Crapule. Jean-Luc Deglin

Un chat qui vous fait du charme, dans une BD au format presque carré, une jolie couverture cartonnée rigide et au doux toucher satiné, voilà une Crapule qui s’annonce bien !

Domi_C_Lire_crapuleCette BD nous plonge dans l’univers des chats et de leurs maitres, vous l’auriez deviné ! Lorsque cette jeune citadine célibataire se rend compte que sa mère lui a laissé depuis quelques jours un mot dans sa boite aux lettres, elle découvre en même temps un carton contenant un chat.. Le chat d’une voisine, qu’il faut nourrir et abriter pendant quelques jours. Cohabitation pas forcément facile, Crapule ne mange rien de ce qu’on lui présente, mais adore grignoter tout ce qui est à sa portée, rideaux, cousins, livres, tout y passe. Peu à peu, la coexistence s’installe, l’un s’habitue à l’autre, non sans mal, mais avec douceur, enfin, pas toujours quand même. Fait de petites scénettes qui retracent des instants de vie à deux, maitresse et chat, à s’apprivoiser, se reconnaitre, s’apprécier, se compléter même.
Allez, avouez, vous qui avez, ou avez déjà eu un chat, vous vous y reconnaissez, non ? Eh bien, moi oui ! On rit, on s’amuse, on s’attendrit aussi parfois. Le graphisme est très sobre, avec juste une teinte de bleu gris pour la maitresse, ponctué du noir de Crapule le tout sur un fond blanc, et cependant il suffit pour donner toute sa mesure à cette relation qui s’installe. C’est frais, juste, réaliste aussi parfois, et Crapule vous fera passer un agréable moment.

A offrir à tous ceux qui aiment les chats.. et à tous les autres aussi !


Catalogue éditeur : Dupuis

Crapule est un chat, un vrai. Le genre qui porte bien son nom. Dans son appartement au cœur de la ville, qu’il partage avec sa maîtresse, chaque jour comporte son lot d’aventures et de bêtises : missions d’exploration dans les placards, amour fou avec les rideaux et séances de câlins incongrues… Parfois au grand dam de sa propriétaire qui doit réparer les dégâts. Mais on pardonne toujours à Crapule, tant il est mignon. Lire la suite…

Parution le 03/11/2017 / Age du lectorat : 6+ / Album cartonné – 128 pages en couleurs / Hauteur : 208 mm / Largeur : 167 mm / ISBN: 9782800174006

Publicités

Le loup en slip se les gèle méchamment. Mayana Itoiz, Wilfrid Lupano & Paul Cauet

On aime cette BD qui nous parle du loup, qui en parle aux petits, mais qui est tellement utile aussi pour les plus grands ! à consommer sans modération.

Domi_C_Lire_le_loup_en_slip_2Vous aussi vous avez lu Le loup en slip ? Alors vous savez déjà que depuis que la chouette lui a tricoté un chouette slip, il ne se les gèle plus, les fesses ! Du coup, il n’est plus aussi terrifiant qu’avant et il ne fait plus peur aux habitants du  village dans la forêt. Alors depuis que chacun peut vaquer à ses activités, certains ont prospéré bien plus que d’autres, et leurs affaires florissantes ont quelque peu envahi le territoire.

Mais voilà l’hiver qui se pointe, et il fait froid, très froid même.
Mais voilà aussi le loup qui se pointe au village, et il le dit et le répète, « On se les gèle ici ! ». Alors chacun d’avoir à nouveau peur, car lorsqu’il a froid, le regard du loup devient terrible et il fait très peur… et s’il se mettait à les manger tous ? On lui envoie des émissaires pour tenter de l’amadouer, mais ils ne reviennent pas, où sont-ils passés ?

C’est ce que vous allez découvrir, pour le régal de tous. Car la morale de l’histoire est une belle morale pour les petits autant que pour les grands… protéger les faibles, ce n’est pas seulement l’affaire de certains, mais bien plutôt l’affaire de tous.


Catalogue éditeur : Dargaud

L’hiver arrive, il neige, il fait froid… Grognon, le loup répète sans cesse qu' »on se les gèle » ! Mais que peut-il donc bien se geler, lui qui est toujours en slip ? Les habitants de la forêt vont vite devoir le découvrir s’ils ne veulent pas que leur compagnon redevienne le grand méchant loup qui les terrorisait autrefois !

Dessinateur : Mayana Itoïz / Scénariste : Wilfrid Lupano / Coloriste : Mayana Itoïz

/ Auteur : Paul Cauuet  / 40 pages / Format : 225×298 / EAN : 9782505070405

 

Les étoiles du temps. Victor Hussenot

Prendre son temps et lire la BD de Victor Hussenot « Les étoiles du temps ».
« Le temps, le temps, le temps n’est rien d’autre, celui des uns, et  celui de autres… »

DomiCLire_les_etoiles_du_temps_victor_hussenotComment définir le temps ? Vaste sujet, et vaste question, combien de temps me donnez-vous pour répondre ? Vous avez une idée ? Non ? Alors pourquoi n’irions nous pas demander à Victor Hussenot, et ainsi découvrir sa relation au temps, avec ce roman graphique qui vient tout juste de sortir chez Gallimard.

Les années passent sans que l’on s’en rende compte, l’école, les copains, le permis de conduire, un boulot, la vie, la vie, la vie qui passe… Les vacances d’été qui durent si longtemps, puis qui raccourcissent inexplicablement d’année en année. Se souvenir, oublier, raconter, puis comprendre que les autres n’ont pas les mêmes souvenirs d’un même évènement que nous, et souvent pas la même notion du temps que nous. C’était il y a longtemps, mais non, c’était hier ! Se poser un instant et regarder, passer le temps, perdre son temps, courir après du temps pour réussir à bien employer son temps ? …ouf, j’ai plus le temps !

Alors le héros s’interroge, se questionne sur sa relation au temps, sa représentation du temps. Le temps historique, le temps individuel, le temps quotidien, sur lequel doit-on vraiment s’appuyer ? Et si comprendre le temps n’avait aucun rapport avec vivre l’instant ? Que faut-il privilégier, la représentation ou la réalité ?

Mais, et vous, êtes-vous plutôt chronophage ou préférez-vous vous prélasser pendant les heures creuses, avez-vous peur de perdre votre temps ? C’est très difficile de savoir, pas le temps de se poser la question en fait. Alors arrêtons de perdre notre temps, vite, lisons « Les étoiles du temps », pour ne plus le gaspiller sans pour autant oublier quel est le seul qui a de l’intérêt, le temps véritable, celui que nous avons envie de vivre, chaque jour, en toute sérénité. Merci à Victor Hussenot de nous le rappeler !

Un graphisme étonnant, celui de l’enfance est doux et chaleureux, celui de l’urgence a des dominantes de rouge et noir, celui de l’inquiétude aussi, puis de la sérénité bien sûr. Un peu perplexe au départ, finalement j’aime assez cette représentation de nos angoisses et de nos craintes, qui nous permet aussi de les matérialiser et sans doute de les éloigner, enfin, au moins pour quelque … temps !


Catalogue éditeur : Gallimard

Le temps est mathématique, mais aussi aléatoire, subjectif… insaisissable. Pour preuve, plus on vieillit et plus il semble s’accélérer. De raisonnements logiques en déambulations imaginaires, le personnage principal de cette enquête singulière s’interroge sur notre perception du temps et ses représentations. Une quête qui le mène de l’enfance aux divers âges de la vie. Mêlant intime et universel, Victor Hussenot poursuit ici avec brio sa réflexion graphique et poétique sur l’existence humaine.

Collection : Bandes dessinées hors collection / Date de parution : 21 / 09 / 2017 / 96 pages / 20 € / 210 x 280 mm / ISBN : 9782075076821

Le Teckel, tome 3 : Votez le Teckel. Grégory Mardon & Hervé Bourhis

Le Teckel , une BD totalement décalée, vivifiante et humoristique à souhait, qui fait aussi terriblement réfléchir sur les campagnes électorales…

DomiCLire_le_teckel_tome_3.jpgLe Teckel, cet homme fade et sans saveur, complétement ringard, va peut-être pouvoir sauver la campagne du président en titre, du président en perte de vitesse. Car quoi de mieux que de lancer un candidat factice, face au candidat de l’opposition vainqueur potentiel et quasi assuré de son succès, pour lui prendre les voix qu’il lui faut pour arriver au second tour, pour l’affaiblir. Utopie ? Ou réalité ? On peut se poser la question…

Lancé dans une campagne électorale factice, le Teckel va faire le tour de France et prendre goût aux relations avec le bon peuple, vivats, encouragements… au moment où il faudrait qu’il quitte le devant de la scène, difficile de le faire partir !

Que cette BD est drôle, et totalement réaliste en fait (surtout depuis les dernières élections, non ? ) dialogues incisifs, graphisme décalé, humour caustique garanti, un vrai régal !


Catalogue éditeur : Casterman

Le Teckel, le candidat pour une France qui a du chien !

Le Teckel se présente aux élections présidentielles.
Pour une France qui a du CHIEN !
Le candidat qui fait vibrer les électeurs et émoustille les électrices !
La campagne électorale en CX break avec de l’action moustachue et du rire très hexagonal.
La vérité sur les pratiques de la politique française et ses communicants.

VOTEZ LE TECKEL !

Une campagne dirigée par Hervé Bourhis, politologue autoproclamé, et brillamment mise en image par le directeur de la communication Grégory Mardon.
Scénario : Hervé Bourhis / Dessin : Grégory Mardon, Hervé Bourhis
Maquettiste : Studio Casterman BD / 17,95 € / Paru le 11/01/2017 / ISBN : 2203101636

 

L’été diabolik. Thierry Smolderen & Alexandre Clerisse

‘L’été Diabolik’ dont parle la BD d’Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen, c’est l’été où Antoine se découvre un père qu’il croyait connaitre et où son monde se transforme.

DomiCLire_l_ete_diabolik.jpgL’histoire se déroule en deux temps, en 1967 et dix ans après. Nous sommes en pleine période de guerre froide, pendant cet été, Antoine, le narrateur, va vivre intensément des rencontres et des disparitions qui vont marquer son existence.

Tout commence par un tournoi de tennis, Antoine gagne, son père est ravi, celui de son adversaire beaucoup moins. Une bagarre éclate, de façon assez incompréhensible. A partir de cet épisode, tout s’enchaine et Antoine va aller de découvertes en découvertes, perplexe face à la tournure prise par sa vie à partir de ce moment-là.

Sur fond de guerre froide, avec un décor très années soixante où se mêlent habilement Mondrian dans une robe Yves Saint Laurent et les couleurs psychédéliques des bandes dessinées de l’époque, l’auteur nous dévoile habilement les angoisses de l’adolescence, les craintes de l’envahisseur et de l’espion venu de l’Est, les questions sur les apparences, les non-dits et sur ces secrets de famille qui ont des répercussions sur toute une vie.

C’est habile, on s’y laisse prendre, on est porté par un graphisme absolument superbe et original, en particulier par les couleurs vives, limites flashy, qui peuvent surprendre mais qui très vite donnent une atmosphère particulière à cette BD. Une belle réussite graphique pour un véritable plaisir de lecture.


Catalogue éditeur : Dargaud

Dessinateur : Alexandre Clérisse / Scénariste : Thierry Smolderen / Coloriste : Alexandre Clérisse

Un agent secret sorti de nulle part, un accident dramatique, une fille troublante et la disparition de son père, le tout en deux jours… Pour Antoine, 15 ans, l’été 1967 sera celui de toutes les découvertes. Après Souvenirs de l’empire de l’Atome, les auteurs proposent un nouveau cocktail détonant et jouissif : un scénario particulièrement haletant, entre espionnage et littérature, passé au mixeur graphique de Clérisse qui, cette fois, mélange les références des fumetti à David Hockney.
Espionnage, policier, années 1960, relations père-fils… Un cocktail détonnant !

168 pages / Format : 210×280 / EAN : 9782205073454

Joséphine Baker. Catel & Bocquet

Vous allez adorer ce roman graphique de Catel & Bocquet. C’est une façon extraordinaire de redécouvrir une vie hors norme, celle de Joséphine Baker.

DomiCLire_josephine_bakerJoséphine est née à Saint louis, dans le Missouri en 1906, à une époque où la ségrégation veut dire quelque chose, où tout semblait possible et où pourtant la vie était si difficile. Très jeune, elle aime faire la rigolote, et surtout, surtout, danser… elle a des jambes longues comme un jour sans pain, et sa mère ne les aime pas beaucoup, ces jambes-là. Mais elles feront sa gloire lorsqu’elle descendra comme une reine l’escalier des folies bergères. Pour arriver jusque-là, il lui aura fallu des maris, plusieurs, des amants, beaucoup, de l’audace, du courage et de l’ingéniosité, et du talent, forcément. C’est aussi beaucoup de travail, danser pendant des heures, apprendre à chanter, à marcher, à parler français, puisqu’elle arrive à Paris en 1925. Elle adoptera la France, comme elle adoptera plus tard une tribu de douze enfants venus de tous les continents, de toutes les couleurs, de toutes les religions et qu’elle les abritera au château des Milandes dans le Périgord.

Joséphine se battra également pour lutter contre la ségrégation, elle qui a su très vite ce que c’est d’être traitée de négresse dans son propre pays, ou au contraire d’être acceptée et acclamée malgré sa couleur de peau, lorsqu’elle arrive en France.

Joséphine, c’est aussi cette femme qui chante pour les soldats, qui passe des documents secrets d’un pays à l’autre pendant  la guerre, qui fera la résistance  et sera remerciée pour son action par le général de Gaulle.

C’est une vie intense, joyeuse, d’amour donné et pas si bien reçu, de partage et de courage, de dépression et de maladie aussi. Acclamée, regrettée, Joséphine Baker est une figure talentueuse d’une époque révolue. Elle meurt en 1975, tombée dans le coma à la suite d’une représentation à Bobino.

Le graphisme est vraiment intéressant. Entièrement en noir et blanc, comme un vieux film d’époque peut-être. La chronologie en fin du volume est complète et riche de nombreux détails. Enfin, les personnages secondaires qu’elle croise tout au long de sa vie sont également détaillés, expliqués, nous donnant à revoir une partie de notre histoire. Bravo !

J’avais très envie de découvrir cette BD grâce à Pénelope Bagieu qui parle si bien de Joséphine Baker dans son album « Les Culottées« tome 1, que je vous conseille vivement !


Catalogue éditeur : Casterman

Entre glamour et humanisme, la vie tumultueuse de la première star mondiale noire.

Joséphine Baker a 20 ans quand elle débarque à Paris en 1925. En une seule nuit, la petite danseuse américaine devient l’idole des Années Folles, fascinant Picasso, Cocteau, Le Corbusier ou Simenon. Dans le parfum de liberté des années 1930, Joséphine s’impose comme la première star noire à l’échelle mondiale, de Buenos Aires à Vienne, d’Alexandrie à Londres.
Après la guerre et son engagement dans le camp de la résistance française, Joséphine décide de se vouer à la lutte contre la ségrégation raciale. La preuve par l’exemple : au cours des années 1950, dans son château des Milandes, elle adopte douze orphelins d’origines différentes, la tribu arc-en-ciel.
Elle chantera l’amour et la liberté jusqu’à son dernier souffle.

568 pages – 17.2 x 24.2 cm / Noir et blanc / ISBN : 9782203088405

Montana 1948. Nicolas Pitz. Larry Wattson.

Dans « Montana 1948 »,  la BD de Nicolas Pitz adaptée du roman de Larry Wattson, David Hayden se souvient de l’été de ses douze ans.

DomiCLire_montana_1848.jpgDans ce village qui vit pour la plus grande partie de sa population de l’élevage ou de la culture, aux confins des USA , à quelques kilomètres à peine de la frontière canadienne, les villageois cohabitent relativement en paix avec les tribus indiennes parquées dans les réserves. Certains font même travailler des indiennes chez eux.

Wes, le père de David est aussi le shérif de Mercer County. Elu à la suite de son propre père qui avait obtenu de nombreux mandants successifs, sa famille est connue de tous. Alors quand Marie, la jeune femme sioux qui garde David, tombe malade, son père veut faire venir Franck, son frère médecin et vétéran respecté de la grande guerre.
Mais les jeunes indiennes ne veulent pas voir ce médecin et cela commence d’ailleurs à se savoir en ville. Sont-elles victimes de leur croyance qui veut, comme le dit si bien Franck, que la venue auprès d’elles de l’homme médecine blanc soit annonciatrice de grand malheur, ou cachent-elles un secret qui pourrait les mettre en danger dans cette ville si typiquement américaine et blanche. Pourtant, la femme de Wes  commence à avoir quelques soupçons sur le comportement de Franck auprès des jeunes indiennes de la tribu, les langues se délient, et Wes doit mener l’enquête.

Dans le Montana des années 40, il est compliqué d’accuser un blanc, surtout quand il est soutenu par une famille puissante et déterminée. Et que vaut la vie et la parole d’une jeune indienne, après tout ? Enfin, comment est-il possible de respecter les obligation de son métier et de rester loyal envers sa famille ? Cruel dilemme que celui que devra régler le si peu charismatique shérif du comté. Comment être totalement convaincu par l’issue du drame qui se déroule devant nous, en tout cas par rapport à l’époque décrite, tant il semble difficile alors d’aller à l’encontre de la toute-puissance des blancs bien installés dans leurs comtés.

La BD est portée par un graphisme intéressant. Il  évoque les grandes plaines, avec des couleurs qui rendent bien les tons ocres des montagnes et le rougeoiement de la nature en cet été finissant. Le réalisme des scènes dans les jardins un verre de bière à la main, ou de quelques parties de chasse dans une nature encore sauvage, avec ces animaux aux portes des maisons, et enfin quelques voitures années 40 viennent compléter le décor et la rendre très agréable à lire.


Catalogue éditeur : Sarbacane

« De l’été́ de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n’a pu chasser ni même estomper.» Ainsi s’ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été́ 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l’encontre de l’oncle du garçon, charismatique héros de la Seconde Guerre mondiale et médecin respecté. Déchiré, le père de David, shérif de cette petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. David assistera, impuissant, au conflit entre les deux frères et découvrira la difficulté d’avoir à choisir entre la loyauté à sa famille et la justice.
Montana 1948 raconte la perte des illusions de l’enfance et la découverte du monde adulte.

Format : 21,5 x 29 cm / Nbre de pages : 128 pages / Parution : 1 mars 2017 / ISBN : 97828486594701 / Prix : 19,50 €