Les touristes du désastre, Yun Ko-Eun

Quand la nature reprend ses droits…un roman noir sur les dérives du tourisme de catastrophe

Yona le sent bien, le compte à rebours à commencé, elle est désormais sur la liste noire des employés de Jungle, l’agence de voyage qui l’emploie. Des signes imperceptibles le lui font sentir, en particulier l’attitude inconvenante de son manager. Attitude qu’il n’a qu’avec ceux qui seront bientôt mis sur la touche. Aussi le jour où elle décide de donner sa démission, elle ne peut qu’accepter l’offre que lui fait ce supérieur-harceleur, suspendre sa demande et partir en mission pour évaluer un de leurs lieux de vacances en perte de vitesse auprès des clients.

Car Jungle offre à ses clients des lieux de villégiature hors du commun. Les seuls qu’elle plébiscite sont ceux qui ont connu d’importantes catastrophes, un nombre important de décès et des ravages sur lesquels les touristes vont pouvoir s’extasier.

Yona embarque alors pour Mui, une île qui associe trois risques importants, un volcan, un désert, et une doline. Même si c’est un voyage pour lequel elle devrait profiter d’un hébergement très confortable.

Le trajet jusqu’à Mui est un véritable périple depuis la Corée. Sur place, elle se rend compte de la superficialité de la zone qu’elle visite, plus proche d’un parc d’attraction minable que d’un site aux accents réalistes. C’est bientôt l’heure de rentrer, mais elle se perd dans le train du retour et se retrouve seule, isolée, sans papiers.

La voilà revenue sur Mui, le site qu’elle venait de quitter. Yona comprend alors que tout ce qu’elle vient de voir ne correspond en rien avec la vie sur l’île, et répond avant tout aux désidérata des touristes. Mise dans le secret et partie prenante d’un nouveau projet en gestation, elle participe à une manipulation de grande envergure. Le cataclysme attendu replacera Mui sur le devant de la scène. Mais tout ne se passe pas forcément prévu, et parfois la nature reprend le pouvoir.

Un roman très étonnant, septique de prime abord, j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher. Quelle critique acerbe de notre société qui prône la consommation et l’utilisation du moindre événement à tout prix. L’écriture, en tout cas via l’excellente traduction qui en est faite, est très agréable, vivante, moderne. Le thème abordé fait réfléchir. L’autrice nous place face à nos propres contradictions, nous qui passons tant de temps devant nos écrans pour découvrir les catastrophes qui se déroulent de par le monde sans pour autant penser à changer nos habitudes. Et si cela impliquait de notre part une autre façon d’anticiper le futur, de considérer les autochtones lors de nos voyages, d’appréhender les défis climatologiques sans doute autrement qu’en simples spectateurs.

Catalogue éditeur : La Croisée

Yona travaille chez Jungle, agence de voyages coréenne spécialisée dans le tourisme macabre, dit « tourisme noir ». Elle conçoit des circuits touristiques dans des destinations marquées par la mort et les désastres écologiques. Harcelée par son chef, Yona veut quitter l’entreprise. Mais Jungle l’envoie pour une dernière mission sur l’île de Mui, lieu ravagé où subsiste une étrange population…

Couronné du prix du roman policier international CWA Dagger 2021, Les Touristes du désastre est un roman noir et acide sur les excès du consumérisme moderne, porté par la plume alerte d’une des meilleures jeunes écrivaines coréennes.

Traduction du coréen par JEONG JIN EUN & JACQUES BATILLIOT
Parution le 6 octobre 2021 / 192 pages / 20€

Une réflexion sur “Les touristes du désastre, Yun Ko-Eun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s