Je chante et la montagne danse, Irene Solà

Un roman étrange qui mêle le présent et les légendes, les hommes et les animaux, les femmes et les sorcières

Dans les Pyrénées catalanes, les légendes ont la vie belle, la forêt, les montagnes, les bêtes, tiennent une place prépondérante dans tous les villages y compris et surtout sans doute les plus reculés.
Sió est mariée à Domènec mais celui-ci meurt un soir d’orage frappé par la foudre. C’est sa femme et ses enfants que l’on va suivre tout au long de ces chapitres où alternent la vie et la mort, le cycle normal des hommes mais parfois perturbé par les éléments comme la foudre, ou le hasard malheureux comme cette balle destinée au chevreuil et qui tue l’ami de toujours.

L’écriture, ou du moins sa traduction, donne une impression étrange de ce roman écrit au temps présent avec les éléments de la modernité, téléphone, réseaux, etc. et la place des éléments de sorcellerie et du surnaturel, qui s’entremêlent avec une facilité et une évidence qui donnent un rythme et un effet très particulier à cette histoire.

Ce ne sera pas forcément un grand souvenir de lecture, et pourtant j’ai trouvé cette écriture très singulière intéressante. À replacer dans un contexte sans doute, celui de l’importance des traditions et des croyances dans cette région de l’Espagne si proche de nous.

Catalogue éditeur : Seuil

Dans un village perché en haut des Pyrénées, on conserve la mémoire des drames familiaux, des persécutions guidées par l’ignorance, des exécutions sommaires de la guerre civile. Mais rien, jamais, ne vient altérer la profonde beauté du lieu, terre propice à l’imagination, à la poésie, aux histoires transmises de génération en génération.

Chaque voix raconte : d’abord les nuages et l’éclair qui foudroya Domènec, le paysan poète. Puis Dolceta, qui ne peut s’empêcher de rire lorsqu’elle se rappelle avoir été pendue pour sorcellerie. Sió, qui dut s’occuper seule de ses deux enfants. Puis les trompettes de la mort qui annoncent l’immuabilité du cycle de la vie. Le chevreuil, l’ours, la femme amoureuse, l’homme blessé par balle, et les autres.

Dans ce lieu hors du temps, amitiés, mariages, deuils, naissances s’entrelacent au fil des saisons.

Ode à la puissance de la nature, Je chante et la montagne danse mêle les légendes et le folklore catalans aux histoires bien réelles de ceux qui habitent ce lieu protégé par ses montagnes. Aussi limpide que poétique, la langue d’Irene Solà est un doux murmure qui enveloppe, transporte et résonne longtemps.

Traduit par : Edmond Raillard

Date de parution 13/05/2022 / 21.00 € / 224 pages / EAN 9782021460650

Une réflexion sur “Je chante et la montagne danse, Irene Solà

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s