La goûteuse d’Hitler, Rosella Postorino

Une évocation plus romanesque qu’historique du sort peu enviable de jeunes femmes au service du Führer

A Berlin, Rosa Sauer a épousé Gregor, son chef de service. Ils vivent correctement dans leur appartement, et leur travail leur apporte une relative aisance. Mais lorsque la guerre éclate, Gregor s’engage au service de sa patrie en délaissant Rosa qui n’a même pas eu le temps de vivre ni d’enfanter, pour aller se battre sur le front de l’est.

Restée seule, elle partage l’appartement de sa mère qui décède sous les bombes. Son père est heureusement déjà mort (si l’on peut dire) car cet homme-là n’a jamais accepté le nazisme, c’est risqué dans l’Allemagne de 1943. Réfugiée chez ses beaux-parents à Gross-Partsch, en Prusse-Orientale, près de la tanière du führer, Rosa est désignée avec neuf autres jeunes femmes pour aller goûter chaque jour la nourriture destinée à Hitler.

Elles sont jeunes, filles ou mère, célibataire ou mariée avec un homme parti au front, et sont soumises sans ménagement à cette tâche quotidienne et angoissante. Elles ne se connaissent pas, mais les relations sont difficiles, car la confiance, le partage ou l’amitié ne sont pas des notions aisément partageables en temps de guerre.

Qui sont Leni, Elfriede, Augustine, Béate et les autres dans cet univers délétère où chaque geste est épié par les SS, ou chaque bouchée avalée est un pari sur la vie, et dans une région où il est si difficile de se nourrir, une véritable bénédiction tant que l’on ne veut pas voir que c’est surtout un pari sur sa propre mort.

Ce que j’ai aimé ?

Malgré certaines incohérences (l’histoire entre Rosa et l’officier, la propagande végétarienne acceptée sans discussion) j’ai aimé découvrir le quotidien de ces femmes allemandes, leurs peurs, leurs espoirs, leur lassitude et leur force. L’ambiance, la tension, les mensonges, les relations hommes femmes, soumises, dépendantes, fortes aussi, le rejet du nazisme ou le silence, le sentiment de culpabilité ou le manque de volonté de savoir ce qui se passait réellement dans le pays semblent assez plausibles.

Comme dit l’auteur dans une interview « La vie de Margot Wölk était remplie de contradictions. Elle ne croyait ni en Hitler ni au régime nazi, pourtant elle a risqué sa vie pour eux ». Si le roman est basé sur cette histoire vraie, j’aurais malgré tout aimé en savoir d’avantage sur la réalité historique de ces goûteuses, peut-être par des informations plus poussées en fin de roman.

Roman lu dans le cadre de ma participation au Jury du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2020

Catalogue éditeur : Le Livre de Poche et Albin-Michel

1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisée à l’idée que l’on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Quand les S.S. lui ordonnent de porter une cuillerée à sa bouche, Rosa s’exécute, la peur au ventre : chaque bouchée est peut-être la dernière. Mais elle doit affronter une autre guerre entre les murs de ce réfectoire : considérée comme « l’étrangère », Rosa, qui vient de Berlin, est en butte à l’hostilité des autres goûteuses. Pourtant, la réalité est la même pour toutes : consentir à leur rôle, c’est à la fois vouloir survivre et accepter l’idée de mourir.
Inspiré de l’histoire vraie de Margot Wölk, La Goûteuse d’Hitler a été couronné en Italie par le prestigieux prix Campiello.

Livre de Poche : 384 pages / Parution : 25/03/2020 / Prix : 7,90€ / EAN : 9782253262237
Albin-Michel : 400 pages / Parution : 2/01/2019 / Prix : 22.00 € /EAN13 : 9782226401854

Le vieux Pays, Jean-Pierre Rumeau

Le vieux Pays de Jean-Pierre Rumeau, c’est un polar, mais pas seulement, une histoire d’amour, mais pas tout le temps, un roman à suspense qui emporte son lecteur, oui certainement !

Domi_C_Lire_le_vieux_pays.jpgLe Vieux Pays, c’est une partie de cette zone vouée à la démolition lorsqu’à la fin des années 60 on décide d’y construire l’aéroport de Roissy Charles de Gaule. A Goussainville, et au vieux pays, il reste quelques terrains vagues, mais surtout une église et un cimetière entourés de quelques maisons murées. Car c’est ce qui a sauvé le village moribond, une église  monument historique répertorié qui sera maintenue par la volonté d’un obscur mais opiniâtre architecte des bâtiments de France.

De fait, après quelques années, squatteurs et habitants ont de nouveau investi les lieux et l’un des plus emblématiques est certainement Pasdeloup Meunier. Issu d’une famille aisée, Pasdeloup a perdu sa mère adorée très jeune, c’est un écorché vif qui a sévi longtemps sur les théâtres d’opérations extérieures risquant sa vie comme démineur, l’un des meilleurs. C’est un homme qui fascine, avec ses yeux vairons qui intriguent et lui donnent un mystère que tous cherchent à percer.

On le verra, un autre événement particulièrement douloureux va transformer son existence. Aussi, lorsque Pasdeloup vient se poser dans Le Vieux Pays – s’enterrer on pourrait dire, car quel homme sain d’esprit irait sciemment vivre là ? – c’est pour y rester tranquille, secondé par Maria qui vient chaque jour pour le ménage, ses voisins les bouquinistes, et sa vie tpaisible à restaurer l’église du village fantôme. Il règne en maître sur le Vieux pays et son mauvais caractère éloigne les intrus. Un mystère pèse sur les raisons de sa vie dans cet étrange village, mystère que l’on découvre au fil des pages et des flash-back, de l’enfance au métier de démineur, du présent à l’adolescence, des amis perdus aux jeunes à sauver.

Jusqu’au jour où il croise Antoine, un jeune métis qui manque se tuer en plongeant du haut d’un pont. Pasdeloup décide de le prendre sous sa coupe et de l’aider. Mais au Vieux Pays, il y a aussi les dealers du coin, et Abdel, le féroce, l’ennemi. Il y a aussi Nuri, qui s’entraine chaque jour à des sports de combat et dont le comportement étrange interroge et intrigue, lui qui est accompagné d’une étrange mère voilée. Bien évidemment, ces destins qui se croisent ont des répercussions les uns avec les autres, et tout le talent de l’auteur et de nous les dévoiler au fil de son intrigue.

Car Le Vieux Pays, ce sont aussi des rencontres et des amours, des âmes déchirées et des espoirs de jours meilleurs, une lutte sans merci contre le terrorisme et la haine, quels que soient  le lieu et l’époque, un village à repeupler avec beaucoup d’énergie et peu de moyens, des amis qui font preuve d’humanité dans les heures les plus sombres – je pense en particulier au père de Pasdeloup et à son ami de toujours, Wolfgang – et l’auteur nous entraine de l’Allemagne nazie aux kibboutz d’Israël, des missions des forces spéciales aux entrainements des jeunes de banlieue, du terrorisme aux guerres des citées, de la solitude à l’amour, de la vie à la mort…

J’ai aimé ce roman, qui passe d’une époque à l’autre, nous emporte et nous perd tout en nous faisant garder le fil de l’intrigue et nous attacher à ce bien étrange Pasdeloup…Ah, et si vous voulez connaître l’origine de son prénom, courrez vite lire Le Vieux Pays, et vous comprendrez !

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Albin-Michel

« J’ai trouvé ici un cercueil inhabité, le couvercle grand ouvert, et je m’y suis installé. Il y avait peu d’êtres vivants dans le voisinage, le lieu était selon mon cœur, inimaginable pour le commun des mortels. J’y ai créé un vieux pays qui n’appartient qu’à moi, avec mon passé, ma loi et mes frontières, avec mon cimetière et mes souterrains… Lire la suite

Édition brochée / 19.50 € / 28 Février 2018 / 155mm x 225mm / EAN13 : 9782226399021

L’ordre du jour. Eric Vuillard

Découvrir le roman d’Éric Vuillard « L’ordre du jour » Prix Goncourt 2017. Alors qu’on se méfie parfois du choix de ce prix prestigieux, céder aux conseils avisés des lecteurs et une fois de plus apprécier cet auteur.

Domi_C_Lire_l_ordre_du_jour_eric_vuillard.jpgLe 20 février 1933, Goering s’adresse à 24 des plus grands industriels et banquiers d’Allemagne, convoqués pour un ordre du jour étonnant : financer les projets du chancelier Hitler, le soutenir pour qu’il gagne les élections qui lui permettront de prendre le pouvoir… et par là même fermer les yeux sur ses projets d’annexions des principaux pays d’Europe, à savoir l’Autriche puis pourquoi pas le reste de l’Europe.

Car lorsque Hitler demande à Goering  de convoquer les plus grandes familles des industriels, banquiers ou assureurs, c’est à la fois pour leur soutirer les deutschemark qui financeront la folie du chancelier, mais également pour les rendre redevables à son égard. Et si ces familles, les Krupp, Siemens, Telefunken, Bayer, Opel, IG Farben, et autres BASF règnent encore aujourd’hui c’est bien grâce à leur compromission et leur aveuglement face à la suprématie meurtrière des nazis.

L’auteur nous régale des détails et des accommodements, des marchandages et des transactions qui mèneront à l’annexion de l’Autriche sans qu’aucun pays voisin, ni même l’Autriche elle-même ne se rebelle, et cela juste parce que Hitler l’a décidé ! Dès 1938, soutenu par les nazis autrichiens qu’il avait pris soin de mettre en place, Hitler obtient un accord du chancelier, puis le remplace par un Arthur Seyss-Inquart entièrement à sa botte. L’annexion de l’Autriche n’est plus qu’une question d’heures. Le parti nazi autrichien fait son coup d’état et Hitler réussi l’Anschluss dans le calme, nous sommes au printemps de 1938.

Le lecteur assiste alors à une évocation absolument surréaliste de cet épisode (ah, les Panzer, ces machines de guerre irréprochables) qui serait particulièrement risible si les conséquences n’en avaient pas été aussi tragiques. Et pendant ce temps, français et britanniques ferment les yeux, abusés par les discours légers de l’ambassadeur d’Allemagne. On a presque du mal à y croire, et pourtant !

L’écriture est superbe en particulier par ces détails à priori anodins mais qui font tout le sel des échanges, des conciliations, des lâchetés qui ont eu lieu à plus haut niveau, y compris dans le domaine de la diplomatie. Chacun tente de sortir son épingle du jeu, tout comme ces industriels qui ayant commencé par payer, ne pourront que poursuivre dans la compromission et le silence, et qui en sortiront les grands vainqueurs même après la défaite. Car de quoi a-ton besoin lorsqu’il est question de reconstruire un pays si ce n’est de ceux qui produisent et qui emploient, de ces forces vives qui sont prêtes à relever le défi pour le bien de la nation.

Mais alors, de quoi sont-ils coupables, d’entente avec le diable ou de lâcheté ? D’ignorance ou d’avoir fait silence ? D’avoir choisi leur profit ou d’aveuglement ? Quel étonnant roman-récit, qui en peu de pages, peu de mots au final, évoque sans en avoir l’air un pan entier des prémices de la seconde guerre mondiale. Mais aussi les aveuglements, les illusions, de bien des grands de ce monde, et qui au final n’auront pas payé aussi cher que la plupart des peuples qu’ils n’auront pas su protéger. Eric Vuillard nous a habitué à ces contrepieds à l’histoire, avec 14 juillet par exemple, où il faisait parler les oubliés, les sans grade. Ou en contant l’Histoire par son côté plus obscur comme dans Tristesse de la terre. Ici, en utilisant la réunion des industriels et l’ordre du jour, pour évoquer l’Anschluss et Hitler, alors chapeau bas, car on ne sort pas tout à fait indemne de cette lecture , même si, allez, on en aurait peut-être souhaité un peu plus.

💙💙💙💙💙

N’hésitez pas à lire également la chronique de Joëlle du blog Les livres de Joëlle ou celle d’Anthony Les livres de K79.


Catalogue éditeur : Actes Sud

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

Mai, 2017 / 10,0 x 19,0 / 160 pages / ISBN 978-2-330-07897-3 / prix indicatif : 16, 00€

Prix Goncourt – 2017