Mon inventaire 2018

Une année 2018 particulièrement riche en découverte de beaux romans, de nouveaux auteurs et en rencontre avec les auteurs, les blogueurs, les lecteurs qui partagent cette passion pour la lecture que d’aucuns pourraient trouver dévorante.

Essayer de faire un bilan est d’autant plus difficile, mais dans ma liste à la Prévert cette année je veux retenir …

Ce roman récit qui m’a tellement émue qu’il est hors concours…

Philippe Lançon & Le lambeau

Ces romans qui m’ont fait vibrer et qui, chacun à leur façon, m’ont apporté quelque chose

Franck Balandier & APO

Frédéric Couderc & Aucune pierre ne brise la nuit

Catherine Cusset & Vie de David Hockney

Diane Ducret & La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose

Simonetta Greggio & Elsa, mon amour

Olivier Liron & Einstein, le sexe et moi

Véronique Mougin  & Où passe l’aiguille

Joachim Schnerf  & Cette nuit

Angélique Villeneuve & Maria  

Valentin Spitz  & Juliette de Saint-Tropez

Ces premiers romans bouleversants …

Martin Dumont  & Le chien de Schrödinger

Violaine Huisman  & Fugitive parce que reine

Jean-Baptiste Naudet  & La blessure

Ce premier roman étranger solaire et tellement poétique

Shih-Li Kow  & La Somme de nos folies

Une BD

Halim  & Petite maman

Ces romans policiers ou thrillers qui m’ont sortie de mon quotidien !

Simone Gélin & Sous les pavés la jungle

Jean-Pierre Rumeau & Le vieux Pays

Tim Willocks & La mort selon Turner

Ces romans en format poche, à lire à faire lire…

Laurent Seksik & Romain Gary s’en va-t’en guerre

Benedict Wells & La fin de la solitude

Claudio Fava & Silencios

Et vous ? Qu’avez vous lu, aimé, quels livres avez-vous envie de partager de votre année 2018, quels conseils pour l’année qui vient ?

Silencios. Claudio Fava

Indispensable, le roman de Claudio Fava « Silencios » retrace un évènement oublié de la dictature argentine, à lire !

Domi_C_Lire_silencios_claudio_fava_jai_lu

1978 en argentine, à La Plata. De jeunes hommes s’entrainent pour le championnat de rugby, ils doivent participer au mondial qui aura lieu dans quelques mois.
Ils sont jeunes, très efficaces, ce sont même de très bons joueurs, mais ils ne vivent pas à la bonne époque…

Car en Argentine à ce moment-là, le général Videla a pris le pouvoir et les disparitions, les assassinats, sont devenus monnaie courante. Le jour où le jeune Momo est enlevé, puis assassiné, le monde de Raul et de ses coéquipiers s’écroule, ils entrent de plain-pied dans la terreur et dans l’horreur.

Au match suivant, l’équipe refuse de jouer si une minute de silence n’est pas respectée en l’honneur de Momo, une minute qui s’éternise, les joueurs, les spectateurs, tous respectent, tous se taisent, tous protestent en silence face au fracas des bottes et des armes. Mais la contestation doit être brisée  dans l’œuf… et les sportifs vont disparaitre les uns après les autres…

Desaparecidos, vols de la mort, l’Esma (École Supérieure de Mécanique de la Marine), autant de mots, de noms qui ont une connotation de terreur forte lorsque l’on évoque les années noires de la dictature Argentine.

Un très court roman, mais une lecture forte et émouvante qui interroge sur les dictatures, et sur le silence et l’oubli par les peuples…

Je ne connaissais pas cet épisode, mis en lumière par l’auteur Claudio Fava, à la suite du témoignage Raul Barandiaran, unique survivant de l’équipe de rugby de La Plata. L’auteur a été touché également par la relation entre cette dictature et les années noires qu’a également connu l’Italie avec la mainmise de la mafia sicilienne.

On mourait en Argentine comme en Sicile, à Buenos Aire comme à Catane

Sur cette période, et l’Argentine en particulier, on ne manquera pas de lire également le roman de Frédéric Couderc Aucune pierre ne brise la nuit, Frédéric Couderc a également répondu à mes questions, interview à retrouver ici.

💙💙💙💙💙

Catalogue éditeur : J’ai Lu, inédit

L’histoire vraie du club de rugby qui défia la dictature argentine…

Argentine, 1978. L’assassinat politique d’un jeune joueur de rugby de La Plata met le feu aux poudres : la guerre est déclarée entre l’équipe et la dictature. Chaque match du petit club est un défi, chaque hommage aux victimes une provocation adressée au pouvoir, qui répond par un bain de sang. Et pourtant, l’équipe, de plus en plus décimée, gagne ses matchs…
Traduction (Italien) : Alexandre Bilous, Dominique Manotti.
Thriller (n° 12419) / Paru le 07/11/2018 / Prix : 5,00€