La tresse. Lætitia Colombani

Dans son premier roman « La tresse » Lætitia Colombani nous fait découvrir trois femmes, Sarah au Canada, Guilia en Sicile, Smita en Inde, trois destins, qui se tissent loin l’un de l’autre pour un final étonnant.

DomiCLire_la_tresseVoilà le pari audacieux mais réussi de Lætitia Colombani, qui nous séduit et nous emporte avec ses rêves de femmes fortes, issues de minorités, où elles sont souvent mal considérées. Elles ont assez de courage pour contrer leur destin et réussir leur vie à leur façon, loin des règles imposées par une société souvent gérée par des hommes, société qui refuse de les comprendre, de les voir, de leur laisser une chance. Ce roman n’est ni accusateur, ni revanchard, ni triste ni sombre, il apporte la lumière, l’espoir, la vie.

Smita l’indienne appartient à la caste des intouchables, pour elle aucun espoir de vie meilleure dans une société où elle et ses pairs sont rejetés et ignorés par tous. Une société où toute fuite et ou désir de liberté sont également horriblement punis, souvent via le viol des femmes de la famille. Mais Smita rêve d’un avenir meilleur pour sa fille, elle veut qu’elle aille à l’école pour apprendre à lire et écrire. Le chemin vers la liberté est long et difficile.

En Sicile, Guilia doit reprendre l’entreprise familiale transmise de père en fils, à la suite d’un accident de son père. Mais dans cette société-là, pourtant situé dans un contient dit évolué et moderne, le poids des traditions et l’habitude ont la vie belle, Guilia devra se battre pour atteindre le but qu’elle s’est fixé.

Enfin, au Canada, Sarah a le vent en poupe, et vient juste d’être intronisée associée dans son cabinet d’avocat. Pourtant, la maladie vient la frapper, insidieuse, la faisant basculer du jour au lendemain dans le camp des faibles, des vaincus, de ceux que l’ont fui et que l’on craint, sans se soucier d’agir envers eux en toute impunité et surtout en totale discrimination. Elle aussi va devoir apprendre à vivre autrement.

Trois destins, mais trois femmes qui chacune à sa façon va de l’avant. Toutes ne sont pas immédiatement aussi attachantes, mais toutes sauront vite happer l’intérêt du lecteur, par une démonstration de vie, d’espoir, de volonté, qui leur permettent d’atteindre leurs rêves, ceux qui font le quotidien moins banal, moins triste, plus magique, même et surtout dans sa vie de tous les jours.

Un beau premier roman, qui se lit dans un souffle, et qui uni les vies, comme un impossible pont entre deux mondes, fait de courage et d’optimisme. A lire, assurément !


Catalogue éditeur : Grasset

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Parution : 10/05/2017 / Pages : 224 / Format : 143 x 207 mm / Prix : 18.00 € / EAN : 9782246813880

Winter is coming. Pierre Jourde

« Winter is coming », c’est beau comme un morceau de musique qui parle à votre cœur et c’est difficile comme la mort d’un enfant que l’on ne peut ni ne veut accepter, mais que l’on va accompagner autant qu’on en sera capable.

DomiCLire_winter_is_comingC’est un beau mais triste récit, celui de la maladie et de la mort du fils de l’auteur. A vingt ans, l’âge de tous les possibles, où tous les rêves sont permis, où la vie s’ouvre devant vous, Gabriel meurt d’une forme de cancer qui touche peu de patients mais qui va l’emporter en quelques mois. Son père pleure un fils, son père sublime ces moments rares mais puissants de partage et de silence, de non-dits et de compréhension mutuelle de ce temps qui file et que l’on ne revivra plus jamais.

C’est la difficile descente vers plus de souffrance, vers moins de vie, c’est l’accompagnement du malade à qui on n’ose pas dire tout ce qu’on aimerait tant dire avant la fin, avant qu’il disparaisse à jamais, à qui on n’ose pas parler de peur qu’il ne comprenne que sa vie inéluctablement s’en va, car le sait-il, lui, que c’est fini, que plus jamais ? Et l’on peut d’ailleurs se demander qui cache la vérité à l’autre, qui le protège, qui est celui qui joue le plus la comédie de la guérison possible, le malade, ses proches, les médecins qui ne disent pas tout ou que l’on ne veut pas entendre ?

C’est le cri d’amour d’un père pour son fils, c’est le cri d’impuissance des vivants face à la mort, c’est aussi le cri que nous avons tous envie de pousser lorsque ceux qu’on aime disparaissent… Ce n’est pas un roman, ce n’est pas un récit, c’est une parenthèse de douleur qui parle à tous ceux qui ont connu la mort, à tous ceux qui la redoute, à chacun d’entre nous en somme.

 «Winter si coming » est le récit de l’avant, avant de savoir, avant l’inéluctable, du pendant, pendant la maladie, les silences, les moments de vie intense mais si brefs, de l’après, quand on porte sa douleur comme un bagage que l’on ne pourra plus jamais déposer dans aucune consigne mais qui s’allégera malgré tout peu à peu. Difficile, douloureux, rempli d’amour et de souffrance « Winter is coming » est porté par l’écriture incisive, désespérée, optimiste parfois, poignante toujours, de Pierre Jourde.


Catalogue éditeur : Gallimard

«Après coup, on ne peut pas s’empêcher de revenir sur les jours d’avant, comme pour prendre la mesure de son aveuglement d’alors. On se regarde ne pas savoir, on se regarde vivre alors que cela n’est pas encore arrivé, on s’étonne de ce fragile bonheur. Et ce sont tous les moments de la vie, toutes les joies, les naissances, les après-midi dans le jardin, les journées sur la plage, les histoires racontées le soir aux enfants, les photographies et les souvenirs du passé que vient rétrospectivement infecter de son venin le jour où l’on a su. Ta photographie d’enfant joyeux est celle, à jamais, d’un enfant qui va bientôt mourir.»
Un des trois fils de Pierre Jourde, Gabriel, est mort à vingt ans. Le récit évoque la dernière année de ce jeune homme plein de charme et de joie de vivre, doué pour les arts plastiques et la musique. La figure radieuse de «Gazou» hante le récit de la maladie : les anecdotes du bonheur enfui ponctuent l’élégie. Un texte poignant sur le deuil et l’amour paternel.

Collection Blanche / Parution : 09-03-2017 / 160 pages, 140 x 205 mm / ISBN : 9782072721373

Cellule. Lou Marcouly-Bohringer

Avec cellule, Lou Marcouly-Bohringer nous fait pénétrer dans ce monde en marge, celui de la maladie, celle qui détruit autant le malade que ses proches et dont l’issue est le plus souvent fatale.

domiclire_celluleLe coup de fil comme départ et comme fin, celui qui annonce la maladie, qui détruit le monde d’avant, ce monde dans lequel on peut vivre tranquille, serein, car tout est encore possible, et qui nous dépose sur une autre berge, un autre continent, celui de la maladie et la peur qui ne nous quittera plus jamais.

La narratrice vit un quotidien dans lequel elle est plutôt passive et peu motivée pour le succès et la réussite, et elle s’en contente avec bonheur et délectation. Au chômage et même pas demandeur ou plutôt chercheur d’emploi, elle vivote sans trop se poser de questions. Jusqu’au jour où…

… ce jour-là, un appel vient bouleverser sa vie et lui apprendre, lui dire les tâches au cerveau, la maladie, celle dont personne ne veut entendre parler et qui fait mal, qui fait peur, qui signifie la mort, et que chacun refuse obstinément d’envisager. Et voilà la narratrice engagée avec sa mère dans une lutte contre la tumeur, contre ces cellules qui prolifèrent obstinément, irréversiblement. L’hôpital, les nuits sur le lit pliant pour ne pas laisser, ne pas abandonner l’autre, le ou la malade, celui ou celle à qui on tient tant, pour quelques heures de plus volées à l’absence qui se profile ; puis les attentes, les traitements, le personnel hospitalier, bourru, ému, empathique, brusque parfois par résistance ou résilience ; les voisins de chambre et leurs familles, au bord du précipice eux aussi, alors il est si difficile de communiquer et de vouloir les entendre ; la faiblesse enfin, la perte de poids, la douleur, l’étincelle de dignité qui s’éteint face à la souffrance, la maladie qui transforme les êtres que l’on aime plus que tout, l’idée que l’on se fait du partage, de l’échange, de la solidarité et de l’amour qu’on donne et qu’on est capable de montrer ou pas devant une épreuve aussi terrible.

Ce court texte vous envoi à terre aussi efficacement qu’un uppercut en plein estomac, et tous ceux qui ont vécu ces moments s’y retrouvent, dans l’avant mais surtout dans cet après, quand tout a basculé et qu’on est confronté à la maladie et à la mort d’un proche sans retour arrière possible vers la vie d’avant, celle de l’insouciance et du bonheur sans tâche.

Extrait :

Trente minutes, c’est ce qu’il faut pour expliquer sans trop de détails mais de manière clairement définitive que la maladie a débarqué dans ta vie.
Et qu’elle va tout défoncer.
Poussez-vous, faites de la place, la voilà.
Ah, vous ne l’attendiez pas ?
Tant pis.

 #RL2016


Catalogue éditeur : Flammarion

Dans ce court récit vif et percutant, Lou Marcouly-Bohringer nous plonge dans le quotidien d’une famille confrontée à la maladie. Sur un rythme implacable, elle scande les sentiments comme autant de cris d’amour.

Thème : Littérature française / Collection : Littérature française / Parution : 28/09/2016 / Format : 11.5×18.5×0 cm / Prix : 12,00 € / EAN : 9782081388000

Écoutez nos défaites. Laurent Gaudé

Un nouveau roman de Laurent Gaudé est toujours une belle surprise. C’est encore le cas avec « Écoutez nos défaites » et son rapport au temps, à la victoire ou à la défaite interroge le lecteur. Un de mes coup de cœur de la rentrée !

DomiCLire_laurent_gaude.JPGAssem Gaieb est un agent des renseignements français. Il opère sans scrupule et sans remords sur tous les fronts, il obéi aux ordres sans discuter. Mais s’il est las de cette vie, de ces morts…. il consent malgré tout à assurer une dernière mission.
Mariam, archéologue irakienne, travaille pour l’UNSECO et passe sa vie à rechercher les œuvres d’art volées dans les musées du moyen orient, alors que l’EI détruit inexorablement les merveilles de Khorsabad ou de Palmyre. Elle vient de découvrir qu’elle est malade, le cancer est là, sournois, et lui fait envisager sa vie autrement.
Le hasard les fait se rencontrer à Zurich, et partager quelques heures intenses et quasi irréelles d’amour, d’écoute et de fusion. Dès lors, sans se revoir, ils penseront l’un à l’autre.

En contre point de ces deux vies, Laurent Gaudé nous parle de batailles, celles des sudistes et des nordistes, avec le général Grant écrasant enfin les armées confédérées. Celles d’Hannibal, marchant sur Rome, un temps seulement vainqueur, laissant des milliers de morts sur les champs de batailles depuis l’Afrique jusqu’aux plaines Romaines. Enfin, celles du roi des rois, descendant de la reine de Saba, Hailé Sélassié, empereur d’Éthiopie, qui se dresse contre l’envahisseur italien pendant la seconde guerre mondiale, et subira de lourdes pertes parmi les hommes qui l’accompagnent dans son combat. Les batailles de ces héros auréolés de gloire sont des victoires, mais l’auteur nous montre surtout que chaque victoire est aussi une défaite. J‘ai ressenti une infinie tristesse dans ces lignes, un désespoir aussi, car comment vaincre si ce n’est au prix de tant de morts ! Comment être victorieux si ce n’est en assumant ses choix, ceux qui impliquent les massacres, les carnages, le sang versé, la mort, la faim, de tant d’hommes. Difficile cas de conscience des vainqueurs. Puis vient l’après, comment vit-on quand on a connu des moment aussi forts et que soudain on n’est plus personne.

Roman étrange, parfois dérangeant, mais qui reste longtemps en tête et questionne, car que devons-nous croire et penser des apparences. J’ai d’abord eu un peu de mal avec les alternances de temps, d’époque, de situations. Puis finalement j’ai plongé aisément dans les différents récits, d’abord en me demandant où l’auteur voulait nous conduire, puis en suivant les méandres du récit et en me posant de nombreuses questions. Il faut noter aussi quelques rayons de soleil, grâce à ce lien universel que nous avons avec les merveilles que nous ont légués nos ancêtres, ces découvertes et cet espoir toujours présent grâce à des hommes prêts à se sacrifier pour sauver ces beautés et qui nous prouvent que rien n’est totalement perdu.

#rl2016


Catalogue éditeur : Actes Sud

Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d’élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d’une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste… Un roman inquiet et mélancolique qui constate l’inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu’on meure pour elles.

Domaine français / Août, 2016 / 11,5 x 21,7 / 288 pages / ISBN 978-2-330-06649-9 / prix indicatif : 20, 00€