L’œil du paon, Lilia Hassaine

Un conte fantastique et cruel sur l’orgueil et la vanité

Voilà un roman qui débute comme un conte, une tragédie gréco-romaine. Héra vit sur l’ile des paons en Croatie avec Adonis, son père. Depuis la mort de sa mère ils ont une relation fusionnelle. Mais lorsque Titus, le souverain des lieux, décède, son père lui explique qu’une malédiction pèse sur tous ceux qui vivent sur cette ile et qu’elle doit en partir pour sauver sa vie.

Héra a 21 ans lorsqu’elle quitte cette ile hors du temps et arrive dans un Paris très actuel. Là, l’apprentie photographe pose son regard affuté et naïf sur le monde qui l’entoure.

Elle est accueillie par un couple à la relation délétère, Agathe, la sœur de sa mère et Laurent son époux, qui la traitent comme une étrangère. Le seul qui semble vraiment heureux de la connaitre est Hugo, leur petit garçon au regard triste dont elle va rapidement se sentir proche. Autour d’elle gravitent de bien étranges personnages, d’abord Gabriel, le séduisant et mystérieux instituteur d’Hugo, puis ce couple de pharmaciens chez lesquels Agathe s’approvisionne grassement en anxiolytiques, enfin l’énigmatique monsieur Quentin, un opticien, celui qui voit, ou qui aide ceux qui ne voient pas.

Si elle comprend qu’Hugo a besoin de sa présence, la jeune Héra se laisse rapidement emporter dans le tourbillon de la vie parisienne avec ses sorties, ses soirées, sa superficialité. Car le bonheur de séduire, de plaire, d’être aimée vont lui faire rapidement oublier l’essentiel, que le temps passe et qu’on ne le retient pas. Et surtout oublier ceux qui l’aiment, ceux qui comptent vraiment, ceux qui ont besoin d‘elle. Comme éblouie par la beauté de l’œil du paon, elle en oublie de regarder la réalité et la vérité des événements et de ceux qui l’entourent. Le jour où cette photographe qui pourtant traque la vérité dans le regard de ses contemporains va enfin ouvrir les yeux et regarder au delà des apparences, ne sera-t-il pas trop tard pour les autres et pour elle.

Quel étrange roman qui sous des airs légers nous fait réfléchir en profondeur sur la vacuité de certains de nos actes. Un roman qui frôle le fantastique mais qui évoque si bien l’apprentissage de la vie, l’orgueil et ses ravages, et ce sentiment de supériorité qui détruit parfois. Un conte cynique et brillant.

Le roman étonnant, à l’écriture poétique et parfois onirique, qui malgré quelques défauts (j’aurais aimé un peu plus de profondeur dans la psychologie de certains personnages par exemple) accroche le lecteur. Une jeune autrice que l’on a assurément envie de suivre.

Roman lu dans le cadre du jury du Prix littéraire de la Vocation 2020

Catalogue éditeur : Gallimard

 «Héra était fascinée par ces petites planètes qui habillaient la robe rousse du paon. La lumière du matin, diffractée par les lamelles des plumes, oscillait du vert émeraude au doré, moiré de reflets bleu métallique. Sur ses ailes, des centaines de plumes parsemées de perles claires, aussi éclatantes que les étoiles d’une nuit sans lune. Quant à l’herbier de sa fourrure, il avait la couleur ocre des feuilles mouillées d’octobre, que piétinait déjà Héra, loin de son île.
À l’ombre des marronniers, elle découvrit les premières images de Paris.»
Après avoir toujours vécu sur une île sauvage de Croatie, Héra se retrouve à Paris chez une tante qui la traite comme une étrangère. Tandis que son petit cousin, Hugo, reporte toute son affection sur elle, Gabriel, le mystérieux instituteur de l’enfant, l’initie aux plaisirs de la ville. Vite intégrée à la jeunesse des beaux quartiers, contaminée par le cynisme ambiant, Héra semble se satisfaire d’une certaine artificialité. Mais un drame bouleverse le cours de son destin.

Parution : 03-10-2019 / 240 pages, 140 x 205 mm / ISBN : 978207285390 / Prix : 18 ,50€

Facéties et paysages contés en Pyrénées-Orientales, Caroline Chemarin

Arpenter les routes des Pyrénées-Orientales au fils des secrets et de l’imaginaire poétique de Caroline Chemarin

Voilà un joli recueil de contes qui nous entraine dans le sud-ouest de notre beau pays, du côté des Pyrénées que j’aime tant. Tout au long de dix-neuf « promenades » qui nous entrainent dans les Pyrénées-Orientales.

Chaque commune est ici prétexte à raconter une « promenade » qui mêle la nature, la faune ou la flore, le paysage ou la ville, la mer ou la côte de sable, l’architecture et l’art. En se basant sur les histoires qui se racontent le soir au coin du feu, ou pas d’ailleurs, l’auteur nous transporte dans un univers féérique fait de sirènes, de Néréides, de sorcières gentilles et de jeunes filles exigeants, mais aussi de gentils vignerons, de pauvre sculpteur, de fabricant de sandales ou même de pas de danse.

Les sentiments les plus divers tels que jalousie, peur, envie, désobéissance, ou au contraire fidélité, amour, pour ne citer qu’eux, sont présents. Ici les animaux, gentils, solidaires, malins, peureux ou voleurs, lapin, renard, Gypaètes, ours et huppes fasciées, isard aux cornes d’or, viennent aussi nous rendre visite pour notre plus grand bonheur.

C’est un vrai plaisir de lire ces contes à l’écriture aussi poétique que chantante. A noter également que certains contes sont illustrés de jolis dessins de l’auteur. J’ai aimé tourner les pages, courir d’un bout à l’autre du département, de ses côtes maritimes jusqu’aux montagnes, de Collioure à Prats-de-Mollo-La Preste (cette ville située à la fin de la route dans la montagne, où ma mère a fait tant de séjours de cure et qui me paraissait au bout du monde). Je crois que je ne regarderai plus certains paysages de la même façon.

J’avais rencontré Caroline Chemarin au salon du Livre de paris, l’an dernier, et j’avais été intriguée par ses jolis recueils de contes bilingues à destination des tout-petits. Mais il n’était pas facile d’imaginer les faire lire à mes petits-enfants. Alors c’est une joie de découvrir ce recueil-là, qui parle d’une région que j’aime et qui associe l’universalité du conte, le rythme et la qualité de la narration avec le plaisir de pouvoir lire à voix haute.

Catalogue éditeur : Les Presses Littéraires

Nous avons appris à poser sur le territoire l’œil géographique et le regard historique. Nous savons qu’il peut être appréhendé de façons multiples par le géomètre, le géologue, le botaniste, le zoologue mais… Livre-t-il pour autant tous ses trésors ? Ne percevez-vous pas l’ombre de tout ce qu’il cache encore ?
Quel est le terrible secret qui lie la huppe fasciée au vigneron ? Comment le peintre désobéissant créa-t-il les cerises ? Par quelle ruse Sire Chat parvint-il à sauver tous ses compagnons du bûcher ? De quelle façon le roi philosophe éloigna-t-il le chaos du Canigou ? Connaissez-vous le tout petit Desman ? Pour quelle raison n’a-t-on jamais retrouvé le temple de Vénus bâti à Port-Vendres ?
Un paysage qui regorge de merveilles suscite mille questions.
Arpentez les routes des Pyrénées Orientales, perdez-vous sur les sentiers et remontez les fleuves jusqu’aux sources cachées : elles sont très bavardes pour peu qu’on fasse mine de les écouter.

Comme elles, les « Facéties » murmurent, courent et serpentent à travers les imaginaires successifs qui ont nourri et enrichi notre département. Elles en racontent les paysages, dévoilent certains de leurs secrets et nous invitent à poser un œil nouveau sur le monde qui nous entoure.

ISBN : 979-10-310-0734-2 / 16 X 24, 132 pages / Prix 13,00 €

L’homme qui n’aimait plus les chats, Isabelle Audy

Entre conte et fable intemporelle, une dystopie des temps modernes manifeste contre la dictature et les dangers de la manipulation de masse

Une ile, entre le ciel et l’eau, une ile, sans hommes ni bateaux…. Non, là une ile avec des hommes et des femmes qui se connaissent tous, qui s’apprécient plus ou moins, mais qui vivent en bonne intelligence ; amoureux, solitaires, retraité, pêcheur, institutrice, chacun vit sa vie. Et quelques chats, oui, quelques chats, jusqu’au jour où tous réalisent que justement, les chats, on ne les voit plus. Discrets, indépendants, ils ne faisaient pas d’ennui et on vivait avec, mais leur disparition surprend la population. Que s’est-il passé ? Où sont-ils passés ?

Pour pallier au manque, des hommes et femmes étranges venus du continent apportent sur l’ile des chats qu’ils offrent, de force, aux iliens. Des chats qui ressemblent étrangement à des chiens, tenus en laisse, qui dorment dans leur niche et protègent les maisons des intrus. Mais sur l’ile, il n’y a pas d’intrus, puisque tout le monde se connait et chacun tolère, ignore, protège ou respecte l’autre.

Les réactions de chacun vont être très différentes, montrant aussi les différentes façons de réagir à ce qui nous arrive, au niveau de l’individu, de l’ile, d’un pays pourquoi pas ? Avec ce récit largement dystopique, l’auteur nous offre une fable sur l’homme, les dérives du langage, si faciles à installer, mais aussi les règles de société qui nous étouffent et que l’on accepte sans les vouloir au fond, sans se rebeller.

Impression de déjà vu dans l’installation peu à peu d’une forme de dictature, et de soumission au changement. S’il est comparé à 1984, ce court premier roman m’a aussi fait penser à La vague de Todd Strasser ; ce roman qui m’avait marquée a été adapté en film en 2009.

Roman lu dans le cadre de ma participation aux 68 premières fois

Catalogue éditeur : éditions Le Panseur

Traité sous la forme de la transmission orale, l’auteur nous offre une œuvre qui s’inscrit dans la lignée des grandes dystopies telles 1984 et Matin Brun. Mais là où ces histoires nous condamnent à subir un demain qui s’écroule, L’homme qui n’aimait plus les chats est bien plus qu’une utopie, c’est un possible, un autrement : un aujourd’hui déjà en train de se relever.

Parution : 16/03/2019 / EAN : 9782490834006 / Nombre de pages : 128

Le Roi Dagobert : Le dragon gascon, Christophe Loupy et Héloïse Solt

Le bon roi Dagobert a tout mis à l’endroit, mais une nouvelle renversante l’attend en son château. Un joli livre jeunesse qui plaira à ses lecteurs

Mais qu’il est drôle ce joli recueil d’histoire de France, heu, non, d’aventure, ou peut-être cette nouvelle médiévale ? En tout cas c’est une histoire savoureuse, avec de jolies illustrations dynamiques et colorées, un texte facile à lire, avec quelques références historiques et des mots adaptés aux jeunes, ni trop simples, ni trop difficiles.

Le bon roi Dagobert, roi valeureux et courageux, rentre de guerre. Il est bien heureux de regagner son domaine.  Mais c’est sans compter sur le dragon qui est venu occuper le château pendant son absence. Alors comment faire pour l’en déloger ? Car un dragon, c’est fort, grand, et ça crache du feu, c’est bien connu.

Tous s’y essayent, un seul y réussira… force, fouge, peur ou crainte, rien n’y fait, seule l’intelligence du jeune Artagnan viendra à bout (ou pas) de l’horrible bête. Avec des références très actuelles, malgré un sujet qui se veut d’histoire, Le roi Dagobert est bien ancré dans le présent et fera le bonheur de ses petits lecteurs.

Manque juste, comme souvent dans les livres jeunesse, une mention du conseil d’âge idéal pour ses lecteurs.

Catalogue éditeur : Little Urban

Le Roi Dagobert revient de la guerre. Il n’a qu’une envie, rentrer chez lui. Ce jour-là, il a tout mis à l’endroit. Sa culotte ? À l’endroit. Son armure ? À l’endroit. Son cheval ? À l’endroit. Son château, par contre… Il est pris d’assaut par un terrible dragon gascon.
La nouvelle série médiévale culottée : le roi Dagobert a mis l’Histoire à l’envers ! Batailles épiques et fous rires garantis pour une première aventure qui se tient en haut lieu : la Gascogne.
64 pages / ISBN 9782374081878 / Parution : 4 octobre 2019 / Prix : 8€

La plus précieuse des marchandises, Jean-Claude Grumberg

C’est un conte qui dit la vie, l’amour, l’enfant… C’est un conte indispensable qui dit l’indicible. C’est peut être une Histoire vraie…

La plus précieuse des marchandises c’est la vie. Celle qui est donnée, celle qui est offerte, celle qui part en fumée à l’arrivée des wagons plombés dans les plaines au bout de la forêt, au bout de l’hiver, du froid et de la faim. Dans ces wagons passent hommes et femmes, vieillards et enfants, meurtris, bientôt oubliés du monde quand, à leur arrivée au camp, ils sont triés, puis pour la majorité d’entre eux envoyés à la mort.

Dans ce conte, il y a une grande forêt où chaque jour une vieille bûcheronne regarde ces trains qui passent dans un sens puis dans l’autre, elle rêve de voyages et d’ailleurs. Elle espère elle ne sait quoi, pourtant souvent tombent des trains des petits papiers qu’elle garde, sur lesquels sont écrit ces mots qu’elle ne comprend pas. Jusqu’au jour où tombe du wagon un petit paquet emmailloté dans un châle somptueux tissé de fils d’or.

Dans ce paquet, une petite fille, cadeau du ciel qu’elle va nourrir et élever contre l’avis du bucheron son époux, contre l’avis de la population alentour, avec l’aide de l’homme des forêts, prenant la fuite au péril de sa vie pour la sauver.

Voilà un contenu absolument émouvant pour dire la solution finale, la mort et que l’auteur a voulu rendre universel en choisissant de l’exprimer sous la forme du conte. Pour montrer sans doute aussi qu’au plus noir des hommes il reste parfois un espoir de vie. Ce texte qui parle à chacun de nous, partout, est à la fois sombre et empreint d’une grande humanité. Cette femme qui élève cet enfant qu’on lui refuse, dans ce pays où il était si facile de fermer les yeux face à l’extinction programmée de tout un peuple. Ce père qui va choisir entre ses enfants m’a forcément fait penser au Choix de Sophie, douleur, espoir, culpabilité, tout est dans le geste, celui qui sauve et celui qui condamne, et cependant il y a tant d’espoir dans ces pages.

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury du Prix des lecteurs BFM l’Express

Écrivain et dramaturge, Jean-Claude Grumberg est né à Paris en 1939, dans une famille juive. Il est hanté par l’arrestation, sous ses propres yeux, de son père emmené à Drancy et déporté par le convoi 49, parti pour Auschwitz le 2 mars 1943.

Catalogue éditeur : Seuil

Il était une fois, dans un grand bois, une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron.
Non non non non, rassurez-vous, ce n’est pas Le Petit Poucet ! Pas du tout. Moi-même, tout comme vous, je déteste cette histoire ridicule. Où et quand a-t-on vu des parents abandonner leurs enfants faute de pouvoir les nourrir ? Allons…
Dans ce grand bois donc, régnaient grande faim et grand froid. Surtout en hiver. En été une chaleur accablante s’abattait sur ce bois et chassait le grand froid. La faim, elle, par contre, était constante, surtout en ces temps où sévissait, autour de ce bois, la guerre mondiale.
La guerre mondiale, oui oui oui oui oui.

Date de parution 10/01/2019 / 12.00 € TTC / 128 pages / EAN 9782021414196

Le plus courageux des peureux. Guylaine Kasza

Lire « Le plus courageux des peureux » de Guylaine Kasza, mettre ses peurs dans un mouchoir au fond de sa poche et … rêver ! Pour les 8/10 ans.

Domi_C_Lire_le_plus_courageux_des_peureux_guylaine_kasza_syros

Inspirée d’un conte afghan que l’on raconte là-bas dans les maisons ou à l’ombre d’un grand arbre, l’histoire d’un homme qui a peur de tout a retenu l’attention de l’auteur. Elle a décidé de l’écrire à son tour, pour la faire lire au plus grand nombre.

A lire à partir de 8 ans, pour vaincre ses peurs… Ces peurs qui habitent chacun de nous ou de nos enfants, irraisonnées, incomprises parfois, moquées souvent, qui peuvent paralyser et handicaper aussi bien les enfants que les adultes.

Abdul est de ceux-là, car tout le terrorise, la nuit, les bruits, l’inconnu… Sa femme est lasse de ce mari qui lui fait parfois honte lorsqu’elle entend les ragots colportés par tout le village. Avec une ancienne du village, elle décide de lui jouer un tour, pour l’aider à vaincre ses peurs. Cela ne va pas se passer comme prévu, mais chut, je n’en dis pas plus…

L’histoire alterne avec quelques illustrations qui mettent en images les scènes du conte, c’est vivant, rythmé, agréable à lire, et interroge sur les peurs, leur réalité, et nos réactions dans certaines situations.

A votre tour, découvrez et faites découvrir à vos enfants cette série de contes parus dans la collection Kilim des éditions Syros.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Syros

Une histoire pour prendre son courage à deux mains et dépasser ses peurs. 

Abdul est si peureux que le plus léger battement d’ailes d’un papillon le fait sursauter. Même les voyageurs qui viennent de loin ont entendu parler d’Abdul-le-peureux. Alors sa femme décide de tenter le tout pour le tout pour le guérir de sa frousse légendaire. Le pauvre Abdul est poussé hors de chez lui en pleine nuit… mais cette nuit-là, le redoutable géant Barzangui est de sortie !

Texte : Guylaine Kasza / Illustrations : Krzysztof Sukiennik.
8 ans – 10 ans / Date de publication : 05/09/2018 / ISBN : 9782748525809 / Prix : 6,40 €

Les poulets guerriers, Catherine Zarcate et Élodie Blandras

Quand une auteur et une illustratrice détournent un conte africain pour le plus grand bonheur des enfants, des parents et des grands-parents qui leur lisent l’histoire ou l’écoutent avec eux !

Domi_C_Lire_les_poulets_guerriers_syros

Quand les adolescents poulets veulent être les plus forts, ils partent  sur le sentier de la guerre, décorés de peintures de guerre, en véritables conquérants Masaï. Et ils laissent au village le tout petit qui pourtant, comme tous les enfants, veut suivre les grands.

Alors bien sûr tout ne se passe pas comme prévu, et les grands devront bien se rendre à l’évidence, dans la vie, on a toujours besoin d’un plus petit que soi. Dédain des plus grands pour les plus jeunes, entraide, solidarité, respect, voilà des notions à faire comprendre aux plus petits, et voilà une façon originale et poétique de le faire.

Le graphisme est très coloré, rythmé de couleurs chatoyantes, de personnages aux dimensions intéressantes qui les placent bien dans le paysage du conte,  et ce texte est comme un chant guerrier, à scander, à entonner avec les petits ! Et le CD ou le MP3 à télécharger permettent d’écouter l’histoire avec les enfants.

Domi_C_Lire_les_poulets_guerriers_syros_2

Nous sommes les poulets guerriers !
Yé, yé !!!
Nous chassons les chats !
Nous tuons les chats !
Nous mangeons les chats !
Yé !

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Syros

Un conte africain tendre et malicieux, raconté avec l’humour de Catherine Zarcate.
Pour les 5, 6 ans.
Il était une fois, dans un village, en Afrique, des poulets adolescents. Ils ont décidé de partir sur le sentier de la guerre ! Ils se sont fait des peintures de guerre, ont coiffé leur crête en crête avec du gel, ont bombé le torse et ont traversé le village en file indienne. Un petit poussin les voit et crie : « Je peux venir avec vous, s’il vous plaît ? Je peux venir avec vous ? »

Illustratrice : Élodie Balandras. Diplômée de l’école Émile Cohl en 2003, Élodie s’installe en free-lance en 2004, où elle oscille entre le graphisme et l’illustration, avec la même envie de mieux répondre à la demande et d’aller plus loin dans son dessin… La presse, l’édition jeunesse, et la publicité sont ses domaines de prédilection, essentiellement en région Rhône-Alpes où elle s’est installée, mais aussi Paris, Londres Genève et Lausanne… Chaque commande est une « excuse » de plus pour essayer un nouvel outil, papier, ou technique !

Auteur : Catherine Zarcate. Professionnelle dès 1979, Catherine ZARCATE fait partie des conteurs de la « première génération » qui ont initié le renouveau du conte en France. Improvisatrice infatigable, elle s’enrichit auprès de chanteurs et danseurs contemporains et conte des nuits entières, jamais avec les mêmes mots. Femme présente à son monde, elle crée une parole contemporaine. Sensible à la profondeur humaine, elle interroge notre relation à la nature et s’ouvre aux mythes.  Son choix essentiel : unir dans chaque récit profondeur et humour.

Date de publication : 10/08/2011 / ISBN : 9782748511093 /Prix : 9,49 €

Birthday Girl. Haruki Murakami

Une bel objet et le talent de conteur d’Haruki Murakami réunis dans cette nouvelle parution de « Birthday girl », à découvrir ou à offrir.

Domi_C_Lire_birthday_girl_haruki_murakamiPour ma première lecture de cet auteur dont on parle tant, je commence par une nouvelle « Birthday Girl » qui vient de paraitre chez Belfond, dans cette si jolie collection illustrée à la couverture cartonnée.

Le jour de son anniversaire, une jeune serveuse doit aller travailler, pour remplacer une collègue souffrante. Dans cet étrange restaurant, tous les jours à la même heure, le patron a un rituel immuable : apporter sur un chariot le même dîner au propriétaire du restaurant qui habite l’hôtel au-dessus.

Ce jour-là, il n’y a pas un mais deux malades, et la serveuse dont c’est l’anniversaire va aller à la rencontre de cet étrange vieillard qui lui demande de faire un vœu… Lequel ? Ce qui se passe ensuite, c’est ce qu’elle raconte et que je vous laisse découvrir en lisant à votre tour ce texte plutôt étrange Birthday Girl

Ici le texte de Murakami est mis en images par une artiste allemande, Kat Menschil. Dans une tonalité de rouge, rose, blanc, tout est dit en quelques traits savamment posés sur la feuille… Cela donne un charme fou à ce livre, cadeau idéal pour les fêtes, à ceux qui aiment l’auteur, les nouvelles, les surprises, et les beaux objets…  pour tous en fait !

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Belfond

Je ne vais pas vous offrir quelque chose de matériel. Mon cadeau n’aura rien à voir avec un objet de valeur. En fait, voilà ce que j’aimerais offrir à la merveilleuse fée que vous êtes, mademoiselle. Vous allez faire un vœu. Et je l’exaucerai. Quel qu’il soit. À condition que vous ayez un vœu à formuler.

Comme un songe éveillé, un de ces instants suspendus qui nous hantent encore, longtemps après, Haruki Murakami nous livre une nouvelle mélancolique, douce-amère, magnifiquement mise en image par la talentueuse illustratrice allemande Kat Menschik, pour mieux restituer l’univers hypnotique du maître.

Littérature étrangère / Traduit par Hélène MORITA / Parution le 09 novembre 2017 / 72 pages

Ronce-Rose. Eric Chevillard

« Ronce-Rose » d’Éric Chevillard, voilà un roman qui émeut, perturbe, intrigue….

DomiCLire_ronce_roseRonce-Rose raconte son histoire, elle l’écrit dans ce journal que personne ne doit lire. Elle y raconte jour après jour sa vie dans cette maison qu’elle partage avec Mâchefer, son père, et Bruce, un ami, un géant, avec qui il travaille … enfin, quand ils travaillent, le soir et les weekend, dans des stations-services, des bijouteries, des banques….
Ronce-Rose ne va pas à l’école, ne rencontre personne et reste dans cette maison où la vie coule et semble lui convenir, pourvu qu’elle ait une robe, une culotte propre et un crayon pour écrire. Jusqu’à ce matin où Mâchefer et Bruce ne reviennent pas. A partir de là, tout l’univers de Ronce-Rose bascule, car où, quand et comment les retrouver ?

Ce qui m’a le plus interpellée dans ce roman, c’est cette façon particulière qu’a l’auteur de jouer avec le langage, les mots, le sens qu’il leur donne, et surtout celui qu’il détourne, explique, revendique, l’interprétation et l’humour tellement singuliers qu’il affiche. Il en fait un univers complétement hors du temps, décalé et en même temps parfois tellement évident qu’on se demande qui de nous-même ou de Ronce-Rose ne tourne pas tout à fait rond !

Le roman, étonnant et déstabilisant, est construit autour de Ronce-Rose, une fillette – mais est-ce réellement une fillette, ou seulement mon interprétation ? Son univers est rempli de mésanges, d’une sorcière, d’un unijambiste à surveiller, mais aussi de poissons d’or et de poésie surréaliste, dans un monde un peu triste et légèrement désabusé. Roman à découvrir, qui fait réfléchir et que l’on peut interpréter chacun à sa façon.


Catalogue éditeur : éditions de Minuit

Si Ronce-Rose prend soin de cadenasser son carnet secret, ce n’est évidemment pas pour étaler au dos tout ce qu’il contient. D’après ce que nous croyons savoir, elle y raconte sa vie heureuse avec Mâchefer jusqu’au jour où, suite à des circonstances impliquant un voisin unijambiste, une sorcière, quatre mésanges et un poisson d’or, ce récit devient le journal d’une quête éperdue.

2017 / 144 pages / ISBN : 9782707343161 / 13.80 €

Le loup en slip. Lupano. Itoïz. Cauuet

Vous avez aimé « Les vieux Fourneaux ? Vous aimerez sans doute embarquer les plus petits dans l’aventure avec  « Le loup en slip » !

Domi_C_Lire_le_loup_en_slipSi comme moi vous avez déjà dévoré les  Vieux Fourneaux, alors vous avez suivi les péripéties de Sophie. Elle a monté un théâtre pour distraire les enfants. Eh bien le voilà ce spectacle, décalé, original et rempli de bon sens…

Au-dessus de la forêt, le loup pousse souvent un cri qui glace d’effroi tous les habitants de cette forêt. Et d’ailleurs, quand il descend se chercher à manger, plus personne ne traine ses guêtres par-là, on range tous les abatis, on se planque, et le commerce est florissant qui promet tous les pièges, toutes les armes et les outils pour combattre le méchant loup garou aux dents longues et acérées et au poil hirsute !

Oui, mais voilà un beau jour le loup sort de la forêt et personne ne le reconnait ! … Le loup ? Ce n’est pas lui, pas possible, personne n’a peur de cet animal là, c’est étrange. Car enfin, tout le monde le sait, une fois que le loup est … en slip, eh bien, qui a peur de lui ?

Il est surtout intéressant d’accompagner à la lecture les plus jeunes auxquels cette BD est destinée. Car bien évidement nous cherchons le sens caché sous ce loup en slip… Et si l’on pouvait transformer les choses qui font peur, leur donner un autre sens, une autre image, et pouvoir enfin vaincre ses peurs, ses phobies, ses angoisses…. Et s’il y avait également une morale à cette histoire car en fait cela en arrange bien certains que les autres aient peur, on en profite, on monte commerce, on s’agite, on marchande, on s’enrichit parfois, on accuse les autres aussi, un bouc émissaire c’est tellement facile, et cela sert les intérêts de quelques-uns au détriment de beaucoup d’autres.

Alors avouons-le, c’est trop vite lu, plutôt charmant et on aime toujours autant l’humour un peu grinçant et déjanté de cette belle équipe, Wilfrid Lupano et Paul Cauuet, secondés ici par Mayana Itoïz.

Retrouvez Les vieux Fourneaux

 


Catalogue éditeur : Dargaud

Le loup terrorise la forêt et ses habitants qui vivent continuellement dans la peur de se faire croquer les fesses. Jusqu’au jour où le loup descend dans la forêt… Méconnaissable ! Le loup ne fait plus peur du tout, il n’a plus le regard fou ni les poils dressés ! Mais comment vivre sans la peur, quand la peur est devenue l’unique moteur ?

36 pages / Format : 225×298 / EAN : 9782505067207