Ces rêves qu’on piétine. Sébastien Spitzer

« Ces rêves qu’on piétine » est un premier roman émouvant et sombre, déjà couronné d’un succès mérité, qui nous entraine vers l’horreur et la mort mais nous montre également la force de la mémoire, de l’espoir, de la vie.

DomiCLire_sebastien_pitzer_ces_reves_qu_on_pietine.jpgAlors que les armées russes et américaines avancent vers le front, l’auteur alterne son récit entre les derniers jours de Magda Goebbels et celui de prisonniers qui viennent d’être libérés des camps de Silésie, dont le sort est plus que précaire, Hitler ayant ordonné de ne laisser aucun survivant. Comme deux trajectoires qui s’inversent et qui sait, se croiseront peut-être, l’une tendant inexorablement vers le bas, la fin d’un règne, la mort, l’autre qui essaye avec beaucoup de difficultés et d’hésitation de monter vers la lumière, la vie, la liberté. Deux histoires qui se recoupent dans l’horreur.

D’un côté, il y a Magda Goebbels, la figure féminine la plus emblématique du IIIe Reich. Dans Berlin assiégée, elle se terre avec son mari Josef Goebbels et ses six enfants, dans le bunker le plus célèbre de la seconde guerre mondiale, celui d’Hitler et d’Eva Braun. Là, nous assistons à ses derniers jours tout en remontant le temps, redécouvrant sa rencontre avec Josef Goebbels, la façon dont elle va renier son père et ses origines juives, puis son ascension au plus près du pouvoir, devenant la femme arienne par excellence, digne pondeuse perpétuant la race selon les volontés du dictateur. La fin de la guerre approche, les soldats sont vaincus, son sort est scellé,  pourtant Sébastien Spitzer va nous immerger dans son esprit malsain et désespéré.

De l’autre côté, à l’Est, il y a Ava, née dans le camp d’Auschwitz, ainsi que des milliers de juifs, prisonniers exsangues libérés des camps, qui fuient la mort et la peur sur les routes ouvertes à tous les dangers. En particulier parce que les soldats et la population veulent respecter les dernières consignes et anéantir ces survivants de l’horreur, derniers témoins de pires exactions du IIIe Reich. Parmi eux, un homme porte sur lui les vestiges de quelques lettres, celles écrites par un père désespéré à sa fille, Juif mort dans les camps, abandonné par celle qui l’a renié dès les premiers mois de guerre, Richard Friedländer, le propre père de Magda Goebbels. Des hommes et des enfants vont à leur tour porter ce rouleau de lettres, ce messager symbolique, car à travers lui se matérialise l’espoir au-delà de la mort, la vie malgré l’extermination, c’est un passeur de vie au monde et aux vivants.

Ce roman est particulièrement poignant (d’ailleurs, c’est difficile d’écrire après ces mots). D’abord du fait de son écriture, directe, vive, tonique, incisive, qui contraste avec la peur, la lenteur de ces hommes anéantis, blessés, mourants, sans espoir, qui contraste également avec l’immobilité évidente de Magda Goebbels, bloquée avec sa famille dans le bunker, sans nouvelles de l’extérieur, anéantie mais pas sans ressources, ayant encore le courage (ou la folie ? ) morbide d’assassiner ses propres enfants. Ensuite bien sûr par l’Histoire qu’il nous raconte, celle d’une femme douée de raison qui va pourtant choisir de tuer ses propres enfants, mais aussi celle d’un épisode de la seconde guerre mondiale que l’on a trop souvent oublié.

Mais « Ces rêves qu’on piétine »  est aussi un roman porteur d’espoir. Transmettre pour savoir, transmettre pour ne jamais oublier ! Car la vie est là, si infime, si fragile, et en même temps si présente. Merci à Sébastien Spitzer de nous faire découvrir son écriture bouleversante et parfaitement maitrisée avec ce premier roman, une œuvre aussi touchante que magistrale. Alors oui, en y repensant, peut-être qu’un roman sur la vie de Martha Goebbels ne m’attirait pas particulièrement au départ ? Qu’elle erreur c’eut été de ne pas le lire !

💙💙💙💙💙

 


Catalogue éditeur : L’Observatoire

Sous les bombardements, dans Berlin assiégé, la femme la plus puissante du IIIe Reich se terre avec ses six enfants dans le dernier refuge des dignitaires de l’Allemagne nazie. L’ambitieuse s’est hissée jusqu’aux plus hautes marches du pouvoir sans jamais se retourner sur ceux qu’elle a sacrifiés. Aux dernières heures du funeste régime, Magda s’enfonce dans l’abîme, avec ses secrets.

Au même moment, des centaines de femmes et d’hommes avancent sur un chemin poussiéreux, s’accrochant à ce qu’il leur reste de vie. Parmi ces survivants de l’enfer des camps, marche une enfant frêle et silencieuse. Ava est la dépositaire d’une tragique mémoire : dans un rouleau de cuir, elle tient cachées les lettres d’un père. Richard Friedländer, raflé parmi les premiers juifs, fut condamné par la folie d’un homme et le silence d’une femme : sa fille.

Elle aurait pu le sauver.
Elle s’appelle Magda Goebbels.

Sébastien Spitzer est journaliste. Ces rêves qu’on piétine est son premier roman.

Parution : 23/08/2017 / Prix : 20€ / Format : 140 x 200 cm, 304 pages / ISBN : 979-10-329-0071-0

 

Publicités

Paradis amer. Tatamkhulu Afrika.

Dans l’enfer des camps de prisonniers, naissance d’une histoire… d’amour et d’amitié

DomiCLire_paradis_amer.JPGTatamkhulu Afrika est un écrivain sud-africain né d’un père égyptien et d’une mère Turcque, il est mort en 2002 à l’âge de 82 ans. Orphelin très jeune, il sera élevé en Afrique du sud comme un blanc, mais renoncera à se faire passer pour blanc et militera au sein de la branche armée de l’ANC. Il combattra aussi bien pendant la seconde guerre mondiale que pendant la lutte anti apartheid. Il sera incarcéré onze ans dans la même prison que Mandela. Il changera 5 fois de nom, le dernier signifie « grand père de l’Afrique » c’est un nom honorifique donné par ses compagnons soldats.

« Paradis amer » est un roman en partie autobiographique, traduit en français plus de dix ans après sa parution. Alors qu’il combattait en Lybie, Tom Smith, le narrateur est fait prisonnier lors de la bataille de Tobrouk, d’abord par les Italiens, puis les allemands.  A la fin de sa vie, il reçoit un paquet accompagné d‘un petit colis. Et les souvenirs remontent à sa mémoire, les années sombres mais si étranges. Celles si difficiles de son voyage vers l’Europe après son arrestation, lorsque Douglas, un détenu quelques peu étrange, protecteur mais possessif,  le prend sous son aile. Puis de son incarcération dans les camps de prisonniers, mais également ces années quelque peu magiques de la naissance de l’amitié, de l’éveil des corps,  de l’amour sans doute, lors de sa rencontre avec Danny, un jeune anglais prisonnier comme lui avec qui il se sent de nombreuses affinités et dont l’amitié exclusive et inconditionnelle lui permettra de résister à l’horreur de la détention jusqu’à sa libération.

Au fil des pages, on découvre ce Paradis amer, celui de l’enfer des camps de prisonniers, là où règnent en maîtres la faim, la soif, la saleté, la dysenterie, la promiscuité des dortoirs, les disputes et les jalousies, le froid ou la chaleur tous aussi insupportables, les relations difficiles avec les gardiens, soldats vainqueurs d’une bien triste bataille, et toutes les tensions entre ces hommes donc les forces s’amenuisent mais qui ont l’âge de vivre encore pleinement leur vie,. Mais c’est également la découverte du théâtre pour certains, l’incompréhension et le rejet de l’homosexualité, en même temps que les interrogations sur ses propres élans du cœur et pourquoi pas des corps, d’une relation qui si elle n’est pas évidente est malgré tout souvent fusionnelle et amoureuse. Car tout n’est pas si simple, et une profonde amitié n’est-elle pas parfois un amour qui s’ignore ou que l’on rejette car on le croit  inacceptable selon les principes de son éducation ou de son cadre de référence, mais que l’on voudrait tant accepter au plus profond de soi. C’est là toute la complexité, la finesse, des relations humaines.

Rentrée Littéraire 2015


Catalogue éditeur : Presses de la Cité

« Un livre extraordinaire, comme l’on en voit peu. Un texte qui doit être lu, étudié, et aimé. Une véritable œuvre d’art. » New York Journal of Books

Un vieil homme, Tom Smith, reçoit une lettre et un colis de la part d’une personne qu’il n’a pas vue depuis cinquante ans : Danny, qui fut prisonnier avec lui pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans cette intimité contrainte, tous deux se surprirent à ressentir l’un pour l’autre de forts sentiments qui les aidèrent à supporter les terribles conditions de détention, mais qui furent aussi source de conflits violents et passionnés…
Roman autobiographique, Paradis amer nous plonge avec virtuosité dans l’atmosphère d’un camp de prisonniers et évoque avec finesse la fatigue des corps, ainsi que la naissance du désir.
«Paradis amer est incisif et lyrique, caustique et émouvant. C’est une lecture enivrante. » Christos Tsiolkas

Traduit par Georges-Michel SAROTTE / Septembre 2015 /21,50 € / 304 p./  Presses de la Cité