Le Petit Théâtre des opérations, tome 3 : Faits d’armes incroyables mais bien réels…

La Guerre et ses héros méconnus racontés autrement

Comment imaginer que les aventures décrites ici aient pu être réelles ? Car tout nous incite à penser que nous sommes carrément dans un film loufoque ou dans l’exagération. Pourtant, hélas, tout est vrai. Enfin, hélas ou fort heureusement ?

On y trouve au hasard Jean de Selys Longchamps, c’est un officier aviateur. Stakanoviste du combat il n’a jamais abandonné, il est l’auteur de faits de guerre dignes d’une histoire belge, dont la destruction ciblée d’un bâtiment de neuf étages occupé par la Gestapo.

Les marins de l’USS William D.Porter, une équipe de bras cassées qui aidés par la malchance ont été capable des pires bourdes qui peuvent être dramatiques en temps de guerre.

Jules Verne le corsaire des airs, un banal avion de transport sans blindage transformé en citadelle volante dont les pilotes tiraient à vue en larguant leurs bombes sur Berlin.

Ou encore Lachhiman Gurung, un soldat birman d’un mètre cinquante à tout casser, qui s’est battu jusqu’au bout, y compris lorsqu’une terrible blessure aurait arrêté n’importe quel autre soldat.

Et au fil des pages les exploits de Charles Nungesser ou Léo Major le québecois.

J’ai aimé découvrir ces faits d’histoire dont personne ne parle, qui balaient toute la période des deux guerres et de nombreux pays, sur un ton totalement iconoclaste et farfelu, mais en ayant un fonds aussi sérieux que véridique. Bien évidement, tout l’art des auteurs est de savoir rendre intéressants des personnages précis avec leurs anecdotes et les faits accomplis.

Le graphisme, les couleurs, le ton employé, en font une lecture à la fois improbable et réjouissante, et ce malgré la période et les faits évoqués. Une réussite et un excellent moment de lecture. J’espère que cette BD est largement proposée par les professeurs d’histoire, pour que leur élèves puissent aussi voir enfin les choses autrement.

Catalogue éditeur : Fluide Glacial

Après le succès des deux premiers tomes, Julien Hervieux (alias l’Odieux Connard) et monsieur le chien reviennent pour un troisième opus consacré aux histoires improbables des deux Guerres mondiales.

Saviez-vous qu’en 1945, un soldat québecois reprit seul une ville entière aux Allemands ? Que durant la Première Guerre mondiale, une offensive échoua à cause de supposés zombies ? Ou encore qu’une bande de marins américains maladroits a réussi l’exploit de tirer par erreur une torpille sur leur propre Président ? Et saviez-vous que le cheval du général Leclerc fut fusillé pour acte de résistance ?

Anecdotes absurdes, héroïques mais toujours incroyables, Le Petit Théâtre des Opérations est de retour. Avec sa formule désormais lue et approuvée par des milliers de lecteurs : des histoires longues suivies de textes documentés appuyant leur véracité, ainsi que de courtes anecdotes sur la perte d’un sous-marin causée par ses toilettes, la résistance d’animaux, ou encore l’art contemporain utilisé contre l’ennemi. 

Scénariste : Julien HERVIEUX / Dessinateur : MONSIEUR LE CHIEN / Coloriste : Olivier TROCKLÉ

Prix 15,90 € / 56 pages / ISBN 979 1 0382 0457 7 / Paru le : 02/11/2022

GIGN, tome 3, Laurent André, Pascal Pelletier

Une BD qui retrace une des premières actions du GIGN


En février 1976, à Djibouti, un car scolaire d’enfants de militaires est pris en otage. C’est l’intervention du GIGN, alors commandé par le lieutenant Prouteau et de la légion étrangère qui permettra de les libérer, mais hélas deux enfants y ont laissé la vie.

Si elle se lit très facilement, le graphisme et les textes m’ont semblé cependant assez basiques.

Cet aspect de l’histoire du GIGN et donc de la Gendarmerie nationale est intéressant car sans doute méconnu aujourd’hui, et assez bien retracé pour les amateurs qui s’intéressent au sujet.

Catalogue éditeur : éditions A & H

Laurent ANDRÉ (Scénariste) – Pascal PELLETIER (Dessinateur) 
à retrouver sur le site GIGN
Album: 52 pages / Editions A&H BD (11.2021 ) / ISBN : 979-10-95857-87-7  

Le secret des parents, Nicolas Mathieu, Pierre-Henri Gomont

Connaissez vous le secret ? Savez vous ce que les parents pensent des enfants ?

Kleber le sait bien, car il a percé le secret des parents, ceux qui détestent les enfants, les grondent, les obligent à ranger leur chambre, à aller à l’école, et surtout surtout, ceux qui ont oublié depuis longtemps qu’un jour ils ont été eux aussi des enfants.

Heureusement, il y a mamie et ses délicieuses tartes à la mirabelle, qui console de tout, tout le temps. Et qui explique, raconte, et vous fabrique plein de souvenirs pour plus tard. Enfin, il y a aussi toutes les promesses que Kleber fait à l’adulte qu’il deviendra un jour.

Mais le temps passe, les années s’ajoutent aux années et le jour où Kleber est devenu adulte à son tour, c’est un père de famille occupé et stressé. Mais alors, aimera-t-il les enfants ou va-t-il les détester lui aussi ?

Si vous voulez le savoir, il faut lire ce joli livre écrit par Nicolas Mathieu et au graphisme tout en légèreté et bonne humeur réalisé par Pierre-Henri Gomont. Tellement de vérité et de conseils faciles à appliquer finalement dans cette BD à hauteur d’enfant à lire sans faute par les parents, pour ne jamais oublier !

Catalogue éditeur : Actes Sud Junior

Pourquoi les grandes personnes sont-elles si sévères avec les enfants ? Le petit Kleber ne cesse de s’interroger. Jusqu’à ce qu’un jour, sa grand-mère lui révèle un secret : si les adultes sont si grognons, c’est parce qu’eux-mêmes ont oublié qu’ils étaient autrefois des enfants. Alors, Kleber se jure que lui n’oubliera jamais. Mais le temps passe, et les étés se succèdent…

Nicolas Mathieu est né en 1978, à Épinal. Après des études d’histoire et de cinéma, il s’installe à Paris où il exerce une multitude de métiers (scénariste, stagiaire dans l’audiovisuel, rédacteur dans une société de reporting, professeur à domicile, contractuel à la Mairie de Paris…).
En 2014, il publie son premier roman, Aux animaux la guerre, dans la collection Actes noirs, et reçoit le prix Erckmann-Chatrian, le prix Transfuge du meilleur espoir Polar et le prix Mystère de la critique.  Il participe à l’adaptation du roman qui devient une série diffusée sur France 3, avec Roschdy Zem dans le rôle principal.
Son deuxième roman, Leurs enfants après eux, parait en 2018. Salué par une critique enthousiaste, il est récompensé par le prix Blù Jean-Marc Roberts, la Feuille d’or de Nancy, le prix des Médias France Bleu-France 3-L’Est Républicain, le prix du deuxième roman Alain Spiess-Le Central et le prix Goncourt. Son troisième roman Connemara est sorti en janvier 2022.

Né en 1978, Pierre-Henry Gomont a exercé différentes professions, dont celle de sociologue, avant de devenir auteur de bandes dessinées. En 2010, il fait ses premiers pas dans le 9e art et participe à l’album collectif 13m28 (Manolosanctis). En 2011, il signe son premier album, Kirkenes (Les Enfants rouges), scénarisé par Jonathan Châtel. Au cours de la même année, il écrit et dessine Catalyse (Manolosanctis). Début 2012, il publie Crématorium (Kstr), écrit par Éric Borg. Il enchaîne ensuite les titres : Rouge karma (Sarbacane, 2014), avec Eddy Simon, et, en solo, Les Nuits de Saturne (Sarbacane, 2015) et Pereira prétend (Sarbacane, 2016). Pour cet album, adapté du roman d’Antonio Tabucchi, il reçoit le Grand Prix RTL de la bande dessinée ainsi que le prix de la bande dessinée historique des Rendez-vous de l’Histoire de Blois.
Chez Dargaud, il est l’auteur de Malaterre et La fuite du cerveau.
En 2020, il fait son entrée au catalogue d’Actes Sud junior avec l’album La Grande École qu’il signe avec Nicolas Mathieu. Et en 2021, Le secret des parents. Il vit et travaille à Bruxelles.

novembre 2021 / 24.00 x 32.00 cm / 32 pages / ISBN 978-2-330-15521-6 / prix : 16,50 €

L’ombre des pins, Cécile Dupuis, Valérian Guillaume

L’été, les vacances en famille et les premiers émois adolescents

Cette année encore, Pablo part en vacances avec ses parents. Révisions au programme, mais aussi plage et retrouvailles avec sa grand-mère dans cette maison où il revient chaque été. Mais avouons-le, quand on est adolescent, les parents et grands-parents paraissent bien vieux et démodés, et l’on a envie de bouger, danser, sortir. Pourtant, il faut réviser et le programme est dense, alors Pablo reste là pendant que ses parents vont retrouver leurs amis.

Enfin, ça c’est sans compter sur sa grand-mère bien plus moderne et jeune qu’il n’y paraît, et qui a bien compris que la jeunesse a autant besoin de liberté et de changement que de révisions pour s’épanouir.

Alors elle pousse Pablo à aller se baigner, se promener. Au village il rencontre Carla, une jeune fille qui ne quitte jamais son appareil photo. Tout est bon pour elle, clic, clic, son œil collé au viseur, elle est très occupée à prendre des photos. Mais heureusement pour lui, elle va avoir besoin de l’aide de Pablo pour venir à bout de celles qu’elle souhaite envoyer pour participer à un concours.

Peu à peu, une belle histoire se noue entre les deux adolescents, sous le regard complaisant et tendre d’une grand-mère comme on rêverait tous d’en avoir. Dans la chaleur de l’été, la grand-mère évoque des souvenirs anciens quand les jeunes s’en créent de nouveaux. Un beau regard sur le temps qui passe, la vie à se construire, sur ce temps particulièrement privilégié des vacances d’été, avec ses rencontres mais aussi avec les relations que l’on a avec sa famille, parents, grands-parents, toutes ces choses qui font que l’on devient ce que l’on est.

L’ombre des pins est un joli roman graphique tout en couleurs ocres et dorées comme le sable et la peau des adolescents sous le soleil d’été. Qui réveille les souvenirs de nos étés passés, bienveillant et nostalgique à souhait. J’aime toujours autant le format et le papier utilisé par cette nouvelle collection, Virages graphiques.

Catalogue éditeur : Virages graphiques

Pablo passe l’été dans la maison de sa grand-mère, en bord de mer. Il connaît les lieux par cœur : été après été, il s’y est amusé et y a grandi. Mais l’enfance s’éloigne et aujourd’hui, il faut penser à l’avenir. Ses parents partis, l’été va reprendre ses droits…

Et Pablo rencontre Carla : qui est cette fille qui ne semble appréhender le monde qu’à travers l’objectif de son appareil photo ? Que cherche-t-elle à capter de ce lieu et de ses habitants ? À l’ombre des pins, dans le temps suspendu des désirs camouflés et des désirs retenus, Carla et Pablo vont se découvrir. Un récit tendre et puissant qui invite à se fonde dans le regard contemplatif de deux adolescents, à partager leurs sentiments à la fois hésitants et terriblement puissants.

Date de parution: 28 septembre 2022 / Prix: 20€ / Pages: 112 / ISBN: 978-2-7436-5773-4

JazzMan, Jop

Dans une New Story City qui pourrait être NewYork City, Tony Scrump le nouveau et jeune maire de la ville a tous les pouvoirs sur ses administrés, qu’il tient sous sa coupe grâce à des ondes diffusées par sa radio, One FM.

Il a même décidé de raser tout un quartier de la ville, et depuis il ne fait vraiment pas bon s’y aventurer. Pourtant, c’est là que se trouvaient les clubs de Jazz, l’animation et surtout la vie, la vraie, artistique en particulier. C’est là qu’arrive un peu par hasard Edward Renard par une soirée glaciale et sombre.

Dès lors, par un concours de circonstances, c’est aussi dans ces bas fonds en démolition que vont se retrouver sans vraiment l’avoir choisi Birdy Jones Carter, un saxophoniste totalement désabusé, Edward Renard, un drôle de barman qui ne sait plus vraiment d’où il vient et pourquoi il est là, et Billie, qui n’est autre que la fille de Birdy et de son ex, Lady Taylor, c’est un génie de l’électronique qui sait tout ou presque sur la propagation de ces fameuses ondes radio.
Ensemble, ils vont tenter de pirater One FM, la radio à la fréquence unique de Tony Scrump, fréquence hypnotique qui fait tout oublier aux habitants qui l’écoutent.

Et l’on retrouve pèle-mêle la nouvelle génération qui impulse la démolition des quartiers et l’expulsion de ses habitants sans aucun scrupule, et sans même les reloger, la présence de la mafia, celle des anciens musiciens de jazz des vieux quartiers, tous se côtoient pour rendre l’ensemble cohérent et attachant.

Une BD toute en noir, bleu et blanc, assez hypnotique d’ailleurs dans son graphisme et par l’impression qui s’en dégage, à l’atmosphère glacée de fin d’un monde, celui de ceux qui pensent par eux-même, vivent, jouent de la musique et aiment la vie. La couverture cartonnée et le papier sont superbes et font de cette BD un très bel objet.

Catalogue éditeur : Albin-Michel

Le maire Tony Scrump a hypnotisé sa ville.
Mais un trio insolite formé par un barman amnésique, un saxophoniste dépressif et une jeune prodige de l’électronique, compte bien réveiller la population.
Des décombres du Old Square aux sommets du High District. Jop signe un premier roman graphique syncopé et envoûtant.

Date de parution 02 mars 2022 / prix 23,90 €

Lettres perdues, Jim Bishop

Dans un univers mi terrestre mi aquatique, les aventures d’un petit garçon qui attend des nouvelles de sa mère

Chaque matin, Iode attend le facteur et espère qu’il sera enfin porteur d’une lettre de sa mère. Celle-ci, aviatrice, est partie depuis longtemps chercher une terre plus hospitalière qui pourrait les accueillir. Car Iode vit dans un univers où se côtoient à la fois des poissons, des requins-marteaux quelques homards et quelques pieuvres tous rescapés d’un cataclysme écologique. Les-dits poissons pouvant vivre grâces aux prothèses et technologies inventées justement par le père de Iode.

Las d’attendre, Iode décide de prendre sa 2CV pour aller directement à la poste, puisque le poisson clown facteur ne lui répond jamais. En route, il recueille Frangine, une auto-stoppeuse très silencieuse qui doit livrer une valise pour La Pieuvre, un groupe mafieux qui sévit sur l’île. Mais Frangine lui fausse compagnie dès l’arrivée en ville. Inquiet de son absence, le très naïf Iode fait appel à un poisson policier pas du tout débrouillard pour tenter de la retrouver. Tous deux s’embarquent alors dans une aventure bien plus périlleuse qu’il n’y paraît.

Un univers coloré, farfelu, déjanté, où humains et poissons vivent ensemble sur une planète frappée par la catastrophe écologique qui n’est plus seulement annoncée mais devenue bien réelle. Un texte qui parle écologie, deuil, famille, relation père-fils, amitié, solitude, ambition, partage et qui prône le vivre ensemble entre humains et animaux, en particulier avec le monde de la mer et les poissons pour le coup ici. Une fable écologique d’anticipation, mais qui parle pourtant du temps présent, à méditer, savourer.

Lettres perdues a reçu le prix de la BD lecteurs.com 2022.

Catalogue éditeur : Glénat

Comme tous les matins, Iode attend impatiemment cette lettre que le facteur tarde à lui apporter. Sûrement une blague de ce farceur de poisson-clown qui s’amuse à livrer son courrier aux voisins… Ou peut-être a-t-il simplement été égaré ? Il n’y a qu’un seul moyen d’en avoir le cœur net : se rendre en ville. Embarqué dans sa petite auto vert pomme, Iode fait la rencontre de Frangine, une auto-stoppeuse au caractère bien trempé qui effectue une livraison pour le compte du mystérieux groupe mafieux « la pieuvre ». Seulement, lorsque cette dernière décide de lui fausser compagnie, le jeune garçon s’inquiète et décide naïvement de partir à sa recherche. Sans le savoir, Iode vient de mettre les pieds dans une affaire qui le placera au cœur d’un terrible drame. …lire la suite

Parution : 15.09.2021 / 22€ / Pages :  200 / EAN : 9782344043448
Prix BD Orange Lecteurs.com 2022 Prix BD France Bleu 2022

Looking for Banksy, La légende du street art, Francesco Matteuzzi, Marco Maraggi

à la recherche de l’artiste inconnu

Alors qu’il est en train de réaliser des tags la nuit dans les rues de Londres, un jeune homme est surpris par une jeune femme qui est à la recherche du mystérieux Banksy, cet artiste que nul n’a jamais vu. Elle souhaite faire un reportage sur l’artiste et sa façon de travailler. Mais ils sont tous deux arrêtés par la police et doivent faire un travail d’intérêt général qui pourrait les rapprocher de son but, nettoyer les graffitis sauvages qui dénaturent les murs de la capitale anglaise.

Voilà l’accroche de ce roman graphique dans lequel la rencontre de ces deux jeunes gens est prétexte à expliquer la carrière, ou plutôt les actions, créations, performances de l’artiste inconnu.

Car Banksy est un véritable mystère. Qui, quand, comment, pourquoi, autant d’interrogation restées encore à présent sans réponses. Est-il unique ou protéiforme ? Homme ou femme ? Anglais ou étranger ? Que cherche-t-il à démontrer en réalisant ces œuvres et coups médiatiques ? Se faire connaître ? Choquer, surprendre, réveiller les spectateurs endormis d’un système trop figé ? Ici point de réponse, mais beaucoup de questions et un intéressant tour d’horizon des actions et réalisations de Banksy.

Et après tout, à qui appartient l’art ? À celui qui le réalise, à l’acheteur, au propriétaire des murs sur lequel s’étalent fresques ou dessins ? Quelle est la durée de vie d’une œuvre, quand comme c’est ici le cas elle est réalisée sur un mur d’une ville qu’elle quelle soit ?

Banksy bouleverse l’art et les principes établis, change la donne de la propriété intellectuelle et artistique pour un réveil évident des consciences et du sens de la protection de l’œuvre artistique. Le graphisme particulièrement sombre m’a un peu gênée. Couleurs foncées et papier mat renforcent l’impression que l’on a du besoin d’anonymat de Banksy. Mais après tout c’est aussi le reflet de l’univers de Banksy, la nuit, l’anonymat, l’interdit, la non reconnaissance de l’artiste et du lien indéfectible qui le relie à son œuvre.

Une autre façon d’envisager l’art ? A l’ère des métavers et de la numérisation qui s’invite y compris dans le travail artistique, rien ne nous surprend plus. Alors si vous lisez cet intéressant roman graphique vous ne saurez pas plus qui est Bansky, mais au moins vous aurez pénétré son univers et compris en partie sa philosophie.

Catalogue éditeur : Hugo

Banksy et le street art sont au cœur de l’aventure vécue par deux jeunes gens, un tagueur amateur et une Youtubeuse, arrêtés par la police pour vandalisme. Leur punition : nettoyer les graffitis de Londres. C’est l’occasion pour eux de remonter l’histoire de ce mouvement et de sa plus célèbre incarnation, Banksy, et d’analyser les œuvres les plus marquantes de l’artiste (Girl With Balloon, Love in the Air, Can’t Beat That Feeling, The Kissing Coppers…).

Parution 15/09/2022 / ISBN papier : 9782755699708 / prix :19,95 €

Keith Haring, Le Street art ou la vie, Paolo Parisi

« Quand je serais grand je voudrais être un artiste en France, parce que j’aime bien dessiner »

Keith Haring est né le 4 mai 1958 à Reading, il décède du sida à l’âge de 31 ans le 16 février 1990, de cette terrible maladie alors trop méconnue et si longtemps injustement cataloguée et cantonnée au milieu homosexuel.

Il y a quelques années, la Tour Keith Haring, une grande fresque qu’il avait dessinée à l’hôpital Necker de Paris pour illuminer la vie des enfants malades a été rénovée. Je l’avais découverte à cette occasion. Mais bien sûr qui ne connaît pas ses personnages et surtout son « radiant baby » aussi célèbre que copié. Uniclo a d’ailleurs fait quelques belles reproductions de ses personnages colorés sur des vêtements destinés à tous les âges.

De la même génération que Jean Michel Basquiat, dans la mouvance d’Andy Warhol et des artistes des années 80, qui était réellement Keith Haring et d’où venait il ? Issu d’une famille de Pennsylvanie, frère aîné de trois sœurs, le jeune Keith a eu très tôt la frénésie de dessiner encore et encore, sur tous les supports, à tout moment.

L’ennui étant l’animation la plus répandue dans son village, on comprend vite que l’enfant, puis l’adolescent, a cherché dans l’art un échappatoire et un moyen de développer sa créativité naissante. Avec une seule idée en tête, devenir un artiste. C’est un adolescent qui se cherche et qui va trouver dans la religion, puis dans la drogue, mais surtout dans l’art qu’il explore sous toute ses formes et avec la plus grande diversité de matériaux, un moyen de s’épanouir. Arrivé à New-York en 1978, il développe sa créativité, et prend pleinement conscience de son homosexualité.

Le roman graphique de Paolo Parisi nous explique son parcours, ses rencontres, sa passion pour l’art quels que soient les supports sur lesquels il s’exprime. Métro, fresques géantes, graffitis, toiles, performances, tout est adapté à l’expression, au langage, au message qu’il veut faire passer. Et que celui-ci parle au plus grand nombre possible de spectateurs. Les années noires des nombreux décès du sida sont bien montrées, ce cataclysme qui frappe la jeunesse et les artistes des années 80. Les couleurs flashies à dominante rose, jaune et bleu restituent l’univers à la fois singulier et emblématique de l’œuvre de Keith Haring.

Catalogue éditeur : Hugo et Cie

Le premier roman graphique consacré au petit génie du street art

Paolo Parisi / 15/09/2022 / ISBN papier : 9782755699715 / 19,95 €

Céleste : Bien sûr, monsieur Proust, Chloé Cruchaudet

A la recherche de Céleste, celle qui a accompagné Marcel Proust pendant huit ans

Pendant huit ans, Céleste Albaret a accompagné Marcel Proust dans quasiment toutes les phases de sa vie, de la création et de la maladie.
Celui qui a passé tant de journées dans son lit, se levant vers 16h pour passer les nuits au Ritz ou dans d’autres lieux de plaisir, a tout exigé de cette femme qui ne savait rien faire, sauf peut être qu’elle s’adresse à lui à la troisième personne.

La jeune épouse a passé de longues journées à attendre un coup de sonnette qui lui demande de lui apporter un café, ou simplement de l’écouter, l’accompagner, d’aller porter des paquets de feuilles chez ses éditeurs, d’accueillir les visiteurs, d’écouter les doléances, de répondre au téléphone et enfin, de coller les corrections, ces multitudes de petits papiers qui rendaient fous ses éditeurs et que l’on a pu voir lors de l’expo consacrée à l’écrivain au musée Carnavalet ou à la galerie Gallimard à Paris.

J’ai aimé le graphisme utilisé par l’autrice, et ces couleurs pastels dans les tonalités de vert, mauve, noir sont tout à fait surannées mais parfaitement bien adaptées à l’histoire qui nous est contée.

Tout sa vie, Céleste a vécu avec le souvenir de sa rencontre avec Marcel Proust. Elle a accepté de l’évoquer vers la fin de sa vie, lors d’entretiens enregistrés qui permettent de mieux cerner la personnalité de l’écrivain et la relation étrange qui l’a lié à Céleste.

Catalogue éditeur : Delcourt Soleil

À l’occasion du centenaire de la mort de Marcel Proust, ce diptyque, signé Chloé Cruchaudet, repose sur une structure en miroir et s’intéresse au lien qui unit Céleste Albaret et l’écrivain de génie.
Grâce à de multiples sources, Chloé Cruchaudet tisse le portrait dévoué et passionné de Céleste Albaret, gouvernante et parfois secrétaire de Marcel Proust jusqu’à sa mort, en 1922. Elle révèle leur lien, l’écrivain sous toutes ses aspérités, l’atmosphère d’une époque et les dessous de la construction d’une fiction. Monde réel et monde fantomatique s’entremêlent pour nourrir ce sublime diptyque.

scénariste, Illustrateur, coloriste Chloé Cruchaudet

Collection Noctambule bd / EAN 9782302095700 / Nombre de pages 116 / 18€95 / Paru le  15 Juin 2022 / Prix RTL Juin 2022

Les représentants, Virages Graphiques

Elle est de saison cette BD de la nouvelle collection Virages Graphiques des éditions Rivages

1995, 2002, 2007, 2012, 2017…
Où étions-nous les soirs d’élections de ces années là ? Je pense que certaines de ces dates vous ont marqué, vous aussi ?
Chacune de ces années est présentée avec des personnages et des situations différentes, mis en couleurs et en mots.

Avec les instants de l’intimité de citoyens qui auraient pu être vous et moi surgissent les souvenirs, les regrets, les espoirs, les attentes, les déceptions, et la vie qui continue, immuable.
Tout est dit dans ces instantanés que nous proposent Vincent Farasse, David Prudhomme, Alfred, Anne Simon et Sébastien Vassant. Un régal de lecture à découvrir dans toutes les librairies depuis le 2 mars.

Catalogue éditeur : Virages Graphiques par Rivages

Cinq tableaux, se déroulant tous un soir d’élection présidentielle. Vincent Farasse entrelace l’intime et le politique avec beaucoup de finesse et d’humour. Deux couples qui s’affrontent au sujet de leurs enfants, amoureux, fugueurs (1995) ; un homme et une femme décidés à profiter d’un week-end à deux à la campagne, qu’un voisin bien curieux vient bousculer (2002) ; une fratrie qui se réunit (et se déchire) autour d’un père tout juste décédé (2007) ; un homme qui cherche, au bord de la mer, à faire revivre un amour disparu (2012) ; une femme qui attend dans une chambre d’hôtel qu’un futur ministre la rejoigne (2017)… A travers chaque élection, et à chaque fois par le biais d’une histoire intime, fictionnelle, les auteurs nous offrent une photographie de l’époque, de son arrière-plan.

Date de parution : 02/03/2022 / EAN : 9782743655716 / Nombre de pages : 160