Efface toute trace, François Vallejo

Une satire acide et féroce du marché de l’art contemporain et de ses excès

Quel est le point commun entre un chinois diabétique de Hong Kong décédé après avoir ingéré une énorme quantité de sucre, un new-yorkais qui a littéralement fondu, et un français qui décède violemment alors qu’il est seul dans un téléphérique ?

Fort que quelques constatations hasardeuses, un expert en art est sollicité par d’anonymes collectionneurs pour tenter de démêler le fin mot de ces incidents pour le moins lugubres. Ont-ils un lien entre eux, car ils ont au moins un intérêt en commun, l’art. Toutes les victimes étaient des collectionneurs d’art contemporain, ou plus spécifiquement d’Art Urbain. Reste à savoir qui leur veut du mal, pourquoi, comment.

L’idée de départ de ce roman est à priori fort séduisante, pénétrer le monde de l’art par le biais d’une enquête. Mais j’avoue que je me suis ennuyée. Sans doute du fait de la structure narrative un peu trop froide. Cet expert qui aligne les chapitres les uns derrière les autres est le seul personnage réel face au lecteur. Même si arrive rapidement un artiste inconnu, un certain jv le minusculement nommé. Il adore détourner les objets, et bien que très peu connu, il s’avère être le véritable lien entre les différents collectionneurs. Sa côte monte, mais il n’a qu’un désir, vendre une œuvre éphémère, à la façon de la petite fille au ballon de Bansky.

Car que peut-on dire de cet art qui se veut tellement original que d’aucuns y cherchent encore la beauté, le style, ce qui fait la singularité et l’intérêt d’une œuvre. À chaque fois je ne peux m’empêcher de penser à cette œuvre connue sous le nom de Merde d’artiste (oui, oui ! en italien Merda d’artista) de l’artiste italien Piero Manzoni réalisée à quatre-vingt dix exemplaires, et dont certains exemplaires avaient fui, y compris lors d’expositions ou dans des musées. Les acquéreurs s’étant même demandé si c’était une volonté de l’artiste, y compris si c’était une des qualités intrinsèques de œuvre …

Ce que j’ai apprécié dans ce roman ? Les différents genres, œuvres, artistes, que détaille l’auteur. Certains connus ou vus à plusieurs reprises dans des musées, d’autres découverts grâce à la lecture du roman. En particulier, et plus de trente ans après sa création par Keith Haring (en 1987) Tower cette fresque monumentale visible au sein de l’hôpital Necker de Paris, et qui est devenue depuis un véritable emblème de l’art de rue.

Ce qui m’a intéressée ? L’auteur mélange les genres, enquête, parti pris esthétique, social, et propose une véritable satire du marché de l’art contemporain et de ses excès. Pourtant il m’a manqué un je ne sais quoi en plus pour vraiment me convaincre.

Catalogue éditeur : Viviane Hamy
Face aux violents décès de trois amateurs d’art fortunés à Hong Kong, New York et Paris, un groupe de collectionneurs surnommé le « consortium de l’angoisse », charge un expert d’élucider ces incidents étranges. Sa mission ? Rassembler l’ensemble des faits connus et mener sa propre enquête. Le temps presse car de nouveaux accidents surviennent.
Une piste se dégage. Les victimes auraient fait l’acquisition d’œuvres subversives signées « jv ». L’artiste, un Orson Welles mâtiné d’un Bansky, obsédé par le détournement, est introuvable. Jusqu’au jour où il décide de joindre l’expert…
Provocation ? Bluff ? Falsification ? Serial artiste doublé d’un serial killer ?

Qu’est-ce qu’un chef-d’œuvre ? Que signifie être artiste au sein de nos sociétés capitalistes et dématérialisées ? François Vallejo avec Efface toute trace embarque son lecteur au cœur d’une enquête palpitante où les apparences sont autant de trompe l’œil s’éclairant les uns les autres. Talentueux et féroce.

Parution : 03/09/2020 / ISBN : 9791097417970 / Pages : 294 p. / Prix : 19€

L’homme qui aimait trop les livres, Allison Hoover Bartlett

Quand les bibliophiles se transforment en biblio-maniaques l’amour des livres anciens autorise tous les extrêmes

Quand l’amour des livres anciens et rares pousse un homme à remplir sa bibliothèque de la façon la plus illégale qui soit.
Quand l’amour des livres anciens et rares pousse un libraire obstiné à traquer le collectionneur passionné mais néanmoins voleur qui commet ses larcins en toute impunité.

Basé sur un fait divers, voilà un récit tout à fait passionnant et subtil.

Qui n’a pas admiré ces majestueuses bibliothèques que l’on découvre dans les grands classiques du cinéma anglais ou américain, qui posent leurs propriétaires comme appartenant à une certaine élite, celle des intellectuels cultivés, celle des bourgeois amateurs de belles lettres. C’est peut-être ce qui a séduit John Charles Gilkey, né en 1968 aux USA. Ce passionné de livres anciens et de manuscrits  en a dérobé pour environ 200 000 dollars, dans des salons du livre, chez des libraires, ou dans des bibliothèques. Son but ? Posséder les  livres répertoriés par la liste des 100 meilleurs romans de Modern Librairy. Dans son imaginaire, posséder une belle bibliothèque est le signe d’appartenance à une classe sociale supérieure, et certainement à ses yeux de grande respectabilité.

Pendant quelques années, il a utilisé des reçus de cartes bancaires qu’il avait subtilisé lors de ses courts emplois successifs aux rayons du Saks Fith avenue de San Francisco. Très prudent et futé, il prenait son temps pour utiliser les numéros de comptes ainsi volés. Il agissait par téléphone pour demander les livres qu’il avait repéré sur les sites des grandes librairies spécialisées dans le livre rare.

Allison Hoover Bartlett l’a rencontré. Elle le fait parler et agir sous nos yeux sidérés par tant d’audace et tant de manque de respect pour les libraires qu’il a spoliés pendant des années, et ce apparemment sans aucun scrupule. Comme s’il considérait tout simplement que ces livres lui étaient dus ! On remarque d’ailleurs en lisant les entretiens qu’elle a eu avec John Gilkey qu’il ne lui dévoile certains vols que lorsqu’il sait pertinemment qu’il y a prescription ! Il faut dire qu’il ne volait pas pour spéculer ou pour revendre, mais bien pour garder chez lui tous ces livres exceptionnels.

Face à ce voleur passionné mais bien peu scrupuleux, on trouve donc Ken Sanders, un libraire de Salt Lake City aussi passionné que lui, mais qui tient à préserver son travail et celui de ses collègues libraires en livres anciens comme lui ; il va le traquer sans relâche, mettant en place d’abord un fichier répertoriant quels livres volés et à qui, puis une stratégie pour arriver à le confondre.

Alors qui sait, on a peut-être un peu tendance à essayer de le plaindre, de lui chercher des excuses à ce voleur qui aime les belles choses, les beaux livres surtout (nous qui sommes aussi passionnés que lui !) mais c’est totalement immoral, et au final bien peu des livres volés par Gilkey ont été retrouvés pour être rendus à leur propriétaires. John Gilkey reste à ce jour le plus grand voleur de livres anciens et rares de ces dernières années aux États-Unis. Une passionnant enquête qui se lit comme un roman.

Ce que j’ai aimé dans cette passionnante enquête qui se lit comme un roman ?

Comprendre comment travaillent les librairies spécialisées dans ces livres rares et anciens, comment il leur est parfois difficile d’avouer qu’ils ont été spoliés, mais comprendre aussi leur amour des livres qu’ils vendent, la difficulté de leur métier, la mise en danger que représentent ces vols qui peuvent s’avérer catastrophiques pour leur budget et la survie de leur commerce.

En dehors de ce fait divers absolument passionnant, comprendre à travers l’expérience de Allison Hoover Bartlett cet amour des livres, cette passion qui vient de loin, car comme elle nous l’explique, ce n’est pas d’aujourd’hui que l’on cherche à collectionner les beaux livres. De même que leur destruction par les dictatures ou en temps de guerre nous inquiète, les collectionner, les posséder, est un acte naturel à travers les âges. Ou quand les bibliophiles se transforment en biblio-maniaques éclairés ! Et c’est étonnant de découvrir les profils des collectionneurs, qui sont attirés par la beauté de l’objet, le nom de l’auteur, la rareté de l’ouvrage. Qu’ils soient lecteurs ou pas, les collectionneurs sont avant tout des passionnés qui protègent et sauvegardent ces trésors, et l’on croise fort les doigts pour que les livres rares ne deviennent jamais seulement des objets de spéculation à tout va.

Catalogue éditeur : Pocket, éditions Marchialy

Traducteur : Cyril GAY

Un voleur de livres rares, un libraire obstiné, l’histoire d’une traque haletante entre deux amoureux du livre.
Jusqu’où iriez-vous pour mettre la main sur le livre de vos rêves ? Mieux encore, jusqu’où iriez-vous pour avoir une bibliothèque remplie de vos livres préférés ?
L’Américain John Gilkey a dérobé pour 200 000 dollars de livres anciens. Son but, réunir une collection à son image. C’était compter sans la ténacité de Ken Sanders, libraire irascible, qui s’improvise détective et mène l’enquête.
À travers le récit de cette traque, l’auteur nous plonge dans l’univers fascinant du livre ancien en se posant toujours cette question : de quoi serions-nous capables par amour des livres ?

Allison Hoover Bartlett est une journaliste américaine. Elle découvre le monde secret du livre ancien le jour où un ami lui confie un exemplaire d’un herbier du XVIIème siècle. Intriguée, elle choisit de se frayer un chemin dans ce milieu mystérieux et très masculin. Elle écrit entre autres pour le New York Times, le Washington Post, le San Francisco Chronicle Magazine. L’article à l’origine de ce livre a été repris dans l’anthologie The Best American Crime Reporting 2007.

Pocket : Parution le 02/01/2020 / Prix : 6.95 € / EAN : 9782266298629 / Pages : 264 / Format : 108 x 177 mm

Éditions Marchialy : Paru le 4 octobre 2018 / Prix : 21 euros / ISBN : 9791095582403

La bibliothèque de Hans Reiter. Jean Yves Jouannais

« La bibliothèque de Hans Rieter » de Jean-Yves Jouannais, un roman étonnant et singulier. « La guerre avait commencé par un blague, par rien d’autre qu’une blague ».

La bibliothèque de Hans Reiter

A la demande d’un de ses commanditaires, le narrateur se rend à une vente aux enchères sur l’ile de Rügen, en Allemagne. Là, il doit acquérir une partie de « La bibliothèque de Hans Reiter ». C’est son métier, acheter et vendre des livres anciens. Lors de ses achats il est toujours interrogatif quant à l’esprit et la logique ayant conduit à la création puis à l’unicité d’une collection de livres. Ici pourtant, impossible de comprendre le propriétaire, si ce n’est que la plupart des livres traitent de la guerre, mais de la guerre partout, à diverses époques, sans qu’il y ait une unité de lieu ou de temps par exemple. Et fait étrange, dans tous les livres qu’il a achetés une page est arrachée. Mystère que le narrateur n’aura de cesse d’élucider.

D’autant que lors de la vente un certain Ernest Gunjer lui a âprement disputé les enchères. Cet homme va le contacter pour le rencontrer. Rencontre avec un homme improbable, mais le narrateur s’embarque alors avec ce quasi inconnu pour une aventure livresque assez inhabituelle. Il découvre que la passion de Hans Reiter pour les livres qui traitent de la guerre a débuté à l’occasion d’une joyeuse soirée dans un cabaret à Vienne le 28 avril 1939 lorsqu’il a entendu le discours d’Hitler. A partir de cette date, seul contre tous, ayant perçu ce que nul autre n’avait compris, il n’a eu de cesse de démontrer que « La guerre avait commencé par un blague, par rien d’autre qu’une blague ».

Les questionnements du narrateur sont autant d’arguments pour lire des extraits des livres qu’il a réussi à acquérir, prétexte à développer quelques anecdotes historiques dont l’auteur est un spécialiste puisqu’il poursuit un cycle de conférences sur l’encyclopédie des guerres. Alors nous sortons moins ignares, sur Kafka et ses créatures, proches d’Hitler se terrant dans ses bunkers, sur la campagne de Russie, sur Napoléon, sur le soldat inconnu, sur Hitler bien sûr. Si les sujets sont vastes, ils traitent néanmoins tous de la guerre. C’est un livre assez court, mais dans lequel on pourrait puiser des connaissances pendant des heures. Une lecture aussi dense qu’étonnante.

domiclire_POL2016

Un roman de la Sélection 2016 du Prix Orange du livre

Extraits :

« Moi, (…) je n’étais fasciné par rien. C’était un regret. C’était à en pleurer tant je le regrettais. Que ce soit la guerre, l’amour, la politique ou toute autre chose – dont les livres-, je n’étais envoûté par rien. J’avais justement souffert de n’avoir jamais vécu sous aucune addiction ».

«  »Paris.- 28 janvier 1921. Inhumation du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe. Le cercueil porté par quatre soldats arrive devant la tombe ». Les porteurs vont au pas, leur pied gauche est levé. Ils regardent devant eux, vers ce qui doit être le bas des Champs Élysées, et l’assistance autour d’eux regarde dans la même direction. Personne ne regarde le cercueil recouvert du drapeau. Ce soldat n’est pas seulement inconnu, il est déjà seul. »

Catalogue éditeur : Grasset

« La croyance de Hans Reiter fut dès lors celle de tous les hommes de toute éternité et qu’ils ont désiré censurer, à savoir que la guerre – dans son cas la Seconde Guerre mondiale – était née non pas d’un quiproquo diplomatique, du caractère belliqueux d’une nation, d’un accident climatologique ou de tout autre phénomène naturel, mais d’une blague. Il en avait été le témoin. La guerre est une farce qui tourne mal. »
Parution : 03/02/2016 / Pages : 160 / Format : 140 x 205 mm / Prix : 17.00 € / EAN : 9782246857761