Fugitive parce que reine. Violaine Huisman

Un premier roman qui a la force de l’amour et la puissance de la folie. « Fugitive parce que Reine » de Violaine Huisman est un roman à découvrir absolument !

Domi_C_Lire_fugitive_parce_que_reine.jpgLe jour de la chute du mur de Berlin est aussi le jour de la chute de la mère de Violaine, 10 ans. Ce jour-là, Catherine est emportée dans une camisole de force et l’image se brise. Finie la mère extravagante, superbe, excessive, elle devient simplement une femme maniacodépressive. La vérité va peu à peu apparaitre de la vie de cette femme splendide, séductrice et fantasque, hors des clous, en marge d’une société qui ne pourra jamais la comprendre, mais qui sera à jamais adulée par ses filles.

Catherine porte en elle les plaies ouvertes de son enfance. Suite à un mariage qu’elle n’a pas voulu, Jacqueline, sa mère, n’acceptera jamais cette enfant qu’elle rejette et dépose comme un fardeau encombrant pendant quatre longues années à l’hôpital Necker. Pourtant, Catherine est belle, intelligente, impulsive et vive, mais aucune de ses qualités ne lui permettra jamais de gagner l’amour de sa mère.

Toute sa vie, elle noiera ses difficultés à vivre dans l’alcool, les cigarettes, les médicaments. Elle qui se brisera les pieds à danser et danser encore, pauvre ballerine bancale avec une jambe plus courte que l’autre qui la handicape, avec acharnement et constance elle montera avec succès une école de danse dans le sud. Elle qui conduit comme une folle, à contre sens ou sur les trottoirs, prenant tous les risque y compris quand ses filles sont dans la voiture, aura colères et élans d’amour envers ses filles adorées. Elle qui accumule et collectionne maris, amants, ou amantes, aimera pourtant d’un amour fou le père de ses filles, qui chaque jour sera présent malgré la rupture. Catherine et son langage de charretier, y compris envers ses filles, Catherine et ses manières de grande bourgeoise bien installée dans les codes de la haute société, Catherine et son amour inconditionnel pour ses filles qu’elle traite pourtant si souvent à la dure. Catherine femme, amante, mère, excessive et entière en tout, y compris dans la maladie.

Construit en trois parties, le roman explore les sentiments de Violaine, auteur et narratrice, l’amour fou qui cimente la vie de cette mère et ses deux filles, l’amour toujours entre les deux sœurs, quand l’une ne peut pas dormir sans tenir la main de l’autre. Puis la vie de Catherine, ses émotions, ses tentatives de vivre normalement, ses désespoirs et ses échecs qui la rendent encore plus émouvante à nos yeux de lecteurs. Enfin, la fin annoncée de celle que ses filles adulent et respectent, ayant à son égard des sentiments plus maternels que filiaux.

Fugitive, elle l’est cette femme, face à cette vie qui ne la comprend pas, Reine aussi,  pour ses filles et tous ceux qui l’aiment d’un amour inconditionnel, au-delà de la maladie et de la folie. Wouhaou, quelle puissance, quelle écriture ! Que d’émotions ressenties à la lecture de Fugitive, parce que reine, cette biographie romancée. Il se dégage une force de ce premier roman qui vous laisse un peu pantois. L’ écriture est vraiment étonnante, emplie de poésie et de violence, d’amour et de souffrance, l’auteur arrive à retranscrire avec justesse et en usant de degrés de langage très différents des sentiments antinomiques, la folie et l’amour, la solitude et le bonheur, la vie en somme.

💙💙💙💙💙

Lire également la chronique de Virginie du blog Les lectures du mouton


Catalogue éditeur : Gallimard

 « Maman était une force de la nature et elle avait une patience très limitée pour les jérémiades de gamines douillettes. Nos plaies, elle les désinfectait à l’alcool à 90 °, le Mercurochrome apparemment était pour les enfants gâtés. Et puis il y avait l’éther, dans ce flacon d’un bleu céruléen comme la sphère vespérale. Cette couleur était la sienne, cette profondeur du bleu sombre où se perd le coup de poing lancé contre Dieu.»

Ce premier roman raconte l’amour inconditionnel liant une mère à ses filles, malgré ses fêlures et sa défaillance. Mais l’écriture poétique et sulfureuse de Violaine Huisman porte aussi la voix déchirante d’une femme, une femme avant tout, qui n’a jamais cessé d’affirmer son droit à une vie rêvée, à la liberté.

Collection Blanche, Gallimard / Parution : 11-01-2018 / 256 pages, 140 x 205 mm / Époque : XXIe siècle / ISBN : 9782072765629

Publicités

Ma reine. Jean-Baptiste Andrea

Dans son premier roman, Jean-Baptiste Andrea nous fait entrer avec beaucoup d’émotion au cœur de son histoire. « Ma reine » parle de différence et de confiance.

Domi_C_Lire_ma_reine_jeanbaptiste_andrea.jpg

Au-delà de ces différences, quand la vie vous rejette et que l’amour absolu vous tombe dessus par hasard, alors qu’importe que vous soyez un petit garçon de 12 ans, puisque c’est une reine qui vous emporte.

En 1965, Shell est un jeune garçon de 12 ans qui vit avec des parents âgés dans une vallée de haute-Provence. L’école, ce n’est pas pour lui car, c’est une évidence, il est bien trop différent des autres, comme décalé, hors du temps.

A la station-service, entre deux catastrophes, il sert l’essence comme un vrai champion et il en est très fier. Apprendre n’a pas été chose facile pour lui, mais il y arrive, et le blouson marqué Shell dans le dos qu’il porte avec beaucoup de fierté est la preuve de cette réussite et de la confiance de ses parents. Un jour pourtant il manque mettre le feu à la garrigue. Cette bêtise plus dangereuse que les autres décourage ses parents qui décident de l’envoyer dans une institution spécialisée.

En silence, Shell se rebelle et décide de partir à la guerre pour prouver à sa sœur et à ses parents que lui aussi sait faire des choses extraordinaires. Il prépare son sac et s’engage de nuit dans la montagne au-dessus de cette station-service qui est tout son univers depuis sa naissance. Il part à l’aventure quelques centaines de mètres plus haut. Pourtant, faire la guerre n’est pas chose simple, ni savoir où la faire, caché dans sa montagne Shell attend, se terre et dépérit peu à peu.

Jusqu’au jour où il rencontre Viviane, une jeune fille incroyable, aux yeux si expressifs, au visage si fin et à l’existence si mystérieuse, à la fois fantasque  et inattendue, c’est une reine en son royaume. Entre ces deux enfants si différents, une relation singulière s’instaure peu à peu sur un mode irréel, mi conte, mi féerie, car sa reine vient d’on ne sait où et apparait quand elle le décide. Cette relation devient alors la raison de vivre de Shell. Pourtant Shell est différent, il le sait, et cette différence est aussi sa grande force pour répondre aux difficultés de la vie.

Mais comme certains le disent, les histoires d’amour finissent mal en général, et les contes ne finissent pas toujours non plus avec un mariage entre les princesses et les princes charmants. Jean-Baptiste Andrea signe là un roman surprenant, qui nous parle de différence avec beaucoup d’émotion. Et ce même s’il utilise pour ce faire les ressorts du rêve et du surnaturel à travers une relation intemporelle, un amour fou et absolu. Cette difficulté de vivre touchante et émouvante et les personnages auxquels on s’attache font de Ma reine un roman dont on se souvient.

💙💙💙


Catalogue éditeur : L’iconoclaste

Un conte initiatique où tout est vrai, tout est rêve, tout est roman.

Shell n’est pas un enfant comme les autres. Il vit seul avec ses parents dans une station-service. Après avoir manqué mettre le feu à la garrigue, ses parents décident de le placer dans un institut. Mais Shell préfère partir faire la guerre, pour leur prouver qu’il n’est plus un enfant. Il monte le chemin en Z derrière la station. Arrivé sur le plateau derrière chez lui, la guerre n’est pas là. Seuls se déploient le silence et les odeurs de maquis. Et une fille, comme un souffle, qui apparaît devant lui. Avec elle, tout s’invente et l’impossible devient vrai.

Jean-Baptiste Andrea livre ici son premier roman. Ode à la liberté, à l’imaginaire, et à la différence, Ma reine est un texte à hauteur d’enfants. L’auteur y campe des personnages cabossés, ou plutôt des êtres en parfaite harmonie avec un monde où les valeurs sont inversées et signe récit pictural aux images justes et fulgurantes qui nous immerge en Provence, un été 1965.

240 pages / 17,00 € / ISBN : 1095438409

Mademoiselle, à la folie. Pascale Lécosse

« J’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien»… Après une vie bien remplie, la lente descente dans l’oubli par la maladie d’Alzheimer dans « Mademoiselle, à la folie » le premier roman de Pascale Lécosse.

Domi_C_Lire_mademoiselle_a_la_folie.jpgMademoiselle, c’est Catherine Delcour, 48 ans, comédienne fantasque et talentueuse. Elle va être décorée sous peu de la légion d’honneur par le président de la République, une reconnaissance de son succès et de sa carrière déjà bien remplie.

Mais Catherine préfère que ce soit par le ministre de la culture Jean Rivière, son amant depuis si  longtemps qui lui remette sa décoration. Mais qui est cet homme près d’elle ? Catherine cherche Jean.
Mais Catherine ne sait plus, ou parfois se souvient par bribes, car où est passé son sautoir de perle qu’elle aime tant.
Mais peu à peu Catherine à la mémoire qui flanche.

Mina Flammand, sa fidèle secrétaire et assistante depuis tant d’années est là pour l’accompagner, pour l’aider, sans vouloir voir réellement que la maladie est là, insidieuse. Jusqu’au moment où le spécialiste confirme que la maladie est irréversible, et que ce qui fait le sel de la vie, les souvenirs, s’en va peu à peu de façon inéluctable.

Difficile chemin de ceux qui souffrent de cette maladie, Alzheimer ou d’autres formes de sénilité aux symptômes quasi identiques, et qui oublient peu à peu, mais qui ont également conscience de leur état. Car qui est-on et que reste-t-il d’une vie si l’on ne se souvient plus de rien ? Difficile chemin d’accompagnement également pour ceux qui marchent à côté des malades, les soutiennent dans leur souffrance et leur oubli.
En peu de pages, et avec un parti pris plutôt gai qui pourtant ne choque pas, Pascale Lécosse fait passer émotions, douleurs, incertitudes et chagrins, et bouleverse son lecteur. Ceux qui ont connu des proches plonger dans cette maladie se reconnaitront sans doute, mais pour tous, l’émotion à la lecture de ce premier roman à l’écriture prometteuse est évidente.

💙💙💙


Catalogue éditeur : éditions de La Martinière

Catherine danse au sommet de sa vie. Fantasque et admirée, elle a embrassé les acteurs les plus séduisants, joué dans les plus grands films. Elle aime les autres éperdument et distraitement. Jean, son amant éternel, ministre dûment marié. Mina, son assistante, sa confidente, sa meilleure amie. Mina qui ne lui passe rien, Mina qui lui permet tout.
Pourtant, un jour, les coupes de champagne à onze heures du matin, les coups de tête irrésistibles : même Catherine n’y comprend plus rien. Tout va trop vite, tout s’embrouille. Mina fera tout pour protéger Catherine de la maladie qui ne dit pas son nom.
Car Mademoiselle veut jouer son rôle jusqu’au bout. Un peu, beaucoup, à la folie.

130 x 205 mm / 128 pages / 17 aout 2017 / 9782732484532 / 14 €

Son absence. Emmanuelle Grangé

Avec « Son absence » Emmanuelle Grangé tire doucement le fil de la mémoire familiale, pour retrouver les manques et combler les vides. Un roman découvert dans la sélection de septembre 2017 par les 68 premiers romans.

Domi_C_Lire_son_absence.jpgAndré Munch est un père et un époux fort peu sympathique. Méchant avec ses enfants, avec sa femme, il reporte tout son amour à ses bonzaïs qui envahissent peu à peu toutes les surfaces planes de l’appartement familial.
Un jour, le fils, François Munch, disparait. Son père, ses frères et sœurs, tous ont reçu un courrier identique leur disant qu’il partait loin, qu’il ne reviendrait pas et qu’il ne fallait pas le rechercher… Il y a maintenant 20 ans, et toute la famille se retrouve au tribunal pour constater l’absence, incompréhensible mais définitive.

Alors chacun se souvient de François, des derniers moments passés avec ce frère qui n’a rien dévoilé, et s’interroge. Forcément, fort de ces souvenirs si intimes avec l’absent, chacun aura ses propres questionnements et sa version de ce départ, de cette vie sans eux. Qu’auraient-ils dû comprendre, qu’auraient-ils dû sentir, à côté de quels signes sont-ils passés sans même s’en rendre compte ? Car l’absence est là, elle pèse sur leurs vies, et pour chacun différemment. L’absence et le manque, celui de tous ces moments à vivre avec, ou le manque de ces moments, de cet amour, qu’on n’a pas su échanger, montrer, savourer ?

Et tous, inlassablement, se posent cette question lancinante : pourquoi, pourquoi est-il parti ? Pourtant, depuis, tous à leur façon ont vécu ces années sans l’absent, continué à respirer l’air qu’ils avaient respiré ensemble, à aimer le ciel et la mer qu’ils avaient aimé ensemble. Et si c’était ça aussi la résilience, continuer à vivre ?

Un roman sur l’absence, sur le silence, sur l’incompréhension que peut provoquer dans une famille le départ inexpliqué d’un proche. Et quand le disparu s’est évanoui dans la nature, comment faire son deuil, accepter, comprendre pour avancer. Un premier roman intéressant, qui interroge peut-être parfois en surface, mais qui a le mérite de poser des questions sur les apparences, les familles qui semblent unies mais où la parole n’est pas toujours libérée, ou l’entente n’est peut-être que de façade.

💙💙💙


Catalogue éditeur : Arléa

Comme c’est puissant et inflexible, une famille ! C’est tranquille comme un corps, comme un organe qui bouge à peine, qui respire rêveusement jusqu’au moment des périls, mais c’est plein de secrets, de ripostes latentes, d’une fureur et d’une rapidité biologiques, comme une anémone de mer au fond d’un pli de granit…
Cette phrase de Paul Nizan tirée de son roman La conspiration pourrait servir d’exergue à ce beau premier roman d’Emmanuelle Grangé.

En 1995, un jeune homme, François Munch, disparaît sans motif apparent. Il envoie une carte postale laconique à sa famille, il y annonce son départ définitif. Ses parents, ses frères et sœurs pensent alors à une fugue, une folie passagère. François ne réapparaîtra pas.
Sans plus de nouvelles du fugitif, la famille se rend au tribunal vingt ans après, délai légal, pour y signer la « déclaration d’absence » en vue de protéger ses intérêts et son patrimoine. Lire la suite…

Collection : 1er Mille / août 2017 / 152 pages / 17 € / Dimensions : 13 x 19 cm / ISBN : 9782363081421

Imago. Cyril Dion

Imago, le roman de Cyril Dion interroge ses lecteurs sur le conflit israélo-palestinien. Comment vivre ses idéaux, fussent-ils ceux du terrorisme. Comment vivre sur une terre de conflit et s’épanouir, se transformer, se révéler à soi-même ?

Domi_C_Lire_imago_cyril_dion.jpgImago, c’est en Palestine, l’histoire de deux frères, Nadr le pacifiste et Khalil le révolté.
C’est aussi à Paris, Fernando Clerc. Cet homme étrange travaille au fonds, ce fonds qui aide et finance les pays en difficulté. Rapidement on comprend qu’il y a un lien entre ces trois-là mais que le destin les a définitivement séparés.
C’est aussi Amandine, cette femme qui s’est exilée dans la solitude. La mère de Nadr, la mère de Fernando, le père des trois…
Trois hommes jeunes, trois engagements différents pour  trouver une place dans un monde qui ne leur convient pas. Khalil veut faire le djihad et venir se faire exploser  à Paris, Nadr veut sauver son frère, qui malgré le fait qu’il le rejette, est sa famille. Fernando, on le comprend, a un problème avec la Palestine, et avec sa mère, mais quel est ce problème ?

Dans la première partie, Cyril Dion pose ses personnages, sous forme d’un roman choral qui perd un peu le lecteur, mais qui est une base indispensable pour la suite. De Gaza à Paris, de Marseille à l’Égypte, d’un personnage à l’autre, sans lien apparent.
Dans la deuxième partie, la densité des personnages prend corps, leurs volontés, leur passé,  les liens qui les lient entre eux, pour le pire d’avantage que pour le meilleur.

Un roman étonnant qui interroge sur le conflit israélo-palestinien, sur l’engagement que l’on peut souhaiter dans une action terroriste, sur deux visions d’un même monde, qu’il soit vécu de l’intérieur au Moyen-Orient ou depuis son bureau confortable loin du théâtre d’opérations en Europe, mais aussi sur la solitude, la famille et les liens du sang. Porté par une belle écriture descriptive, imagée, colorée, car malgré le sujet, chaleur, odeurs, couleurs, transpirent dans ce récit d’une intrigue familiale sur fond d’Histoire et d’humanité. On appréciera également le fait que l’un des frères soit féru d’écriture et de poésie, comme un rappel que culture et instruction sont aussi des moyens de sauver le monde.

Premier roman lu dans le cadre des 68 premiers romans.


Catalogue éditeur : Actes Sud

Parce que son frère s’apprête à commettre en France l’irréparable, Nadr le pacifiste se lance à sa poursuite, quitte la Palestine, franchit les tunnels, passe en Égypte, débarque à Marseille puis suit la trace de Khalil jusqu’à Paris. Se révolter, s’interposer : deux manières d’affronter le même obstacle, se libérer de tout enfermement, accéder à soi-même, entrer en résilience contre le sentiment d’immobilité, d’incarcération, d’irrémédiable injustice.
Sous couvert de fiction, ce premier roman est celui d’un homme engagé pour un autre monde, une autre société – un engagement qui passe ici par l’imaginaire pour approcher encore davantage l’une des tragédies les plus durables du XXe siècle.

Août, 2017 / 11,5 x 21,7 / 224 pages / ISBN 978-2-330-08174-4 / prix indicatif : 19, 00€

Il n’y a pas internet au paradis. Gaëlle Pingault

« Il n’y a pas internet au paradis » mais il y a peut-être ceux qui partent trop tôt, chronique d’après … un suicide annoncé, par Gaëlle Pingault.

Domi_C_Lire_il-n-y-a-pas-Internet-au-paradisComment réagir après une tragédie, et peut-on l’accepter quand celui qui partage votre vie vient de commettre un acte irrémédiable, ne vous laissant aucun indice pour comprendre son geste ?

C’est ce que vient de vivre Aliénor. Mariée à Alex depuis quelques années, et alors que leur couple rêvait d’enfants et de mise au vert à la campagne, cette jeune femme a vu celui-ci s’enliser inexorablement dans une spirale de dépression et de perte de confiance. Et ce à la suite de l’arrivée d’un nouveau chef tout disposé à appliquer les règles de harcèlement systématique, celles qui font partir les salariées de l’entreprise à coup sûr, et même comme certains auraient pu le dire « par la porte ou par la fenêtre »… Car les méthodes appliquées par le boss sont promptes à isoler les personnes qu’il faut faire partir, à les placer en situation de perte de confiance en soi.

Les conséquences sur la vie du couple, sournoises, ont sapé leur relation au point qu’Alex n’a pu confier son mal-être à personne, pas même à sa femme … La seule issue de secours pour cet homme qui pourtant maitrisait sa fonction depuis de longues années et dont les capacités n’étaient plus à prouver est de se suicider au vu de tous.

La question qui se pose alors pour Aliénor est de savoir si elle aurait pu comprendre que la situation était tragique au point qu’Alex souhaite perdre la vie. Mais Aliénor le comprend vite, la culpabilité et le chagrin sont mauvais conseillers, aussi va-t-elle user d’armes plus sournoises pour « faire payer » à sa façon ces managers qui n’ont eu aucune pitié ni aucune humanité envers son mari et sans doute envers certains de ses collègues. Seul moyen pour elle de continuer sa route, sans Alex, sans remords ni regrets. Elle se confronte à cette occasion à toutes sortes de sentiments contradictoires de la part des témoins potentiels de la descente aux enfers de son mari, ceux qui ont tenté de… , ceux qui auraient pu…, ceux qui ont respiré  de savoir que ce n’était pas leur tour…, ceux qui n’ont pas osé aider, par peur de…

Voilà un roman qui pose quelques interrogations sur le management, les méthodes de travail où les hommes ne sont plus que des variables d’ajustement, simples ETP (équivalents temps plein) que l’on peut jeter à la demande, sur l’isolement de plus en plus criant dans les entreprises, mais aussi sur la solidarité, le soutien qui savent parfois s’instaurer au cœur de ces situations. Quel est le prix à payer pour avoir la conscience tranquille, ou celui que l’on peut accepter pour reprendre sa route ? La façon de traiter le problème du harcèlement, mais aussi celle d’aborder le suicide et la culpabilité de ceux qui restent, et enfin la résilience, sont particulièrement bien maitrisées, un premier roman prometteur !

Autre vision de celui qui reste, et de l’incompréhension après le suicide, l’excellent roman de Marie Laberge Ceux qui restent, autre vision du harcèlement moral en entreprise le roman de Stéphanie Dupays. Brillante.


Catalogue éditeur : Editions du Jasmin

Gentiment bourgeois bohèmes sans être tout à fait dupes, Alex et Aliénor s’aiment, envisagent de faire un enfant ou deux, et de se déconnecter d’un monde qui va trop vite. Mais la Grande Entreprise en a décidé autrement. À coups de réorganisations, elle consomme de l’être humain comme une machine du carburant : sans états d’âme.
Entre chagrin et souvenirs, la colère d’Aliénor monte contre l’entreprise, mais aussi contre Alex, à qui son amour n’a pas suffi pour continuer à vivre. Et puis le deuil se fait, Aliénor commence une existence nouvelle, un peu hésitante, avec une seule certitude : face à l’adversaire, il ne faut pas plier.
Sans rien masquer de la souffrance de son personnage, l’écriture enlevée, touchante et drôle de Gaëlle Pingault réussit à tenir à distance la cruauté des entités déshumanisées pour laisser à l’individu toute la place, car en continuant à chercher son paradis sur cette Terre et dans cette vie, il est le seul grain de sable capable de gripper la machine.

ISBN: 978-2-35284-220-0 / format: 15×19 – 224 pages / 19,90 € /  Date de parution : 03/09/2017

Le courage qu’il faut aux rivières. Emmanuelle Favier

Lire « Le courage qu’il faut aux rivières » d’Emmanuelle Favier, c’est embarquer dans un espace-temps inconnu mais toucher à l’intime et à la féminité avec beaucoup de poésie.

DomiCLire_le_courage_qu_il_faut_au_rivieres_emmanuelle_favier.jpg

Dans un village des Balkans, Manushe a renoncé à sa vie de femme, elle est devenue une « vierge jurée » et cela lui donne un statut d’indépendance et une vie qu’elle n’aurait jamais pu avoir si elle était restée une femme seule. Mais à quel prix ! Car elle a dû renoncer à la vie de couple, aux enfants, à sa féminité, pour vivre dans cette solitude choisie à un moment précis de sa vie – lorsque le mariage allait lui être imposé avec un vieillard dont elle ne voulait pas – mais qui est sans doute difficile à supporter à mesure que les années passent.

Un jour arrive au village Adrian, un homme jeune, secret, dont la force, le magnétisme et la fragilité apparente la fascinent et la séduisent sans qu’elle ait le droit de céder à cette tentation, elle qui a juré de rester vierge et de se comporter en homme. Une relation va se tisser, tous deux vont réussir à tirer plaisir d’instants volés, liant leurs solitudes dans des songeries, des marches silencieuses au bord d’un lac, mais c’est une relation qui va éveiller à la sensualité, à l’amour peut-être, cette femme qui y avait renoncé.

Emmanuelle Favier nous offre un récit sensible qui interroge sur l’enfance, le genre, la féminité et la relation amoureuse, les relations, surtout les relations de dépendance entre homme et femme mais également sur le poids et la force des traditions, l’oppression envers les femmes en particulier. Étrange tradition que ces vierges jurées, que l’on retrouve encore aujourd’hui au nord de l’Albanie. Un peu comme ces files qui s’habillent en garçons en Afghanistan pour aider leurs familles, pour travailler, sortir faire les courses, mais pour elles, jusqu’à leur puberté (on se souvient par exemple du roman La perle et la coquille).

Il m’a peut-être manqué un petit quelque chose pour m’emporter dans l’âme de ses personnages. L’auteur privilégie la vie d’Adrian, nous faisant rencontrer Gisela, prostitué au grand cœur qu’il a rencontré à la grande ville, ville dont l’idée même terrorise ces habitants des bois et des campagnes. Peut-être aurais-je aimé mieux connaître Manushe, et sans doute Dirina, cette jeune fille en mal de repère et en recherche d‘identité dont on comprend vite d’où elle vient, et que l’on aurait envie de suivre un peu plus.

Mais je me suis laissée porter par les mots, car il y a une réelle poésie dans ces pages, dans les descriptions magnifiques des animaux, de la nature, et dans la dualité des sentiments, quel choix faire entre le respect des traditions et de la promesse donné, ou devenir soi-même ? Et surtout, l’auteur a réussi à nous placer dans un  espace-temps hors du temps justement, car nous sommes certainement en Albanie (elle en parle dans ses « précisions »), dans les Balkans, mais à quelle époque ? Le présent, le passé ? Rien ne transpire, nous sommes ailleurs.

 


Catalogue éditeur : Albin-Michel

Elles ont fait le serment de renoncer à leur condition de femme. En contrepartie, elles ont acquis les droits que la tradition réserve depuis toujours aux hommes : travailler, posséder, décider. Manushe est l’une de ces « vierges jurées » : dans le village des Balkans où elle vit, elle est respectée par toute la communauté… Lire la suite

Édition brochée 17.00 €  / 23 Août 2017 / 224 pages / EAN13 : 9782226400192