Eiffel, Nicolas d’Estienne d’Orves

Le monument le plus visité de Paris est-il une belle déclaration d’amour ?

Alors qu’il est déjà célèbre et vient de finir l’ossature de celle qui représente à jamais la porte du nouveau monde, cette statue de la liberté qu’il construit en collaboration avec le sculpteur Bartoli, Eiffel rêve de participer au projet de l’exposition universelle de 1889. Il souhaite réaliser un métro qui transporterait les parisiens d’un bout à l’autre de la capitale. Mais c’est sans compter sur les désirs du gouvernement qui pense à une construction magistrale pour symboliser la grandeur de la France, un siècle après la révolution française.

En se basant sur un projet de ses collaborateurs, Gustave Eiffel propose alors une tour extraordinaire qui devra être implantée en bord de Seine en plein Paris. Prodige architectural en particulier pour sa réalisation dans un terrain meuble qui se rempli d’eau à mesure que sont creusés les emplacements des piliers, l’ingénieur met à profit ses compétences pour finaliser l’œuvre majeure de l’exposition.

Ce que l’on sait moins est sans doute que la création de cette tour s’accompagne de la rencontre totalement imprévue, surtout aussi longtemps après, avec son grand amour de jeunesse. Cette jeune bordelaise qu’il avait imaginé épouser et qui a hanté ses rêves sera sa muse et sa source d’inspiration sur le chantier titanesque de notre éternelle Dame de Fer. Cette tour qui devait être détruite dix ans plus tard et qui étend son ombre majestueuse et incontestée sur la capitale.

N’oublions pas que son édification a été source de nombreux conflits et de violentes contestations. L’auteur met particulièrement bien en situation toutes les contraintes, contestations, railleries dont Eiffel a été victime lors de la construction de son monument éphémère. Nous permettant peut-être d’avoir un peu plus d’indulgence envers ce qui aujourd’hui aussi nous perturbe ou nous choque, qui sait ? Alors si la tour que chacun connaît sous le nom de tour Eiffel a une forme pour le moins étonnante, lisez ce roman ou courez voir le film pour comprendre le pourquoi de ce grand A qui surplombe Paris depuis 1889.

Catalogue éditeur : Michel Lafon

Paris, 1886. Obsédé par « sa » tour de métal, une bagatelle d’acier de 300 mètres de hauteur qu’il s’est lancé le défi de construire en plein Champ-de-Mars, Gustave Eiffel ne quitte plus ses ateliers. Certes, l’Exposition universelle mérite bien ce pari, et la France, de croire à nouveau en sa toute-puissance. Mais est-ce l’unique raison qui pousse celui qu’on surnomme « le magicien du fer  » à griffonner sans relâche des plans pour trouver la forme parfaite ? Depuis ce dîner chez le ministre du Commerce, et cette idée folle qu’il a lancée devant le Tout-Paris, l’ingénieur est comme possédé. Quelles que soient ses esquisses, c’est Adrienne, son amour perdu réapparue ce même soir, qui se dessine, la magnifique cambrure de son dos qui cascade depuis la nuque jusqu’à la taille. L’illumination le frappe : ce n’est pas une ligne droite qui doit mener du pilier au sommet, mais une courbe, incarnée, vivante. « Nous allons construire un rêve ! » Désormais la vie de Gustave ne tient plus qu’à un A majuscule, celui de sa tour qui s’élance dans le ciel de Paris, prête à le transpercer et le conquérir…

Écrivain et journaliste né en 1974, Nicolas d’Estienne d’Orves est l’auteur d’une trentaine d’essais et de romans salués par la critique, notamment son Dictionnaire amoureux de Paris.

Parution : 23 septembre 2021 / prix : 19,95€ ISBN : 9782749945866

Tsili avant-première du film avec Amos Gitaï

J’ai assisté à la projection de ‘Tsili‘ à Paris en présence du réalisateur Amos Gitaï‘Tsili’, adapté du roman d’Aharon Appelfeld est publié aux éditions Points. Si je suis sortie un peu perplexe de cette projection, j’avoue pourtant une curiosité pas encore assouvie quant au roman qui vient de rejoindre ma PAL.

Amos Gitaï est venu présenter son film, nous expliquant qu’il avait eu envie de raconter un destin sans arrière-pensée politique, et surtout de parler de la seconde guerre mondiale sans aborder la Shoa ou les combats.

Aaroon Appfeld, l’auteur du roman a vu une jeune femme,  sa mère, être assassinée devant ses yeux. Il choisit donc une jeune femme pour jouer son rôle. Sa langue maternelle est l’allemand, mais cette langue est à jamais associée à l’assassin de sa mère, il ne veut donc plus l’utiliser. C’est pourquoi tous ses textes sont écrits en hébreu

Pour préparer son film, Amos Gitaï a rencontré Aaroon Appfeld car il souhaitait adapter le livre à sa façon. Essentiellement d’ailleurs pour créer un dialogue à partir du texte (même si au final le film est pratiquement muet). L’auteur a alors prouvé sa confiance dans le cinéaste quand, dans le contrat de cession de ses droits d’auteur, il a rayé la clause qui lui permettait le contrôle du scénario. Le film ne sera tourné ni en allemand ni en hébreu mais en yiddish. Il conserve ainsi la musique de la langue de l’écriture. C’est donc un film peu verbal qui se veut fidèle à la façon dont est écrit le destin de Tsili.

Tout au long du film, la nature omniprésente protège et nourrit Tsili, lovée dans son nid de branches. Mais c’est surtout au spectateur d’interpréter ce qu’il voit à l’écran. Même si le cinéaste le guide par des effets de caméra ou de dédoublement de personnage. La caméra est fixe et en plan unique, avec pour seuls bruits de fond les chiens, les canons, les combats et les cris en allemand,  tant que dure la guerre, puis c’est une caméra qui bouge, avec de a musique, des personnages qui évoluent, quand arrive la fin de la guerre.

tsili1
tsili2

C’est un film étrange et empreint d’une certaine poésie malgré l’épisode tragique auquel il se réfère et les moments parfois difficiles dont le spectateur est le témoin. J’avoue, je suis curieuse de découvrir ce livre.

La bande annonce : http://bit.ly/1NlmOBw

L’histoire :
En 1942, Tsili Kraus a douze ans. Elle est la petite dernière d’une famille nombreuse et vit dans un village d’Europe centrale. Quand la haine anti-juive éclate, tous s’enfuient, laissant Tsili pour garder la maison. Mais personne ne reviendra. Elle va se battre pour survivre jusqu’à ce qu’elle rencontre Marek, évadé d’un camp, et qui se cache lui aussi…