Le livre des sœurs, Amélie Nothomb

Parce qu’une sœur est un trésor irremplaçable

Comment arriver à trouver sa place quand on naît dans le foyer d’un couple fusionnel. Dès leur rencontre ils se sont suffit à eux-mêmes. Ça leur passera dirent les uns, l’amour dure sept ans dirent les autres. Pourtant, tant d’années après, rien ne peut s’immiscer entre les plis de leur amour. Pas même Tiphaine, cette première enfant que tous leur ont conseillé d’avoir.

Alors Tiphaine grandit seule et sans amour, car la fusion ne se divise pas. Seule et sans que personne ne lui apprenne à être une enfant, à grandir, parler, apprendre, être, devenir, aimer. Jusqu’au jour où elle réussi à convaincre ses parents de faire un autre enfant. Elle saura bien s’en occuper, aussi bien qu’elle sait s’occuper de sa filleule, la fille de Bobette, cette tante fantasque qui passe ses journées devant la télé à boire et rêver, oubliant d’élever ses trois garçons et sa fille. Qu’à cela ne tienne, Tiphaine est là et elle a de l’amour à revendre.

Dès la naissance de Lætitia l’amour de Tiphaine pour sa sœur est aussi exclusif et passionné que celui de ses parents entre eux. C’est elle qui l’élève, lui apprend ce que doit savoir un enfant, faute de parents attentifs. Brillantes, les sœurs sont promises à un bel avenir, musicienne dans un orchestre de rock pour la benjamine, présidente de la République pour l’aînée. Et le lecteur les suit dans leur parcourt de vie, dans cette fraternité fusionnelle.

Amélie Nothomb a l’art dépeindre les extrêmes, amour, abandon, fusion, pardon ou haine, tout est toujours excessif. Comme l’amour de ces deux sœurs qui découvrent pourtant à l’école qu’une sœur n’est pas toujours le meilleur cadeau fait à un enfant. L’amour n’est pas toujours au rendez vous des fratries.

Si elle a parlé de la relation importante qui la lie à sa sœur lors des présentations de ce roman, l’autrice est une fois de plus partie dans des mondes rêvés dans lesquels elle crée sa propre réalité. On y retrouve l’intelligence de l’écriture, le vocabulaire qui nous perd parfois mais que l’on aime découvrir, il manque peut être un peu de l’humour caustique qui fait sa patte. Je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à Tiphaine, trop intelligente, trop abandonnée, trop forte sans doute. Ni à ces parents exclusifs que l’on a sans cesse envie de gifler et de secouer.

Pourtant une fois de plus j’ai eu envie de lire d’une traite ce nouveau roman, même s’il ne m’a pas autant embarquée que ceux des années précédentes. Difficile de passer après Soif et Premier sang avouons-le.

Catalogue éditeur : Albin-Michel

« Les mots ont le pouvoir qu’on leur donne. »  Amélie Nothomb

Date de parution 17 août 2022 / 18,90 €

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s