L’art du féminisme, Les images qui ont façonné le combat pour l’égalité, 1857-2017

Un très beau livre qui dit intelligemment tout de ces images qui accompagnent le combat pour l’égalité des femmes

couv livre l'art du féminisme, photo Domi C Lire

D’abord, le livre comme un bel objet, un format quasi carré orné d’une affiche significative, poing levé, ongles vernis, la femme est là, elle dit, elle demande, elle conteste, et on la voit.

Ensuite, le livre comme porte-parole, comme discours, qui nous montre, nous expose ces affiches, ces peintures, ces œuvres d’art, qui portent le discours du féminisme à travers cent soixante ans de notre histoire récente finalement.

Trois parties, chacune est en général introduite par un texte d’une ou deux pages, puis des illustrations viennent accompagner chaque thème. Plus de 350 œuvres, cela montre bien l’importance des illustrations, l’importance du propos.

Le droit de vote et au-delà, 1857 -1949
La démarche et les revendications des femmes, vues à travers de nombreuses peintures faites par des artistes féminines, elles qui avaient si peu leur place sur la scène publique, et si peu le droit à la parole. Mais aussi caricatures, affiches, journaux. Ou comment peut-on faire changer les mentalités par ces différences que l’on souligne, que l’on expose, par ces revendications que l’on répète à l’envi.

Définir le féminisme, 1960 – 1988
Davantage de photos, plus d’actualité, plus proches de nous, pour une fois encore montrer le combat sans fin des femmes pour l’égalité des traitements. Mettant en évidence des questionnements sur les femmes, faits par la société, et les tentatives de réponses qui leur sont apportées.  C’est toujours très significatif, et cela m’interpelle à chaque fois, ce combat sans fin.

Redéfinir le féminisme, 1989 à nos jours
Faut-il donner au féminisme une portée systématiquement politique ? Ou est-ce une nécessité de nos société, pour atteindre une forme d’égalité entre hommes et femmes ; quelle que soit la réponse, le combat est sans fin, et les avancées obtenues par les femmes au fils des ans ne sont pas gravées dans le marbre, chaque jour dans de nombreux pays, les libertés reculent, la vigilance doit être permanente, ce livre nous le rappelle.

Être femme, naitre femme, devenir femme…et si là était la question ?

Par Xabier Arakistain, Maria Balshaw, Lucinda Gosling, Hilary Robinson, Amy Tobin

Catalogue éditeur : Hugo Images

Très tôt, les mouvements de lutte pour les droits des femmes ont compris le pouvoir de l’image, et l’ont utilisé pour servir leurs messages. Des affiches des suffragettes aux photographies de Carrie Mae Weems, en passant par les  » Nanas  » de Niki de Saint Phalle ou encore les clips de Beyoncé, L’Art du féminisme donne à voir la façon dont le combat des femmes a influencé les arts graphiques et les médias.

Rassemblant plus de 350 oeuvres – tableaux, illustrations, photographies et performances – cet ouvrage tout à fait inédit fait prendre conscience de l’audace et de la vivacité de l’esthétique féministe depuis 150 ans.

Traducteur : Caroline de Hugo
Date de publication : 26/09/2019 / ISBN: 9782755641189 / prix papier: 39.95 €

Minuit, Montmartre. Julien Delmaire

Aux Correspondances de Manosque j’ai rencontré Julien Delamaire, écrivain en résidence, et découvert avec grand plaisir « Minuit, Montmartre », roman dans lequel il évoque avec beaucoup de poésie les artistes et la vie de la butte à la belle époque.

Domi_C_Lire_minuit_montmartreA Montmartre, il y a d’abord Vaillant, un chat presque aussi sauvage et indépendant que la belle et noire Masseïda qu’il rencontre et va guider, lui qui tombe sous le charme.
Vaillant n’est autre que le chat de Théophile Alexandre Steinen, artiste peintre sur le déclin, qui a connu quelques heures de gloire en particulier lorsqu’il a réalisé l’affiche du cabaret « Le chat noir ». Mais les années fastes sont derrière lui, aujourd’hui, il fait quelques affiches plus faciles, quelques illustrations, la vie est plus difficile. En manque d’inspiration, il ne peint plus désormais que des chats.
Il va finalement accueillir Masseïda. Arrivée d’Afrique depuis peu, elle cherche un refuge et de quoi subsister, lui cherche une muse, la rencontre va se faire entre ces deux être réunis par la misère et l’amour du beau.

A Minuit, Montmartre, on croise des artistes aux noms évocateurs, de Picasso à Apollinaire, de Toulouse Lautrec  à la Goulue, Footit et Chocolat, les deux clowns en fin de course déjà, mais c’est avant tout l’âme d’un quartier qui est ressuscitée sous nos yeux pour notre plus grand bonheur. Même si ce sont aussi des années terribles, la guerre de14/18, les hommes, jeunes, partis la fleur au fusil qui ne reviendront pas, ou cassés à jamais, la misère, la syphilis, la prostitution. On y comprend aussi la douleur de l’exil de Masseïda ou de Pampelune, dans une époque qui ne les accepte pas pour ce qu’ils sont. Et un inénarrable allumeur de réverbère, symbole d’un temps enfui à jamais, qui chaque soir allume les lanternes et nous rappelle que la sécurité et le confort de la lumière n’ont pas toujours été des évidences.
J’aime l’écriture de Julien Delmaire qui nous entraine dans les pas de Masseïda, auprès des filles de joie, des artistes, de la vie qui grouille sur la butte qui se transforme, en proie à la misère certes, mais également enclins à une grand humanité. Dans un décor digne d’un film de Renoir, on suit les pas des protagonistes, on sent les parfums, les coups, le froid, on devine les ébauches, les coups de crayons, les couleurs chatoyantes ou parfois tristes, on entre dans l’atelier de l’artiste, on met ses pas dans ceux des buveurs de la fée verte qui détruit les amis, une magnifique et poétique évocation. Minuit, Montmartre est un roman étonnant, touchant, enrichissant,  une bien belle lecture.

💙💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Grasset
Montmartre, 1909. Masseïda, une jeune femme noire, erre dans les ruelles de la Butte. Désespérée, elle frappe à la porte de l’atelier d’un peintre. Un vieil homme, Théophile Alexandre Steinlen, l’accueille. Elle devient son modèle, sa confidente et son dernier amour. Mais la Belle Époque s’achève. La guerre assombrit l’horizon et le passé de la jeune femme, soudain, resurgit…
Minuit, Montmartre s’inspire d’un épisode méconnu de la vie de Steinlen, le dessinateur de la célèbre affiche du Chat Noir. On y rencontre Apollinaire, Picasso, Félix Fénéon, Aristide Bruant ou encore la Goulue… Mais aussi les anarchistes, les filles de nuit et les marginaux que la syphilis et l’absinthe tuent aussi sûrement que la guerre.
Ce roman poétique, d’une intense sensualité, rend hommage au temps de la bohème et déploie le charme mystérieux d’un conte.

Parution : 23/08/2017 / Pages : 224 / Format : 145 x 205 mm / Prix : 18.00 € / EAN : 9782246813156