La vie secrète d’Elena Faber, Jillian Cantor

Vous aimez l’Histoire, vous aimez apprendre tout en rêvant de vies singulières, vous aimez lire de belles histoires ? Alors vous allez dévorer La vie secrète d’Elena Faber, le roman de Jillian Cantor.

Domi_C_lire_la_vie_secrete_d_elena_faber_jilian_cantor_preludesIl est des romans qui paraissent de prime abord légers, fait pour passer un bon moment de lecture, mais qui vous emportent bien au-delà, mêlant le petite et la grande Histoire avec justesse et beaucoup d’émotion. La vie secrète d’Elena Faber est de ceux-là. Jillian Cantor prend prétexte d’une vieille lettre pour nous entrainer à la suite de ses protagonistes de la Californie de 1989 à l’Autriche de 1938.

Dans un petit village d’Autriche, Kristoff est apprenti chez Frederick Faber, un graveur de timbres reconnu par ses pairs. Pour cet orphelin tout juste arrivé de Vienne, les Faber sont une véritable famille, les parents, mais aussi les filles, l’espiègle Miriam et la belle et intrépide Elena, dont il est secrètement amoureux. Mais en 1938, la nuit de Cristal étend son manteau d’horreur sur l’Autriche annexée par l’Allemagne d’Hitler, les nazis envahissent le pays et les juifs sont persécutés, déportés, assassinés. Plus de bougies ni de shabbat, plus de paix pour les Faber ni pour les juifs du petit village de Grostburg. Aussi, lorsque le père, puis la mère, disparaissent, Elena et Kristoff entrent à leur façon en résistance.

A Los Angeles, le père de Katie Nelson est atteint de la maladie d’Alzheimer. Toute sa vie il a collectionné les timbres, et demandé à sa fille de prendre soin de cette collection le jour où il disparaitra. Comme elle sent que le fil de la mémoire paternelle va en s’amenuisant, et qu’elle ne veut pas risquer de passer à côté d’un trésor, Kate décide de faire examiner cette collection de timbres à Benjamin, un philatéliste. Il fait une découverte étrange, un timbre autrichien qui ressemble étrangement à ces timbres créés par des résistants pour faire passer des messages sous les yeux des nazis. Benjamin et Katie mènent l’enquête, qui les entraine des USA à l’Allemagne de l’Est au moment symbolique de la chute du mur de Berlin, puis en Autriche ou au Pays de Galles, à la recherche de cet inconnu qui a écrit ce courrier jamais parvenu à son destinataire, Elena Faber.

Prétexte à nous faire découvrir des pans de l’Histoire de l’Autriche, de cette nuit de Cristal, de ces hommes et de ces femmes entrés en résistance avec les moyens qu’ils avaient à leur disposition, faisant fi de leur liberté pour tenter de sauver les autres, même un seul, au péril de leur vie.

J’ai aimé l’alternance des récits, entre les amours de Kristoff et d’Elena et le chagrin et la renaissance possible de Kathie. Mais aussi de mieux comprendre ces familles qui ont eu ces parcours de vie, émigrés d’Europe pendant la seconde guerre mondiale et qui n’ont jamais raconté à leurs enfants ce passé beaucoup trop lourd pour en parler. Le tout porté par une belle intrigue, où les coïncidences jouent leur rôle à la perfection, où les personnages s’apprivoisent et se fuient juste comme il faut, où le lecteur se laisse embarquer pour son plus grand bonheur.

💙💙💙💙

Sur cette époque si sombre de notre histoire, lire aussi mes avis sur L’ordre du jour d’Éric Vuillard, Avant que les ombres s’effacent, de Louis-Philippe Dalembert.


Catalogue éditeur : Préludes

Autriche, 1938. Kristoff, jeune orphelin viennois, est apprenti chez Frederick Faber, un maître graveur, créateur de timbres, lorsqu’éclate la nuit de cristal. Après la disparition de son professeur, Kristoff commence à travailler pour la résistance autrichienne avec la belle et intransigeante Elena, la fille de Frederick dont il est tombé amoureux. Mais tous deux sont bientôt pris dans le chaos de la guerre. Parviendront-ils à échapper au pire ?
Los Angeles, 1989. Katie Nelson découvre dans la maison familiale une riche collection de timbre appartenant à son père. Parmi ceux-ci, une mystérieuse lettre scellée datant de la Seconde Guerre mondiale et ornée d’un élégant timbre attire son attention. Troublée, Katie décide de mener l’enquête, aidée de Benjamin, un expert un peu rêveur… Lire la suite…
Parution : 04/04/2018 / Format :200 x 130 mm / Nombre de pages : 384 / EAN : 9782253107910  / Prix : 15.90 €

L’ordre du jour. Eric Vuillard

Découvrir le roman d’Éric Vuillard « L’ordre du jour » Prix Goncourt 2017. Alors qu’on se méfie parfois du choix de ce prix prestigieux, céder aux conseils avisés des lecteurs et une fois de plus apprécier cet auteur.

Domi_C_Lire_l_ordre_du_jour_eric_vuillard.jpgLe 20 février 1933, Goering s’adresse à 24 des plus grands industriels et banquiers d’Allemagne, convoqués pour un ordre du jour étonnant : financer les projets du chancelier Hitler, le soutenir pour qu’il gagne les élections qui lui permettront de prendre le pouvoir… et par là même fermer les yeux sur ses projets d’annexions des principaux pays d’Europe, à savoir l’Autriche puis pourquoi pas le reste de l’Europe.

Car lorsque Hitler demande à Goering  de convoquer les plus grandes familles des industriels, banquiers ou assureurs, c’est à la fois pour leur soutirer les deutschemark qui financeront la folie du chancelier, mais également pour les rendre redevables à son égard. Et si ces familles, les Krupp, Siemens, Telefunken, Bayer, Opel, IG Farben, et autres BASF règnent encore aujourd’hui c’est bien grâce à leur compromission et leur aveuglement face à la suprématie meurtrière des nazis.

L’auteur nous régale des détails et des accommodements, des marchandages et des transactions qui mèneront à l’annexion de l’Autriche sans qu’aucun pays voisin, ni même l’Autriche elle-même ne se rebelle, et cela juste parce que Hitler l’a décidé ! Dès 1938, soutenu par les nazis autrichiens qu’il avait pris soin de mettre en place, Hitler obtient un accord du chancelier, puis le remplace par un Arthur Seyss-Inquart entièrement à sa botte. L’annexion de l’Autriche n’est plus qu’une question d’heures. Le parti nazi autrichien fait son coup d’état et Hitler réussi l’Anschluss dans le calme, nous sommes au printemps de 1938.

Le lecteur assiste alors à une évocation absolument surréaliste de cet épisode (ah, les Panzer, ces machines de guerre irréprochables) qui serait particulièrement risible si les conséquences n’en avaient pas été aussi tragiques. Et pendant ce temps, français et britanniques ferment les yeux, abusés par les discours légers de l’ambassadeur d’Allemagne. On a presque du mal à y croire, et pourtant !

L’écriture est superbe en particulier par ces détails à priori anodins mais qui font tout le sel des échanges, des conciliations, des lâchetés qui ont eu lieu à plus haut niveau, y compris dans le domaine de la diplomatie. Chacun tente de sortir son épingle du jeu, tout comme ces industriels qui ayant commencé par payer, ne pourront que poursuivre dans la compromission et le silence, et qui en sortiront les grands vainqueurs même après la défaite. Car de quoi a-ton besoin lorsqu’il est question de reconstruire un pays si ce n’est de ceux qui produisent et qui emploient, de ces forces vives qui sont prêtes à relever le défi pour le bien de la nation.

Mais alors, de quoi sont-ils coupables, d’entente avec le diable ou de lâcheté ? D’ignorance ou d’avoir fait silence ? D’avoir choisi leur profit ou d’aveuglement ? Quel étonnant roman-récit, qui en peu de pages, peu de mots au final, évoque sans en avoir l’air un pan entier des prémices de la seconde guerre mondiale. Mais aussi les aveuglements, les illusions, de bien des grands de ce monde, et qui au final n’auront pas payé aussi cher que la plupart des peuples qu’ils n’auront pas su protéger. Eric Vuillard nous a habitué à ces contrepieds à l’histoire, avec 14 juillet par exemple, où il faisait parler les oubliés, les sans grade. Ou en contant l’Histoire par son côté plus obscur comme dans Tristesse de la terre. Ici, en utilisant la réunion des industriels et l’ordre du jour, pour évoquer l’Anschluss et Hitler, alors chapeau bas, car on ne sort pas tout à fait indemne de cette lecture , même si, allez, on en aurait peut-être souhaité un peu plus.

💙💙💙💙💙

N’hésitez pas à lire également la chronique de Joëlle du blog Les livres de Joëlle ou celle d’Anthony Les livres de K79.


Catalogue éditeur : Actes Sud

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

Mai, 2017 / 10,0 x 19,0 / 160 pages / ISBN 978-2-330-07897-3 / prix indicatif : 16, 00€

Prix Goncourt – 2017