Dix-sept ans. Eric Fottorino

A la recherche de l’enfance et de la mère, Eric Fottorino nous offre avec « Dix-sept ans » un roman aussi émouvant qu’intime.

Domi_C_Lire_dix_sept_ans_eric_fottorino_gallimard.jpgD’Eric Fottorino je n’avais encore rien lu, si ce n’est bien sûr l’excellent journal Le 1. En cette rentrée littéraire, le thème de la famille et celui de la relation fils père ou mère m’a attirée.  Après la lecture du roman de Laurent Seksik, Un fils obéissant, puis de l’excellent Oublier mon père de Manu Causse, me voilà face à cette historie qui lie un fils à sa mère.

Un fils et une mère absente, puisque c’est sa grand-mère que le jeune Éric a longtemps appelée maman. Puisque dans ces années 60, le poids du quand dira-t-on  et de la religion ont guidé cette grand-mère autoritaire et toute puissante qui fait plier sa fille d’à peine dix-sept ans. Enceinte hors mariage, engrossée par Moshé, un étudiant juif vite reparti à Fès, cette fille mère ne sera pas rejetée par les siens, mais c’est tout comme. Elle devra s’effacer pour que l’opprobre ne tombe pas sur la famille, et son fils, né en catimini à Nice, est élevé par une grand-mère hostile qui fera tout pour annihiler en lui jusqu’à la judéité du père absent.  Lina devient la sœur de son fils… Puis Lina épouse le gentil Michel, qui arrive de Tunisie. De cette union naitront deux fils légitimes et Eric sera adopté par ce mari aimant mais suicidaire.

Lorsque s’ouvre ce roman, Lina avoue à ses fils la douleur qui la tourmente depuis tant d’années. Eric décide alors de partir à la recherche de sa propre enfance, de sa naissance, de chercher les traces de la mère qu’enfant il n’a pas eue, de cette Lina qu’il n’a jamais vraiment connue, jeune fille de dix-sept ans, jeune femme, jeune mère.

Le roman est ce long échange entre un fils parti sur les traces de sa mère, échange avec les souvenirs, les impressions, les attentes de ce bonheur perdu qui ne viendra jamais plus, avec cette mère qu’il aurait voulu connaître. Avec ces pères absents aussi, morts tous les deux, mais arrivés bien tard dans sa vie. Attente sans doute d’une meilleure compréhension des silences, des absences, des douleurs incomprises dans l’enfance, mais qui révèlent aujourd’hui toute leur réalité et leur poignante  vérité.

Difficile de comprendre et d’accepter la distance que ce fils éprouve pour sa mère, mais elle est si évidente  pourtant. Le chemin vers l’amour et la compréhension est long et douloureux, mais l’issue en est heureuse. J’ai aimé cette quête d’une enfance, d’une trace du bonheur, d’une mère absente à réinventer, l’aveu de ce manque, de cette vie gâchée, est certainement un bel exemple pour ceux qui n’osent pas dire… Il y a beaucoup d’émotion tout au long de ces pages, de beaux sentiments aussi, même si l’amour n’arrive pas toujours à s’exprimer envers cette mère méconnue et quasi rejetée. Il y a aussi cette écriture, à la fois léchée et sobre, avec une pointe d’humour pour évoquer la vie, les sentiments. Une forme d’humilité et de douceur aussi dans cette recherche désespérée au plus profond, au plus secret de cette intimité dévoilée. Enfin, une façon de se regarder en face en toute objectivité, sans parti pris, y compris pour exprimer la douleur, les instants de faiblesse ou même de rejet quasi physique de cette mère si longtemps incomprise.

Tu ne m’aimais jamais assez puisque je t’aimais toujours trop. Je ne te voyais pas comme tu étais. Il suffisait pourtant d’ouvrir les yeux.

Les yeux se sont ouverts, et avec eux le chemin du cœur…. Et l’auteur nous emporte avec lui auprès de Lina, cette jeune fille de soixante-quinze ans qui ne demande qu’à aimer et être aimée en retour.

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Collection Blanche, Gallimard

 «Lina n’était jamais vraiment là. Tout se passait dans son regard. J’en connaissais les nuances, les reflets, les défaites. Une ombre passait dans ses yeux, une ombre dure qui fanait son visage. Elle était là mais elle était loin. Je ne comprenais pas ces sautes d’humeur, ces sautes d’amour.»

Un dimanche de décembre, une femme livre à ses trois fils le secret qui l’étouffe. En révélant une souffrance insoupçonnée, cette mère niée par les siens depuis l’adolescence se révèle dans toute son humanité et son obstination à vivre libre, bien qu’à jamais blessée.
Une trentaine d’années après Rochelle, Éric Fottorino apporte la pièce manquante de sa quête identitaire. À travers le portrait solaire et douloureux d’une mère inconnue, l’auteur de Korsakov et de L’homme qui m’aimait tout bas donne ici le plus personnel de ses romans.

272 pages, 140 x 205 mm / ISBN : 9782070141128 / Prix : 20,50 € / Parution : 16-08-2018

Publicités

La vie princière. Marc Pautrel

Ce court roman épistolaire parle d’amour sans le faire. Marc Pautrel évoque ces instants de bonheur partagés qui donnent envie de découvrir « La vie princière ».

Domi_C_Lire_la_vie_princiere_marc_pautrel.jpgIl vous est arrivé de rencontrer quelqu’un et de vous dire que vous tombiez instantanément amoureux ? De rencontrer quelqu’un et de réaliser que toutes vos conversations, vos points d’intérêt, vos envies concordaient ? De rencontrer quelqu’un et de comprendre rapidement avec un certain désespoir que cette personne n’était pas libre mais que ce que vous viviez ensemble l’espace de quelques heures, de quelques jours, était tellement rare ?

C’est ce qui arrive au narrateur, et donc à l’auteur,  puisque ce court roman est basé sur une autofiction, comme l’évoque Marc Pautrel.  Et cette rencontre est si exceptionnelle qu’il n’a qu’une envie, écrire une lettre à celle qui a totalement empli de moments magiques ces cinq jours passées ensemble, même si la communion n’a été qu’intellectuelle et affective, jamais ni amoureuse ni sexuelle.

Avec peu de mots, parfaitement pesés et choisis, il écrit sa déclaration d’amour à cette belle italienne rencontrée sur le Domaine, ce site où il réside et où sont organisés des séminaires entre chercheurs, scientifiques et universitaires pour la plupart. Elle y est venue faire des recherches pour une thèse, et leur singularité littéraire lui semble encore plus remarquable.

Il lui parle à la deuxième personne, comme pour lui rappeler ce qu’ils ont vécu. Les regards, son regard, l’effleurement des corps qui ne se séparent pas même lorsque la distance de confort entre deux êtres est franchie, comme une évidence que cette peau là, ce corps-là, ne vous gêne pas, mais il y a aussi sa voix, ses yeux, ses paroles, en résonance avec ce qu’il pense, ce dont il rêve, ce à quoi il aspire.

Il ne se passera rien d’exceptionnel, si ce n’est cette communion de pensée, cette envie d’être ensemble, de marcher, d’avancer, de rire ou de boire un verre de vin…  et pourtant tout semble magique, comme un instant d’éternité suspendu dans l’espace-temps de leurs deux trajectoires.

Ce que j’ai aimé ? L’écriture est affutée, pas un mot de trop et on le sent immédiatement chacun est à sa place. Mais surtout l’auteur sublime ces instants de bonheur que procure l’état amoureux, comme s’il nous démontrait que le seul fait de l’avoir vécu est un grand privilège.

💙💙💙


Catalogue éditeur : Collection L’Infini, Gallimard

«Puisque le Domaine est une propriété privée et qu’il ne passe ici qu’un ou deux véhicules par jour, nous marchons en plein milieu de la chaussée, la route nous appartient, on dirait qu’elle a été tracée pour nous seuls au milieu des vallons, percée à flanc de coteau puis parfaitement aplanie, égalisée et goudronnée uniquement pour que toi et moi puissions y marcher tous les deux côte à côte le plus confortablement possible, et parler, parler sans cesse, expliquer, imaginer, se souvenir, inventer, interroger, démontrer, raconter, échanger nos idées, nos mots, nos vies.»

80 pages, 118 x 185 mm / Romans et récits / Littérature française / ISBN : 9782072752612 /

Prix ;: 10,50 € / Parution : 04-01-2018