Pas dupe, Yves Ravey

Précis et captivant, Pas dupe, le dernier roman d’Yves Ravey nous entraine au fond du ravin, jouissif et haletant.

photo couverture du roman pas dupe de Yves Ravey blog Domi C lire

La belle Madame Meyer aime rouler vite, boire jusqu’à plus soif et sortir la nuit, avec son mari ou de préférence avec son amant. Mais aujourd’hui, Tippi Meyer gît au fond d’un ravin dans sa luxueuse berline en miettes.

Dans un huis-clos étonnant entre un mari, un amant, un beau-père, une voisine curieuse et terriblement observatrice et Costa, un commissaire pugnace aux airs de Colombo, Yves Ravey nous promène dans un mélodrame aux accents de comédie de boulevard. Car la question est bien de savoir qui du mari ou de l’amant aurait eu intérêt à voir disparaitre Tippi ? Certainement pas son mari, qui ne retire rien de ce décès. Quid de l’amant alors, marié lui aussi ? Le lecteur tente de comprendre pourquoi Costa s’engage dans une enquête quand la solution parait si banale, un accident de voiture mortel, de nuit, sous emprise de l’alcool. Enfin, ça c’est sans compter sur le flair de Costa.

Lire un roman des éditions de Minuit, c’est passer un bon moment entre une écriture de qualité et un suspense garanti. Ici, l’impression oscille entre lecture d’un scénario de court métrage à la Hitchcock ou d’un polar. Et même si le lecteur lui non plus n’est Pas dupe, il se laisse embarquer en peu de pages, peu de mots, dans une intrigue plutôt bien ficelée, dense et haletante.

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury des lecteurs du prix BFM l’Express

Du même éditeur, je vous conseille de lire également les romans de Vincent Almendros, Faire mouche et Un été, ou encore Article 353 du code pénal de Tanguy Viel, Envoyée spéciale de Jean Echenoz et le très étonnant Ronce-Rose d’Éric Chevillard.

Catalogue éditeur : éditions de Minuit

On retrouve le corps de Tippi, la femme de monsieur Meyer parmi les débris de sa voiture au fond d’un ravin.
L’inspecteur Costa enquête sur ce drame : accident ou piste criminelle ?
Monsieur Meyer se plie aux interrogatoires de l’inspecteur, ce qui n’est pas de tout repos, d’autant qu’il n’est pas dupe.

2019 / 144 pages / ISBN : 9782707345318 / 14.50 €

Publicités

Horrora Borealis, Nicolas Feuz

Horrora Borealis est diabolique à souhait. Laissez-vous happer par Nicolas Feuz et son thriller angoissant. Avec ce polar glaçant vous ne rêverez plus jamais de la même façon d’une aurore boréale !

Sur les rives du lac, à Neuchâtel en Suisse, pendant un festival de musique.  Un homme marche, et se sent traqué. Walker est inquiet, il guette et découvre celui qu’il cherche depuis longtemps, depuis ce voyage en Laponie. Car … que s’est-il passé en Laponie ?

Rapidement, une bagarre éclate, les hommes se battent, les coups de feu partent à l’aveugle, les morts tombent autour des deux hommes. Et toujours cette question, que s’est-il passé en Laponie ? Walker prend un  otage, un négociateur est appelé sur les lieux, puis un autre, Marc Boileau, dont la femme est à l’hôpital… et l’attente dure, l’angoisse monte, lancinante et violente.

En parallèle, Walker revit ce voyage en Laponie. Toute la famille était réunie pour passer les vacances de Noel, les trois enfants et les parents, là-haut près du cercle polaire pour découvrir chiens de traineaux, rennes et aurores boréales. Mais en lieu et place de toutes ces distractions idylliques, il y a cet homme qui rôde la nuit près du chalet, cette jeune femme qui erre la nuit dans le froid glacial, les mains ensanglantées, et le mystère qui plane. Car Walker est semble-t-il partiellement amnésique, et aujourd’hui il veut se remémorer ces instants que sa mémoire blessée avait choisi d’obérer. Car il s’avère bien évidement que le séjour vire au drame…

C’est passionnant, étonnant, différent des thrillers classiques, à aucun moment le suspense ne faiblit, l’intrigue est étonnement bien ficelée, complexe à souhait. Nicolas Feuz nous balade dans les étendues glacées pour notre plus grand bonheur de lecteur amateur de mystères, frissons garantis ! Je me suis laissée embarquer par ce roman que je n’ai absolument pas pu lâcher avant la fin, nuit blanche garantie, une réussite. Bien sûr, il en faut pas essayer de chercher des cohérences ou un réalisme pour certaines scènes, en particulier dans le froid et la neige, mais qu’importe. Eh oui, l’auteur sème des pistes que l’on peut suivre, ou pas… A lire au chaud sous la couette, avec un bon chocolat chaud, ou cet été bien sûr !

Catalogue éditeur : le Livre de Poche

Sur les rives du lac de Neuchâtel, en Suisse, des coups de feu éclatent en plein festival de musique. Le site est évacué. La grande scène devient le théâtre d’une prise d’otages. Un négociateur intervient. Le groupe d’intervention de la police s’organise. Dans l’esprit de Walker, une seule question compte : que s’est-il passé en Laponie ? Ses souvenirs sont flous. Mais il est clair que, de longue date, il ne croit plus au Père Noël. Et vous, y croyez-vous encore ?
Pages : 288 / Prix : 7,40 € / Date de parution: 22/08/2018 / EAN : 9782253258056 Éditeur d’origine: Slatkine et Compagnie

Le Cherokee, Richard Morgiève

Uthah, 1954…. Des martiens, des tueurs en série, mais on ne le sait pas encore, des hommes amoureux, mais ils ne le savent pas encore, avec Le Cherokee, Richard Morgiève nous balade dans un roman noir aux accents terriblement américains.

Corey était coi, Myrtle Tate l’avait chloroformé. Apache et deux fois orphelin, ça faisait beaucoup pour un shérif de l’an mille neuf cent cinquante-quatre.

Dans les années 50 aux USA, l’idée de martiens fait son chemin dans la population et c’est bien connu, on en voit régulièrement. La guerre de Corée vient de s’achever, Hiroshima n’est pas loin, le maccarthysme non plus, les communistes sont chassés partout dans le pays, en pleine guerre froide on craint la riposte Russe.

Nick Corey est envoyé sur la piste d’une soucoupe volante, quand l’avion militaire Sabre atterri, le shérif en lui n’est pas sûr de ce qu’il voit, mais l’homme ouvert à toutes les possibilités comprend qu’il n’y a aucun pilote et que l’affaire est sérieuse. Et il découvre incidemment sur les même lieux une voiture volée. Le FBI et l’armée sont rapidement prévenus.

Le shérif est hanté depuis vingt ans par le double meurtre de ses parents adoptifs. Affaire non résolue, même si la culpabilité lui a d’abord incombé avant d’être disculpé. Les années de prison et de guerre l’ont rendu à la fois sensible et attentif, prêt à écouter et à appréhender toutes les possibilités, doté d’une mémoire fabuleuse, sur une scène de crime, il est ouvert à toutes les éventualités. D’ailleurs, il vient de découvrir une nouvelle théorie issue d’Allemagne qui évoque la possibilité de tueur en série.

Le voilà lancé sur la piste de meurtres multiples et particulièrement cruels. Nick Corey comprend rapidement que ces meurtres sont liés à ceux de ses parents, survenus 20 ans avant. De meurtre sordide en résolution d’énigme, Corey va avancer à la fois dans sa quête du Dindon, ainsi qu’il a surnommé le tueur qu’il traque, et dans celle du mystère de l’avion sans pilote, complot terroriste fomenté par des militaires en mal de conflit. Ses pas le mènent dans ceux de l’agent du FBI White – il  comprend alors que l’amour se cache où il veut- mais surtout vers sa quête intérieure. D’où vient-il, est-il ce que ses parents, l’éducation, la religion,  ont fait de lui, est-il forgé par la violence de ses années de prison ou de guerre, ou par l’amour qui se révèle en lui au contact de White ?

Richard Morgiève a situé son intrigue dans les années 50. Il interroge le lecteur sur ce que l’homme fait de sa planète, abordant de grands thèmes universels, désertification des campagnes, même si celles des USA sont gigantesques, pollution aux métaux lourds, industrialisation outrancière, guerre atomique, place des indiens natifs des grandes plaines, homosexualité, religion, pouvoir de l’argent, par exemple.

J’ai aimé cette écriture, étonnante, singulière, digne d’un grand roman noir américain, qui laisse souvent poindre à la fois humour et un brin de dérision dans un univers particulièrement noir, sanglant et violent. Phrases et chapitres courts donnent le rythme. J’ai suivi ce personnage attachant, désarmant et mélancolique avec intérêt et tourné les pages avec avidité… même si la fin m’a laissée un peu sur ma faim justement. Mais qu’est-ce qui est le plus important, la quête, le chemin, ou l’arrivée ?

Photo Domi C Lire Richard Morgiéve Manosque 2017

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury des lecteurs du prix BFM l’Express

Catalogue éditeur : Joëlle Losfeld, Gallimard

1954, USA : alors qu’il fait sa tournée de nuit à la première neige, sur les hauts plateaux désertiques du comté de Garfield, dans l’Utah, le shérif Nick Corey découvre une voiture abandonnée. Au même moment, il voit atterrir un chasseur Sabre, sans aucune lumière. Et sans pilote. C’est le branle-bas de combat. L’armée et le FBI sont sur les dents. Quant à Corey, il se retrouve confronté à son propre passé : le tueur en série qui a assassiné ses parents et gâché sa vie réapparaît. Corey se lance à sa poursuite. Mais les cauchemars ont la dent dure… Et on peut tomber amoureux d’un agent du FBI.

480 pages / 150 x 220 mm  / ISBN : 9782072829321 / Parution : 17-01-2019

Les mafieuses, Pascale Dietrich

Respecter le code d’honneur, un impératif chez les maffieux, l’épouse du parrain l’apprend à ses dépens. Avec « Les mafieuses », le lecteur embarque dans une aventure aussi féministe que cocasse.

Leone Acampora, le vieux mafieux qui règne sur la ville de Grenoble, se meurt à l’hôpital, sa femme Michèle veille à son chevet.

Si Michèle s’est habituée aux cadavres dans le placard ou dans le salon, et aux habitudes de gangster de son époux, pour leurs filles Dina et Alessia, c’est un peu plus compliqué. Depuis qu’elle a compris quelles étaient les activités de la famille, Dina refuse d’y participer. Préférant s’investir dans l’humanitaire, elle n’y trouve cependant pas son compte. Elle vit seule, mais vient enfin de rencontrer l’âme sœur et le beau Marcus lui redonne enfin goût à la vie. Avec une psychologie et une vision du monde opposées, sa sœur Alessia a pris la suite des affaires du clan. Elle est pharmacienne, et se trouve bien inspirée d’avoir préféré ce commerce aux sempiternelles pizzerias paternelles. Car qui viendrait à soupçonner une vente de médicaments « homéopathiques » dans une pharmacie…

Lorsque Michèle découvre que Leone a placé un contrat sur sa tête, les filles s’unissent pour la sauver et affronter cette menace forcément sérieuse. Elles décident de mettre leur mère à l’abri. Mais à l’heure des repentis et des remords, et alors que les bandes rivales guettent la place du patron, la bataille s’annonce rude. Et la mauvaise (ou bonne ?) conscience ne laisse pas les deux sœurs indifférentes.

Avec beaucoup de talent et une belle dose d’humour, l’auteur inverse les rôles et met en scène ces mafieuses, des femmes d’un autre monde en proie à des sentiments parfois ambivalents de justice et de probité. Que faut-il respecter, la loyauté envers le père ou au contraire la mère ? S’engager dans le combat ou au contraire préparer la fuite ? Entre comédie et roman noir, le lecteur suit les mésaventures de la famille Acampora avec un plaisir  certain, dans une course contre la mort un tantinet rocambolesque mais indubitablement moraliste.

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury des lecteurs du prix BFM l’Express

Catalogue éditeur : Liana Levi

Il y a toujours moyen de s’arranger avec la réalité chez les gangsters. À condition de respecter le code d’honneur, on peut même mener une vie formidable ! C’est en tout cas ce que Leone Acampora, vieux mafioso grenoblois, a enseigné à sa famille. Michèle et ses deux filles ont donc appris à fermer les yeux lorsqu’elles trébuchaient sur un cadavre ou une valise de cocaïne dans leur joli salon en marbre. Et si, aujourd’hui, Dina a parfois mauvaise conscience, elle espère se racheter en travaillant dans l’humanitaire. Quant à Alessia, pharmacienne inspirée, elle a pas mal d’idées pour moderniser le business paternel. Ainsi va la vie chez les femmes Acampora, entre coups de fusil à pompe et séances de tai-chi. Jusqu’à ce que le vieux Leone perde les pédales. Car avant de mourir, il a laissé une dernière instruction : lancer un tueur à gages aux trousses de sa femme… L’occasion pour les mafieuses de déboulonner un vieux monde machiste et ringard.
Subtilement féministe, délicieusement féroce, Pascale Dietrich bouscule les codes pour teinter de rose le roman noir.

Date de parution : 07-02-2019 / 14 x 21 cm – 160 pages / ISBN : 9791034900909 / 15 €

Dans l’ombre du brasier, Hervé Le Corre

Avec son roman Dans l’ombre du brasier, Hervé le Corre plonge ses lecteurs aux heures les plus sombres de la Commune de Paris, dans une épopée singulière qui tient en haleine jusqu’au dernières barricades.

blog Domi C Lire photo du  livre "Dans l'ombre du brasier" Hervé le Corre

Pendant les derniers dix jours de la Commune de Paris, la capitale est dévastée par les affrontements entre communards et Versaillais. Pendant ces quelques jours, nous suivons trois protagonistes, Antoine Roques, Nicolas Bellec, soldat du 105e, et Caroline son amie.

Antoine Roques est menuisier, il vient d’être promu commissaire de police car ceux qui étaient en poste ont fui la ville. Il tente de se conformer du mieux possible aux exigences de ce rôle qu’on lui a attribué. Au milieu du chaos qui règne en ville, des parents lui font part de l’enlèvement de leur fille. Cette disparition n’est pas unique. Caroline, l’amie de Nicolas Bellec, a disparu elle aussi. Il faut dire que lorsque le mal est partout, enlever de jeunes filles pour les livrer aux prussiens ou pour les vendre à des réseaux de prostitution pour assurer repos des soldats ne décourage aucun malfrat.

Antoine Roques va tenter de poursuivre sa tâche vaille que vaille, et c’est dans ce contexte qu’il mène son enquête de police. Il découvre le revers de la bataille, et croise la route de Clovis, cet étrange personnage dont le nom est souvent évoqué au cours de l’enquête.

Autour d’eux, les immeubles s’effondrent, des barricades érigées tant bien que mal défendent à peine quelques rescapés, les morts sont enterrés à la va-vite, les blessés sont transportés vers des hôpitaux de fortune, la Commune perd chaque jour un peu plus de terrain.

À travers ces personnages s’affirme le rêve éperdu d’une république idéalisée où chacun aurait les mêmes droits, femmes et hommes, riches ou pauvres. Cet espoir vain d’un monde meilleur qui a pourtant entrainé l’anéantissement et la destruction de la Commune de Paris au cours de cette semaine sanglante.

J’ai aimé marcher dans ces rues, êtes au cœur de la bataille et suivre les aventures de ces personnages héroïques malgré eux, découvrir les banlieues lointaines aujourd’hui totalement intégrées à la capitale, les imaginer marchant, courant d’un quartier à l’autre. Tout comme j’ai aimé cette incursion dans le milieu parfois louche de la photographie, et celui encore totalement balbutiant des photographes de guerre. J’avoue que l’auteur m’a également donné envie d’approfondir mes connaissances sur cette période trouble parfois bien oubliée de l’Histoire. Hervé le Corre réussit l’exploit de nous embarquer dans son roman noir et d’en faire une épopée romanesque historique.

Roman lu dans le cadre de ma participation au Jury du prix des lecteurs l’Express Bfm 2019

Catalogue éditeur : Rivages / Noir

La « semaine sanglante » de la Commune de Paris voit culminer la sauvagerie des affrontements entre Communards et Versaillais. Au milieu des obus et du chaos, alors que tout l’Ouest parisien est un champ de ruines, un photographe fasciné par la souffrance des jeunes femmes prend des photos « suggestives » afin de les vendre à une clientèle particulière. La fille d’un couple disparait un jour de marché. Une course contre la montre s’engage pour la retrouver. 
Dans l’esprit de L’Homme aux lèvres de saphir (dont on retrouve l’un des personnages), Hervé Le Corre narre l’odyssée tragique des Communards en y mêlant une enquête criminelle haletante. 

ISBN : 978-2-7436-4584-7 / EAN : 9782743645847 / Parution : janvier, 2019 / 384 pages / Format : 15.5 x 22.5 / Prix : 22,50€

Meurtre à Montaigne, Estelle Monbrun

Meurtre à Montaigne, d’Estelle Monbrun célèbre les 25 ans de la collection chemins nocturnes, des éditions Viviane Hamy.

En Dordogne, à Saint-Michel-de-Montaigne, les touristes adorent visiter la tour et la célèbre librairie du château de Montaigne. Olivier, un étudiant spécialiste de l’auteur fait le guide pendant ses vacances. Un matin, il découvre le corps inanimé d’un jeune homme au pied de la tour.
Sur l’Ile d’Oléron, Mary, une étudiante américaine assistante de Michel Lespignac est aussi la baby-sitter des petites filles de ce grand spécialiste de Montaigne. Sur la plage, elle retrouve Caro, une jeune fille rencontrée lors de son arrivée à Paris…  Un instant d’attention, et les petites filles ont disparu…
Le commissaire Foucheroux  vient de prendre sa retraite et n’a pas encore trouvé son rythme. Lorsqu’on l’appelle à la rescousse pour résoudre cette affaire d’enlèvement qui s’avère plus complexe que prévu, il est ravi de seconder son ancienne assistante, la commissaire Leila Djemani. Ils doivent être efficaces et très discrets, eu égard au statut de Lespignac. Ce dernier doit très prochainement faire paraitre une bombe qui va secouer le milieu littéraire et les aficionados de Montaigne.

De l’enlèvement aux découvertes multiples sur les personnalités et le passé des différents protagonistes, faux-semblants, trahison, envie, jalousie, désir de vengeance, filiation et généalogie, de nombreux  thèmes vont être adroitement abordés par Estelle Monbrun. L’intrigue est parfois embrouillée et semble traitée avec légèreté, trop fin de siècle peut-être (mais où est passée la police scientifique ?) Sans doute parce que nous avons affaire à des littéraires purs et durs ! Par contre l’humour et les références littéraires sont constamment présents dans ce polar rocambolesque qui plonge le lecteur dans l’histoire des lieux et de l’écrivain. Malgré tout, ce thriller plus littéraire que noir se laisse lire fort agréablement. N’y cherchez pas une enquête fouillée et des policiers aguerris, mais plutôt une écriture et un texte érudits qui donnent envie de découvrir ces lieux chers à Montaigne, parce que c’était lui, parce que c’est vous !

Catalogue éditeur : Viviane Hamy

Un rapide pincement des lèvres rouge vif aurait indiqué à une personne moins naïve que Mary que sa présence n’était pas vraiment souhaitée. Mais sa proposition fut acceptée, et, en chemin, elle apprit que Caro faisait ses études à l’École des beaux-arts et habitait à la Cité universitaire. Après deux bises à la française, que les Américains appellent air kisses et qui n’engagent à rien, Mary suivit des yeux sa nouvelle connaissance, qui emprunta l’avenue Foch après lui avoir fait un petit signe faussement désinvolte. Quelques instants plus tard, Caro envoyait sur son portable le message suivant à une adresse cryptée­ : « Le cabillaud sera une rascasse. Veronica. »

Avec Meurtre chez tante Léonie, Estelle Monbrun a inauguré la collection « ­Chemins Nocturnes­ » aux Éditions Viviane Hamy. D’autres « meurtres » suivront. On la compare souvent à David Lodge et à Agatha Christie : « L’auteur emprunte au premier des références sarcastiques sur le milieu universitaire, représenté avec un humour impitoyable, mais aussi attendri. À la seconde, son art de la narration, des fausses pistes, des coups de théâtre. » René de Ceccatty, Le Monde.
Vous voilà prévenus.

Parution : 14/03/2019 / ISBN : 9791097417277 / Pages : 224 p. / Prix : 19€

Estelle Monbrun (nom de plume d’une proustienne émérite) s’est lancée dans une carrière de professeur de littérature française contemporaine aux États-Unis, à New-York puis à Saint-Louis. Elle s’avère être une spécialiste reconnue dans le monde entier de l’œuvre de Marcel Proust et de celle de Marguerite Yourcenar. Parallèlement à son métier d’enseignante, Estelle Monbrun écrit des polars publiés par les Éditions Viviane Hamy. Ses écrits mêlent fraîcheur d’écriture, par l’aspect ludique et parodique de sa production littéraire, et profondeur, par la qualité documentaire et scientifique que ceux-ci proposent.
« Mes livres peuvent être lus comme de simples romans policiers, mais, si on connaît le texte source sur lequel je m’appuie, on peut s’amuser à reconnaître des citations cachées, des références stylistiques, des noms de personnages codés… C’est comme un clin d’œil permanent, une complicité à trois : un écrivain, une romancière, un lecteur. »

Un amour parfait, Gilda Piersanti

La relation amoureuse toxique dans ce qu’elle a de plus pervers, ou l’amour fou à la vie à la mort…

Une fois de plus, la très parisienne Gilda Piersanti nous embarque à Rome dans les pas de ses personnages.
Lorenzo a tout pour être heureux, un travail qui le satisfait, une femme qui le rend heureux, des enfants formidables et en bonne santé. Mais un jour, Lorenzo retrouve par hasard Laura, l’amour de sa jeunesse, absolu, dévastateur, qu’il avait occulté pour pouvoir continuer à vivre, tant la rupture avait été imprévue et douloureuse.

Laura lui fait vivre des moments intenses d’amour fou dans les hôtels et les villes les plus insolites, puis lui fait comprendre que sans lui elle ne pourra jamais quitter son mari, il doit l’aider à s’en libérer.

Peu à peu, totalement envouté, Lorenzo oubli son travail, trompe a femme sans remords, ment à son meilleur ami sans regrets, prêt à tout pour l’amour de Laura, cet amour parfait qui le ressuscite. Mais le piège se referme, l’homme heureux, mari comblé, directeur prometteur se laisse peu à peu détruire par cet amour machiavélique qui le consume. L’aventure n’est peut-être pas aussi limpide et idyllique qu’elle en a l’air, la descente s’annonce douloureuse et vertigineuse, et le réveil cruel et terrifiant.

Avec habileté et une sacré dose de perversité, Gilda Piersanti décrit les affres de la relation amoureuse, ici totalement toxique, par cet amour perdu puis retrouvé qui tel un ouragan balaye tout sur son passage, laissant Lorenzo exsangue et pantelant. Si l’homme amoureux n’a plus de scrupule, s’enlisant dans le mensonge et les faux-semblants, l’homme inquiet de ses actes est habilement décortiqué et finement analysé par l’auteur qui le soumet sans relâche à la diabolique et perverse manipulation de Laura.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Le Passage

La vie de Lorenzo n’a pas d’ombre, sa carrière est au zénith, son couple se porte à merveille, ses enfants l’adorent.

Jusqu’à ce soir où il la revoit au bar de l’hôtel : Laura, l’amour de ses 18 ans. Trente ans plus tôt, il a failli mourir pour elle. Le hasard l’a-t-il remise sur son chemin pour faire renaître le passé ou faire disparaître le présent ?
Une femme fatale ne revient jamais pour réparer ses fautes mais pour continuer son œuvre de destruction. Elle est revenue et elle lui dit qu’elle l’aime encore, mais doit-il la croire ? Lorenzo est prêt à tout pour l’avoir de nouveau dans ses bras. Prêt à tout… Même à tuer ?

Avec Un amour parfait, Gilda Piersanti signe un thriller psychologique d’une puissance redoutable où la passion amoureuse prend la forme d’une fascination venimeuse. Commence alors une lente descente aux enfers.

ISBN : 978-2-84742-409-6 / Date de publication: Mars 2019 / Nombre de pages : 288 / Dimensions du livre : 15 x 24 cm / Prix public : 19.50 €