L’œil du paon, Lilia Hassaine

Un conte fantastique et cruel sur l’orgueil et la vanité

Voilà un roman qui débute comme un conte, une tragédie gréco-romaine. Héra vit sur l’ile des paons en Croatie avec Adonis, son père. Depuis la mort de sa mère ils ont une relation fusionnelle. Mais lorsque Titus, le souverain des lieux, décède, son père lui explique qu’une malédiction pèse sur tous ceux qui vivent sur cette ile et qu’elle doit en partir pour sauver sa vie.

Héra a 21 ans lorsqu’elle quitte cette ile hors du temps et arrive dans un Paris très actuel. Là, l’apprentie photographe pose son regard affuté et naïf sur le monde qui l’entoure.

Elle est accueillie par un couple à la relation délétère, Agathe, la sœur de sa mère et Laurent son époux, qui la traitent comme une étrangère. Le seul qui semble vraiment heureux de la connaitre est Hugo, leur petit garçon au regard triste dont elle va rapidement se sentir proche. Autour d’elle gravitent de bien étranges personnages, d’abord Gabriel, le séduisant et mystérieux instituteur d’Hugo, puis ce couple de pharmaciens chez lesquels Agathe s’approvisionne grassement en anxiolytiques, enfin l’énigmatique monsieur Quentin, un opticien, celui qui voit, ou qui aide ceux qui ne voient pas.

Si elle comprend qu’Hugo a besoin de sa présence, la jeune Héra se laisse rapidement emporter dans le tourbillon de la vie parisienne avec ses sorties, ses soirées, sa superficialité. Car le bonheur de séduire, de plaire, d’être aimée vont lui faire rapidement oublier l’essentiel, que le temps passe et qu’on ne le retient pas. Et surtout oublier ceux qui l’aiment, ceux qui comptent vraiment, ceux qui ont besoin d‘elle. Comme éblouie par la beauté de l’œil du paon, elle en oublie de regarder la réalité et la vérité des événements et de ceux qui l’entourent. Le jour où cette photographe qui pourtant traque la vérité dans le regard de ses contemporains va enfin ouvrir les yeux et regarder au delà des apparences, ne sera-t-il pas trop tard pour les autres et pour elle.

Quel étrange roman qui sous des airs légers nous fait réfléchir en profondeur sur la vacuité de certains de nos actes. Un roman qui frôle le fantastique mais qui évoque si bien l’apprentissage de la vie, l’orgueil et ses ravages, et ce sentiment de supériorité qui détruit parfois. Un conte cynique et brillant.

Le roman étonnant, à l’écriture poétique et parfois onirique, qui malgré quelques défauts (j’aurais aimé un peu plus de profondeur dans la psychologie de certains personnages par exemple) accroche le lecteur. Une jeune autrice que l’on a assurément envie de suivre.

Roman lu dans le cadre du jury du Prix littéraire de la Vocation 2020

Catalogue éditeur : Gallimard

 «Héra était fascinée par ces petites planètes qui habillaient la robe rousse du paon. La lumière du matin, diffractée par les lamelles des plumes, oscillait du vert émeraude au doré, moiré de reflets bleu métallique. Sur ses ailes, des centaines de plumes parsemées de perles claires, aussi éclatantes que les étoiles d’une nuit sans lune. Quant à l’herbier de sa fourrure, il avait la couleur ocre des feuilles mouillées d’octobre, que piétinait déjà Héra, loin de son île.
À l’ombre des marronniers, elle découvrit les premières images de Paris.»
Après avoir toujours vécu sur une île sauvage de Croatie, Héra se retrouve à Paris chez une tante qui la traite comme une étrangère. Tandis que son petit cousin, Hugo, reporte toute son affection sur elle, Gabriel, le mystérieux instituteur de l’enfant, l’initie aux plaisirs de la ville. Vite intégrée à la jeunesse des beaux quartiers, contaminée par le cynisme ambiant, Héra semble se satisfaire d’une certaine artificialité. Mais un drame bouleverse le cours de son destin.

Parution : 03-10-2019 / 240 pages, 140 x 205 mm / ISBN : 978207285390 / Prix : 18 ,50€

Juvenia, Nathalie Azoulai

Et si demain on interdisait les relations entre hommes et femmes d’âges trop éloignés ?

Dans un avenir et un pays indéterminés mais qui pourrait être la France. Le 27 janvier est promulgué une loi interdisant l’union d’un homme avec une femme de plus de vingt ans sa cadette. Et des peines sévères sont prévues en cas de manquement à la loi. La république de Juvenia décide de rétablir ce que l’auteur nomme l’homochronie, cet équilibre des âges dans les relations homme-femme.

Nathalie Azoulai nous fait suivre quelques personnages emblématiques de ces différences d’âge, qui doivent réorganiser leurs vies pour être en conformité avec la loi. Deux femmes délaissées, jeune femme enceinte qui doit trouver un père pour cet enfant qui va naitre hors la loi, des hommes de plus de cinquante ans dont les aspirations sont bouleversées par la loi.

Voilà un roman féministe qui tente de redonner aux femmes de plus de 50 ans une vraie place dans la société. En effet, les femmes de cinquante ans sont abandonnées, seules, et leur vie devient trop difficile, dans la solitude, ou en union avec un homme trop âgé (puisqu’ils ne veulent que des femmes plus jeunes !). Mais d’un autre côté, on peut se demander pourquoi de très jeunes femmes recherchent ces vieux barbon qui les rassurent, les protègent et leur servent de guide et de mentor. Se pose alors la question de l’émancipation et de l’autonomie de ces jeunes femmes qui s’unissent à un homme trop âgé, qui pourrait être leur père, ce mentor qui les guide sans peut-être leur laisser la possibilité de s’épanouir librement.

C’est aussi un conte farfelu et utopique sur les relations hommes-femmes, et qui s’interroge sur le sort de ces enfants nés d’un père trop âgé pour avoir le temps de les voir grandir et de les élever.

Et je n’oublie pas le sexe, omniprésent dans la vie de Juvenia. Celui de jeunes et belles femmes avec des hommes murs, mais surtout celui de femmes enfin reconnues, aimée, touchées, par ces hommes qui les délaissaient et les ignoraient depuis trop longtemps.
C’est la conquête du plaisir enfin autorisée aux femmes plus âgées, de la revanche à prendre sur ces filles au summum de leur beauté. Ces jeunes femmes à la plastique idéale, idéalisée par ces hommes en mal d’une seconde jeunesse qui n’ont aucun scrupule à abandonner la mère de leurs enfants.
Un roman très court, qui allie Humour et libertinage, un conte aussi cynique et satirique que parfois drôle et souvent grinçant dans lequel les hommes n’ont pas vraiment le beau rôle. À la fois expression de nos fantasmes ou de nos angoisses inavouées sans doute !

Catalogue éditeur : Stock

Une loi du 27 janvier interdit aux hommes de la République de Juvenia de vivre avec des femmes de plus de vingt ans leurs cadettes : un raz-de-marée dans la vie des six personnages que Nathalie Azoulai fait se croiser dans une ronde drolatique et diabolique. Une jeune femme va-t-elle se retrouver hors-la-loi parce que le père du bébé dont elle est enceinte a le double de son âge ? Les ricanements des hommes envers les femmes qui vieillissent inexorablement vont-ils enfin cesser ? Et permettre à celles-ci de retrouver la confiance et le sens de l’avenir ? Les hommes de plus de cinquante ans s’en remettront-ils ? Et si cette loi réveillait un érotisme nouveau ?
Révolutions sentimentales, revirements cocasses, aventures ébouriffantes, déceptions en chaîne, guerre des sexes : cette satire est portée ici par un style voltairien aussi rapide qu’inventif.
Nathalie Azoulai observe notre société, s’amuse avec les codes du libertinage, joue avec nos craintes et nos fantasmes en romancière virtuose.

Nathalie Azoulai est romancière et a longtemps été éditrice. Parmi son œuvre on peut citer Titus n’aimait pas Bérénice, qui a reçu le prix Médicis en 2014.

Parution : 18/03/2020 / Collection : La Bleue / 120 pages / Format : 138 x 215 mm / EAN : 9782234089518 / Prix : 16.50 €

Une immense sensation de calme. Laurine Roux

 « Une immense sensation de calme » le premier roman étonnant de Laurine Roux tient plus du conte moderne que du roman classique. Il nous emporte dans un univers proche du merveilleux où la nature façonne les hommes.

Domi_C_lire_une_immense_sensation_de_calmeLes personnages évoluent dans un univers glacé qu’on imagine aux confins du monde, à une époque qui n’est jamais située exactement. On comprend vite qu’il y a moins d’une génération une guerre a détruit et transformé le pays dans lequel ils évoluent, guerre que les survivants, essentiellement les femmes et les enfants, se sont empressés de taire, n’évoquant plus à ce sujet que le Grand Oubli.

Alors Elle raconte. Elle raconte comment Igor, cet être étrange et sauvage, qui vit en totale synergie avec la nature qui l’entoure, est entré dans sa vie. Comment aussitôt c’est devenu son homme, elle est devenue femme. Elle avait été recueillie par une famille, après les décès d’Ama et Apa, après la mort de la grand-mère qui l’avait élevée. Ce jour-là, le jour de la rencontre avec Igor, elle sait qu’elle partira avec lui, faire sa vie avec lui dans cet univers glacé, si beau et parfois inamical.

Et peu à peu, une histoire se déroule où le légendes prennent corps, où apparaissent des baladins, où les villageois se montrent hostiles à l’inconnu, à l’étranger, où la mort rôde et détruit aussi. Les histoires s’imbriquent et peu à peu se dévoilent. Celle d’une fille mi poisson, mi femme, mais fille parricide qui enfantera et fuira en abandonnant son fils. Celle d’une ourse dressée qui élèvera un enfant orphelin. Celle de la vieille Grihsa, la plus belle fille du village mise à l’écart de tous, devenue sorcière et guérisseuse, qui soigne les enfants de l’orphelinat, ces oubliées de la vie rejetés par le village, qui soigne ensuite Igor le jour où la mort et le froid ont décidé de prendre sa vie si précieuse. Des filiations se dévoilent, des destins se précisent, comme un conte, une légende moderne dans laquelle évoluent sorcières, baladins et dresseurs d’ours.

Entre forêts et étendues glacées, entre montagne et mer, j’ai eu la sensation d‘entrer dans un univers hostile, hors du temps, où paysages et froidure sont prépondérants, où la nature sauvage et dure mais majestueuse prend le pas sur l’action des hommes. C’est un roman étonnant car il nous fait évoluer en dehors de tout cadre connu auquel se repérer… En même temps, sous des airs de conte moderne, l’auteur nous parle de liberté, d’amour fou et de passion, de don de soi et de différence, de solitude et de peur de l’inconnu, de repli sur soi, de rejet de la différence quelle qu’elle soit et d’égoïsme primaire. Et cependant tout au long de ces pages reste toujours une infime mais bien présente dose d’espoir en l’homme. Un premier roman très singulier, découvert avec les 68 premières fois, vers lequel je ne serais sans doute jamais allée…

💙💙💙


Catalogue éditeur : Les éditions du sonneur

Alors qu’elle vient d’enterrer sa grand-mère, une jeune fille rencontre Igor. Cet être sauvage et magnétique, presque animal, livre du poisson séché à de vieilles femmes isolées dans la montagne, ultimes témoins d’une guerre qui, cinquante ans plus tôt, ne laissa aucun homme debout, hormis les « Invisibles », parias d’un monde que traversent les plus curieuses légendes.
Au plus noir du conte, Laurine Roux dit dans ce premier roman le sublime d’une nature souveraine et le merveilleux d’une vie qu’illumine le côtoiement permanent de la mort et de l’amour.

Née en 1978, Laurine Roux vit dans les Hautes-Alpes où elle est professeur de lettres modernes.
Texte publié sous la direction de Marc Villemain.

ISBN : 9782373850765 / Pages : 128 / Parution : 15 mars 2018

Le Voyage d’Octavio, Miguel Bonnefoy

Voyage initiatique, hymne à la nature et à un pays, le Venezuela

Octavio est soigné chez lui par un docteur qui faute de papier et d’un crayon, va lui écrire son ordonnance sur la table de bois.  Analphabète, Octavio se voit alors contraint de transporter celle-ci  jusque chez le pharmacien.

Après quelques péripéties, il rencontre Venezuela, la si bien nommée. Cette femme que tout devrait éloigner d’Octavio va lui apprendre à lire et à écrire. Vivant de petits boulots auprès d’une bande de cambrioleurs au comportement de quasi gentlemen plutôt singuliers,  Octavio se retrouve piégé et fui sa ville, Saint Paul du Limon.

Dans sa fuite, son pays, le Venezuela, l’éveille peu à peu à sa réalité. Ses pas le guident à travers les forêts, les montagnes, les torrents violents et impétueux, la nature sauvage et les grottes mystérieuses, à la rencontre d’enfants, d’hommes, d’étrangers. Lui le géant qui désormais sait quel trésor cela peut être de savoir lire et écrire se transforme en maitre d’apprentissage, puis en ouvrier infatigable. Jusqu’au jour où enfin ses pas le ramènent vers sa ville, son bidonville de Saint Paul du Limon, dans la banlieue de Caracas.

Une écriture qui entraine le lecteur, des descriptions fantasmatiques, un parcours initiatique, apprentissage de vie, un voyage étonnant à travers l’âme d’un pays où tout semble encore à créer, quand l’histoire d’un petit raconte l’histoire d’un pays. Quel beau et étrange roman qui se lit presque comme un conte.

Catalogue éditeur : Rivages

Une grande fable baroque sur le Venezuela, onirique et picaresque, autour de la figure d’un paysan analphabète qui se réapproprie sa propre Histoire : le premier roman de Miguel Bonnefoy, lauréat en 2013 du Prix du Jeune Écrivain de langue française, qui a révélé des auteurs comme Marie Darrieussecq, Jean Baptiste Del Amo, Antoine Bello, etc.

EAN: 9782743629410 / Parution : janvier 2015 / 130 pages / Format : 14.0 x 20.5 / Prix: 15,00€