Que faire Ă  Roubaix ? Visiter la Villa Carvois

RĂ©alisĂ©e entre 1929 et 1932 par l’architecte Robert Mallet-Stevens dont elle est l’Ɠuvre emblĂ©matique, cette villa art dĂ©co est pensĂ©e comme une Ɠuvre d’art

La maison, alors dénommée chùteau, doit abriter la famille Carvois, leurs sept enfants et le personnel. Paul Cavrois est un industriel du textile du Nord.
Le programme de ce chĂąteau moderne commandĂ© en 1929 est clair : « air, lumiĂšre, travail, sports, hygiĂšne, confort et Ă©conomie ».

ClassĂ©e Monument historique en 1990, elle est acquise par l’Ă©tat en 2001, puis restaurĂ©e pendant 12 ans grĂące au centre des monuments nationaux, elle se visite depuis 2015.

Un peu d’histoire :

La sociĂ©tĂ© Cavrois-Mahieu, fondĂ©e en 1865 fabrique des tissus haut de gamme pour des maisons parisiennes. En 1923, l’entreprise, qui compte cinq usines, emploie prĂšs de 700 employĂ©s.
Quand Paul Cavrois, le propriĂ©taire de cette sociĂ©tĂ©, dĂ©cide de faire bĂątir une demeure pour sa famille, il acquiert un terrain au lieu-dit de Beaumont, sur la commune de Croix, en pĂ©riphĂ©rie de Roubaix. Le couple Carvois est sĂ©duit par la perspective du cadre de vie sain, confortable et moderne que leur promet l’architecte.

Les dimensions :

Ce sont vĂ©ritablement les dimensions d’un chĂąteau moderne. Une façade de 60 m de long, 2800 mÂČ de plancher. Pour 1840 MÂČ habitables. Cette maison immense a des lignes rĂ©solument modernes, faite de briques jaunes striĂ©es de noir Ă  l’extĂ©rieur, des lignes horizontales noires que l’on retrouve partout dans la maison.

Le modernisme de la villa :

La villa est rĂ©solument moderne aussi grĂące aux volumes dĂ©pouillĂ©s voulus par Mallet-Stevens. Pas d’ornement dans le dĂ©cor, une multiplication des toits terrasses et surtout un Ă©quipement de pointe avec ce qui se fait de plus moderne Ă  l’époque : chauffage central, tĂ©lĂ©phonie, heure Ă©lectrique, ascenseur
 Enfin, le recours aux matĂ©riaux et aux techniques industriels, partout l’on retrouve le verre, le mĂ©tal, l’acier.

Des marbres de couleurs et de provenances diffĂ©rentes, mais aussi du bois avec de multiples essences, de provenances lĂ  aussi diffĂ©rentes selon les piĂšces dans lesquelles les meules sont construits, une modernitĂ© art dĂ©co qui accroche le regard, mais qui le laisse aussi se perdre vers des horizons dĂ©limitĂ©s seulement par la verdure et la lumiĂšre. GrĂące Ă  de grandes baies vitrĂ©es largement ouvertes sur le parc, de grandes portes donnant sur l’extĂ©rieur et de nombreuses terrasses, le tout donne une impression de confort et laisse entrer la lumiĂšre Ă  profusion.

Mallet-Stevens applique le concept d’Ɠuvre totale et va jusqu’à dessiner l’intĂ©rieur, meubles, etc. avec une savante combinaison de matĂ©riaux luxueux, marbres, bois prĂ©cieux, mais sans omettre de privilĂ©gier l’hygiĂšne et la fonctionnalitĂ©, comme dans la cuisine ou les salles de bain.

AprĂšs avoir visitĂ© la Villa Savoye construite par le Corbusier Ă  Poissy, j’avais trĂšs envie de dĂ©couvrir celle-ci. C’est chose faite et je vous conseille vivement cette visite.

OĂč : Villa Carvois 60, avenue Kennedy 59170 Croix France
Comment y aller : Pour préparer sa visite, aller voir le site Villa Carvois 

Retrouvez des idées de visite avec les articles Que faire à ?

Mon inventaire 2019

Quand ton blog te rappelle qu’il y a 5 ans Domi C Lire prenait forme peu Ă  peu jusqu’Ă  devenir ce rendez-vous indispensable qui me permet de partager ma passion.

Happy Anniversary with WordPress.com !

Comme le temps file vite, je ne les ai pas vues passer ces cinq annĂ©es, Ă  lire, puis Ă©crire quelques lignes pour partager ici mes coups de cƓur, 💙💙💙, 💙💙💙💙, 💙💙💙💙💙 que ce soit Ă  propos de nouvelles lectures, de rencontres avec des auteurs, d’expositions, de musĂ©es, et de toutes les dĂ©couvertes de lieux qui m’ont intĂ©ressĂ©e avec les Que faire Ă  ?.

Il est grand temps de faire ici Mon inventaire 2019 ! Mais qu’il est difficile d’ĂȘtre concis avec un peu plus de 180 livres tous genres confondus lus dans l’annĂ©e. Je n’en voulais que dix, ils seront douze…

Ces romans qui m’ont fait vibrer, qui m’ont apportĂ© quelque chose

Amour propre, Sylvie Le Bihan

Le cƓur battant du monde, SĂ©bastien Spitzer

Rien n’est noir, Claire Berest

Manifesto, LĂ©onor de Recondo

Ces premiers romans bouleversants

Le bal des folles, Victoria Mas

Ă  crier dans les ruines Alexandra Koszelky

Comme la chienne, Louise ChenneviĂšre

Suiza, Bénédicte Belpois

Ces romans policiers ou thrillers qui m’ont sortie de mon quotidien

Surface, Olivier Norek

La mort selon Turner, Tim Willocks

Ce roman en format poche, Ă  lire Ă  faire lire

Manuel Ă  l’usage des femmes de mĂ©nage, de Lucia Berlin

Ce roman young adulte que j’attendais

Je n’ai pas trahi, FrĂ©dĂ©ric Couderc

Et vous ? Quels livres avez-vous envie de partager de votre annĂ©e 2019, et quels conseils pour l’annĂ©e qui vient ?

des humains sur fond blanc, Jean-Baptiste Maudet

DĂ©couvert avec Matador Yankee, son premier roman couronnĂ© du prix Orange du Livre 2019, Jean-Baptiste Maudet revient avec cette aventure qui nous entraine dans l’immensitĂ© glacĂ©e de la SibĂ©rie

Il semblerait que des troupeaux de rennes contaminĂ©s par la radioactivitĂ© se baladent dans le Grand Nord, au risque de polluer des zones encore vierges de pollution. Alors qu’elle est tranquillement en vacances au bord de la Mer Noire, Tatiana la scientifique est rappelĂ©e d’urgence pour aller vĂ©rifier ça lĂ -bas, en SibĂ©rie.

Partir de Moscou pour aller sur zone n’est pas chose aisĂ©e, surtout Ă  bord d’un antique Antonov et avec pour pilote Hannibal, un retraitĂ© de l’armĂ©e soviĂ©tique plutĂŽt inquiĂ©tant question sĂ©rieux et sĂ©curitĂ©. C’est pourtant ce qu’elle va faire, et arrivĂ©s Ă  NerkhoĂŻansk ils retrouvent Neva, une jeune femme Younet qui parle Ă  la fois le russe et le langage de ce peuple de Yakoutie Ă©leveur de rennes. Une fois sur place, elle sera leur interprĂšte si besoin.

Mais tout ne se passe pas comme prĂ©vu et une tempĂȘte force l’équipage Ă  se poser en catastrophe au milieu des Ă©tendues gelĂ©es. Sans secours, point de salut, le froid, la faim, la mort les attendent. Mais les secours ne sont peut-ĂȘtre pas ceux attendus ou espĂ©rĂ©s, et l’expĂ©rience vĂ©cue bien loin de celle annoncĂ©e. Car aprĂšs quelques jours, ils sont rĂ©cupĂ©rĂ©s par des braconniers Ă©tranges et menaçants


Au milieu de ce dĂ©sert de glace et de froid, une forme d’amitiĂ© et surtout de solidaritĂ© va naitre entre ces trois protagonistes si diffĂ©rents et que tout aurait opposĂ© Ă  priori.

Roman rĂ©jouissant et dĂ©paysant, des humains sur fond blanc est un vĂ©ritable rĂ©gal de lecture. A la fois descriptif et romanesque, voilĂ  un vrai roman oĂč l’aventure est omniprĂ©sente, on s’attache Ă  ces personnages si diffĂ©rents, cabossĂ©s par la vie, terriblement humains et prĂȘts Ă  tout pour rĂ©aliser leurs rĂȘves malgrĂ© les embĂ»ches et les impondĂ©rables.

J’ai aimĂ© l’écriture, trĂšs visuelle et descriptive, les caractĂšres trĂšs trempĂ©s des protagonistes, et le fait que l’auteur nous embarque dans un espace gĂ©ographique mĂ©connu. Un second roman particuliĂšrement rĂ©ussi, qui nous dĂ©payse et nous sĂ©duit, et qui est Ă©galement trĂšs diffĂ©rent de Matador Yankee son premier roman laurĂ©at du Prix orange du Livre en 2019.

Catalogue Ă©diteur : Le Passage

On prĂ©tend que des rennes contaminĂ©s par la radioactivitĂ© se dispersent dans le Grand Nord. Tatiana, une scientifique moscovite, est envoyĂ©e sur place, en SibĂ©rie. Un pilote fantasque, retraitĂ© de l’armĂ©e soviĂ©tique, l’accompagne ainsi qu’une interprĂšte, la jeune Neva, qui parle la langue des Ă©leveurs nomades prĂ©sents dans la rĂ©gion. Ce trio incertain monte Ă  bord d’un vieil Antonov en direction du Nord et de l’hiver qui vient.
En route, rien ne se passe comme prĂ©vu. Qu’est-il d’ailleurs possible de prĂ©voir dans cette immense Russie oĂč la neige recouvre les traces des humains ? Lorsque la vie ne tient plus qu’à la flamme d’une bougie, les ombres portĂ©es transforment le monde : l’allure des troupeaux, les mots de Pouchkine, les tigres des rĂȘves et les trĂ©sors gelĂ©s des profondeurs. Et la meilleure façon, drĂŽle ou tragique, de passer le temps est certainement de s’enivrer en racontant des histoires, celles que l’on invente, celles que l’on confond, celles que l’on emporte dans la nuit.

Jean-Baptiste Maudet est gĂ©ographe. Il enseigne Ă  l’universitĂ© de Pau.  En 2019, il publie Matador Yankee, son premier roman.

ISBN: 978-2-84742-433-1 / Date de publication : Janvier 2020 / Nombre de pages : 160 / Dimensions du livre : 14 × 20,5 cm / Prix public: 18 €

Rivage de la colĂšre, Caroline Laurent

Elle nous avait conquis avec son premier roman et revient avec un roman d’amour et de justice. Caroline Laurent confirme son talent de conteuse et attise avec ce Rivage de la colùre les braises incandescentes de l’histoire

Archipel des Chagos, janvier 1971, la vie bascule, les habitants sont sommĂ©s de quitter immĂ©diatement l’ile, leur seul et unique lieu de rĂ©sidence depuis des gĂ©nĂ©rations. Mais qui veut cela, et pourquoi et comment en est-on arrivĂ© lĂ  ?

Pour mieux comprendre, il faut sans doute revenir sur un peu d’histoire. Possession coloniale britannique depuis 1810, l’ile Maurice accĂšde Ă  l’indĂ©pendance en aout 1967. Mais qui dit Maurice, dit aussi d’autres iles de l’archipel des Mascareignes, Rodrigues, mais Ă©galement les Chagos, qui comptent une cinquantaine d’üles rĂ©parties en sept atolls situĂ©s dans le nord de l’ocĂ©an Indien. L’ile principale, la seule habitĂ©e, est Diego Garcia. LouĂ©e dans le plus grand secret aux États-Unis par le Royaume-Uni, Diego Garcia est aujourd’hui encore une base amĂ©ricaine devenue prĂ©pondĂ©rante dans la politique de lutte contre le terrorisme dans cette zone.

Dans les annĂ©es 60, le gouvernement britannique entreprend d’expulser peu Ă  peu les habitants de l’archipel en leur rendant la vie de plus en plus difficile, interdisant Ă  ceux qui voyagent en dehors de l’ile d’y revenir, empĂȘchant les bateaux qui y venaient de façon rĂ©guliĂšre d’accoster pour y apporter l’approvisionnement en nourriture et en mĂ©dicaments, puis n’hĂ©sitant pas Ă  empoissonner et gazer les chiens. En dernier ressort, les ultimes habitants sont dĂ©portĂ©s vers l’Ăźle Maurice.

Et l’on comprend vite que les habitants sont totalement ignorĂ©s, oubliĂ©s. ExilĂ©s Ă  Maurice, aucune mesure d’aide ou de soutien ne viendra leur Ă©viter la misĂšre dans laquelle le gouvernement les a pongĂ©s. ArrachĂ©s Ă  leur ile, ils vivent dans des bidonvilles et doivent rĂ©apprendre la vie en sociĂ©tĂ©, eux qui vivaient en autarcie sur leur ilot paradisiaque.

PrĂ©texte Ă  nous raconter et Ă  faire revivre pour ses lecteurs cet Ă©pisode mĂ©connu de l’histoire de ce pays, Caroline Laurent nous plonge avec Ă©motion dans un drame historique qui se dĂ©roule sur fond de roman d’amour. Son hĂ©roĂŻne est Marie-Pierre Ladouceur. Cette magnifique fille-mĂšre de basse-classe Ă  la personnalitĂ© affirmĂ©e tombe amoureuse de Gabriel, le nouvel adjoint du gouverneur. ArrivĂ© tout droit de Maurice, ce crĂ©ole issu d’une grande famille traine lui aussi des blessures et des rĂȘves d’ailleurs. MalgrĂ© les difficultĂ©s, ce couple singulier sĂ©parĂ© par les circonvolutions de l’Histoire donnera naissance Ă  JosĂ©phin. MĂȘme si le chemin est semĂ© d’embuches, Gabriel saura se rĂ©aliser en tant que pĂšre et vivre cette paternitĂ© dans l’amour des siens. Dans une Ă©mouvante alternance de rĂ©cit entre le passĂ© et le prĂ©sent, nous dĂ©couvrons la lutte de ce fils, instruit et respectueux de justice et d’équitĂ©, qui va tout faire pour obtenir justice et permettre aux chagosiens de revenir sur leur Ăźle.

Avec Rivage de la colĂšre, Caroline Laurent nous offre un magnifique roman sur l’exil, une belle histoire d’amour impossible et un portrait de femme remarquable, mais aussi un prĂ©texte pour nous Ă©veiller Ă  cette injustice qui frappe encore aujourd’hui les anciens habitants de Diego Garcia et leurs descendants. C’est tout Ă  la fois Ă©mouvant, consternant, attachant et instructif.

En effet, le 25 fĂ©vrier 2019 la Cour internationale de justice a estimĂ© que le Royaume-Uni avait illicitement sĂ©parĂ© l’archipel des Chagos de l’üle Maurice aprĂšs son indĂ©pendance en 1968. Pourtant les britanniques ont renouvelĂ© le bail des amĂ©ricains pour vingt ans.

De Caroline Laurent on ne manquera pas de découvrir également le premier roman écrit avec Evelyne Pisier, Et soudain, la liberté.

Catalogue Ă©diteur : Les Escales

Certains rendez-vous contiennent le combat d’une vie.
Septembre 2018. Pour JosĂ©phin, l’heure de la justice a sonnĂ©. Dans ses yeux, le visage de sa mĂšre

Mars 1967. Marie-Pierre Ladouceur vit Ă  Diego Garcia, aux Chagos, un archipel rattachĂ© Ă  l’üle Maurice. Elle qui va pieds nus, sans brides ni chaussures pour l’entraver, fait la connaissance de Gabriel, un Mauricien venu seconder l’administrateur colonial. Un homme de la ville. Une Ă©lĂ©gance folle.
Quelques mois plus tard, Maurice accĂšde Ă  l’indĂ©pendance aprĂšs 158 ans de domination britannique. Peu Ă  peu, le quotidien bascule et la nuit s’avance, jusqu’à ce jour oĂč des soldats convoquent les Chagossiens sur la plage. Ils ont une heure pour quitter leur terre. Abandonner leurs bĂȘtes, leurs maisons, leurs attaches. Et pour quelle raison ? Pour aller oĂč ?
AprÚs le déchirement viendra la colÚre, et avec elle la révolte.

Caroline Laurent est franco-mauricienne. AprĂšs le succĂšs de son livre co-Ă©crit avec Evelyne Pisier, Et soudain, la libertĂ© (Les Escales, 2017 ; Pocket, 2018 ; prix Marguerite Duras ; Grand Prix des LycĂ©ennes de ELLE ; Prix PremiĂšre Plume), traduit dans de nombreux pays, elle signe son nouveau roman Rivage de la colĂšre. En parallĂšle de ses fonctions de directrice littĂ©raire chez Stock, Caroline Laurent a Ă©tĂ© nommĂ©e en octobre 2019 Ă  la commission Vie LittĂ©raire du CNL.

EAN : 9782365694025 / Nombre de pages : 256 / Format : 140 x 225 mm / Date de parution : 09/01/2020 / Prix : 19.90 €

La femme rĂ©vĂ©lĂ©e, GaĂ«lle Nohant

Mon conseil lecture ? Le nouveau roman de GaĂ«lle Nohant, Ă  lire absolument. La femme rĂ©vĂ©lĂ©e nous embarque pour un voyage entre Paris et Chicago, des annĂ©es 50 Ă  la fin des annĂ©es 60

En 1950, Ă  Paris, une jeune femme vient de dĂ©barquer avec pour seul viatique son appareil photo Rolleiflex. Une situation surprenante car jusqu’alors elle vivait confortablement Ă  New-York avec son Ă©poux et son petit garçon. Elle n’a emportĂ© que quelques bijoux, tĂ©moins de l’aisance de sa vie passĂ©e. HĂ©bergĂ©e dans un clandĂ© plutĂŽt louche, elle se fait dĂ©valiser.

DĂ©sormais fauchĂ©e, elle se retrouve Ă  la merci de la patronne de cet hĂŽtel de passe. AidĂ©e de Rose, une prostituĂ©e au grand cƓur, elle trouve refuge dans un foyer pour jeunes femmes et tente de vivre grĂące Ă  de petits boulots. Elle dĂ©couvre aussi St-Germain-des-prĂ©s et les soirĂ©es Jazz. A la façon de Vivian Maier, elle prend plaisir Ă  parcourir les rues de Paris toujours armĂ©e de son appareil photo pour y saisir des scĂšnes de vie que son talent sait mettre en valeur. Elle a fui on ne sait qui ni quoi, et si le mystĂšre est d’abord Ă©pais, les raisons de sa fuite deviennent de plus en plus Ă©videntes Ă  mesure que se dĂ©voile son passĂ©.

Dans ce roman construit en deux parties assez diffĂ©rentes l’auteur nous entraine par son Ă©criture Ă  la fois rĂ©aliste et poĂ©tique et son talent de conteuse dans les pas de Violet-Eliza, personnage mystĂ©rieux et trĂšs attachant.

Avec Violet, le lecteur dĂ©couvre le Paris des annĂ©es 50 oĂč tout est Ă  reconstruire sur les ruines de la seconde guerre mondiale. Puis les annĂ©es 60/70, avec la crise immobiliĂšre aux États-Unis, mais surtout les diffĂ©rences de traitement entre blancs et noirs, jusque dans les Ă©tats du nord prĂ©tendument moins racistes. Car si les problĂšmes de racisme n’y sont pas aussi ouvertement dĂ©clarĂ©s que dans le sud, ils rĂ©gissent les lois du marchĂ© et de la politique plus surement que s’ils Ă©taient verbalisĂ©s. Ce sont les prĂ©mices de la fin de la sĂ©grĂ©gation raciale, mais aussi les assassinats de Martin Luther King et Robert Kennedy, puis la rĂ©volte grandissante de la jeunesse contre la guerre du Vietnam pendant la prĂ©sidence de Nixon.

Une fois de plus, GaĂ«lle Nohant a su me sĂ©duire et me convaincre avec son personnage. Cette femme Ă©mouvante, attachante et combative, qui lutte pour vivre libre et suivre ses convictions les plus intimes, au risque d’y perdre sa vie, et surtout de perdre ce qu’elle a de plus cher, son fils.

GaĂ«lle Nohant parle de libertĂ©, de soif de vivre, et d’exil, mais aussi de ce bonheur qu’il peut y avoir Ă  se rĂ©aliser pleinement en accord avec ses convictions les plus profondes.

Du mĂȘme auteur, lire aussi l’Ă©mouvant roman LĂ©gende d’un dormeur Ă©veillĂ© qui Ă©voque si bien le poĂšte Robert Desnos.

Catalogue Ă©diteur : Grasset

Paris, 1950. Eliza Donneley se cache sous un nom d’emprunt dans un hĂŽtel miteux. Elle a abandonnĂ© brusquement une vie dorĂ©e Ă  Chicago, un mari fortunĂ© et un enfant chĂ©ri, emportant quelques affaires, son Rolleiflex et la photo de son petit garçon. Pourquoi la jeune femme s’est-elle enfuie au risque de tout perdre ?
Vite dĂ©pouillĂ©e de toutes ressources, dĂ©sorientĂ©e, seule dans une ville inconnue, Eliza devenue Violet doit se rĂ©inventer. Au fil des rencontres, elle trouve un job de garde d’enfants et part Ă  la dĂ©couverte d’un Paris oĂč la grisaille de l’aprĂšs-guerre s’éclaire d’un dĂ©sir de vie retrouvĂ©, au son des clubs de jazz de Saint-Germain-des-PrĂ©s. A travers l’objectif de son appareil photo, Violet apprivoise la ville, saisit l’humanitĂ© des humbles et des invisibles.

Dans cette vie prĂ©caire et encombrĂ©e de secrets, elle se dĂ©couvre des forces et une libertĂ© nouvelle, tisse des amitiĂ©s profondes et se laisse traverser par le souffle d’une passion amoureuse.
Mais comment vivre traquĂ©e, dĂ©chirĂ©e par le manque de son fils et la douleur de l’exil ? Comment apaiser les terreurs qui l’ont poussĂ©e Ă  fuir son pays et les siens ?  Et comment, surtout, se pardonner d’ĂȘtre partie ?

Vingt ans plus tard, au printemps 1968, Violet peut enfin revenir Ă  Chicago. Elle retrouve une ville chauffĂ©e Ă  blanc par le mouvement des droits civiques, l’opposition Ă  la guerre du Vietnam et l’assassinat de Martin Luther King. Partie Ă  la recherche de son fils, elle est entraĂźnĂ©e au plus prĂšs des Ă©meutes qui font rage au cƓur de la citĂ©. Une fois encore, Violet prend tous les risques et suit avec dĂ©termination son destin, quels que soient les sacrifices.
Au fil du chemin, elle aura gagnĂ© sa libertĂ©, le droit de vivre en artiste et en accord avec ses convictions. Et, peut-ĂȘtre, la possibilitĂ© d’apaiser les blessures du passĂ©. Aucun lecteur ne pourra oublier Violet-Eliza, hĂ©roĂŻne en route vers la modernitĂ©, vibrant Ă  chaque page d’une troublante intensitĂ©, habitĂ©e par la grĂące d’une Ă©criture ample et sensible.

Format : 141 x 206 mm / Pages : 384 / EAN : 9782246819318  / Prix : 22.00 / Parution : 2 Janvier 2020

Le goĂ©land qui fait miaou, JĂ©rĂŽme Attal, Sylvie Serpix, Constance Amiot

Au dĂ©tour d’une allĂ©e du salon du livre de Boulogne, Ă©changer avec JĂ©rĂŽme Attal, et dĂ©couvrir ce livre/disque aussi bienveillant que poĂ©tique destinĂ© aux enfants

J’aurai presque envie de dire, Ă  la maniĂšre de Desnos, un goĂ©land qui fait miaou, ça n’existe pas, ça n’existe pas. Mais le contexte n’étant pas celui du poĂšme de Desnos, je ne le dirais pas. Et aprĂšs tout, oui, un goĂ©land qui fait miaou, ça existe, la preuve !

Kino vit sur le toit de la maison de Cordélia, au bord de la mer. Ses parents, comme les parents de Cordélia, sont partis faire un tour, les uns au restaurant, les autres pour chercher à manger pour leur petit goéland qui ne peut pas encore voler de ses propres ailes.

Mais un coup de vent, et vlan, voilĂ  bĂ©bĂ© goĂ©land tombĂ© dans le jardin. Heureusement sain et sauf. Occasion inespĂ©rĂ©e pour lui de faire la connaissance de tous les animaux qui vivent au ras du sol. Ce que ne peut pas faire un goĂ©land en temps normal, vous en conviendrez. Et de suivre leurs conseils, les Ă©couter parler de leurs vies, de l’entre aide, du soutien bienveillant que l’on peut s’apporter.

Le voisin de CordĂ©lia, est un monsieur acariĂątre qui dĂ©teste et chasse les goĂ©lands. Il lui semble bien avoir entendu Kino. Alors, comment va-t-il pouvoir s’en sortir ? Lisez vite ce joli recueil Ă  vos petits et vous le saurez !

Le texte peut ĂȘtre dĂ©couvert avec le CD joint, cela permet de laisser les enfants profiter de l’histoire et des chansons. VoilĂ  des situations, un vocabulaire, des personnages Ă  la fois attachants et rĂ©alistes avec toute leur magie et leur esprit de solidaritĂ© (ou pas !). De jolis dessins accompagnent ces textes absolument charmants. C’est joli, Ă©mouvant, instructif et trĂšs poĂ©tique, j’ai particuliĂšrement aimĂ© le niveau du vocabulaire, ni trop, ni trop peu.

Catalogue Ă©diteur : Le label dans la forĂȘt

Récit et paroles par JérÎme Attal | Musique et chant par Constance Amiot | Illustrations par Sylvie Serprix | Raconté par Robinson Stevenin

Sur un bord de mer, oĂč les toits des maisons sont le terrain de chant des goĂ©lands, avec les vents marins comme complices, Kino, bĂ©bĂ© GoĂ©land, va vivre une aventure-road-trip Ă  pattes – Ă  travers un jardin.
Kino ne sait pas encore voler, c’est comme ça qu’il va d’abord apprendre Ă  faire miaou ! Il doit Ă©chapper au vilain voisin monsieur Orbide, qui en veut aux goĂ©lands. Il va rencontrer certains habitants du jardin qui lui dĂ©montreront « qu’on apprend toujours beaucoup des autres » : un ver universaliste, une tortue individualiste, un hĂ©risson amoureux, et surtout une gĂ©ante prĂ©nommĂ©e CordĂ©lia, l’enfant qu’il n’oubliera jamais.

Le rĂ©cit de JĂ©rĂŽme Attal est narrĂ© par le comĂ©dien Robinson Stevenin dans un dĂ©cor mĂȘlant sons de bord de mer et instruments « imitateurs ». Les chansons, interprĂ©tĂ©es et composĂ©es par Constance Amiot, sont des petits portraits des habitants du jardin : folk, accents jazzy, swing, western et mĂȘme hip-hop avec le featuring de Yoshi Di Original. Ecoutez-lisez-regardez en simultanĂ©, c’est l’expĂ©rience du livre disque, l’aventure du GoĂ©land qui fait miaou
 Miaou.

A partir de 4 ans / Prix : 19,90 euros / Format : 23x24cm / 36 Pages / CD : 34 minutes / Sortie le : 12/10/2017

Les P’tites Poules, Christian Jolibois et Christian Heinrich

On aime et on vous conseille ces P’tites Poules et leurs belles aventures à raconter aux plus petits

Dans chaque épisode, des enfants désobéissants mais si mignons, des parents attentifs, déroulent avec tendresse et humour une vie de famille dans laquelle les petits peuvent se retrouver à un moment ou un autre de leur jeune vie.

Cette sĂ©rie Ă©crite par Christian Jolibois, avec les illustrations de Christian Heinrich est un rĂ©gal pour tous les enfants qui aiment les belles dĂ©couvertes. A lire, relire et Ă©couter avec les plus jeunes pour se rĂ©galer avec eux et que les plus grands vont aimer lire eux-mĂȘmes.

Les P’tites Poules et l’Ɠuf de l’empereur

A chaque Ă©pisode, nous dĂ©couvrons des rĂ©cits Ă  l’imagination dĂ©bordante. Ici, les petits s’amusent avec des cerfs-volants taillĂ©s dans de grandes chemises sous une brise lĂ©gĂšre. Mais arrive une bourrasque de vent bien plus forte que les autres et voilĂ  nos jeunes compĂšres embarquĂ©s par-delĂ  le pays jusque sur la muraille de Chine. Mais entre poules on se comprend, et aprĂšs quelques belles pĂ©ripĂ©ties, faites d’anecdotes super drĂŽles et intelligentes, propices Ă  de malins jeux de mots.

Et surtout, ces petits-lĂ  n’ont qu’une hĂąte, retrouver le cĂąlins et les bisous de leurs parents, ĂȘtre rassurĂ©s par leur prĂ©sence chaleureuse et douce. Mais comment peuvent-ils retrouver le chemin du poulailler ?

Le poulailler dans les Ă©toiles

Ici, un livre, un CD pour cette histoire Ă  lire, ou Ă  faire Ă©couter racontĂ©e par AndrĂ© Dussollier. Quelques bruitages, de la musique, formidable moment d’écoute et de partage.

CarmĂ©lito n’a peur de rien, et Ă©couter sa maman n’est pas le premier de ses soucis. Alors quand il dĂ©couvre une merveilleuse Ă©toile filante, maman peut dire ce qu’elle veut, la nuit est Ă  lui ! Pourtant, il est trĂšs déçu car son Ă©toile filante n’est qu’une triste Ă©toile de mer. A bien y rĂ©flĂ©chir, si les Ă©toiles existent, il y a peut-ĂȘtre aussi d’autres poules, lĂ -bas dans l’univers ? Mais ça, CarmĂ©lito le saura seulement quand les poules auront des dents, c’est dit ! Ah, mais avec les P’tites Poules, la surprise est parfois au rendez-vous !

Allez, embarquez avec Carmélito et son ami le bélier pour une belle aventure interstellaire.

Les P’tites poules pop-up : Jean qui dort et Jean qui lit

Comme chaque lundi, les P’tites Poules sont surexcitĂ©es, car c’est soir de conte Ă  poulailler land. Le Rat Conteur vient passer la soirĂ©e et leur faire dĂ©couvrir toutes ces mystĂ©rieuses histoires qui se sont transmises de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration. Mais aujourd’hui, le Rat Conteur est bien fatiguĂ©, et il faut absolument qu’il trouve un successeur. Pas facile, car pour cela il va devoir dĂ©couvrir la rĂ©ponse Ă  l’énigme que lui a posĂ©e le fantĂŽme de l’oncle Ésope, le plus grand des Rat Conteurs. AidĂ© de nos gentils compĂšres, va-t-il y parvenir ?
Un superbe pop-up qui fourmille de détails, de caches à découvrir, de dessins à soulever, pour le régal des petits à partir de 5 ans.

Catalogue Ă©diteur : PKJ

Les P’tites Poules – tome 17 : Les P’tites Poules et l’Ɠuf de l’Empereur

AprĂšs une sĂ©ance inoubliable de cerf-volant oĂč les P’tites Poules se sont amusĂ©es comme des folles, CarmĂ©lito, Carmen, BĂ©lino et CoquenpĂąte sont perplexes. À leur retour, leur poulailler chĂ©ri a changĂ©. Le mur d’enceinte est maintenant infranchissable
 Quant Ă  leur grand copain PĂ©dro le cormoran, l’ami de toujours, il ne semble pas les reconnaĂźtre

Parution : 03/10/2019 / EAN : 9782266294126 / Pages : 56 / Format : 225 x 285 mm / Prix : 10.70 €

Les P’tites Poules – Un poulailler dans les Ă©toiles

Approcher les Ă©toiles ! Depuis qu’il est sorti de son Ɠuf, CarmĂ©lito, le petit poulet, ne rĂȘve que de ça. En digne fils de CarmĂ©la, la poulette de La petite poule qui voulait voir la mer, rien ne peut l’abattre, ni la difficultĂ©, ni les moqueries de PĂ©dro le cormoran….
Parution : 03/10/2013 / EAN : 9782266189736 / Pages : 48 / Format : 225 x 285 mm / Prix : 10.70 €

Les P’tites Poules pop-up- Jean qui dort et Jean qui lit

Les petites poules sont tristes! Le rat Conteur, trop vieux, ne viendra plus leur raconter des histoires le soir, avant qu’elles aillent au nid. Un mystĂ©rieux Jean pourrait le remplacer… Oui, mais, des Jean, il en existe des centaines! L’astucieuse Carmen et son frĂšre CarmĂ©lito, rĂ©ussiront-ils Ă  dĂ©nicher le bon?
Parution : 07/11/2019 / EAN : 9782266294133 / Format : 185 x 260 mm / Prix : 23.90 €