Le cƓur battant du monde, SĂ©bastien Spitzer

Quand SĂ©bastien Spitzer Ă©crit, il parle de la chair et du cƓur des hommes avant de parler d’Histoire, et on aime ça ! Le cƓur battant du monde, un roman qui ne vous lĂąchera pas !

couverture du roman le cƓur battant du monde, photo Domi C Lire

SĂ©bastien Spitzer enchante ses lecteurs par son Ă©criture, mĂȘme si ce sont des Ă©pisodes de vies bien sombres qu’il dĂ©voile Ă  chacun de ses romans. Une chose est sĂ»re pourtant, on plonge, on respire un grand coup et on lit jusqu’au bout tant on ne peut se dĂ©tacher de ces noirceurs terriblement humaines.

Dans le Londres de 1860 oĂč les misĂ©reux viennent chercher fortune, les filles mĂšres sont contraintes d’avorter clandestinement si elles ne veulent pas ĂȘtre mises au ban de la sociĂ©tĂ©. Charlotte l’irlandaise aime Evans, mais son amoureux a traversĂ© l’ocĂ©an pour chercher fortune en AmĂ©rique. Lorsque le bon docteur Malte, qui n’a de docteur que le nom, se porte Ă  son secours aprĂšs une agression, il constate qu’elle attend un enfant. C’est pour lui l’occasion rĂȘvĂ© de sauver Ă  la fois cette mĂšre et un autre enfant dont personne ne veut, un bĂątard qu’il faut Ă©liminer, cacher, oublier.

Dans le Londres de 1860 Engels est un riche homme d’affaires qui a hĂ©ritĂ© d’une usine de coton, le plus beau, le plus fin d’Angleterre. Il mĂšne sa vie comme bon lui semble, avec ses deux femmes. C’est aussi l’ami inconditionnel de Karl Marx, et c’est lui encore qui fait vivre la famille Marx, qui aide, qui finance, qui cache. Karl Marx a Ă©pousĂ© la baronne Johanna von Westphalen, fui l’Allemagne. Il est bientĂŽt le pĂšre du Capital, et dĂ©jĂ  un pĂšre de famille « rangĂ© Â». Johanna lui a donnĂ© de beaux enfants, trois filles, les fils ne survivront pas.  Mais Engels va devoir faire disparaitre le fils naturel de cet ami que l’on surnomme le Maure.

Alors Charlotte va Ă©lever Freddy, le fils cachĂ© de Karl Marx, dans cette Ă©poque, dans cette ville oĂč la vie ne fait aucun cadeau Ă  la classe ouvriĂšre, et encore moins aux femmes qui n’ont que leurs charmes pour survivre.

Le contexte politique et Ă©conomique est particuliĂšrement sensible. D’abord avec la guerre de sĂ©cession qui n’en finit pas de finir. Les diffĂ©rents blocus en AmĂ©rique privent l’Angleterre de son approvisionnement en ballots de coton et donc grĂšvent son industrie. Puis avec la famine en Irlande, et ces hommes, ces ouvriers qui ont besoin de travailler, se rĂ©voltent contre les patrons qui les exploitent. Enfin, ces femmes qui pour survivre offrent leur corps, leur jeunesse, au plus offrant, au plus menteur, au plus lĂąche.

Il y a dans ce roman Ă  la fois la rĂ©volte et la soumission, le dĂ©sespoir et l’attente, la misĂšre des femmes et la compromission des Ă©lites. Alors comment accepter un Karl Marx qui se dit humaniste, communiste et prĂšs du peuple, quand il vit dans le luxe et le confort. Quelle contradiction entre l’homme et ses Ă©crits, quelle complexitĂ© entre sa vie et sa pensĂ©e. Et tout au long de ces pages Ă©clate l’amour d’une mĂšre pour ce fils qu’elle a fait sien, l’amour d’un fils pour cette mĂšre qu’il croit sienne. MalgrĂ© la fange et la misĂšre, les plus beaux sentiments savent Ă©merger et s’affirmer envers et contre tous.

C’est dense, envolĂ©, rythmĂ©. J’aime ces phrases courtes, sĂšches, directes, qui donnent un tempo impressionnant et vivant Ă  ce roman. Car loin d’ĂȘtre un rĂ©cit historique banal, Le cƓur battant du monde nous plonge au cƓur des sentiments, des vivants et des perdants aussi.

Catalogue Ă©diteur : Albin-Michel

Dans les annĂ©es 1860, Londres, le cƓur de l’empire le plus puissant du monde, se gave en avalant les faibles. Ses rues entent la misĂšre, l’insurrection et l’opium. Dans les faubourgs de la ville, un bĂątard est recueilli par Charlotte, une Irlandaise qui a fui la famine. Par amour pour lui, elle va voler, mentir, se prostituer sans jamais rĂ©vĂ©ler le mystĂšre de sa naissance.
L’enfant illĂ©gitime est le fils cachĂ© d’un homme cĂ©lĂšbre que poursuivent toutes les polices d’Europe.

Lire la suite


21.90 € / 21 AoĂ»t 2019 / 140mm x 205mm / 448 pages / EAN13 : 9782226441621

Publicités

A crier dans les ruines, Alexandra Koszelyk

A crier dans les ruines, le roman d’une innocence perdue qui nous parle de catastrophe nuclĂ©aire mais aussi de lĂ©gendes ; d’exil, mais surtout d’amour par-delĂ  le temps et l’absence.

La catastrophe de Tchernobyl en avril 1986, tout le monde y pense de façon plus ou moins lointaine, plus ou moins impliquĂ©e. Mais que savons-nous de ceux qui l’ont vĂ©cue dans leur chair et comment ont-ils survĂ©cu ?

Lena et Ivan vivent Ă  Pripiat, cette ville si moderne qui vit grĂące Ă  la centrale de Tchernobyl. Ils se connaissent depuis l’enfance, ils ont treize ans Ă  peine lors de l’explosion de la centrale nuclĂ©aire. Le pĂšre d’Ivan vit proche de la nature, de la forĂȘt et de tout ce qu’elle peut apporter aux hommes qui la respectent. C’est d’ailleurs dans cette forĂȘt que les deux adolescents se retrouvent, sous cet arbre sur lequel ils sont tracĂ© la preuve de leur amour naissant.

Les parents de Lena sont des scientifiques qui travaillent Ă  la centrale. Les premiers informĂ©s, les premiers avertis du risque, les premiers Ă  fuir en laissant leur vie derriĂšre eux, dans ce train qui les emmĂšnera jusqu’en Normandie avec Lena et sa grand-mĂšre.

Pour mieux accepter l’exil, faut-il tout oublier ? Si Lena s’inquiĂšte du sort d’Ivan, pour son pĂšre, il est forcĂ©ment mort, comme le sont les souvenirs et la vie laissĂ©e lĂ -bas. Et dans sa vie il y a dĂ©sormais un avant et un aprĂšs l’apocalypse.  Alors il faut rĂ©apprendre Ă  vivre, une langue, des habitudes, un nouveau prĂ©nom pour sa mĂšre qui veut s’intĂ©grer Ă  sa nouvelle vie. BercĂ©e par les lĂ©gendes que lui conte inlassablement sa grand-mĂšre, ce sera pour Lena des Ă©tudes et un nouvel exil, volontaire celui-lĂ , vers Paris. LĂ , nourrie de littĂ©rature, de lĂ©gendes et d’espoir, elle va enfin vivre un nouvel amour, avec cet Yvan qui est autre et qu’il est si difficile d’aimer vraiment pour une jeune femme qui attend, qui rĂȘve et qui espĂšre elle ne sait plus quoi exactement.

ForgĂ©e par les contes et les lĂ©gendes, par la littĂ©rature et sa soif d’apprendre, Lena ressent pourtant chaque jour le manque, l’absence et l’exil. Car l’amour Ă  lui seul est un monde, et le sien est restĂ© dans les ruines de Tchernobyl. Jusqu’au jour oĂč elle dĂ©cide de retourner Ă  Pripiat, sa ville martyre.

A crier dans les ruines nous parle de dĂ©racinement et de souffrance, de silence et d’attente, d’amour et de dĂ©ception, de vies qui passent. L’écriture est ciselĂ©e, dĂ©licate, et fourmille de dĂ©tails, de rĂ©fĂ©rences Ă  la mythologie mais aussi Ă  l’histoire, celle de l’Urss et de l’Ukraine en particulier, rĂ©fĂ©rences importantes pour mieux comprendre le contexte et la psychologie des personnages. Les personnages sont attachants dans ce qu’ils ont de plus extrĂȘme, de plus profond dans cette fidĂ©litĂ© sans faille Ă  leur terre, Ă  leurs racines et Ă  leur amour. Le style dense fourmille de rĂ©fĂ©rences, peut-ĂȘtre un brin trop par moment, mais qu’importe car quel beau roman pĂ©tri d’une Ă©lĂ©gance rare. Merci aux Forges de Vulcain de nous faire dĂ©couvrir une auteure Ă  suivre, et une fois de plus, de nous Ă©tonner et nous sĂ©duire avec cette couverture si Ă©tonnante signĂ©e Elena Vieillard.

Catalogue Ă©diteur : Aux Forges de Vulcain

Tchernobyl, 1986. Lena et Ivan sont deux adolescents qui s’aiment. Ils vivent dans un pays merveilleux, entre une modernitĂ© triomphante et une nature bienveillante. C’est alors qu’un incendie, dans la centrale nuclĂ©aire, bouleverse leur destin. Les deux amoureux sont sĂ©pares. Lena part avec sa famille en France, convaincue qu’Ivan est mort. Ivan, de son cĂŽtĂ©, ne peut s’éloigner de la zone, de sa terre qui, mĂȘme sacrifiĂ©e, reste le pays de ses ancĂȘtres. Il attend le retour de sa bien-aimĂ©e. Lena grandit dans un pays qui n’est pas le sien. Elle s’efforce d’oublier. Un jour, tout ce qui est enfoui remonte, revient, et elle part retrouver ce qu’elle a quittĂ© vingt ans plus tĂŽt.

Prix 19.00 € / 254 pages / Format : 13 x 20 cm / ISBN : 9782373050660

Boys, Pierre Théoblad

Avec Boys, Pierre ThĂ©oblad nous offre des instants de vies rĂ©solument masculines. Cette plongĂ©e dans le cƓur des hommes est un vĂ©ritable bonheur de lecture !

couverture du roman Boys de pierre Théoblad chez JC Lattes photo Domi C Lire

Il aurait pu ĂȘtre photographe, tant ses rĂ©cits semblent ĂȘtre des instantanĂ©s de vies absolument jubilatoires Ă  lire. Tout d’abord si comme moi vous ĂȘtes de l’autre sexe car quelle joie de lire ces sentiments, ces dĂ©sirs, ces interrogations qui nous montrent que pour chacun d’entre nous la vie est un Ă©ternel questionnement.

Qu’ils soient ThĂ©o ou Fred, pĂšre ou frĂšre, amis ou amants, ils ont tous su me sĂ©duire par leur humanitĂ©, leurs tĂątonnements, leurs hĂ©sitations et leurs certitudes. Mais tous, absolument tous nous parlent d’amour. Celui qu’on attend, qu’on espĂšre, qu’on regrette, qu’on pleure. Amour pour une femme, un homme, un enfant, amour sous toutes ses formes, qui rassure ou qui inquiĂšte, qui dĂ©stabilise ou qui rend plus fort. Qu’ils soient forts ou faibles, sĂ»r d’eux ou fragilisĂ©s, ils sont hommes avant tout, avec leurs sentiments et leurs espoirs, leurs doutes et leurs peurs, leur jeunesse et leur vieillesse, et nous avons tellement envie de les entendre.

Mais que ces nouvelles sonnent juste, on s’y plonge, on les vit, on est avec eux tous, on vibre et on pleure, on se rĂ©jouit et on espĂšre. Un vrai bonheur, une lecture que je vous conseille vivement.

Roman lu dans le cadre de ma participation aux 68 premiĂšres fois.

Catalogue Ă©diteur : JC LattĂšs

« J’ai aimĂ© nos instants minuscules, nos instants de rien, ce que l’on croit ĂȘtre l’ennui, le quotidien, mais qui n’est autre que la manifestation sincĂšre de l’amour, son expression nue et dĂ©sintĂ©ressĂ©e. L’amour n’existe que lĂ , dans ces intervalles dĂ©pourvus de consistance. »
Ce sont des hommes de tous Ăąges, saisis chacun Ă  un instant de bascule. Un mari qui enquĂȘte sur la vie secrĂšte de sa femme, un sĂ©ducteur qui s’apprĂȘte Ă  retrouver une fille dont il n’a que faire, un sportif sur le dĂ©clin
 Des losers magnifiques, des romantiques dĂ©raisonnables. Des pĂšres sans enfant, de grands enfants devenus pĂšres. Et, au milieu de tous ces hommes, il y a Samuel, que l’on retrouve Ă  diffĂ©rentes Ă©tapes de sa vie, et qui doit faire face au plus difficile des renoncements.
Dans Boys, Pierre ThĂ©obald dresse un portrait sensible de la condition masculine aujourd’hui.

Né en 1976, Pierre Théobald est journaliste sportif. Il vit à Metz. Boys est son premier livre de fiction.

EAN : 9782709663243 / Parution : 03/04/2019 / 224 pages

Reste avec moi, Ayobami Adebayo

Ce roman inoubliable de AyĂČbĂĄmi AdĂ©bĂĄyĂČ nous transporte dans le cƓur d’une femme en mal d’enfants. Formidable surprise, « Reste avec moi Â» ne laisse absolument pas indiffĂ©rent.

couverture du roman "Reste avec moi" Ayobami Adebayo photo Domi C Lire

Yejide a rencontrĂ© Akin Ă  l’universitĂ©. Pour cet homme, une seule certitude, c’est la femme de sa vie. Leur mariage est une Ă©vidence. Tout irait pour le mieux si seulement Yejide pouvait donner un hĂ©ritier Ă  ce fils ainĂ©, comme le veut la tradition. Car au bout de quatre ans, aucune grossesse n’est venue rĂ©compenser le couple. La famille s’en mĂȘle, et voilĂ  Akin pourvu d’une seconde Ă©pouse, plus jeune, plus jolie.

Depuis plusieurs annĂ©es dĂ©jĂ , Yejide a tout tentĂ© pour avoir ce bĂ©bĂ© tant attendu, et rien ne lui a Ă©tĂ© Ă©pargné  pourtant ce rĂȘve fou met du temps Ă  se rĂ©aliser. Jusqu’au jour oĂč
 puis les enfants sont lĂ , mais leur vie ne tient parfois qu’Ă  un fil.

Sur fond de bouleversements politiques dans ce NigĂ©ria des annĂ©es 80, nous assistons avant tout Ă  la lutte sans merci d’une femme pour sauver son couple, pour rester maitre de sa vie, de son foyer, en rĂ©sistant de toute son Ăąme Ă  la famille, au poids des traditions, mais aussi Ă  la lĂąchetĂ© et au mensonge. AyĂČbĂĄmi AdĂ©bĂĄyĂČ dĂ©crit avec une grande justesse la complexitĂ© des sentiments qui habitent tant Yejide que Akin, son Ă©poux. Il y a dans ces pages toute la dualitĂ© entre l’amour dans le couple et la fidĂ©litĂ© aux rĂšgles qui rĂ©gisse la famille africaine, le respect des ainĂ©s et de sa propre libertĂ©, toute la difficultĂ© qu’il peut y avoir Ă  trouver la limite entre la confiance et la duplicitĂ©, le silence et la vĂ©ritĂ©.

Une Ă©criture superbe de vĂ©racitĂ©, d’émotions et de sentiments forts, une belle lecture qui transporte ses lecteurs dans une autre dimension, et un roman que l’on n’a absolument pas envie de lĂącher avant la derniĂšre page. Je vous le conseille vivement !

Catalogue Ă©diteur : Ă©ditions Le Duc.s Charleston

Avec pour toile de fond les bouleversements politiques du Nigeria des annĂ©es 1980, le portrait inoubliable d’une femme qui fait le choix de la libertĂ©… envers et contre tout.

Yejide et Akin vivent une merveilleuse histoire d’amour. De leur coup de foudre Ă  l’universitĂ© d’IfĂ©, jusqu’Ă  leur mariage, tout s’est enchaĂźnĂ©. Pourtant, quatre ans plus tard, Yejide n’est toujours pas enceinte. Ils pourraient se contenter de leur amour si Akin, en tant que fils aĂźnĂ©, n’Ă©tait tenu d’offrir un hĂ©ritier Ă  ses parents. Yejide consulte tous les spĂ©cialistes, mĂ©decins et sorciers, avale tous les mĂ©dicaments et potions Ă©tranges
 Jusqu’au jour oĂč une jeune femme apparaĂźt sur le pas de sa porte. La seconde Ă©pouse d’Akin. Celle qui lui offrira l’enfant tant dĂ©sirĂ©. BouleversĂ©e, folle de jalousie, Yejide sait que la seule façon de sauver son mariage est d’avoir un enfant. Commence alors une longue et douloureuse quĂȘte de maternitĂ© qui exigera d’elle des sacrifices inimaginables.

NĂ©e Ă  Lagos, AyĂČbĂĄmi AdĂ©bĂĄyĂČ a Ă©tudiĂ© l’Ă©criture aux cĂŽtĂ©s de Chimamanda Ngozi Adichie et Margaret Atwood. À tout juste 29 ans, elle est l’auteure d’une Ɠuvre saluĂ©e par de nombreux prix littĂ©raires et reconnue comme une Ă©crivaine d’exception. Reste avec moi, son premier roman, a Ă©tĂ© traduit dans 18 pays et a Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ© pour quatre prix littĂ©raires, dont le prestigieux Women’s Prize for Fiction.

Prix 22,50 € / Format 145 x 230 / 320 pages / janvier 2019 / EAN : 9782368123393



Pamela, StĂ©phanie des Horts

Pamela est si belle que tous les hommes succombent Ă  son charme, et l’écriture de StĂ©phanie des Horts nous enchante en nous faisant dĂ©couvrir la belle-fille de Churchill.

photo roman "Pamela" de Stephanie des Horts, blog Domi C Lire

Pamela est une jeune et belle femme bien dĂ©cidĂ©e Ă  se faire une place dans la sociĂ©tĂ©. Les  hommes succombent Ă  son charme, elle n’a que l’embarras du choix pour rĂ©ussir.  Elle aime l’amour autant que les hommes, et ce sera son moteur pour avancer malgrĂ© les embĂ»ches.

A 19 ans, elle Ă©pouse le fils de Winston Churchill. Sa relation avec le pĂšre sera bien plus profonde et sincĂšre qu’avec son mari. Si elle divorce rapidement aprĂšs lui avoir donnĂ© un fils, elle gardera nĂ©anmoins ce nom prestigieux toute sa vie ou presque.

Ensuite, elle va collectionner avec toujours beaucoup de passion et de sincĂ©ritĂ© des amants tous plus prestigieux les uns que les autres, Ali Khan, Gianni Agnelli, Harriman, Druon, Rothschild, Sinatra, Maurice Druon, pour ne citer qu’eux. Mais bien souvent, elle qui sait ce que reprĂ©sente l’argent et le confort que lui procure ces hommes n’arrivera pas Ă  les Ă©pouser. Il lui manque toujours quelque chose, le nom, la lignĂ©e aristocratique, la position sociale. Ils lui resteront cependant fidĂšles en amitiĂ© et ne la lĂącheront pas lorsqu’elle se retrouve dans l’adversitĂ©. Jusqu’à son mariage avec Harriman. Bien plus ĂągĂ© qu’elle, il lui permet d’entrer en politique et  d’assoir une « respectabilitĂ© Â» qui la mĂšnera jusqu’au titre d’ambassadrice des États-Unis en France.

Elle mĂšne une vie flamboyante. Souvent traitĂ©e de putain par ses dĂ©tracteurs, elle avance jusqu’au bout dans le sillon qu’elle s’est tracĂ©, fidĂšle en amitiĂ© mais aussi Ă  ses amours le temps qu’ils veulent bien durer. Quand elle aime, elle aime vraiment, de toutes ses forces, et les ruptures n’en sont que plus douloureuses.

Alors c’est vrai, cette vie-lĂ  peut sembler un peu futile et lĂ©gĂšre, tournĂ©e vers un but, l’amour d’un homme assez riche pour vivre dans un rĂ©el confort. Mais cette femme est passionnante et bouleversante. Sa façon de traverser le siĂšcle et de s’y faire une vĂ©ritable place au soleil est bluffante. Elle aura su s’adapter, rebondir, assoir sa position, en particulier auprĂšs de Churchill mais aussi de Clinton. Elle qui sait rester fidĂšle le sera toute sa vie Ă  « dear Papa » (Winston Churchill) avec qui elle refaisait le monde et s’entendait trĂšs bien, excusez du peu !

Elle croise la route de tant de monde ! La maĂźtresse de Malaparte n’est autre que la mĂšre de Gianni Agnelli, son grand amour. Malaparte que l’on retrouve dans l’excellent roman Amour propre de Sylvie Le Bihan. Elle croise la route d’Emerald Cunard dans ses salons littĂ©raires Ă  Londres. Emerald Cunard que l’on retrouve dans Avec toute ma colĂšre d’Alexandra Lapierre. Puis de Louise de Vilmorin, que l’on retrouve dans Edmonde, lĂ  aussi passionnant roman de Dominique de Saint-Pern sur une femme singuliĂšre et attachante.

Pamela m’a fait voyager dans le temps et dans la vie de cette femme dont j’ignorai tout, c’est envolĂ©, subtilement Ă©crit, alerte, vivant. Un vĂ©ritable plaisir de lecture.

En parcourant le XXe siĂšcle, les historiens trouveront partout des traces du rouge Ă  lĂšvres de Pamela Churchill. Daily Mail.

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury des lecteurs du Livre de Poche 2019

Catalogue Ă©diteur : Le Livre de Poche et Albin Michel

LĂ©gĂšre, sĂ©duisante, insolente, Pamela dĂ©cide trĂšs tĂŽt de capturer l’homme qui la mĂšnera Ă  la gloire. Randolph Churchill, qu’elle Ă©pouse Ă  dix-neuf ans. Ali Khan, Agnelli, Sinatra, Harriman, Druon, Rubirosa, Rothschild… aucun ne rĂ©siste Ă  son charme. S’ils ont le pouvoir, elle exerce sur eux une attirance fatale. Ils l’ont tous dĂ©sirĂ©e. Elle les a tous aimĂ©s. Les conquĂȘtes de Pamela sont des alliances, des trophĂ©es qu’elle brandit sans crainte de choquer les cercles mondains. Scandaleuse ? Intrigante ? Courtisane ? La ravissante Anglaise Ă  la rĂ©putation sulfureuse, morte comme une lĂ©gende dans la piscine du Ritz Ă  Paris oĂč elle Ă©tait ambassadrice des États-Unis, a emportĂ© ses secrets. StĂ©phanie des Horts en recherche les parfums et nous rĂ©vĂšle l’existence flamboyante d’une sĂ©ductrice hors norme.

288 pages / Date de parution : 27/02/2019 / EAN : 9782253237990

Changer l’eau des fleurs, ValĂ©rie Perrin

VoilĂ  un beau roman d’espoir et de vie, d’amour et de solitude, de rĂ©silience et de bonheur. Pourquoi il faut dĂ©couvrir « Changer l’eau des fleurs Â» de ValĂ©rie Perrin sans plus attendre !

photo couv du roman changer l'eau des fleurs, Valérie Perrin, blog Domi C Lire

Violette Toussaint est gardienne de cimetiĂšre dans une petite ville de Bourgogne. Elle connait aussi bien les vivants que les morts de son domaine et semble trouver un vĂ©ritable plaisir Ă  vivre au milieu des morts. Pour elle, Changer l’eau des fleurs, c’est entretenir les tombes et parler aux visiteurs. Quelle Ă©trange idĂ©e, un peu lugubre ou mortifĂšre. Il s’agit plutĂŽt d’un bel Ă©lan de vie et de courage, d’amitiĂ© et de partage, d’empathie et de confiance.

Violette est nĂ©e sous X. Jeune fille paumĂ©e, elle tombe amoureuse du plus beau client du bar dans lequel elle travaille, ils se marient. Puis c’est une mĂšre comblĂ©e par la naissance de sa fille LĂ©onine. Comme le couple doit travailler et malgrĂ© la grande paresse de Philippe, ils seront garde-barriĂšre, puis gardiens de cimetiĂšre. La cohabitation avec Philippe Toussaint n’est pas un long fleuve tranquille, il est bien trop souvent absent ou silencieux, Violette doit gĂ©rer et travailler pour deux. C’était une enfant abandonnĂ©e, c’est une mĂšre et une Ă©pouse fracassĂ©e par les trahisons et les absences, par le deuil et la perte, c’est aussi une femme capable d’aller de l’avant en se forgeant une carapace pour affronter la vie sans recevoir trop de coups.

Violette n’a pas une vie facile, le malheur semble lui coller au corps. Et pourtant, c’est une belle Ăąme qui se cache sous ses habits de dehors comme elle les nomme, une femme qui sait entendre, Ă©couter, consoler. Une femme qui a peur de ressentir des sentiments, qui ne s’octroie pas le droit au bonheur par crainte de trop souffrir encore. C’est surtout une femme que l’on aime d’emblĂ©e tant elle donne aux autres, qu’il est doux de connaĂźtre.

Quel bonheur ce roman. D’abord, il semble ĂȘtre le roman idĂ©al Ă  lire sans rĂ©flĂ©chir pendant les vacances. Mais peu Ă  peu l’intrigue prend corps, les sentiments Ă©mergent, les personnages souvent bien plus complexes qu’ils ne le semblent au premier abord trouvent leur place. Le mystĂšre s’éclaircit mais comme pour Violette, la lumiĂšre est au bout du chemin. Violette est une belle Ăąme meurtrie tellement positive malgrĂ© tout ce qu’elle doit affronter, exactement le genre d’amie que l’on souhaite rencontrer. ValĂ©rie Perrin nous offre lĂ  un excellent moment de lecture, avec ce pavĂ© que l’on n’a absolument pas envie de lĂącher et que l’on referme Ă  regrets tant les personnages sont attachants. Il ne faut surtout pas bouder son plaisir !

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury des lecteurs du Livre de Poche 2019

Catalogue Ă©diteur : Le Livre de Poche & Albin-Michel

Violette Toussaint est garde-cimetiĂšre dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habituĂ©s viennent se confier et se rĂ©chauffer dans sa loge. Avec la petite Ă©quipe de fossoyeurs et le jeune curĂ©, elle forme une famille dĂ©calĂ©e. Mais quels Ă©vĂ©nements ont menĂ© Violette dans cet univers oĂč le tragique et le cocasse s’entremĂȘlent ?
AprÚs le succÚs des Oubliés du dimanche, un nouvel hymne au merveilleux des choses simples.

672 pages / Date de parution : 24/04/2019 / EAN : 9782253238027

Surface, Olivier Norek

Allez sur ou sous la « Surface », mais allez-y, vous ne serez pas déçus, bien au contraire, car les polars d’Olivier Norek, comme le bon vin, se bonifient Ă  chaque nouvel opus.

Le capitaine NoĂ©mie Chastain est en premiĂšre ligne lorsque le jour se lĂšve pour aller coffrer un dealer avec son Ă©quipe. Mais l’intervention tourne au drame, NoĂ©mie est atteinte d’une dĂ©flagration en plein visage. Une lourde opĂ©ration et quelques semaines plus tard, elle va devoir apprendre Ă  vivre avec l’inconnue qu’elle a dĂ©couverte dans son miroir. Et puis, une gueule cassĂ©e dans un service est le rappel cuisant d’un Ă©chec annoncĂ©, la hiĂ©rarchie va donc tout tenter pour l’éloigner du mythique 36 et de ses collĂšgues du Bastion.

VoilĂ  NoĂ©mie en partance pour le commissariat de Decazeville, une courte mission qui lui permettra de revenir dans son service. LĂ -bas, elle va se trouver confrontĂ©e Ă  des dĂ©couvertes plus sordides les unes que les autres, et va devoir rĂ©soudre un cold case totalement inextricable. Il lui faudra alors dĂ©couvrir ce qui se cache Ă  la Surface des choses et des gens, mais peut-ĂȘtre aussi en dessous


Olivier Norek nous fait aimer sa capitaine et nous Ă©mouvoir avec elle sur son avenir. Ses interrogations de femme, ses blessures autant physiques et visibles qu’internes et psychologiques, et son difficile cheminement jusqu’à l’acceptation de soi, ou pas, sont une rĂ©ussite. C’est Ă  la fois fort et rĂ©aliste, parfaitement documentĂ© (Olivier Norek est un pro et ça se voit) et vĂ©ridique, et en mĂȘme temps c’est un super page-turner. J’ai aimĂ© les personnages trĂšs complĂ©mentaires, terriblement humains, parfois drĂŽles et spontanĂ©s, il y a tant de vĂ©racitĂ© dans ces diffĂ©rents caractĂšres… Ah, quelques Ă©crivains de polars sont incidemment passĂ©s par lĂ  il me semble ! Bravo, capable de nous tenir en haleine et de faire quelques clins d’Ɠil au passage.

Alors voilĂ  du grand, du trĂšs grand Norek. Je me suis laissĂ©e balader jusqu’au bout avec plaisir. C’est puissant, inattendu, humain et Ă©mouvant. Quand on est dĂ©jĂ  accros au style de l’auteur, on ne peut que succomber. Et si vous ne connaissez pas encore, foncez chez votre libraire !

Catalogue Ă©diteur : Michel-Lafon

ICI, PERSONNE NE VEUT PLUS DE CETTE CAPITAINE DE POLICE.
LÀ-BAS, PERSONNE NE VEUT DE SON ENQUÊTE.

EngagĂ© dans l’humanitaire pendant la guerre en ex-Yougoslavie, puis capitaine de police Ă  la section EnquĂȘte et Recherche de la police judiciaire du 93 pendant dix-huit ans, OLIVIER NOREK est l’auteur de la trilogie du capitaine Coste (Code 93, Territoires et Surtensions) et du bouleversant roman social Entre deux mondes, largement saluĂ©s par la critique, laurĂ©ats de nombreux prix littĂ©raires et traduits dans prĂšs de dix pays. 
Avec Surface, il nous entraĂźne dans une enquĂȘte aussi dĂ©routante que dangereuse. Un retour aux sources du polar, brutal, terriblement humain, et un suspense Ă  couper le souffle.

Parution : 04/04/19 / Prix : 19.95 € / ISBN : 9782749934983