Bandidos, Marc Fernandez

Nous l’avions découvert en Espagne dans Mala Vida, puis suivi en Amérique du Sud dans Guerilla Social Club, Diego Martin, journaliste d’investigation est de retour à Buenos Aires cette fois avec Bandidos, cet opus qui vient clore la trilogie hispanisante de Marc Fernandez.

Alors qu’à Paris le corps d’une femme est retrouvé calciné et exécuté d’étrange façon, un rapprochement est fait entre la victime et l’assassinat en Amérique du sud 20 ans auparavant d’Alex Rodrigo, son frère. Alex, exécuté pour avoir pris la photo de trop, celle qu’il ne fallait pas montrer, ce qui prouve une fois de plus si c’était nécessaire que la vie d’un journaliste d’investigation ne vaut parfois pas bien cher sous certaines latitudes, tant hier qu’aujourd’hui d’ailleurs ! Rapidement il est évident qu’aucun hasard ni coup du sort n’est à chercher du côté de ces deux meurtres, mais bien au contraire il faut en étudier les similarités, les rapprocher, pour tenter de comprendre.

C’est ce que va s’empresser de faire notre journaliste animateur d’émission radiophonique, en allant sur place, même en sachant qu’il va y retrouver Isabel, celle qu’il évite depuis l’épilogue de Mala Vida. Alors que Diego vient d’arriver en Argentine, Rafael Roca, un de ses contacts qui connaissait également le frère assassiné, va être lui aussi violemment attaqué devant chez lui, puis disparaitre à son tour. C’était un ami de longue date d’Alex, avec cette disparition, le mystère s’épaissit et les ombres nauséabondes s’approchent, il se pourrait bien que la police en place, les autorités, et sans doute la mafia aient elles aussi des manières aux relents de dictature.

Diego, Isabel, Ana, et la police française tentent alors, malgré quelques bâtons dans les roues,  de résoudre cette énigme… pour le plus grand bonheur du lecteur qui se laisse prendre au piège du récit. Toujours bien étayés, les intrigues et les romans de Marc Fernandez nous donnent l’impression d’en savoir plus – ici avec le thème abordé de la liberté d’expression par exemple – car il a les mots pour dire et sous couvert de romanesque, on sent la véracité, la connaissance, le travail derrière le roman et sa trompeuse légèreté. Il me semble que l’on souhaiterait même le voir approfondir un peu plus encore la réalité historique, tant ce qu’il évoque nous intéresse …

💙💙💙💙


A retrouver également, mes avis sur les précédents romans de Marc Fernandez  Mala Vida, Guerilla Social Club ainsi que la rencontre lors de la parution de Mala Vida.
Et parce que l’Amérique du Sud est un vrai sujet, et l’Argentine et la dictature, une mine inépuisable de sujets de romans, lire aussi mes avis sur Aucune pierre ne brise la nuit, de Frédéric Couderc, ou encore Silencios, de Claudio Fava

Catalogue éditeur : Préludes

Le corps calciné d’une femme menottée, une balle dans la nuque, est retrouvé dans un parc de Madrid. Diego Martin, journaliste radio d’investigation, connait la victime, rencontrée vingt ans auparavant… En Argentine. Jeune reporter à l’époque, il avait couvert l’assassinat du frère de la victime : Alex Rodrigo, photographe pour un grand hebdomadaire, tué selon le même mode opératoire.
Un meurtre identique à des milliers de kilomètres de distance, à deux décennies d’écart. Il n’en faut pas plus au présentateur d' »Ondes confidentielles » pour se lancer dans une enquête qui le mènera à Buenos Aires, où il retrouvera une femme qu’il n’a jamais pu oublier…
Entre corruption politique, flics ripoux et groupes mafieux, ce voyage va faire ressurgir les fantômes du passé. Car parfois, ceux qu’on croyait morts reviennent hanter ceux qui sont restés.

L’auteur de l’acclamé  Mala Vida, finaliste du Prix des lectrices de Elle, et de Guerilla Social Club, revient avec un nouveau polar aussi trépidan que furieusement engagé, à l’arrière-plan historique fascinant.

Prix : 15.90 € / Parution : 03/10/2018 / Format : 130 x 200 mm / Nombre de pages : 320 / EAN : 9782253107927

Publicités

Seule la nuit tombe dans ses bras, Philippe Annocque

Faire l’amour sans le faire, se rencontrer sans se connaitre, se voir sans se toucher, c’est la magie, ou le mystère des réseaux sociaux, avec « Seule la nuit tombe dans ses bras »  Philippe Annocque explore ces rencontres d’un x.ième type.

Herbert est prof et écrivain, mais Hebert s’ennuie, il cherche sur le web la rencontre qui va changer sa vie… Un jour, il croise Coline, et cette rencontre-là est une révélation, l’amour, le sexe, l’échange, tout est possible, tout est permis, mais aucune rencontre réelle ne viendra cependant conclure cette belle parenthèse amoureuse, intime, amicale. Jusqu’à ce jour où Herbert essaie de se souvenir de tous ces échanges, ces mots, ces photos, lus et vus avec avidité, avec bonheur, aussi vite effacés que reçus d’ailleurs. Car l’amour, celui qui explose en vous, qui vous rend conquérant, sur de vous, heureux, est venu finalement aussi vite qu’il est reparti, l’amour vrai ou l’amour virtuel ? Seuls Herbert et Coline pourraient le dire, mais si fort, si intimement ressenti qu’il est au moins aussi vrai que celui qu’Herbert fait avec Marie, que Coline fait avec Jules.

L’auteur décortique avec une grande justesse et aucun jugement cette l’intimité, ces élans des cœurs, ces élans des corps rendus possible par la liberté que crée la distance, l’inconnu, l’écran comme protection absolue, qui permet tout, puisqu’il n’y a rien à juger, rien à regretter… Mais ces échanges ont aussi des limites, l’amour sans le faire est-ce vraiment l’amour, et comment peut-il se nourrir de cet autre qu’il ne connait pas, dont il ne touchera jamais la peau, dont il ne sentira jamais le parfum, la chaleur.

Philippe Annocque explore les méandres des sentiments amoureux distendus par la distance et l’inconnu. Car qu’existe-t-il de plus étrange que ces relations clandestines qui peuvent se tisser entre deux inconnus qu’un réseaux internet a rapprochés un soir, une nuit, et qui se racontent toute une vie, des envies, de sentiments, des impulsions, qu’ils n’oseraient dire à personne, en tout cas à personne qui serait en chair et en vrai devant eux. La liberté qu’implique la distance, le sexe cru, les geste, les mots, les images, que l’on projette sur cet écran qui serait comme un paravent derrière lequel on ne risque rien, même pas à se révéler, se dévoiler, au plus profond, au plus secret, mais au plus virtuel aussi peut-être ?… Comme à l’abri d’une armure qui vous protège, vous cache et libère vos pulsions plus surement que n’importe quelle révolution ?

J’ai trouvé dans ce roman un grand réalisme et une véritable image de notre société d’écrans et de relation factices et protégée.. aucun risque n’est pris ni par l’une, ni par l’autre partie, tant que la rencontre n’est pas avérée. J’ai aimé suivre et découvrir les méandres de cette relation épistolaire d’un nouveau genre, moderne et froide finalement… Allez, rien ne vaut la vie en vrai , non ?

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Quidam

Coucher par écrit, est-ce que c’est tromper ? pourrait écrire Herbert puisqu’il est écrivain. Car Herbert ne couche pas avec Coline,qui ne couche pas avec Herbert. Facebook est l’univers parallèle où se joue l’aventure de leurs doubles virtuels, qui ressemble à une histoire de fesses ou à une histoire d’amour, comment savoir dans un monde où apparemment rien n’est grave. A moins que les mots eux-mêmes ne puissent donner corps à leur étreinte imaginaire…

Pas bien sûr d’être un, dubitatif quant à la mention« Du même auteur » qui commence à accompagner ses livres, Philippe Annocque répond cependant quand on l’appelle par son nom, par souci de commodité. Ses papiers le disent né en 1963, il veut bien les croire. D’origines variées, animé de passions diverses et hétéroclites, il écrit des livres qui lui ressemblent sans pour autant se ressembler entre eux : disparates et convergents, nés de la question de l’identité. Il est l’auteur chez Quidam de Liquide (2009), Monsieur le Comte au pied de la lettre(2010), RIEN — qu’une affaire de regard(2014) et Pas Liev (2015) et de Elise et Lise (2017).

152 pages 16 € / août 2018 / 140 x 210mm / ISBN : 9782374910857

Le fil de l’Histoire raconté par Ariane et Nino, Sylvain Savoia et Fabrice Erre

Comment motiver les enfants pour apprendre de façon ludique ? Avec Nino et Ariane, frère et sœur auxquels ils peuvent s’identifier, et par le biais de petites histoires pour retracer l’Histoire.

Dans chaque tome, Ariane, la grande sœur, part d’un élément découvert par son petit frère Nino pour lui expliquer un phénomène particulier.

Une dent de Nino, à mettre sous l’oreiller ou à cacher dans la terre du jardin, et ce sera La découverte des dinosaures, une révolution archéologique.

Des œufs de pâques dans le jardin, et ce sera L’or noir, la conquête du pétrole, bon, là, un peu tiré par les cheveux peut-être, mais le fait que la ressource ne soit pas inépuisable est bien véridique pourtant.

Le ballon qui passe par-dessus la haie du jardin, pas aussi haute que La grande muraille de Chine, les remparts d’un empire ! Et voilà Ariane qui part dans des explications, scientifiques mais pas trop, imagées, constructives et amenant un véritable dialogue fait de questions/réponses.

Enfin, Nino a peur de nager, Ariane lui conseille de venir sur son bateau, et la voilà partie avec Les Vikings, marchands et pirates

L’ensemble de la collection est d’un petit format, très pratique et très agréable à consulter. Une couverture cartonnée donne un bel aspect à ces petites bandes dessinées. BD ? Pas seulement, car en fin de chaque tome des explications et un  fil chronologique permettent de mieux comprendre ce qui vient d’être dit, en donnant aux enfants des références scientifiques ou historiques, pour arriver à se situer dans le fil de l’Histoire.

💙💙💙💙 Dessins de Sylvain Savoia et Textes de Fabrice Erre

Catalogue éditeur : Éditions Dupuis

L’apprentissage de l’Histoire en bande dessinée dans une petite encyclopédie à collectionner.
Une nouvelle façon claire et vivante d’apprendre l’Histoire grâce à la narration dialoguée et aux deux héros auxquels on s’identifie.
Le système narratif permet de clairement distinguer les éléments historiques. On apprend des choses vraies !  En partant du réel d’aujourd’hui pour amener un sujet historique, ces livres permettent aux enfants de se sentir concernés par l’Histoire.
Motiver la curiosité des enfants pour l’Histoire grâce aux héros attachants auxquels ils s’identifieront.

Age du lectorat : 6+ / Album cartonné / 48 pages en couleurs / Hauteur : 172 mm / Largeur : 135 mm / PVP : 5.90EUR

L’or noir : Parution le 07/09/2018 / ISBN : 9782390340058
La Grande Muraille de Chine : Parution le 07/09/2018 / ISBN: 9782390340133
Les Vikings : Parution le 02/11/2018 / ISBN: 9782390340423
La découverte des dinosaures : Parution le 02/11/2018 / ISBN: 9782390340089

Le Nord du monde, Nathalie Yot

La fuite vers le Nord du monde d’une femme amoureuse qui sombre peu à peu dans la folie

Elle fuit, elle fuit l’homme chien, sans doute l’homme qu’elle aime trop car dans son amour il n’y a pas de demi-mesure, c’est du tout ou rien. Et cet amour l’étouffe, elle a besoin de respirer et part, à pied, en train, en stop, en ce qu’on veut, jusqu’au grand nord, au pays des jours sans nuit, à la limite du cercle polaire…

Sur cette route qui va de Paris à la Norvège, en passant par la Belgique et l’Allemagne, elle rencontre des femmes, puis des hommes, Pierre d’abord, avec qui l’amour n’a de nom que le sexe, avec les polonais ensuite, avec qui l’amour n’a de nom que l’abri qu’ils lui procurent, avec Isaac enfin, l’enfant qu’elle aime à la folie, et qu’elle entraine avec elle…

Dans cette fuite, il y a aussi le silence de ceux qui savent, mais savent-ils ou veulent-ils croire qu’ils se sont trompés ? Et puis il y a cette femme qui va au-delà de ses limites, au-delà des conventions, au-delà de la raison. Il y a cette femme qui a besoin d’aimer, qui fuit l’amour aussi comme une faute, comme une brûlure… et cette relation que tout repousse, la raison, la morale, la société – pourquoi avoir besoin d’écrire cela ? Quelle femme peut imaginer ces gestes, ces mots – un premier roman profondément dérangeant… même s’il explore les limites de la folie, la puissance des sentiments, la recherche de soi jusqu’à l’extrême, au risque de briser tous les tabous.

Alors pourquoi dérangeant me direz-vous, parce que l’amour pour les hommes, l’amour pour l’enfant, semblent toujours pour elle passer par la peau, les gestes, les caresses, jusqu’à l’indicible, jusqu’à la déraison, jusqu’à …  la folie d’aimer ?

Comment dire, en général, j’aime plus ou moins les titres proposés par les 68 premières fois, mais je suis surprise par la tournure de cette aventure vers Le nord du monde. Car si l’écriture m’a tout d’abord séduite, comme les thèmes abordés avec la fuite en avant et la folie de cette femme interpellée dans la relation fusionnelle à l’autre, pourtant au fil des pages les idées sous-jacentes sont devenues prépondérantes et terriblement dérangeantes.

💙💙

Catalogue éditeur : La Contre Allée

« Elle fuit. Elle fuit l’homme chien. Elle trotte comme un poulain pour qu’il ne la rattrape pas, aussi pour fabriquer la peinture des fresques du dedans. Elle voudrait la folie mais elle ne vient pas. Toucher le mur du fond, le Nord du Monde, se cramer dans la lumière, le jour, la nuit, effacer, crier et ne plus se reconnaître. Sur la route, il y a Monsieur Pierre, il y a la Flaish, il y a les habitants des parcs, il y a Andrée, il y a les Polonais, Elan, Vince et Piort, et aussi Rommetweit, les Allemands, les Denant. Il y a Isaac, neuf ans environ. Et il y a les limites. » Nathalie Yot, à propos de Le Nord du Monde

Nathalie Yot est née à Strasbourg et vit à Montpellier. Artiste pluridisciplinaire, passionnée des mots, de musique et d’art, architecte et chanteuse, performeuse et auteure, elle a un parcours hétéroclite à l’image de son écriture. Elle est diplômée de l’école d’architecture mais préfère se consacrer à la musique (auteure, compositeur, interprète signée chez Barclay) puis à l’écriture poétique. Ses collaborations avec des musiciens, danseurs ou encore plasticiens sont légions.

ISBN 9782376650010 / Format 13,5 x 19 cm / Nombre de pages 152 pages / Date de parution 20/08/2018 / Prix 16, 00€

Sommeil blanc. Emelie Schepp

La nouvelle reine du polar scandinave, Emelie Schepp revient avec « Sommeil Blanc » le deuxième tome de sa trilogie, et entraine ses lecteurs sur les traces de Jana, son enquêtrice de choc.

J’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteur suédoise Emelie Schepp lors de sa venue à Paris pour la parution du premier opus de sa série, puis de nouveau lors de la parution de Sommeil Blanc au printemps. Comme tous ses lecteurs, j’ai découvert son héroïne Jana Berzelius dans Marquée à vie, et j’ai retrouvé avec plaisir la belle et froide procureur au passé trouble, toujours autant auréolée de mystère.

Le corps d’une mule vient d’être découvert sans vie dans un train reliant Stockholm à Copenhague, soulevant de nombreuses interrogations. C’est apparemment une jeune Thaïlandaise, mais d’où vient elle vraiment ? Qui est-elle ? Était-elle seule ?  Car il semble qu’elle a voyagé avec une seconde jeune femme. La découverte d’un deuxième corps, celui d’un toxico notoire, éveille de bien plus profonds soupçons… et Jana entre en scène, toujours poursuivie par les fantômes de son enfance, par les réminiscences de ces moments dont elle ne sait pourtant rien. Pourtant le voile se lève sur une partie du mystère, des noms apparaissent, on recherche l’identité du Vieux, on retrouve un certain Danilo, l’ennemi intime de Jana. Et l’on se demande comment elle va réussir à mener cette enquête sans être trop impliquée. Comment peut-elle se sortir de là sans risquer sa carrière ? Et qui est le commanditaire de ce sombre trafic, apparemment proche du cercle des relations de Jana.

Emelie Schepp nous entraine à la suite de Jana et de l’équipe d’enquêteurs que nous avions découverts dans le premier tome, en choisissant un thème actuel, celui des mules et du triste sort qui leur est parfois dévolu. Comme elle l’évoque lors de la rencontre, pour ce roman également, un long travail de recherche et des contacts aussi bien dans le milieu de la police que dans celui de la santé lui ont permis de présenter les faits de manière à la fois romanesque et réaliste.

Son intrigue se tisse, s’intensifie, et nous rêvons déjà de savoir comment Jana va s’en sortir, et quels démons devra-t-elle affronter dans le prochain opus ?

💙💙💙💙

Vous  souhaitez en savoir un peu plus ? Retrouvez également mon avis sur Marqué à vie ici. Et la rencontre avec Emelie Schepp.

Catalogue éditeur : HarperCollins

Une deuxième enquête de Jana Berzelius.
Quand une jeune Thaïlandaise utilisée pour faire passer de la drogue est retrouvée morte des suites d’une overdose, tous les indices tendent à prouver qu’un certain « Danilo » est lié à l’affaire. Un ennemi personnel que Jana Berzelius a bien l’intention de faire disparaitre. Ancien frère d’armes, il en sait trop sur son enfance sordide. En parallèle, l’équipe de Jana se concentre sur la recherche d’un magnat de la drogue qu’on dit d’une intelligence hors du commun. Tout en brûlant de connaitre son identité, Berzelius doit aussi veiller à ce que Danilo ne dévoile pas… la sienne.

Née en Suède, à Motala, Emelie Schepp appartient à la nouvelle génération d’écrivains nordiques, celle qui a succédé à des auteurs mondialement connus, comme Stieg Larsson. Après avoir remporté un prix d’Art dramatique et travaillé dans la publicité, Schepp fait des débuts très remarqués avec Marquée à vie, le premier volume de sa série « Jana Berzelius ». Déjà vendue dans 27 pays à ce jour, cette trilogie a conquis 200 000 lecteurs rien qu’en Suède.

Paru le 10 janvier 2018 / Harper Collins Noir N°15 / 400 pages / EAN 9791033900764

Les Polaroïds. Eric Neuhoff

Avec Les Polaroïds, Eric Neuhoff nous offre un recueil de nouvelles comme on aime, nostalgique à souhait.

Vous vous souvenez vous aussi de ces polaroids que l’on prenait, que l’on s’échangeait,  puis que l’on conservait, lors de rencontres de familles, de fêtes, de soirées, de vacances… Photos éphémères vite oubliées, aux couleurs qui passent en nous rappelant qu’hier est déjà loin ? En lisant ces dix-sept nouvelles d’Éric Neuhoff j’ai eu l’impression de plonger dans quelque boite à souvenir un peu désuète, oubliée, fanée…

Il a l’art de faire revivre par ses mots et ses émotions ceux qui ne sont plus, de faire disparaitre ceux qui sont toujours là, d’une Jean Seberg toujours belle et secrète à un Patrick Dewaere en acteur vieillissant sur le retour, mais aussi de nous permettre de nous glisser du côté de Hyannis Port pour assister à une rencontre improbable entre Jacky, John et Salinger… Il nous parle de villes et de rencontres, de Toulouse la rose à Paris où tout va si vite, de personnages réels ou inventés, d’émotions, de joies ou de peines, de la vie…

 Ces souvenirs qui émaillent ces pages sont personnels peut-être, familiaux sans doute, inventés qui sait, mais tellement probables, tellement intimes, tellement les miens, les tiens, les nôtres que je me les suis appropriés sans difficulté. J’ai aimé tourner ces pages qui m’ont ramenée quelques décennies en arrière avec un grand plaisir, une nostalgie et une tendresse certaines.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : éditions du Rocher

Chez Éric Neuhoff, la vie ressemble à une dolce vita permanente : hôtels, plages et gins pamplemousse dégustés les pieds dans le sable. Mais la mélancolie et l’ironie ne sont jamais loin. Dans Les Polaroïds,son premier recueil de nouvelles, tout est imaginable. Jean Seberg et Patrick Dewaere sont toujours vivants. Un jeune homme, de retour dans la ville de son adolescence, s’ennuie. Jackie Kennedy et J. D. Salinger passent une journée ensemble. À Canet-Plage, les villas en bord de mer sont le théâtre de drames intimes. Les filles se prénomment Maud, Chloé ou Raphaëlle. Elles sont snobs,bronzées, parfois menteuses. Faut-il préférer l’Irlande ou la Costa Brava pour fuguer en leur compagnie ? Sur la route de Saint-Tropez à Paris, l’esprit divague à grande vitesse. Et, en sourdine, la petite musique du cœur se fait entendre.

Journaliste au Figaro et au Masque et la Plume, Éric Neuhoff a publié une vingtaine d’ouvrages dont La Petite Française (prix Interallié 1997), Un bien fou (Grand Prix du roman de l’Académie française 2001) et Costa Brava (prix Lipp-Cazes2017).

Date de parution : 03.10.2018 / EAN : 9782268100944 / Nombre de pages : 176 / Prix : 16€


La guérilla des animaux. Camille Brunel

Quand la cause animale, la catastrophe annoncée et le militantisme salvateur excusent tous les dérapages. Et si le pire ennemi de l’homme était tout simplement l’Homme… ?

Dans un futur plus ou moins proche mais très sombre et absolument détestable, Isaac Obermann le parisien et Yumiko la japonaise, tous deux acquis à la cause animale, sont des extrémistes qui œuvrent pour la sauvegarde et le bonheur des animaux. Car il faut le dire, pour le bien-être et la liberté des bêtes, Isaac est capable de tuer de sang-froid des braconniers, des chasseurs, homme ou femme, qu’il poursuit jusque dans la jungle. Mais aussi d’assaillir un baleinier et de tuer tout l’équipage sans aucun remord. Isaac parcourt le monde pour sauver les animaux, leur rendre cette liberté dont les hommes les ont privés.

Dans ce futur-là, les hommes tuent et massacrent sans aucune retenue ni pitié. Alors Isaac sera le combattant de l’ombre, celui dont on connait pourtant partout les faits d’arme, en conflit avec son père, avec la planète entière, incompris de tous.

Il y a beaucoup de violence, de morts, derrière les pas de ce justicier qui part aux quatre coins de la terre sauver ce qui peut l’être ou massacrer ce qui doit l’être, pour l’exemple… J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce roman, cette dystopie qui pourtant éveille nos consciences, mettant en exergue cette suprématie de l’homme sur l’animal et la violence que cela induit…

Autant j’avais apprécié le roman de Vincent message, Défaite des maitres et possesseurs, qui avait une façon très imagée d’anticiper un avenir provoqué par trop de violence envers les animaux, autant ici la démesure de la violence m’a semblé tellement monstrueuse qu’elle en devenait souvent factice, surtout dans la deuxième partie il me semble …

Pourtant, j’avoue que l’auteur ose, bouscule, dérange, et peut-être est-ce aussi ce qui est intéressant dans ce roman, car comment faire changer les consciences, comment modifier les habitudes si chacun reste dans sa zone de confort persuadé que ce n’est pas de sa faute, mais bien celle des autres ? J’ai reçu ce premier roman grâce aux 68, et avouons-le, c’est malgré tout ce genre d’écrits qui permet d’ouvrir un peu nos yeux et de se dire que oui, il faut protéger et sauver ce qui peut encore l’être… pas sûre au fond que cette violence-là soit indispensable…mais qui sait !

💙💙💙

Catalogue éditeur : Alma éditeur

Comment un jeune Français baudelairien devient-il fanatique de la cause animale ? C’est le sujet du premier roman de Camille Brunel qui démarre dans la jungle indienne lorsqu’Isaac tire à vue sur des braconniers, assassins d’une tigresse prête à accoucher.
La colère d’Isaac est froide, ses idées argumentées. Un profil idéal aux yeux d’une association internationale qui le transforme en icône mondiale sponsorisée par Hollywood. Bientôt accompagné de Yumiko, son alter-ego féminin, Isaac court faire justice aux quatre coins du globe.

18 € / 280 pages / Date de parution : 16 août 2018 / ISBN : 978-2-36279-285-4