JazzMan, Jop

Dans une New Story City qui pourrait être NewYork City, Tony Scrump le nouveau et jeune maire de la ville a tous les pouvoirs sur ses administrés, qu’il tient sous sa coupe grâce à des ondes diffusées par sa radio, One FM.

Il a même décidé de raser tout un quartier de la ville, et depuis il ne fait vraiment pas bon s’y aventurer. Pourtant, c’est là que se trouvaient les clubs de Jazz, l’animation et surtout la vie, la vraie, artistique en particulier. C’est là qu’arrive un peu par hasard Edward Renard par une soirée glaciale et sombre.

Dès lors, par un concours de circonstances, c’est aussi dans ces bas fonds en démolition que vont se retrouver sans vraiment l’avoir choisi Birdy Jones Carter, un saxophoniste totalement désabusé, Edward Renard, un drôle de barman qui ne sait plus vraiment d’où il vient et pourquoi il est là, et Billie, qui n’est autre que la fille de Birdy et de son ex, Lady Taylor, c’est un génie de l’électronique qui sait tout ou presque sur la propagation de ces fameuses ondes radio.
Ensemble, ils vont tenter de pirater One FM, la radio à la fréquence unique de Tony Scrump, fréquence hypnotique qui fait tout oublier aux habitants qui l’écoutent.

Et l’on retrouve pèle-mêle la nouvelle génération qui impulse la démolition des quartiers et l’expulsion de ses habitants sans aucun scrupule, et sans même les reloger, la présence de la mafia, celle des anciens musiciens de jazz des vieux quartiers, tous se côtoient pour rendre l’ensemble cohérent et attachant.

Une BD toute en noir, bleu et blanc, assez hypnotique d’ailleurs dans son graphisme et par l’impression qui s’en dégage, à l’atmosphère glacée de fin d’un monde, celui de ceux qui pensent par eux-même, vivent, jouent de la musique et aiment la vie. La couverture cartonnée et le papier sont superbes et font de cette BD un très bel objet.

Catalogue éditeur : Albin-Michel

Le maire Tony Scrump a hypnotisé sa ville.
Mais un trio insolite formé par un barman amnésique, un saxophoniste dépressif et une jeune prodige de l’électronique, compte bien réveiller la population.
Des décombres du Old Square aux sommets du High District. Jop signe un premier roman graphique syncopé et envoûtant.

Date de parution 02 mars 2022 / prix 23,90 €

Une réflexion sur “JazzMan, Jop

  1. PatiVore octobre 6, 2022 / 19:00

    J’aime bien les BD avec des tons bleus, mais un peu chère quand même…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s