Rentrée Littéraire, Stock

« Lisez! On a besoin de vous. Quelle belle injonction pour les amoureux de lecture que nous sommes !

🌞📘☕🥐 Il faisait vraiment beau ce matin-là chez Paul & Rimbaud pour la présentation de la rentrée littéraire des éditions Stock.


🌞📘☕🥐 Les femmes étaient à l’honneur, trois auteurs, dont deux primo romancières, sont venues présenter leurs romans à paraître pour la rentrée littéraire de septembre.

📘 Constance Rivière pour « Une fille sans histoire » un premier roman court qui se lit comme un souffle et fait revivre à son héroïne les semaines qui ont suivi les attentats de 2015.

📘 Romane Lafore pour ce premier roman qui parle d’Italie et de traducteurs, comme un bel hommage à la littérature

📘 Claire Berest, dont j’avais tant aimé « Gabriële » le roman écrit avec sa sœur Anne, nous a littéralement embarqués dans les pas et la vie de Frida, amoureuse de cet homme emblématique qu’est Diego Rivera avec qui elle va former ce couple mythique qui nous fait tant rêver.

Une belle rentrée, avec de nombreux autres beaux romans à découvrir à partir du moins d’août. Merci à toute l’équipe des éditions Stock pour cette matinée 💙

Publicités

Fils du Shéol. Anouar Benmalek

Dans le séjour des morts, le fils du Shéol remonte le temps et regarde avec désespoir les siens affronter l’inexorable catastrophe.

Quand j’ai lu son résumé, j’ai eu envie de lire ce livre. Mais quand je l’ai reçu, je n’avais plus du tout envie d’affronter un texte sur cette période si noire de l’histoire récente. Un bon mois après, je l’ai enfin sorti de la pile, et terminé en deux soirs. Bon, d’accord, ce n’est pas un livre facile ni bien optimiste, puisqu’il aborde le sujet de l’holocauste et des camps d’extermination, nous parle du sort des juif pendant la seconde guerre mondiale, mais aussi au fil des siècles.

Il aborde également un sujet que j’ai découvert dans ce roman, le massacre des tribus Hereros et Namas  sous les ordres de Lothar Von Trotha dans le Sud-Ouest africain, c’est-à-dire dans l’actuelle Namibie, au tout début du XXe siècle.  Comme un terrible avant-goût de ce qui adviendra pendant la grande guerre, il s’agit du tout premier génocide du XXe siècle, un programme d’extermination programmé  par les allemands jusqu’au moment où ils se rendront compte qu’il n’y a plus personne pour travailler les terres qu’ils ont volées aux peuples qu’ils ont méthodiquement massacrés.
Quand débute ce roman, le jeune Karl est arrêté et embarqué dans les trains de la mort vers les camps d’extermination. On a déjà beaucoup écrit sur l’horreur de ces camps, ici l’auteur prend comme angle la vision du passé par un jeune Karl défunt qui évolue dans le Shéol, le séjour des morts. Là, il voit défiler sa vie et celle des siens, parents, grand père. Il remonte le temps, prétexte à dérouler toute la vie de sa famille, heureuse un temps, lorsque son père rencontre sa mère en Algérie, puis désespérément dramatique pour tout un peuple.
C’est un angle inhabituel qui donne un rythme particulier au roman. Cela ne l’empêche pas d’aborder des thèmes tragiques et de poser des questions. Il interroge avec justesse sur ce qu’il advient et ce que l’on aurait pu faire, quelle est notre marge de manœuvre, notre capacité à prendre des décisions, à agir face aux évènements. La faiblesse, la trahison, la fatalité, mais également la peur  et la souffrance sont autant de thèmes abordés. Est-on capable de modifier, de transformer sa vie, ou tout est-il programmé d’avance ? Autant de questions sans réponse.


Catalogue éditeur

Trois histoires d’amour pour remonter à l’origine du mal…
Trois générations, deux génocides.
Tout commence dans la touffeur ignoble d’un wagon à bestiaux. Le jeune Karl y fait la connaissance d’Helena, son bref et unique amour le temps du voyage. À son arrivée en Pologne, le gamin juif est gazé.
Dès lors, depuis un étrange séjour des morts, le Shéol, il est condamné à regarder évoluer les siens et à tenter d’éviter désespérément la catastrophe.

Prix TTC : 20.00 € / EAN : 9782702156377 / Code Hachette : 8922259
Format : 138 x 215 mm / 416 pages / Parution : 19 août 2015 / éditions Calman-Levy

Rencontre avec Marc Fernandez, auteur de « Mala Vida »

Belle rencontre dans la librairie de la place de Clichy avec Marc Fernandez pour la sortie de son roman « Mala Vida » aux éditions Préludes, merci à Babelio et Préludes.

marcfernandezJournaliste, Marc Fernandez a déjà écrit quelques livres à quatre mains avec Jean-Christophe Rampal, il est également l’un des fondateurs du mag book « Alibi », totalement dédié au polar et au roman noir. « Mala Vida » est son premier roman. Après avoir travaillé à des enquêtes sur Pinochet entre autre, il s’est penché sur le dossier des enfants volés, en Espagne, sous Franco et qui a même continué après la fin du franquisme. Ces enfants volés à leurs parents à la naissance, à qui on annonçait en général qu’ils étaient mort-nés, pour être donnés à l’adoption (vendus !) à d’autres familles bien dans la ligne du parti au pouvoir.
Lorsqu’il travaillait à Courrier international, il a commencé cette enquête, mais c’est un sujet qu’il souhaitait traiter seul, car comme il le souligne il est autant espagnol que français, c’est donc un sujet qui le touche encore plus. Ses recherches sur ce sujet ont débuté il y a six ou sept ans, ayant l’idée d’en faire un documentaire. Puis il a tout laissé tomber, jeté toute sa documentation, et décidé d’écrire une œuvre de fiction, même si elle partait du réel. Bon, là j’avoue personnellement à lire Mala Vida, ça m’a un peu manqué ce manque de fond ancré dans la réalité. Mais en l’écoutant je comprends mieux pourquoi il a agi de cette façon.
Comme il sortait d’un sujet très lourd à propos de Ciudad Juarez, Mexique, dans l’état de Chihuahua, à la frontière avec les Etats-Unis. Dans cette ville depuis 1993, près de quatre cents femmes ont été assassinées. A la suite de son enquête il a écrit: « La ville qui tue les femmes : Enquête à Ciudad Juarez ».  Il lui était alors particulièrement difficile de se plonger à nouveau dans une enquête aussi difficile et qui le touche réellement. Il est impératif de toujours garder une certaine distance avec les faits pour rester soi-même.
Comme il le dit si bien : un pays ne peut avancer que s’il règle ses comptes avec l’histoire, avec sa propre histoire. En Espagne, tout le problème du pays qui ne renait pas des actions de la guerre civile, contrairement à l’Allemagne par exemple qui affronte son passé pour vivre son présent, vient sans doute de la loi d’amnistie de 78. A cette époque, il était nécessaire de repartir à zéro, pour vivre en démocratie. Nécessaire sans doute de cacher ce qui avait été commis des deux côtés d’ailleurs, d’où le problème toujours actuel qui fait qu’on ne peut pas revenir sur cette loi. Loi d’amnistie que l’auteur appelle loi d’amnésie par la voix de ses personnages. Dans le roman, l’auteur évoque le Partido Popular d’aujourd’hui, calqué sur l’Alianza Popular fondée en 1976, et proche des idées du Franquisme, mais aussi à de nombreuses reprises l’Opus Dei, toujours d’actualité en Espagne.

Quelques questions sont posées à Marc Fernandez : qui est qui dans le roman ? Dans les personnages du roman ? Il y a beaucoup de lui dans Isabelle, cette avocate mi- française, mi- espagnole, comme il y a toujours un peu d’un auteur dans ses personnages.
L’affaire des enfants volés est connue en Espagne. Elle a été révélée à un de ces enfants par son père, sur son lit de mort, et l’on sait aujourd’hui qu’il y a qua moins 30 000 enfants volés. Les enfants ne savent pas en général qu’ils ont été ces enfants-là. Il n’y a pas réellement de prise de conscience de la population, même si une banque ADN vient d’être créée pour ceux qui auraient un doute et souhaiteraient que soient faits de regroupements.

Marc Fernandez est un chroniqueur de polars, au travers de son mag Alibi, aussi a-t-il mis de côté pendant quelque temps la lecture de ce genre pour ne pas se laisser influencer. Il nous avoue cependant être un grand lecteur, et nous conseille vivement de lire « la griffe du chien » de Don Winslow et les romans de Victor Del Arbol.

Florence, Portraits à la cour des Médicis, exposition au Musée Jacquemart-André

Le Musée Jacquemart-André consacre une exposition inédite aux grands portraitistes florentins du XVIe siècle, en proposant au visiteur une quarantaine d’œuvres emblématiques. L’exposition permet de découvrir et apprécier les évolutions de style du Cinquecento, un siècle mouvementé sur les plans culturel et religieux, elle est réalisée en partenariat avec les musées de Florence.

portrait de courLe parcours est organisé  autour de l’histoire thématique et critique du portrait à Florence à l’âge d’or des Médicis (1512 -1599).
A cette époque, l’art du portrait est de plus en plus répandu parmi les élites florentines, qui y trouvent un moyen de montrer les traits de leur visage et leur statut social à la postérité.  Rosso Fiorentino, Andrea del Sarto, Alessandro Allori, Francesco Salviati, Pontormo et Bronzino, sont les figures emblématiques de cette histoire du portrait.
En passant de salle en salle, le visiteur admire  des hommes et des femmes aux allures sévères, puis des condottieres en armes. Le portrait évolue ensuite avec la mise en scène héroïque d’hommes de guerre au service d’Alexandre et de Côme de Médicis, comme une affirmation de leur pouvoir.
portraits-amisDans le « portrait de cour », le luxe et l’élégance apparaissent dans la profusion décorative, notamment chez Bronzino, ainsi que dans la richesse des matériaux de certaines œuvres qui confèrent au portrait une dimension somptuaire propre à l’âge d’or des Médicis. Ce sont par exemple des peintures sur cuivre ou des pigments mêlés de poudre de lapis-lazuli comme dans le bleu en fond du portrait d’Eléonore de Tolède, fille du vice-roi de Naples, un des hommes les plus puissants et riches d’Italie. Les femmes deviennent des  figures majeures de ce goût de l’apparat.
Le portrait s’ouvre ensuite à d’autres formes d’art, comme la poésie et la musique, symboles de l’émancipation culturelle. Les poètes, les écrivains, les hommes de la bourgeoisie florentine l’associent alors à leur  image.
galerie_portraitsUne des grandes tendances du portrait de 1560 à la fin du siècle est l’affirmation du langage allégorique dans la représentation du modèle et de ses proches et le retour à la simplicité dans la représentation des sentiments et de l’exaltation familiale.

On découvre ainsi quelques portraits plus intimes, qui n’étaient pas destinés à être vus du public, et de très beaux portraits d’enfants.
Une fois de plus, le musée Jacquemart-André nous offre une superbe exposition dans un cadre superbe.

Nos âmes seules. Luc Blanvillain

En abordant « nos âmes seules », le premier roman de Luc Blanvillain, le lecteur, planté au pied des tours inhospitalières de la Défense qui montent vers un ciel mi gris mi or, se demande jusqu’où l’auteur a choisi de l’emmener.

Jeune cadre banal et sans histoire, Clément travaille chez Vogal Software. Il vit en couple avec Myriam. Elle organise leur vie avec passion, refait la déco de son appartement pour qu’il soit conforme à l’idéal présenté dans les magazines, coach fidèle et indispensable, elle soutient et aide Clément dans son évolution professionnelle. Car Clément rêve de passer directeur, ambitieux, intuitif, travailleur, il a tous les atouts pour y arriver. Même s’il est un des rares à montrer un peu d’humanité, lorsqu’il prend en compte la vie de la femme de ménage ou les problèmes de JJ son collègue qui ne sait pas comment concilier travail et responsabilité de père. Dans le monde déshumanisé de l’entreprise, les tensions entre collègues s’exacerbent,  surtout quand une nouvelle DRH fait son apparition, chacun veut faire de son mieux pour être remarqué du tout puissant grand patron.

Clément croise une jeune femme étrange à laquelle il s’attache. Meryl, désorientée  et malheureuse, particulièrement énigmatique, va lui démontrer qu’elle sait s’adapter à certains codes, mais semble perdue au quotidien. Cette rencontre va transformer  Clément au point de faire exploser sa vie. Sa vie de couple d’abord, sans que ce soit murement réfléchi, comme si Meryl était le révélateur de tout ce qu’il rêvait de faire sans jamais l’avoir osé. Il casse les codes, se détache des contraintes familiales en particulier vis-à-vis de ses parents, il va également  fuir cette vie de couple toute tracée dans laquelle il ne se reconnait pas. Meryl va l’aider à progresser dans son travail pour arriver à son objectif.

La question que l’on se pose alors est jusqu’à quel point et à quel prix ? Peut-être au prix de sa véritable liberté d’homme qui ne serait pas soumis aux dictats d’un directeur omniscient et tout puissant. Car Clément va apprendre qu’on est toujours seul, même en équipe, que la solidarité est un vain mot, que l’ambition l’emporte sur l’esprit d’entreprise, et que la loi du plus fort et surtout des tout puissants est souvent la seule qui compte. Tout au long de ce roman, le lecteur se demande qui manipule qui et dans quel but. On suit avec tendresse et parfois avec  révolte les évolutions sentimentales et professionnelles de Clément, on a envie de mieux le connaître, le comprendre et l’aider dans le monde impitoyable dans lequel il est plongé, même si je ne l’ai pas trouvé particulièrement attachant. Le rythme est fluide, bien écrit et agréable à lire malgré un sujet à priori difficile.

Rentrée littéraire 2015
Premier roman


Catalogue éditeur

Au 13e étage d’une tour de la Défense, Clément, jeune ambitieux, tombe sur une drôle de fille. Ils nouent une relation inédite, un contrat faustien…

Plon / 20 Août 2015 / ISBN 9782259229548 / 336 pages / 20,90 €

Dandy. Richard Krawiec

Découvert dans le cadre du Prix du Meilleur Polar des Lecteurs de Points, Dandy est un roman noir sur les dérives d’une société qui oublie certains des siens sur le bas-côté de la route.

Richard Krawiec situe son roman, « Dandy » dans l’Amérique des laissés pour compte, celle où l’opulence, la richesse et l’espoir existent, mais manifestement pas pour tout le monde. L’autre face du rêve américain en somme. Le décor est planté, et les deux acteurs principaux sont désarmants de sincérité et sans doute de naïveté, mais ils voudraient tant s’en sortir malgré tout. Artie, est un quasi SDF qui traine dans les bars les soirs de grand froid, voleur à la tire à ses heures, il cherche des combines ou des cambriolages faciles pour subsister. Jolene ne sait plus comment faire pour nourrir Dandy, son bébé de deux ans, elle n’a jamais travaillé et vivote comme elle peut. Chacun pense que sa vie est plutôt ratée, mais ne sait pas comment faire pour que ça s’arrange.

De combines en espoirs inutiles, ils vont finir par se rencontrer et tenter de vivre ensemble. Et après tout si c’était la solution, ne pas être seul ou mal accompagné, mais trouver dans celui qui vous ressemble un espoir de vie meilleure, à partager les galères, se tenir chaud et se comprendre, se parler, se réchauffer avec quelques verres de whisky qui rendent parfois la vie meilleure. C’est ce qu’ils essayent de faire, mais après des enfances difficiles et des débuts dans la vie complétement ratés, ils sont totalement inadaptés face aux bases même d’une vie de famille : avoir un travail, élever un enfant, entretenir une maison. Jusqu’au jour où dans la boite à lettre arrive une proposition de vente en time-sharing, et avec ce courrier l’espoir suscité par les cadeaux donnés à chaque visiteur. Dans leur grande naïveté, Jolene et Artie vont rêver l’impossible. Mais tout ne va pas se passer comme ils rêvaient et les évènements vont s’enchainer pour le pire plus que pour le meilleur.

Ecrit dans les années 80, « Dandy » aborde de nombreux thèmes toujours d’actualité : l’inceste, l’abandon par le père, la prostitution, le manque d’éducation, l’alcool comme seul soutient, la rue pour seul repère, l’assurance maladie qui ne prend pas en charge les soins des plus pauvres, enfin, le sort qui s’acharne parfois sur ceux qui démarrent aussi mal dans la vie. De magouilles en défaites, il y a bien peu d’espoir pour Artie et Jolene. C’est noir et sombre. Les scènes sont parfois très visuelles, décrites dans leur moindre détail, comme un film que l’on verrait se dérouler sous nos yeux. Le lecteur assiste impuissant à l’inexorable descente vers le néant.


Catalogue éditeur

Artie, voleur à la tire, sans toit ni loi, est un invisible, un laissé-pour-compte dont la vie tourne à vide. Un jour, il croise le chemin de Jolene, mère d’un petit Dandy de deux ans, bientôt aveugle et qui ne tient pas sur ses jambes. Pour son fils, elle s’efforce de gagner sa vie dignement, tout en le nourrissant de beurre de cacahuètes. Ensemble, Artie et Jolene vont s’unir et tenter de s’en sortir.

Né en 1952 à Brockton, Massachusetts, Richard Krawiec se fait connaître en 1986 avec Dandy (Time Sharing en anglais), salué par la critique. Il se consacre depuis à la poesie, au théâtre, et donne des cours d’écriture dans des centres d’accueil de SDF, des prisons ou des cités défavorisées.

« Une énergie vitale magistrale, une combativité hors du commun. Un couple quasi mythique… » Mediapart

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014Traduit de l’anglais (États-Unis) par Charles Recoursé

Préface de Larry Fondation

6,7€ / 240 pages / Paru le 17/09/2015 / EAN : 9782757843369

Les échoués Pascal Manoukian

Un premier roman d’une grande sensibilité sur un sujet criant d’actualité, l’immigration vue par Pascal Manoukian dans « Les échoués »


Pascal Manoukian est journaliste et connaît bien les zones de conflits, pourvoyeuses de nombreux candidats à l’émigration.  Il en parle magnifiquement bien dans son premier roman « Les échoués ».

Au fil des pages, le lecteur suit les pérégrinations de quatre personnages, Virgil le moldave, Assan le somalien qui fuit son pays avec Iman, sa fille de 17 ans, et Chanchal le bengalais. L’auteur décrit avec sans doute beaucoup de justesse et de réalisme le long chemin parfois mortel vers la liberté, celle pour laquelle on devient clandestin, et cette envie inextinguible qui fait que l‘on quitte son pays à jamais pour se presser  aux portes de l’Europe, comme c’est encore le cas aujourd’hui. Pourtant l’auteur situe son roman au début de 1992. Chacun a déjà à cette époque une excellente raison de quitter son pays, ruiné, meurtri, en guerre, de fuir la misère, la barbarie pour arriver dans ce pays de rêve qui, même s’il ne souhaite pas vraiment les accueillir les attire et leur fait espérer une vie meilleure, loin des souffrances qu’ils ont fui.

Car rien n’est simple et rien n’est rose en France, mais liberté et travail sont possibles. Au fil des pages, on découvre par les yeux de Virgil une population pas vraiment prête à accueillir ces immigrants, des patrons qui exploitent des ouvriers, des conditions de vie qui impliquent l’organisation d’un monde parallèle, en dehors de tout circuit normal, où les solidarités entre coreligionnaires, venus d’un même pays, s’affirment.

C’est un roman d’une grande sensibilité et très étonnant par son actualité, qui force le lecteur à penser autrement et à s’interroger : que ferais-je à leur place ? La question est posée, mais la réponse n’est pas donnée.

Rentrée littéraire 2015


Catalogue éditeur

« Le chien était revenu. De son trou, Virgil sentait son haleine humide. Une odeur de lait tourné, de poulet, d’épluchures de légumes et de restes de jambon. Un repas de poubelle comme il en disputait chaque jour à d’autres chiens depuis son arrivée en France. Ici, tout s’était inversé, il construisait des maisons et habitait dehors. Se cassait le dos pour nourrir ses enfants sans pouvoir les serrer contre lui et se privait de médicaments pour offrir des parfums à une femme dont il avait oublié jusqu’à l’odeur… »
1992. Lampedusa est encore une petite île tranquille et aucun mur de barbelés ne court le long des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Virgil, le Moldave, Chanchal, le Bangladais, et Assan, le Somalien, sont des pionniers. Bientôt, des millions de désespérés prendront d’assaut les routes qu’ils sont en train d’ouvrir.
Arrivés en France, vivants mais endettés et sans papiers, les trois clandestins vont tout partager, les marchands de sommeil et les négriers, les drames et les petits bonheurs.

304 pages / Taille : 140*205 / Prix : 18,90 euros / ISBN : 978-2-35949-434-1