Bacchantes. CĂ©line Minard

Céline Minard nous entraine dans un casse pour le moins singulier, là où l’argent ne coule pas à flots, mais bien dans une cave à vins d’exception, où quelques riches, très riches, mettent à l’abri leurs prestigieux millésimes …

A Hong Kong, l’ancien diplomate sud-africain Ethan Coetzer s’est reconverti. Il est le maitre de ECWC, la cave de garde la plus sĂ©curisĂ©e au monde.  LĂ , dans douze bunkers rescapĂ©s de la guerre dorment pour trois cent cinquante millions de dollars de bouteilles hors d’âge et hors de prix. Les milliardaires qui veulent Ă©chapper au fisc de leurs pays ont trouvĂ© ce stratagème pour mettre leurs valeurs Ă  l’abri.

Un Typhon doit s’abattre sur la baie de Hong Kong dans les toutes prochaines heures, les mesures de sécurité sont au maximum. Pourtant depuis trois jours les équipes de la brigade de Jackie Thran sont sur le pied de guerre pour déloger les braqueurs…

L’auteur nous entraine dans une sarabande insolite, oĂą des braqueuses en talons aiguille dansent une bacchanale pour le moins Ă©trange Ă  coup de Romanet Conti ou de Château-Lafite  1869. Il y a lĂ  une Jelena Drogan dite la Bombe, Bizzie, la clown et Silly, la brune.  Comment sont-elles entrĂ©es, pourquoi y sont-elles ? Car manifestement ces trois femmes-lĂ  ont un entrainement Ă  la hauteur du plan qu’elle ont murement Ă©chafaudé…

Roman court, Ă©tonnant, amusant, mais qui me laisse vraiment sur ma faim car il manque de densitĂ© … Je crois que je ne suis conquise ni par cette intrigue, ni par ces personnages caricaturaux  que je trouve un peu trop esquissĂ©s, aux contours flous. Et ce malgrĂ© une idĂ©e de dĂ©part pourtant sĂ©duisante, ce casse hors du commun d’une cave elle aussi hors du commun…

💙💙

Catalogue Ă©diteur : Rivages

Céline Minard revisite avec brio les codes du film de braquage autour de la thématique du vin pour distiller un cocktail explosif où l’ivresse se mêle à la subversion. Voilà cinquante-neuf heures que la brigade de Jackie Thran encercle la cave à vin la plus sécurisée de Hong Kong, installée dans d’anciens bunkers de l’armée anglaise. Un groupe de malfaiteurs est parvenu à s’y introduire et garde en otage l’impressionnant stock qui y est entreposé. Soudain, la porte blindée du bunker Alpha s’entrouvre. Une main gantée apparaît, pose une bouteille sur le sol. Un pied chaussé d’un escarpin noir sort de l’entrebâillement et pousse le corps de verre sur la chaussée. L’acier claque à nouveau…

ISBN : 978-2-7436-4595-3 / EAN : 9782743645953 / Parution : janvier, 2019 / 112 pages / Format : 12.0 x 19.5 / Prix : 13,50€

Le Nord du monde, Nathalie Yot

La fuite vers le Nord du monde d’une femme amoureuse qui sombre peu à peu dans la folie

Elle fuit, elle fuit l’homme chien, sans doute l’homme qu’elle aime trop car dans son amour il n’y a pas de demi-mesure, c’est du tout ou rien. Et cet amour l’étouffe, elle a besoin de respirer et part, à pied, en train, en stop, en ce qu’on veut, jusqu’au grand nord, au pays des jours sans nuit, à la limite du cercle polaire…

Sur cette route qui va de Paris à la Norvège, en passant par la Belgique et l’Allemagne, elle rencontre des femmes, puis des hommes, Pierre d’abord, avec qui l’amour n’a de nom que le sexe, avec les polonais ensuite, avec qui l’amour n’a de nom que l’abri qu’ils lui procurent, avec Isaac enfin, l’enfant qu’elle aime à la folie, et qu’elle entraine avec elle…

Dans cette fuite, il y a aussi le silence de ceux qui savent, mais savent-ils ou veulent-ils croire qu’ils se sont trompĂ©s ? Et puis il y a cette femme qui va au-delĂ  de ses limites, au-delĂ  des conventions, au-delĂ  de la raison. Il y a cette femme qui a besoin d’aimer, qui fuit l’amour aussi comme une faute, comme une brĂ»lure… et cette relation que tout repousse, la raison, la morale, la sociĂ©tĂ© – pourquoi avoir besoin d’écrire cela ? Quelle femme peut imaginer ces gestes, ces mots – un premier roman profondĂ©ment dĂ©rangeant… mĂŞme s’il explore les limites de la folie, la puissance des sentiments, la recherche de soi jusqu’à l’extrĂŞme, au risque de briser tous les tabous.

Alors pourquoi dérangeant me direz-vous, parce que l’amour pour les hommes, l’amour pour l’enfant, semblent toujours pour elle passer par la peau, les gestes, les caresses, jusqu’à l’indicible, jusqu’à la déraison, jusqu’à …  la folie d’aimer ?

Comment dire, en général, j’aime plus ou moins les titres proposés par les 68 premières fois, mais je suis surprise par la tournure de cette aventure vers Le nord du monde. Car si l’écriture m’a tout d’abord séduite, comme les thèmes abordés avec la fuite en avant et la folie de cette femme interpellée dans la relation fusionnelle à l’autre, pourtant au fil des pages les idées sous-jacentes sont devenues prépondérantes et terriblement dérangeantes.

💙💙

Catalogue Ă©diteur : La Contre AllĂ©e

« Elle fuit. Elle fuit l’homme chien. Elle trotte comme un poulain pour qu’il ne la rattrape pas, aussi pour fabriquer la peinture des fresques du dedans. Elle voudrait la folie mais elle ne vient pas. Toucher le mur du fond, le Nord du Monde, se cramer dans la lumière, le jour, la nuit, effacer, crier et ne plus se reconnaître. Sur la route, il y a Monsieur Pierre, il y a la Flaish, il y a les habitants des parcs, il y a Andrée, il y a les Polonais, Elan, Vince et Piort, et aussi Rommetweit, les Allemands, les Denant. Il y a Isaac, neuf ans environ. Et il y a les limites. » Nathalie Yot, à propos de Le Nord du Monde

Nathalie Yot est nĂ©e Ă  Strasbourg et vit Ă  Montpellier. Artiste pluridisciplinaire, passionnĂ©e des mots, de musique et d’art, architecte et chanteuse, performeuse et auteure, elle a un parcours hĂ©tĂ©roclite Ă  l’image de son Ă©criture. Elle est diplĂ´mĂ©e de l’école d’architecture mais prĂ©fère se consacrer Ă  la musique (auteure, compositeur, interprète signĂ©e chez Barclay) puis Ă  l’écriture poĂ©tique. Ses collaborations avec des musiciens, danseurs ou encore plasticiens sont lĂ©gions.

ISBN 9782376650010 / Format 13,5 x 19 cm / Nombre de pages 152 pages / Date de parution 20/08/2018 / Prix 16, 00€

Une si brève arrière-saison. Charles Nemes

Que devient-on quand la violence frappe notre entourage, quels sont les repères, les raisons de vivre qui nous font avancer ? C’est la question que pose Charles Nemes dans son dernier roman « Une si brève arrière-saison ».

Domi_C_lire_une_si_breve_arriere_saison_charles_nemesJacques vient de prendre sa retraite. Ah, parfait, il va avoir beaucoup de choses à faire alors ! Mais non, Jacques s’installe, se terre presque dans son appartement, ne rencontre personne à part sa nièce Adèle, la seule de sa famille qui trouve grâce à ses yeux et avec qui il partage les même goûts musicaux. Il ne trouve même plus l’énergie pour commencer le roman qu’il a toujours rêvé d’écrire, pour vivre autre chose.

Car s’il a décidé d’écrire un roman, il est cependant en manque d’inspiration. Lorsqu’il croise Christine Angot dans un café près de chez lui, il imagine alors qu’il pourrait séduire celle qui a tant écrit sur les hommes de sa vie. La rencontrer pourrait faire de lui le sujet idéal du prochain roman de Christine !

Mais cette rencontre peine à se faire… De hasards en déceptions, jacques n’a plus aucune envie, si ce n’est d’appliquer les consignes de ce livre interdit qu’il est certainement l’un des seuls à posséder dans sa bibliothèque Suicide mode d’emploi. Alors il cogite, programme, évalue, ses envies, son avenir, ses actions futures.

Pourtant, lorsque la vie bascule dans le quartier dans lequel vit Jacques, quand il découvre qu’Adèle, est au bataclan ce soir de 2016, il n’aura plus qu’une idée, aider, sauver celle qui compte tant pour lui.

Voilà donc un roman assez étrange qui s’installe longtemps dans la tête de ce retraité en mal de vivre qui se cherche une raison d’être, pour finalement basculer vers l’horreur des attentats terroristes. Hymne à la vie, sans doute, mais un peu opportuniste à mon goût… Le sujet du bataclan, de la victime rescapée, arrive tard, et je l’ai senti comme une accroche un peu trop évidente pour émouvoir le lecteur… Si l’écriture est intéressante, si j’ai aimé certains de ses atermoiements, le personnage pourtant ne m’a ni vraiment intéressée ni émue.

💙💙


Catalogue éditeur : HC éditions

Jacques ne supporte plus la pâleur de son quotidien de jeune retraité. Seule sa nièce Adèle lui apporte un peu de lumière depuis qu’il a décidé d’écrire sans y arriver et s’est mis en tête de séduire Christine Angot sans plus de succès.
Adèle a la fraîcheur de ses trente ans et les mêmes goûts musicaux que son rocker d’Uncle Jack. Elle est « son héritière courage, sa revanche, sa réincarnation réussie ». Jusqu’au jour où elle accepte de prendre la place de concert d’une amie. Les Eagles of Death Metal jouent au Bataclan ce soir-là et elle ira pour voir.

L’existence d’Adèle va sombrer alors que celle de Jacques retrouvera un sens. Un hymne à l’amour et à la vie… avec le cœur à l’envers. Il fallait la délicatesse et l’humanité de Charles Nemes pour aborder un tel sujet.

Réalisateur éclectique, Charles Nemes passe du tragique (soirée Primo Levi sur Arte) au burlesque (La Tour Montparnasse infernale). Scénariste de cinéma, il écrit également pour la télévision quand il ne la regarde pas, et publie des livres quand il ne tourne pas. Auteur salué par la critique, Charles Nemes publie ici son huitième roman. (Source HC éditions)

14,5 X 22 cm ; brochĂ© ; 224 pages / Paru le 30/08/2018 – ISBN 9782357204133

La dĂ©sertion. Emmanuelle Lambert

« La dĂ©sertion » d’Emmanuelle Lambert est un roman sur l’absence, sur la disparition inexpliquĂ©e d’un proche, et certainement sur la place que l’on accepte ou pas d’occuper dans la sociĂ©tĂ©.

Domi_C_Lire_la_disparition.jpgDisparue, volatilisée ! Du jour au lendemain, Eva Silber n’est plus revenue au bureau, ni sur le banc où elle avait l’habitude de se poser les mardis et jeudis, ni dans les bras de son amant, nulle part, comme ça ! Mais, est-ce possible de disparaître ainsi ?

Dans ce roman construit en quatre parties, qui portent chacune le prénom de celui qui évoque la disparue, tout à tour  Franck, Marie-Claude, Paul, puis Eva racontent, expliquent, tentent de comprendre.
Car avouons-le, cela nous parait carrĂ©ment impossible de s’évanouir dans la nature du jour au lendemain. Et pourtant… Eva exerce un travail Ă©tonnant, chaque jour elle doit rentrer des statistiques dans des tableaux impersonnels. Des statistiques ? Oui, mais pas n’importe lesquelles, car ce sont des morts qu’elle inventorie jour après jour, croix après croix, cas après cas, des morts sans nom et sans famille. Jusqu’au jour oĂą la mort d’un tout jeune enfant perturbe l’ordre Ă©tabli. Car Eva dĂ©cide de lui donner un prĂ©nom qui n’existera qu’entre elle et lui pour faire vivre Ă  ses cĂ´tĂ©s la mĂ©moire de l’enfant mort. Jusqu’au jour oĂą Eva n’accepte plus…

Alors chacun raconte la disparue, du patron à l’attitude malsaine à la collègue faussement  compatissante, puis à l’inconnu futur amant transi, chacun tente de comprendre pourquoi et surtout comment ils auraient pu, ou dû, voir ? Que s’est-il passé ? Et surtout pourquoi le silence, car alors, que penser de la relation tissée avec celle qui a fait désertion.

Un roman surprenant, incisif et désespéré, où les personnages se dévoilent peu à peu dans ce qu’ils ont de plus intime, cette part d’humanité ou de violence, de silence et de secrets, de solitude et d’incompréhension.

💙💙

Dans le mĂŞme esprit, la disparition d’un proche, lire  aussi le roman d’Emmanuelle GrangĂ© Son absence (68 premiers romans).


Catalogue éditeur : Stock

« Le premier jour d’absence il était descendu à l’heure du déjeuner pour l’attendre dans le parc, caché derrière l’arbre d’où il observait la sortie de ses subordonnés. Il avait ensuite vérifié les registres de la badgeuse. Aucune trace d’elle. » Un jour, Eva Silber disparaît volontairement. Pourquoi a-telle abandonné son métier, ses amis, son compagnon, sans aucune explication ? Tandis que, tour à tour, ses proches se souviennent, le fait divers glisse vers un récit inquiétant, un roman-enquête imprévisible à la recherche de la disparue.

Parution : 17/01/2018 / 160 pages / Format : 136 x 215 mm / EAN : 9782234084957 / Prix : 15.00 €

 

Un funambule. Alexandre Seurat

Étrange, oppressant, émouvant, déroutant, ce sont les mots qui me viennent après avoir refermé « Un funambule » le dernier roman d’Alexandre Seurat.

Domi_C_Lire_un_funambule_alexandre_seurat.jpg

Le funambule d’Alexandre Seurat est un personnage qui a perdu ses repères, un malade qui  tente de retrouver ses souvenirs d’enfance, surtout ceux qui l’ont rendu heureux. Car il s’en rend bien compte, la vie passe à côté de lui, comme ce quad sur la plage qui ne le voit même pas, cette boulangère qui ne le sert pas quand c’est son tour dans la file, elle ne le remarque même pas. Comme s’il était éternellement perdu, pour lui autant que pour les autres. Il écrit, mais ne veut pas être lu, il vit, mais en marge de la vie, terrorisé sans doute par cette normalité qui lui est inconnue.

Alors, les mots pour décrire les sentiments que je ressens à la lecture de ce roman sont divers.
Étrange, car ce jeune homme est un funambule qui se promène en marge de la vie, de la sienne comme de celle des autres sans arriver à se mettre à leur niveau, toujours en décalage, trop en haut, trop en bas, et surtout à côté, des gens, des choses, de la vie.
Oppressant, car il est malade, sans doute, incompris, certainement, malheureux, forcément, mais le lecteur est si démuni en le découvrant au fil des pages qu’un sentiment d’étrangeté et d’incompréhension domine cette lecture.
Émouvant, car on le comprend vite, Solenne l’a quitté, sa mère en a peur, son père ne lui parle par, sa sœur le regarde comme un extra-terrestre, il ne trouve pas sa place dans ce monde qui l’entoure.
Déroutant, car on le découvre au bord du vide, en équilibre, dans une bulle, seul, et pourtant l’impression est sous-jacente et nous laisse entrevoir que le monde pourrait l’intéresser, qu’il voudrait s’y inclure, qu’il attend on ne sait quoi.

J’avais beaucoup aimé l’écriture de La maladroite ce roman terriblement émouvant au sujet si difficile que j’avais attendu des semaines avant de trouver le courage de le lire. Je retrouve ici cette écriture hors du temps et des conventions. Phrases courtes, sentiment de solitude, étrangeté, qui passent si bien à travers les mots et les phrases d’Alexandre Seurat. Mais pourtant, j’ai l’impression d’être un peu passée à côté tant la prise en compte du personnage, la maitrise du sujet, m’a déroutée.

💙💙


Catalogue éditeur : Le Rouergue

Un jeune homme est rĂ©fugiĂ© dans la maison de vacances de ses parents, en bord de mer. Cela ne « va » pas, tout l’engloutit, la pensĂ©e de sa mère, sa relation avortĂ©e Ă  la seule femme qu’il ait aimĂ©e, sa non-existence sociale. C’est un ĂŞtre effondrĂ©, un funambule qui marche au-dessus du vide. Alors qu’il retrouve les siens pour la fĂŞte des mères, il apprend qu’il doit se rendre avec son père Ă  un rendez-vous mĂ©dical dont il ne sait rien.

janvier 2018 / 96 pages / 12,00 € / ISBN 978-2-8126-1508-5

Imago. Cyril Dion

Imago, le roman de Cyril Dion interroge ses lecteurs sur le conflit israélo-palestinien. Comment vivre ses idéaux, fussent-ils ceux du terrorisme. Comment vivre sur une terre de conflit et s’épanouir, se transformer, se révéler à soi-même ?

Domi_C_Lire_imago_cyril_dion.jpgImago, c’est en Palestine, l’histoire de deux frères, Nadr le pacifiste et Khalil le révolté.
C’est aussi à Paris, Fernando Clerc. Cet homme étrange travaille au fonds, ce fonds qui aide et finance les pays en difficulté. Rapidement on comprend qu’il y a un lien entre ces trois-là mais que le destin les a définitivement séparés.
C’est aussi Amandine, cette femme qui s’est exilée dans la solitude. La mère de Nadr, la mère de Fernando, le père des trois…
Trois hommes jeunes, trois engagements différents pour  trouver une place dans un monde qui ne leur convient pas. Khalil veut faire le djihad et venir se faire exploser  à Paris, Nadr veut sauver son frère, qui malgré le fait qu’il le rejette, est sa famille. Fernando, on le comprend, a un problème avec la Palestine, et avec sa mère, mais quel est ce problème ?

Dans la première partie, Cyril Dion pose ses personnages, sous forme d’un roman choral qui perd un peu le lecteur, mais qui est une base indispensable pour la suite. De Gaza à Paris, de Marseille à l’Égypte, d’un personnage à l’autre, sans lien apparent.
Dans la deuxième partie, la densité des personnages prend corps, leurs volontés, leur passé,  les liens qui les lient entre eux, pour le pire d’avantage que pour le meilleur.

Un roman étonnant qui interroge sur le conflit israélo-palestinien, sur l’engagement que l’on peut souhaiter dans une action terroriste, sur deux visions d’un même monde, qu’il soit vécu de l’intérieur au Moyen-Orient ou depuis son bureau confortable loin du théâtre d’opérations en Europe, mais aussi sur la solitude, la famille et les liens du sang. Porté par une écriture descriptive, imagée, colorée, car malgré le sujet, chaleur, odeurs, couleurs, transpirent dans ce récit d’une intrigue familiale sur fond d’Histoire et d’humanité. On appréciera également le fait que l’un des frères soit féru d’écriture et de poésie, comme un rappel que culture et instruction sont aussi des moyens de sauver le monde.

Premier roman lu dans le cadre des 68 premiers romans.

💙💙


Catalogue éditeur : Actes Sud

Parce que son frère s’apprête à commettre en France l’irréparable, Nadr le pacifiste se lance à sa poursuite, quitte la Palestine, franchit les tunnels, passe en Égypte, débarque à Marseille puis suit la trace de Khalil jusqu’à Paris. Se révolter, s’interposer : deux manières d’affronter le même obstacle, se libérer de tout enfermement, accéder à soi-même, entrer en résilience contre le sentiment d’immobilité, d’incarcération, d’irrémédiable injustice.
Sous couvert de fiction, ce premier roman est celui d’un homme engagé pour un autre monde, une autre société – un engagement qui passe ici par l’imaginaire pour approcher encore davantage l’une des tragédies les plus durables du XXe siècle.

Août, 2017 / 11,5 x 21,7 / 224 pages / ISBN 978-2-330-08174-4 / prix indicatif : 19, 00€