme s’entend ici au sens psychiatrique du terme, car il désigne des personnes qui souffrent d’un syndrome narcissique extrême que les psy appellent cannibalisme.

Cannibale est le premier roman Young Adult de Danielle Thiéry, une auteure que par ailleurs j’apprécie de lire depuis de années. Ici, l’auteur se met à la portée des lecteurs en explicitant les sigles, les phases d’enquête, sans que ce ne soit lourd ou que cela entrave d’une quelconque façon le déroulé de l’enquête et le rythme du roman. J’aurais peut-être aimé qu’Olympe prenne le relais de son père dans l’enquête, impliquant ainsi davantage une ado, ce qui pourrait permettre aux lecteurs de s’identifier. Mais malgré ce point, l’ambiance, le rythme, le sujet et les personnages donnent envie de comprendre et de connaître la suite. Et la fin, ouverte et mystérieuse, laisse le lecteur perplexe. Allons nous découvrir bientôt une suite ?

Catalogue éditeur : Syros

Victime ou manipulatrice ? Vous avez des raisons d’avoir peur.
La nuit de la fête de la musique, une jeune fille est retrouvée au bord d’une route, incohérente et désorientée, incapable de dire qui elle est. Dans la forêt toute proche, un groupe de lycéens célèbrent le début de l’été, mais l’ambiance a du mal à décoller. Ils ont participé à une course d’orientation « sans portables ni objets connectés », et deux d’entre eux manquent à l’appel. Personne n’a revu Roxane et Rafaël depuis le matin. À l’hôpital, l’inconnue apparue sur la route sort doucement de sa léthargie et livre au capitaine Marin ses premiers mots…

13 ans, 14 ans, 15 ans et plus Date de publication : 08/10/2020 / ISBN : 9782748526820

Mémoire de soie, Adrien Borne

Quand la famille est un monde et que son histoire se mêle à celle du pays

Lorsque Émile part pour le service militaire, en juin 1936, il a vingt ans et connaît si bien Auguste et Suzanne, ses parents, qu’il sait déjà comment ils vont réagir face à la séparation annoncée. Continuer leur vie, leurs habitudes, sans rien en changer. Pourtant, lorsque sa mère dépose au fond de son sac un mystérieux carnet, il n’imagine pas à quel pont sa vie va en être transformée.

Car ce n’est pas le nom de son père, Auguste, que le militaire va dire à haute voix lors de son incorporation, mais celui de Baptistin, un prénom inconnu qui lui ouvre un monde de questions et de silences. Dès lors, il n’aura de cesse de comprendre, pourquoi cet inconnu, pourquoi ces silences dans la famille, pourquoi l’absence de son véritable père.

Peu à peu, il remonte le fil de son histoire, et de l’histoire de son pays.

Suzanne abandonnée par ses parents. Sans doute n’ont-ils pas assez d’argent pour faire vivre la famille, alors une fille choisie au hasard dans la fratrie va être donnée à l’orphelinat des sœurs. Là, elle sera éduquée et apprendra comment tenir une maison pour trouver un mari, et surtout un métier. Elle connaît bien les cocons du vers à soie, et maîtrise parfaitement le processus pour faire naître le fil tant convoité.

Elle croise dans l’église du village un beau garçon. De rencontre silencieuse en œillade intimidée, les deux jeunes gens échangent quelques mots, puis décident de se fréquenter. Suzanne quitte l’orphelinat pour la magnanerie de Bapstistin. Car Bapstistin a repris l’œuvre du père, cette magnanerie avec ses papillons, ses vers à soie qui éclosent et prospèrent pour donner le fil de soie tant apprécié par les soieries lyonnaises. Pourtant l’installation ne se fait pas sans mal, la future bru ne plaît pas beaucoup à la mère.

Mais la guerre, mais la grippe espagnole, mais le deuil et l’enfant… Baptistin n’est pas rentré du front en 1918. Auguste qui lui n’est jamais parti pourra prendre la suite, la place du frère préféré, et pourquoi pas tenir le rôle du père absent.

Ce roman est magnifique, tout en finesse dans l’évocation des sentiments. Il est à la fois dur, profond, violent parfois, et très fort, surtout quand il parle de l’intime et du silence, de la solitude et de la séparation, de la jalousie et de l’absence. Basé sur une histoire vraie, celle de l’ancêtre de l’auteur, il est aussi le reflet d’une époque. Il évoque les années difficiles des deux grandes guerres, mais aussi une époque où dire ses sentiments, les montrer, aimer, espérer, souffrir, se faisait en silence et loin des autres.

L’écriture est ciselée, poétique, même pour dire le tragique et la douleur, les mots sont posés, les sentiments décryptés avec subtilité, sensibilité et beaucoup d’empathie. C’est une belle découverte de cette rentrée littéraire.

Catalogué éditeur : JC Lattès

Ce 9 juin 1936, Émile a vingt ans et il part pour son  service militaire. C’est la première fois qu’il quitte la  magnanerie où étaient élevés les vers à soie jusqu’à la fin  de la guerre. Pourtant, rien ne vient bousculer les habitudes  de ses parents. Il y a juste ce livret de famille, glissé au fond  de son sac avant qu’il ne prenne le car pour Montélimar.
À l’intérieur, deux prénoms. Celui de sa mère, Suzanne, et  un autre, Baptistin. Ce n’est pas son père, alors qui est-ce ?  Pour comprendre, il faut dévider le cocon et tirer le fil,  jusqu’au premier acte de cette malédiction familiale.
Ce premier roman virtuose, âpre et poignant, nous  plonge au cœur d’un monde rongé par le silence. Il explore  les vies empêchées et les espoirs fracassés, les tragédies  intimes et la guerre qui tord le cou au merveilleux. Il raconte  la mécanique de l’oubli, mais aussi l’amour, malgré tout, et la vie qui s’accommode et s’obstine.

Nombre de pages : 250 / EAN 9782709666190 / Prix du format papier : 19,00 € / EAN numérique : 9782709665889 / Prix du format numérique : 13,99 € / Date de parution : 19/08/2020

Avant la longue flamme rouge, Guillaume Sire

Une odyssée khmère, aller des ténèbres vers la lumière

En 1971, au Cambodge. Une fois Norodom Sihanouk destitué, la guerre civile embrase le pays à la suite du coup d’état de Lon Nol. Le général et futur président n’a qu’une obsession, exterminer les Cambodgiens d’origine vietnamienne. Coincé entre Khmers rouges et Viêt Cộng, la guerre fera rage dans le pays pendant de longues années.

A Phnom Penh, Saravouth, 11 ans, vit avec sa famille et sa petite sœur. Bercé par les histoires que lui raconte sa mère, il s’est créé un Royaume Intérieur qu’il parcourt chaque jour, autorisant parfois sa sœur à venir avec lui. Un Royaume rien qu’à lui, qu’il reconstruit, enjolive, développe sans cesse. Véritable Peter Pan, il vit là sa propre Odyssée, de belles aventures et des vies qui lui permettent de supporter le monde qui l’entoure, celui qu’il nomme l’Empire Extérieur.

La mère, Phusati, enseigne la littérature au lycée René-Descartes et le père, Vichéa est employé à la chambre d’agriculture. Convertie au christianisme, la famille voit disparaître tour à tour ses amis, arrêtés par le nouveau pouvoir en place. Puis vient leur tour, embarqués puis exécutés dans la forêt. Le jeune Saravouth échappe miraculeusement au massacre, sauvé par une vieille femme qui le cache et le soigne pendant de longues semaines.

Une fois rétabli, il n’a qu’une seule obsession, retrouver les siens. Pour le protéger, il est placé dans un orphelinat. Inlassablement, jour après jour, il va arpenter les rues de la ville, les quartiers de son enfance pour y chercher les siens, en vain. Au milieu d’une nature à la fois luxuriante et angoissante, inhospitalière et secourable, il avance à leur recherche. Tout au long de ce chemin, il tentera de se réfugier dans son Royaume Intérieur, en le reconstruisant inlassablement sur les décombres de son odyssée familiale et nationale.

Le bouleversant parcours de Saravouth, sa résurrection malgré le choc post traumatique avec lequel il devra vivre, l’histoire du Cambodge avec ses guerres fratricides et la période sanglante des Khmers rouges, sont magnifiquement mis en scène par l’auteur. L’échappatoire que constitue le Royaume Intérieur aide Saravouth à ne pas sombrer. Guillaume Sire nous raconte une histoire lumineuse au milieu de tant d’horreurs, il permet aussi à son lecteur d’encaisser cette violence. Un roman poignant et passionnant.

J’ai toujours le souvenir de ma lecture il y a des années de La Déchirure, roman également adapté au cinéma. Ici, l’auteur nous présente l’histoire par le biais de ce personnage plus vrai que vrai qu’il l’a rencontré à Montréal en 2004. Ou quand la réalité dépasse la fiction…

Lien vers la vidéo Odysseus’ Gambit avec Saravouth  : Have you read The Odyssey ?

Catalogue éditeur : Calmann-Lévy

1971 : le Cambodge est à feu et à sang. Saravouth a onze  ans. Sa petite sœur Dara en a neuf. Leur  mère enseigne la littérature au lycée français. Leur père travaille à la chambre d’agriculture. Dans  Phnom Penh assiégée, le garçon s’est construit un pays imaginaire : le  «  Royaume  Intérieur  ».
Mais un jour, la guerre frappe à sa porte. Les fondations du  Royaume vacillent. Séparé de ses parents et de sa sœur, réfugié dans la forêt sur les rives du Tonlé Sap, Saravouth devra survivre dans un pays en plein chaos, animé par une volonté farouche de retrouver sa famille.

Inspiré d’une histoire vraie, ce roman restitue une épopée intérieure d’une rare puissance.
Prix Orange du Livre 2020

EAN : 9782702168790 Prix : 19.50 € / Pages : 336 / Format : 136 x 215 mm / Parution : 02/01/2020 / EAN numérique: 9782702167892 Prix : 13.99 €

Jouma le girafeau

Comment être unique si on est tous pareils ?

C’est la question que se pose Jouma chaque fois qu’il se regarde dans l’eau et qu’il regarde les autres girafes autour de lui. Il voit bien qu’elles sont toutes comme lui. Mais alors comment fait sa maman pour le reconnaître. Et qu’est-ce qui le rendra unique à ses yeux et aux yeux du monde ?

Avec énormément d’amour et de bienveillance, sa maman girafe lui explique toutes ces différences apparentes, mais surtout toute sa singularité. Pas seulement la forme ou la couleur des jolies tâches sur son dos, mais surtout ce qu’il est au fond de lui, unique, différent.

Beaucoup d’amour, de transmission, d’empathie dans ce joli livre destiné aux plus de 5 ans.

Et en fin de livre, de belles explications sur la vie et les caractéristiques de ces animaux majestueux.

Catalogue éditeur : Tuttistori éditions

Auteur(s) : Monica Bond (texte) & Kayla Harren (ill.)
Traduit de l’anglais par Olivier LEBLEU

« Et soudain, Jouma découvrit son reflet dans l’eau de la mare… »

Jouma est un bébé girafeau qui découvre qu’il ressemble à toutes les autres girafes et qu’il n’a rien qui le distingue. Découragé, il se confie à sa mère qui lui explique combien précieuses sont les caractéristiques de la girafe pour survivre dans la savane. La mère de Jouma lui montre aussi que chaque girafe a un modèle unique de taches, ce qui rend chaque individu différent et unique. La mère de Jouma conclut que chaque girafe est unique à la fois à l’extérieur et à l’intérieur, et qu’elle aime son bébé Jouma par-dessus tout.
L’histoire magnifiquement illustrée touchera le cœur de tous les enfants qui, comme Jouma, aimeraient bien avoir quelque chose de spécial.

Pour chaque livre acheté, les droits d’auteur sont versés au Wild Nature Institute qui contribue à la protection des espèces animales menacées et à l’éducation du public sur la nécessité de préserver la faune sauvage. »

Date de publication : 10 sept. 2020 / Nombre de pages : 32 pages / Prix : 14,90 €

La dame du Ritz, Mélanie Benjamin

Au Ritz, Claude et Blanche Auzello, un couple inoubliable et attachant

De 1923 à 1945, suivre Blanche Ross, devenue Blanche Auzello, et Claude son époux, amoureux, parfois volage, toujours attentionné. Lorsqu’ils se rencontrent à l’hôtel Claridge la jeune américaine et le futur directeur du Ritz ont déjà un secret en commun.

Viennent les années fastes, le luxe du Ritz dans lequel ils passent de plus en plus de temps. Elle, assise au bar, sous les lumières rose abricot voulues par César Ritz car elle donnent un si joli teint aux femmes. Avant Blanche, le bar du Ritz n’était pas autorisé aux femmes, dorénavant elle y écoute les derniers potins mondains, vêtue de robes et de bijoux somptueux. Lui, fait tourner cet hôtel, véritable étendard du luxe à la française.
Hemingway, Coco Chanel et tant d’autres aiment à venir là où l’on se doit d’être.

Mais les années de guerre et l’installation des hauts dignitaires nazis dans l’hôtel vont vite effacer l’insouciance et le rêve. Comment continuer à faire fonctionner le palace alors que le bruit des bottes a remplacé celui des éclat de rires, comment continuer alors que souvent le matin, il manque de employés, arrêtés, interdits de travail car juifs, puisque si l’armistice a été déclarée, la guerre et l’envahisseur sont dans Paris.
Chacun à sa manière Blanche comme Claude vont réagir face à cet ennemi installé dans ce fleuron du luxe et de l’insouciance, et dans le pays. Entrer en résistance n’est pas chose facile, pourtant l’un comme l’autre vont œuvrer pour aider leur pays dans le plus grand secret. L’un comme l’autre perdant un temps fou pour réellement se connaître et se respecter.

Mélanie Benjamin fait revivre ce couple au parcourt flamboyant et légendaire dont on avait bien peu entendu parler il faut l’avouer. C’est passionnant, émouvant et parfois bouleversant. L’écriture, le rythme, l’intrigue font de ce roman un vrai plaisir de lecture malgré le contexte difficile de la seconde guerre mondiale. J’ai aimé découvrir ce couple inoubliable et attachant.

Catalogue éditeur : Albin-Michel

Rien ne peut arriver au Ritz : dans ce temple du luxe qui autorise les caprices les plus farfelus, le prestige protège de tout. Même du pire, pense-t-on avant que l’armée allemande n’occupe Paris en juin 1940. Les hauts dignitaires nazis, dont Hermann Göring, investissent l’hôtel ; les portiers élégants sont remplacés par des soldats aux portes d’entrée. L’insouciance cède à la peur.
Pour Blanche Auzello, l’épouse du directeur du Ritz, cette réalité est insupportable. La Dame du Ritz, une américaine rebelle et intrépide, n’est pas femme à se résigner. Mais comment faire ? Dans le palace où le bruit des bottes étouffe désormais les rires, Blanche comprend que sa seule issue est le mensonge. D’autant qu’elle cache  un secret qui pourrait mettre sa vie et celle de son époux en danger, mais aussi ternir la légende du Ritz…
Avec le talent qui a fait le succès des Cygnes de la Cinquième avenue, Melanie Benjamin, s’inspirant de faits réels, nous plonge dans les coulisses du Ritz sous l’Occupation avec ce roman étincelant, portrait d’une femme inoubliable.


21.90 € / 28 Octobre 2020 / 140mm x 205mm / 400 pages / EAN13 : 9782226443731

Le sanctuaire, Laurine Roux

Entrer au cœur du Sanctuaire pour pénétrer la complexité de la nature humaine

Dans le sanctuaire, il y a les filles, la plus jeune Gemma, et son aînée, June. L’aînée rêve du temps d’avant, qu’elle a connu et qu’elle pleure, cette solitude est si difficile, sans aucun espoir d’un futur, d’une vie normale. Gemma n’a rien connu d’autre et vit pleinement cette vie de sauvage. Elle explore la foret à la recherche des plantes, chasse et tue le gibier pour nourrir la famille.

Il y a les parents. La maman, Alexandra, qui aime tant ses filles, ses petits cabris, et leur raconte la vie d’avant, la normalité, les amis, les rencontres, la société. Et le papa qui veille comme un loup sur sa famille. Car ils sont seuls dans cette montagne isolée, loin du monde anéanti par un virus transporté par les oiseaux. Seul le père descend parfois dans ce qu’il reste de la civilisation d’avant, pour y dénicher quelques fournitures indispensables.

Un jour cependant, Gemma suit la trace d’un aigle à abattre, et fait la rencontre improbable d’un vieil homme aussi mutique qu’inamical. Et cette présence incongrue dans un univers où toute vie de volatile quel qu’il soit doit être anéantie bouleverse les certitudes de la jeune fille.

Dystopie, récit post apocalypse, ou simple conte humain, ce roman est tout simplement inclassable. Mais il a surtout le mérite de nous plonger dans une nature aussi belle qu’amicale, aussi sombre qu’hostile, dans un environnement chaotique, au cœur de cette famille soudée qui vit une relation humaine forte et complexe, où le violence des sentiments, tant l’amour que la haine, autorise presque tous les excès. La relation du père avec sa femme, ses filles, aussi émouvante qu’angoissante, est fort justement mise en exergue.

Et cette belle écriture porte le lecteur tout au bout de ce sanctuaire, apaisant, violent, solitaire, humain, résilient.

On ne manquera pas de lire le premier roman de Laurine Roux, Une immense sensation de calme.
Retrouvez aussi la chronique publiée par Les Carpenters racontent

Catalogue éditeur : éditions Du Sonneur

Le Sanctuaire : une zone montagneuse et isolée, dans laquelle une famille s’est réfugiée pour échapper à un virus transmis par les oiseaux et qui aurait balayé la quasi-totalité des humains. Le père y fait régner sa loi, chaque jour plus brutal et imprévisible.
Munie de son arc qui fait d’elle une chasseuse hors pair, Gemma, la plus jeune des deux filles, va peu à peu transgresser les limites du lieu. Mais ce sera pour tomber entre d’autres griffes : celles d’un vieil homme sauvage et menaçant, qui vit entouré de rapaces. Parmi eux, un aigle qui va fasciner l’enfant…
Dans Le Sanctuaire, ode à la nature souveraine, Laurine Roux confirme la singularité et l’universalité de sa voix.

Née en 1978, Laurine Roux vit dans les Hautes-Alpes où elle est professeur de lettres modernes.

16,00€ / ISBN : 9782373852158 / Pages : 160 / Parution : 13 août 2020

Efface toute trace, François Vallejo

Une satire acide et féroce du marché de l’art contemporain et de ses excès

Quel est le point commun entre un chinois diabétique de Hong Kong décédé après avoir ingéré une énorme quantité de sucre, un new-yorkais qui a littéralement fondu, et un français qui décède violemment alors qu’il est seul dans un téléphérique ?

Fort que quelques constatations hasardeuses, un expert en art est sollicité par d’anonymes collectionneurs pour tenter de démêler le fin mot de ces incidents pour le moins lugubres. Ont-ils un lien entre eux, car ils ont au moins un intérêt en commun, l’art. Toutes les victimes étaient des collectionneurs d’art contemporain, ou plus spécifiquement d’Art Urbain. Reste à savoir qui leur veut du mal, pourquoi, comment.

L’idée de départ de ce roman est à priori fort séduisante, pénétrer le monde de l’art par le biais d’une enquête. Mais j’avoue que je me suis ennuyée. Sans doute du fait de la structure narrative un peu trop froide. Cet expert qui aligne les chapitres les uns derrière les autres est le seul personnage réel face au lecteur. Même si arrive rapidement un artiste inconnu, un certain jv le minusculement nommé. Il adore détourner les objets, et bien que très peu connu, il s’avère être le véritable lien entre les différents collectionneurs. Sa côte monte, mais il n’a qu’un désir, vendre une œuvre éphémère, à la façon de la petite fille au ballon de Bansky.

Car que peut-on dire de cet art qui se veut tellement original que d’aucuns y cherchent encore la beauté, le style, ce qui fait la singularité et l’intérêt d’une œuvre. À chaque fois je ne peux m’empêcher de penser à cette œuvre connue sous le nom de Merde d’artiste (oui, oui ! en italien Merda d’artista) de l’artiste italien Piero Manzoni réalisée à quatre-vingt dix exemplaires, et dont certains exemplaires avaient fui, y compris lors d’expositions ou dans des musées. Les acquéreurs s’étant même demandé si c’était une volonté de l’artiste, y compris si c’était une des qualités intrinsèques de œuvre …

Ce que j’ai apprécié dans ce roman ? Les différents genres, œuvres, artistes, que détaille l’auteur. Certains connus ou vus à plusieurs reprises dans des musées, d’autres découverts grâce à la lecture du roman. En particulier, et plus de trente ans après sa création par Keith Haring (en 1987) Tower cette fresque monumentale visible au sein de l’hôpital Necker de Paris, et qui est devenue depuis un véritable emblème de l’art de rue.

Ce qui m’a intéressée ? L’auteur mélange les genres, enquête, parti pris esthétique, social, et propose une véritable satire du marché de l’art contemporain et de ses excès. Pourtant il m’a manqué un je ne sais quoi en plus pour vraiment me convaincre.

Catalogue éditeur : Viviane Hamy
Face aux violents décès de trois amateurs d’art fortunés à Hong Kong, New York et Paris, un groupe de collectionneurs surnommé le « consortium de l’angoisse », charge un expert d’élucider ces incidents étranges. Sa mission ? Rassembler l’ensemble des faits connus et mener sa propre enquête. Le temps presse car de nouveaux accidents surviennent.
Une piste se dégage. Les victimes auraient fait l’acquisition d’œuvres subversives signées « jv ». L’artiste, un Orson Welles mâtiné d’un Bansky, obsédé par le détournement, est introuvable. Jusqu’au jour où il décide de joindre l’expert…
Provocation ? Bluff ? Falsification ? Serial artiste doublé d’un serial killer ?

Qu’est-ce qu’un chef-d’œuvre ? Que signifie être artiste au sein de nos sociétés capitalistes et dématérialisées ? François Vallejo avec Efface toute trace embarque son lecteur au cœur d’une enquête palpitante où les apparences sont autant de trompe l’œil s’éclairant les uns les autres. Talentueux et féroce.

Parution : 03/09/2020 / ISBN : 9791097417970 / Pages : 294 p. / Prix : 19€