Oublier Klara, Isabelle Autissier

Oublier Klara ? Un avis de tempĂȘte Ă©motionnelle dans les eaux glacĂ©es de la Russie soviĂ©tique.

Dans la Russie d’aujourd’hui, Ă  Mourmansk, un port situĂ© sur la mer de Barents au bord de l’ocĂ©an glacial Arctique, Iouri retrouve son pĂšre Rubin,un capitaine de chalutier qui se meurt d’un cancer. Rubin veut Ă  tout prix retrouver la trace de Klara, cette mĂšre qu’il s’est efforcĂ© d’oublier toute sa vie, Ă©vinçant d’office tout souvenir de celle qui lui a donnĂ© le jour. Car cette femme gĂ©ologue qui menait des recherches scientifiques stratĂ©giques a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©e un beau matin Ă  son domicile par les sbires de Staline et envoyĂ©e au goulag. Des annĂ©es durant, son Ă©poux, le pĂšre de Rubin, et son fils font tout pour l’oublier. Au seuil de la mort, ce fils orphelin veut comprendre pourquoi cette femme qui a refusĂ© de se soumettre a payĂ© de sa libertĂ© sa rĂ©bellion assumĂ©e.

LĂ , dans cet univers glacĂ© qu’il avait tout fait pour fuir, tous les souvenirs et la requĂȘte de son pĂšre entraĂźnent Iouri dans l’URSS de Staline et de Gorbachev. Aujourd’hui installĂ© aux États-Unis ce spĂ©cialiste des oiseaux se souvient enfin de son enfance. Les annĂ©es de jeunesse Ă  observer les oiseaux, l’enfance difficile, l’adolescence sur le fil du rasoir, et cette forme de libertĂ© qu’il a enfin  trouvĂ©e en AmĂ©rique.

Isabelle Autissier signe ici un vĂ©ritable roman d’aventures qui nous fait redĂ©couvrir les heures les plus sombres de la Russie soviĂ©tique. Le rĂ©cit alterne entre la vie de Rubin et celle de Iouri, dans ce pays oĂč les secrets, la suspicion et les trahisons sont le quotidien de tous. Avec comme un Ă©lĂ©ment indispensable pour quitter ce monde sereinement, la recherche dĂ©sespĂ©rĂ©e de ses racines, de ses origines et l’envie de comprendre pour enfin lĂącher prise.
Le cĂŽtĂ© aventurier de l’auteur se retrouve avec plaisir dans ce rĂ©cit oĂč la nature est omniprĂ©sente, les oiseaux, la nature et une mer forte et gĂ©nĂ©reuse, mais parfois Ă©galement violente et menaçante.

Oublier Klara est un beau roman de transmission et d’aventure sur fond d’oppression et de secret de famille. Une lecture rafraichissante pour les chaudes journĂ©es de cette fin d’étĂ©, mais pas seulement.

Catalogue Ă©diteur : Stock

Mourmansk, au Nord du cercle polaire. Sur son lit d’hĂŽpital, Rubin se sait condamnĂ©. Seule une Ă©nigme le maintien en vie : alors qu’il n’était qu’un enfant, Klara, sa mĂšre, chercheuse scientifique Ă  l’époque de Staline, a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©e sous ses yeux. Qu’est-elle devenue ? L’absence de Klara, la blessure ressentie enfant ont fait de lui un homme rude. Avec lui-mĂȘme. Avec son fils Iouri. Le pĂšre devient patron de chalutier, mutique. Le fils aura les oiseaux pour compagnon et la fuite pour horizon. Iouri s’exile en AmĂ©rique, tournant la page d’une enfance meurtrie.
Mais Ă  l’appel de son pĂšre, Iouri, dĂ©sormais adulte, rĂ©pond prĂ©sent : ne pas oublier Klara ! Lutter contre l’Histoire, lutter contre un silence. Quel est le secret de Klara ? Peut-on conjurer le passĂ© ?
Dans son enquĂȘte, Iouri dĂ©couvrira une vĂ©ritĂ© essentielle qui unit leurs destins. Oublier Klara est une magnifique aventure humaine, traversĂ© par une nature sauvage.

Isabelle Autissier est la premiĂšre femme Ă  avoir accompli un tour du monde Ă  la voile en solitaire. Elle est l’auteur de romans, de contes et d’essais. Elle prĂ©side la fondation WWF France. Son dernier roman Soudain, seuls a Ă©tĂ© un vĂ©ritable succĂšs. Il s’est vendu dans dix pays, et est en cours d’adaptation cinĂ©matographique.

Parution : 02/05/2019 / 320 pages / Format : 140 x 220 mm / EAN : 9782234083134 / Prix : 20.00 €

Publicités

Qui ne se plante pas, ne pousse jamais, Sophie Tal Men

Un roman gourmand et optimiste sur la vie et la mort, Qui ne se plante pas ne pousse jamais, c’est le proverbe qui le dit, mais c’est Sophie Tal Men qui nous en parle le mieux.

Jacqueline est une grand-mĂšre dynamique et pĂ©tillante, mais lorsque le verdict du mĂ©decin est sans appel et qu’elle sait sa fin proche, elle dĂ©cide de tout faire pour rapprocher les deux ĂȘtres qui comptent le plus pour elle.

D’un cĂŽtĂ© il y a Alexandre. Il est interne Ă  l’hĂŽpital de Quimper, et c’est Ă  lui qu’elle va d’abord se confier, puisqu’obligatoirement il va comprendre le pronostic et que la fin est proche. Alexandre le gentil garçon, qui va bientĂŽt se marier avec une jeune femme bien dĂ©cidĂ©e Ă  tout diriger et commander, lui en premier.

De l’autre il y a Margaux, la petite fille de Jacqueline. Il est bien loin de temps des vacances heureuses avec la grand-mĂšre, surtout depuis le dĂ©cĂšs bien trop jeune de la fille de Jacqueline, la maman de Margaux. Aujourd’hui Margaux ne vit pour pour la chocolaterie de son pĂšre quand laquelle elle occupe un poste particuliĂšrement prenant qui lui laisse peu de temps pour embrasser mamie en Bretagne.

C’est dĂ©cidĂ©, Jacqueline va tout faire pour rapprocher d’elle ces deux jeunes qu’elle aime tant, et utilisera pour cela tous les moyens possibles et imaginables. Alors, me direz-vous, un peu trop optimiste et prĂ©visible ? Je dirais avant tout que c’est lĂ©ger, gai et triste en mĂȘme temps. Cela parle de maladie mais surtout de vie et d’espoir. C’est optimiste Ă  souhait et se laisse lire avec bonheur. VoilĂ  le roman idĂ©al du lecteur qui a envie d’oublier ses soucis et de croire trĂšs fort dans la vie, l’amitiĂ©, les bons sentiments. Et si vous aimez le chocolat, et ĂȘtes trĂšs gourmands, plaisir supplĂ©mentaire, quelques savoureuses recettes en fin de livre sont Ă  dĂ©guster sans modĂ©ration !

Catalogue Ă©diteur : Albin-Michel

Lorsqu’elle apprend qu’elle est malade, Jacqueline mesure plus que jamais le prix de chaque instant. Au crĂ©puscule d’une vie riche d’expĂ©riences et de souvenirs, elle veut faire partager son goĂ»t du bonheur aux deux ĂȘtres qui comptent le plus Ă  ses yeux. Alexandre, le garçon qu’elle a Ă©levĂ©, jeune interne en mĂ©decine, et Margaux, sa petite-fille…

Lire la suite

18.00 € / 27 FĂ©vrier 2019 / 140mm x 205mm / 288 pages / EAN13 : 9782226439857

Doggerland, Elisabeth Filhol

Avis de tempĂȘte en mer du nord ? Avec « Doggerland Â» d’Elisabeth Filhol, passĂ© et prĂ©sent se rejoignent pour ouvrir les failles et braver les Ă©lĂ©ments.

Ouvrir Doggerland d’Elisabeth Filhol et voir d’abord ce mot, Dogger, qui Ă©voque les bulletins de mĂ©tĂ©o marine.
Puis le Doggerland, cette terre immergĂ©e entre l’Angleterre et le Danemark qui Ă©tait trĂšs certainement habitĂ©e il y a quelques 8 millions d’annĂ©es.
Enfin, cet avis de tempĂȘte en mer du Nord, et la rencontre improbable de deux personnes qui se sont perdues de vue depuis trop longtemps. 

Margaret et Marc doivent se rendre Ă  un congrĂšs annuel d’archĂ©ologie sous-marine. Ils ne se sont pas revus depuis 22 ans, lorsque Marc avait quittĂ© Margaret de façon assez abrupte. Depuis, leurs vies se sont dĂ©roulĂ©es chacun de leur cĂŽtĂ©, mariage et enfant pour l’une, travail, voyages et fuite en avant pour l’autre. Chacun sait que l’autre sera prĂ©sent, chacun redoute, espĂšre ou craint la rencontre improbable qui va forcĂ©ment arriver.

L’auteur a une façon incroyable de nous plonger dans cet avis de tempĂȘte et de nous immerger autant dans les strates qui composent le sous-sol de la mer du Nord que dans les couches successives qui composent Ă©galement la vie de ses deux principaux protagonistes. Croisement de deux vies, mais avant tout explications techniques, descriptions sur le climat, la gĂ©ologie, l’économie, l’exploitation des hydrocarbures, puis, comme en analogie subtile, l’exploitation des sentiments, la façon dont ils Ă©mergent ou se perdent Ă  jamais. DĂ©cisions, destin, choix, comment chacun compose du mieux qu’il peut et avance.

Indiscutablement voilĂ  un roman qui se lit facilement malgrĂ© la technicitĂ© de certains passages, et qui interroge sur la vie que l‘on a et surtout ce que l’on en fait.

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury du Prix des lecteurs BFM l’Express

Catalogue Ă©diteur : P.O.L

Faut-il donner la clef d’un roman ? En gĂ©nĂ©ral la rĂ©ponse est non, car une des forces du roman, contrairement Ă  d’autres formes de rĂ©cit, est prĂ©cisĂ©ment de laisser le champ libre Ă  une variĂ©tĂ© d’interprĂ©tations. En tant que lectrice, j’aime entrer et circuler dans un texte de fiction sans que le chemin soit entiĂšrement balisĂ©. En tant qu’auteure, la question s’est posĂ©e Ă  une Ă©tape cruciale de l’écriture de Doggerland, quand aprĂšs avoir errĂ©, j’ai pu enfin mettre un mot sur le fonctionnement (ou plutĂŽt le dysfonctionnement) de chacun des deux personnages principaux. Quelque chose alors s’est…Lire la suite

Elisabeth Filhol est nĂ©e le 1er mai 1965 Ă  Mende en LozĂšre. Études de gestion Ă  l’universitĂ© Paris-Dauphine. ExpĂ©rience professionnelle en milieu industriel : audit, gestion de trĂ©sorerie, analyse financiĂšre et conseil auprĂšs des comitĂ©s d’entreprise. Vit aujourd’hui Ă  Angers.

janvier 2019 / 352 pages, 19,5 € / ISBN : 978-2-8180-4625-8

Le bonheur n’a pas de rides, Anne-GaĂ«lle Huon

Lire « Le bonheur n’a pas de rides Â» de Anne-GaĂ«lle Huon, un vĂ©ritable hymne Ă  la vie qui donne envie de manger les petits Lu en commençant par les coins !

Mais qui est Paulette, une vielle dame revĂȘche et bougonne, ou une gentille octogĂ©naire qui attend la fin de sa vie ? Elle est trĂšs dĂ©sagrĂ©able avec sa belle-fille, surtout depuis qu’elle vit chez son fils. Elle rĂȘve d’une maison de retraite grand luxe dans le sud de la France. Mais c’est dans un petit village francilien, dans une auberge improbable choisie par sa belle-fille qu’elle est lĂąchement dĂ©posĂ©e au dĂ©but des vacances. Un peu comme on abandonnerait son chien !

Paulette a dĂ©cidĂ© d’ĂȘtre dĂ©sagrĂ©able. Avec son caractĂšre bien trempĂ© et son cĂŽtĂ© acariĂątre, elle s’y entend pour embĂȘter son monde. D’abord le propriĂ©taire de l’auberge, qui ne sait plus comment la gĂ©rer, puis les autres pensionnaires. Elle ne leur trouve que des dĂ©fauts et refuse de s’intĂ©grer. Pire, elle fait tout pour les provoquer.

Pourtant, sa perspicacitĂ©, son bon cƓur, et le caractĂšre attachant de ses compagnons d’infortune dans cette auberge improvisĂ©e maison de retraite auront raison de son mauvais caractĂšre. En cherchant bien sous les carapaces de chacun – et en fouinant un peu dans les affaires des autres il faut l’avouer – l’aventure est au bout du couloir, l’amour et l’amitiĂ© aussi.

Plein de bons sentiments, pĂ©tillant d’humour et non dĂ©pourvu de rĂ©alisme parfois, voilĂ  un roman qui se lit avec bonheur, sans se poser de question. LĂ©ger mais pas simpliste, rempli de bons sentiments pas toujours Ă©vidents, c’est le roman idĂ©al sur la plage ou pour les longues soirĂ©es d’étĂ©.

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury des lecteurs du Livre de Poche 2019

Catalogue Ă©diteur : Le Livre de Poche

Le plan de Paulette, quatre-vingt-cinq ans, semblait parfait : jouer Ă  la vieille bique qui perd la tĂȘte et se faire payer par son fils la maison de retraite de ses rĂȘves dans le sud de la France. Manque de chance, elle Ă©choue dans une auberge de campagne, au milieu de nulle part.
La nouvelle pensionnaire n’a qu’une idĂ©e en tĂȘte : quitter ce trou, le plus vite possible ! Mais c’est compter sans sa nature curieuse et la fascination que les autres rĂ©sidants, et surtout leurs secrets, ne tardent pas Ă  exercer sur elle. Que contiennent en effet les mystĂ©rieuses lettres trouvĂ©es dans la chambre de monsieur Georges ? Et qui est l’auteur de l’étrange carnet trouvĂ© dans la bibliothĂšque ?
Une chose est certaine : Paulette est loin d’imaginer que ces rencontres vont changer sa vie et peut-ĂȘtre, enfin, lui donner un sens.

Prix : 7,90€ / Pages : 352 : Date de parution : 03/04/2019 / EAN : 9782253906803

Editeur d’origine : City Edition

Le Sud-Ouest n’existe pas, Raymond Chabaud

Il parait que « Le Sud-Ouest n’existe pas » en tout cas c’est ce qu’explique Raymond Chabaud, dans cet essai publiĂ© par les Ă©ditions Cairn.

photo couverture du livre le sud_ouest n'existe pas Ă©ditions CaĂŻrn blog Domi C Lire

ÉditĂ© par Cairn, cet Ă©diteur palois qui nous rĂ©jouit avec ses polars rĂ©gionaux, voilĂ  un postulat intĂ©ressant affirmĂ© par un gĂ©ographe qui « pense avec ses pieds Â», de ceux qui ont parcouru en long, en large et en travers le sud-ouest divers et authentique qui existe car il le connait bien.

Car oui, ce pays-lĂ  existe bel et bien, mais ce n’est pas celui dont parlent ceux qui ne le connaissaient pas, qui n’y ont pas vĂ©cu, mais bien celui d’un homme qui l’a parcouru et le connait par ses terroirs, habitants, coutumes.
Si l’on s’en tient Ă  l’aspect purement gĂ©ographique, ou gĂ©opolitique, il semble bien qu’il existe un grand Sud-Ouest
 Enfin, jusqu’à prĂ©sent c’est ce que je pensais, et j’y ai passĂ© ma jeunesse et tel Ulysse j’y reviens sans cesse. Et effectivement il y a de vraies diffĂ©rences entre les dĂ©partements, et rĂ©gions d’origine, gascons, bigourdans, bĂ©arnais, landais ou basques pour ne citer qu’eux.

Mais selon Raymond Chabaud,
Il n’existe pas car il est multiple et divers, du BĂ©arn aux Landes en passant par le Tarn-et-Garonne et la Bigorre, terres et hommes ont ici leur singularitĂ© et l’auteur nous parle d’eux.
Il n’existe pas car sa cuisine et ses productions locales sont multiples aussi, canard de Rouen ou pas, cochon noir de Bigorre, palombes, vins de Jurançon, de Madiran, Iroulegy et tant d’autres.
Il n’existe pas car ses paysages et son patrimoine sont multiples, il faut aller dans ces rĂ©gions pour les visiter, les connaĂźtre et en savourer toute les diffĂ©rences.

Alors, il y a une multitude de terroirs, accents, cultures, traditions Ă  dĂ©couvrir, Ă  regarder, savourer, goĂ»ter… C’est ce que dit l’auteur avec force, enthousiasme et parfois mĂȘme sans modĂ©ration et parfois mĂȘme un brin d’aciditĂ©, comme la tomate peut-ĂȘtre
 Un recueil qui se lit facilement, fait de courts textes, puisque ce sont des articles de blog au dĂ©part, Ă©crits avec une Ă©nergie et parfois une colĂšre communicatives et bien instructives


Il s’agit ici d’un recueil d’articles publiĂ©s sur le Blog « L’Ɠil gĂ©opolitique » de l’auteur entre 2014 et 2016.

Catalogue Ă©diteur : Ă©ditions Cairn

Le Sud-Ouest
. Vu de Paris
 Dans les faits, ce qu’on appelle Sud-Ouest est surtout le Nord-Est du Pays basque. Jadis, on disait Novempopulanie, mais ça sonne dĂ©suet.
Sud-Ouest, ça semble unitaire alors que c’est divers, variĂ©, changeant, des collines gersoises aux plateaux bigourdans. Ici, de grosses bĂątisses qui se veulent tellement distinguĂ©es qu’on les nomme chĂąteaux. LĂ , de belles et lourdes fermes tant chargĂ©es d’histoire qu’on ne peut que les appeler maisons. De puissantes riviĂšres et des gaves sautillants. Des pins aĂ©riens qui voisinent avec des chĂȘnes aux puissantes racines Lire la suite

ISBN :  9782350686448  / 17,00 € TTC / Format 13 x 21/ Nombre de pages 128/ Date de parution : Ă©tĂ© 2018

Commissaire KouamĂ©, un si joli jardin ; Marguerite Abouet, Donatien Mary

CompliquĂ© ? Vous avez dit compliquĂ© de mener l’enquĂȘte ? On embarque avec le commissaire KouamĂ© et cette BD primĂ©e au 19e prix du Polar SNCF.

A Abidjan, suite Ă  la dĂ©couverte d’un corps dans un hĂŽtel de passe, le commissaire Marius KouamĂ© et son adjoint ArsĂšne mĂšnent l’enquĂȘte. La victime n’est autre que le magistrat CompliquĂ©, ce qui va bien compliquer la tĂąche du commissaire. VoilĂ  un excellent prĂ©texte pour nous entrainer Ă  la suite de quelques malfrats de seconde zone, dans les prisons ou dans les commissariats oĂč les coups et la torture ne sont pas lettres mortes, et oĂč l’on fait bon usage des radiateurs en fonte d’antan. C’est rythmĂ©, fĂ©roce, et rempli de rebondissements de toutes sortes, le dessin est aussi vif et colorĂ© que les habitudes et le langage des protagonistes, aussi hachĂ© parfois que les rĂ©flexions du commissaire, comme esquissĂ©, mais toujours affirmĂ© .

Alors bienvenue dans ce pays oĂč il ne fait pas toujours bon ĂȘtre diffĂ©rent, oĂč lorsque la sexualitĂ© est exacerbĂ©e c’est forcĂ©ment en respectant les poncifs de la sociĂ©tĂ© traditionnelle, oĂč l’on part Ă  la dĂ©couverte du quartier « mon mari ma laissĂ©e Â» et des rĂ©sidences huppĂ©es des hauts dignitaires, Ă  la poursuite du coupable et de son mobile.

J’avais particuliĂšrement aimĂ© la sĂ©rie Aya de Yopougon, je retrouve ici l’humour un peu fĂ©roce qui caractĂ©rise cet auteur. Il faut avouer que Marguerite Abouet n’a pas son pareil pour nous conter son pays la CĂŽte d’ivoire en mettant en exergue les travers de la sociĂ©tĂ© africaine et le poids des traditions. Cette BD vient de remporter le prix du polar SNCF.

Catalogue Ă©diteur : Gallimard

Par : Marguerite Abouet, Donatien Mary / Couleurs de Frédéric Boniaud

Abidjan. Un homme a Ă©tĂ© mystĂ©rieusement assassinĂ© dans un minable hĂŽtel de passe. Personne n’a rien vu… et l’enquĂȘte doit rester discrĂšte sous peine de dĂ©frayer la chronique, car la victime n’est autre que TraorĂ© CompliquĂ©, le cĂ©lĂšbre magistrat ! Le grand commissaire Marius KouamĂ© est immĂ©diatement mis sur l’affaire. AccompagnĂ© d’ArsĂšne, son fidĂšle adjoint, il traque les suspects en tout genre, qui n’ont qu’Ă  bien se tenir, car les tortures infligĂ©es par les deux flics sont aussi incongrues qu’efficaces !
Un polar loufoque et dĂ©jantĂ©, relevĂ© par la verve ivoirienne de l’auteure de « Aya de Yopougon ».
Date de parution : 09 / 11 / 2017 / 104 pages / 20 € / 210 x 280 mm / ISBN : 9782075076920

Les Ăąmes silencieuses, MĂ©lanie Guyard

Aborder le thĂšme de la seconde guerre mondiale avec une fille-mĂšre tondue Ă  la libĂ©ration, pari osĂ© mais pari tenu par MĂ©lanie Guyard dans « Les Ăąmes silencieuses Â».

De nos jours, LoĂŻc est un trentenaire paumĂ©, cynique, blasĂ©, chĂŽmeur et futur divorcĂ©. Le coup de poing dont il a gratifiĂ© son rival lui vaut quelques sĂ©ances fastidieuses chez un psy plus ennuyeux que compatissant. Aussi, lorsque sa mĂšre lui demande de partir dans le Berry vider la maison familiale, LoĂŻc n’a plus rien Ă  perdre et descend se rĂ©fugier dans le travail et les souvenirs d’une famille qu’il ne connait quasiment pas.

A peine arrivĂ©, les piliers de bar du village lui jettent Ă  la figure des mots qui ont de mauvais relents de seconde guerre mondiale, de ces qu’en dira-t-on qui ont poursuivi sa grand-mĂšre toute sa vie. Rapidement, alors que les tensions s’apaisent, les secrets se dĂ©voilent.  De 1942 Ă  1944, dans le village occupĂ©, HĂ©loĂŻse a fautĂ©, accompagnant chaque jour un bel officier allemand dans les bois. Puis HĂ©loĂŻse a mis au monde AnaĂŻs, la mĂšre de LoĂŻc. Tondue Ă  la fin de la guerre, fille-mĂšre Ă  une Ă©poque oĂč cela ne se faisait pas, HĂ©loĂŻse a pourtant toujours gardĂ© ses secrets. La vĂ©ritĂ© sur cette relation, qui est le pĂšre, autant de mystĂšres pour tous comme pour son petit-fils.

Lorsqu’il entreprend le dĂ©blayage du grenier, LoĂŻc dĂ©couvre un Ă©change Ă©pistolaire entre HĂ©loĂŻse et un mystĂ©rieux J. Commence alors une enquĂȘte familiale Ă  rebours, pour savoir et comprendre.  Il rencontre la gentille et douce Mathilde, qui fuit elle aussi ses propres tourments. Tous deux se lancent dans une enquĂȘte complexe -ça tombe bien, Mathilde est flic- pour dĂ©terrer les secrets enfouis dans les granges, les bois, les cƓurs et les Ăąmes de ce village hors du temps. D’interrogation en dĂ©couverte, chacun Ă©volue, mais surtout comprend d’oĂč il vient, et comment il va pourvoir avancer dans cette vie qu’ils ont tant de mal, l’un comme l’autre,  à apprĂ©hender.

Dans un style fluide et rĂ©solument moderne, l’auteur nous transporte entre deux Ă©poques et fait Ă©merger toutes sortes de sentiments qui guident ses personnages Ă  travers des temps tourmentĂ©s, la guerre, l’amour, la sĂ©paration, le deuil. Chacun ressent Ă  sa façon les Ă©preuves Ă  affronter, et le lecteur se laisser habilement mener, malgrĂ© quelque indices semĂ©s au fil des pages, vers un final bien plus contemporain qu’il n’y parait.

Lors de la rencontre avec l’auteur, j’ai eu plaisir Ă  l’écouter parler de ses questionnements, puis de ses certitudes et de son plaisir Ă  Ă©crire ce premier roman destinĂ© aux adultes.

💙💙💙

Catalogue Ă©diteur : Seuil

1942. HĂ©loĂŻse Portevin a tout juste vingt ans lorsqu’un dĂ©tachement allemand s’installe dans son village. Avides d’exploits, son frĂšre et ses amis dĂ©clenchent un terrible conflit. Pour aider ceux qu’elle aime, HĂ©loĂŻse prend alors une dĂ©cision aux lourdes consĂ©quences…

2012. LoĂŻc Portevin est envoyĂ© par sa mĂšre au fin fond du Berry pour y vider la maison familiale aprĂšs le dĂ©cĂšs de sa grand-mĂšre. LoĂŻc tombe sur une importante correspondance entre cette derniĂšre et un dĂ©nommĂ© J. Commence pour lui une minutieuse enquĂȘte visant Ă  retrouver l’auteur des lettres.

Entre secrets de famille et non-dits, Loïc et Héloïse font chacun face aux conséquences de leurs décisions, pour le meilleur
 et pour le pire.

MĂ©lanie Guyard est professeur de biologie en rĂ©gion parisienne. Elle a publiĂ© sous le pseudonyme d’Andoryss une dizaine de bandes dessinĂ©es (aux Ă©ditions Delcourt) et plusieurs romans jeunesse. Les Âmes silencieuses est son premier roman en littĂ©rature adulte.

Date de parution 02/05/2019 / 18.90 € TTC / 320 pages / EAN 9782021419030