Cent millions d’années et un jour, Jean-Baptiste Andrea

Pour accomplir ses rêves d’enfant, partir à la découverte d’un dragon de tonnerre et de foudre. Cent millions d’années et un jour, de Jean-Baptiste Andrea, un magnifique roman sur la recherche de soi

« Mais lequel est le vrai ?…. Qui de nous deux rêve l’autre »

Stan sera paléontologue. Paléonto quoi ? Paléontologue. Il n’a jamais voulu prendre la suite du Commandant, son père exploitant agricole à la figure autoritaire et violente, d’autant que sa mère a fui cette vie qui lui correspondait trop peu, morte si jeune, elle était la seule qui croyait en son fils et en ses rêves. Tout jeune déjà, il débusquait les fossiles aux abords de la maison, puis de plus en plus loin, au grand dam de son père qui voulait lui imposer un avenir sans jamais laisser le champ libre à ses rêves de gosse.

En 1954, Stan est paléontologue. Cette année-là, il quitte tout pour partir au pied d’un glacier où il espère trouver le squelette que tout bon scientifique rêve de débusquer un jour, le chainon manquant dans la litanie déjà très longue des découvertes extraordinaires.

Il entame la montée avec deux scientifiques, Umberto qui fut longtemps son assistant, et Peter, et Gio le guide qui va les mener jusqu’au glacier situé entre Mercantour et Argentera, à la frontière entre la France et l’Italie. Là, ils installent leur campement pour plusieurs semaines, et partent à la recherche du dragon.

Cette recherche d’un squelette vieux de quelques centaines de millions d’années est surtout l’occasion du huis-clos qui implique un retour sur la vie, l’amitié, l’espoir et les déceptions, sur une carrière pas toujours satisfaisante de scientifique, sur l’absence de ce qui fait une vie bien remplie, amours, amis, famille, enfants, réussite et honneurs. Moments d’introspection pour chacun d’entre eux, de retour vers l’enfance, vers leurs vies, leurs désirs, vers les failles qui les ont construits

Fait de nombreux retours arrière qui font entrer le lecteur dans l’âme de Stan, ses rêves et ses espoirs, Cent millions d’années et un jour nous happe et nous entraine loin, au cœur de l’âme humaine, de ses regrets, ses attentes, ses duperies, ses espoirs et ses croyances, et fait émerger le fils d’une mère silencieuse et absente, mais dont les mots marquent toute une vie.

Ce roman est émouvant, touchant, intime et violent. Nourri de désillusions, de chagrins d’enfance et de rêve absolus. Il y a dans ces mots toute la force et la violence des sentiments entre ces hommes qui se cherchent à travers leur quête, qui s’épient, se font confiance ou se défient, espèrent et désespèrent tout autant. Il y a beaucoup d’émotion, une grande poésie aussi, quelques pointes d’humour, mais surtout les chagrins d’une vie, la souffrance et les désillusions de l’enfance, les espoirs et les attentes, tellement émouvants. Un roman qui nous dit de le chercher, ce dragon qui peuple nos rêves, sans plus attendre. Et en fond, un magnifique hymne à la montagne, belle et sombre, violente et sauvage, qui reprend parfois ce qu’elle donne.

J’avais déjà aimé Ma Reine, le premier roman de Jean-Baptiste Andréa, je suis totalement séduite par celui-ci… Un auteur à suivre absolument.

Roman lu dans le cadre de ma participation aux 68 premières fois

Catalogue éditeur : L’iconoclaste

Une expédition paléontologique en pleine montagne où chaque pas nous rapproche du rêve et de la folie. Après le succès de « Ma reine », un deuxième roman à couper le souffle.

1954. C’est dans un village perdu entre la France et l’Italie que Stan, paléontologue en fin de carrière, convoque Umberto et Peter, deux autres scientifiques. Car Stan a un projet. Ou plutôt un rêve. De ceux, obsédants, qu’on ne peut ignorer. Il prend la forme, improbable, d’un squelette. Apato- saure ? Brontosaure ? Il ne sait pas vraiment. Mais le monstre dort forcément quelque part là-haut, dans la glace. S’il le découvre, ce sera enfin la gloire, il en est convaincu. Alors l’ascension commence. Mais le froid, l’altitude, la solitude, se resserrent comme un étau. Et entraînent l’équipée là où nul n’aurait pensé aller.
De sa plume cinématographique et poétique, Jean-Baptiste Andrea signe un roman à couper le souffle, porté par ces folies qui nous hantent.

Jean-Baptiste Andrea est né en 1971. Il est réalisateur et scénariste.

Format 135×185 mm / Prix : 18 euros / Pages 320 / ISBN : 9782378800765

Le garçon. Marcus Malte

« Le garçon », voilà un livre étrange et poétique qui cristallise l’intérêt du lecteur autour de ce garçon sans nom et sans paroles, pour une belle aventure romanesque de près de 540 pages.

domi_c_lire_le_garconLa vie du garçon, ou du moins ce que le lecteur en connaitra, se déroule de 1908 à 1938. Courte vie mais tellement remplie. En 1908, le garçon apparait seul dans des territoires isolés, sa mère vient de mourir, il quitte alors cet espace de vie qui était le leur pour partir explorer le monde. A cet âge-là, on l’imagine adolescent, il s’arrête dans un village qui va l’adopter partiellement car, ne communiquant pas, il intrigue et inquiète. Et on le sait, tout ce que l’on ne connait pas fait peur. Dans ce village, il découvre les autres, hommes, femme, enfants, et accepte tout, même de se laisser exploiter par ceux qui profitent de sa candeur, de sa naïveté, et de sa force, jusqu’au jour où il fuit vers d’autres contrées. Puis il rencontre Brabek l’ogre des Carpates, un personnage extravagant qui sous des abords repoussants et malgré une vie de lutteur de foire, est un véritable philosophe qui lui apprend beaucoup sur la vie. Enfin, il rencontre Emma et son père et découvre la douceur de vivre, la musique et surtout l’amour, absolu, charnel, fou. Jusqu’au jour où il embarque pour la guerre, la grande guerre, celle où « On lave son linge sale : dix-neuf millions de morts », l’horreur et le carnage des tranchées, celle dont personne ne revient intact.

Les descriptions, l’observation des autres, de la nature, des sentiments, non exprimés mais ressentis au plus profond par le garçon sont merveilleusement décrits par l’auteur qui a un grand talent de conteur et un regard à la fois humain et critique ponctué de quelques pointes d’humour. Descriptions magiques du garçon qui exprime par ses gestes ce qu’il ne peut pas dire avec des mots. Comme lors des premières scènes de lecture avec Emma où le garçon « s’imprègne des senteurs d’encre et de papier, et peut-être qui sait, du parfum même des mots », ceux qu’il entend, mais ne sait, ne veut, ne peut ni lire, ni dire. Questionnements de l’auteur sur l’amour, la guerre, mais également sur le choix d’une éducation, celle qui façonne les hommes et qui est une expression de leur liberté ou au contraire la cage dans laquelle on les enferme ?

Si parfois j’ai trouvé quelques longueurs, j’ai malgré tout été tout à fait captivée par ce parcours d’un personnage hors norme, qui toujours sans parole exprime tous les sentiments, amours, chagrin, désespoir, peur, courage, solitude et abandon, et nous plonge au plus profond de l’âme.

Citations :

« Eugénie Janicot n’aime guère son prochain mais elle aime Dieu, ce qui n’est pas incompatible semble-t-il et même plus répandu qu’on ne pourrait le penser. »

« De toute façon, dit-elle, nous ne pouvons pas continuer à ne pas le nommer. C’est nier son existence même – car ce qui n’a pas de nom existe-t-il réellement ? Et puis Félix lui sied à merveille. »

« -Sinon une existence avérée quelle différence entre Dieu et Guillaume II ? Lance Blumenfeld. Entre Dieu et Napoléon ? Entre Dieu et Attila ? Pour l’un comme pour les autres il y a toujours des milliers, des millions de victimes, et ceci dans le seul but de répandre leur gloire, d’assoir leur toute puissance et assurer leur hégémonie.

-Pas Dieu, mon vieux, réplique le caporal. Il ne s’agit pas de Lui mais seulement de ceux qui se prétendent Ses représentants. Des usurpateurs. Ceux qui parlent en Son nom et ne font en réalité que détourner Sa parole. Tu confonds le général avec son estafette, Blum. »

 #rl2016


Catalogue éditeur : Zulma

Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin – d’instinct. Lire la suite

14 x 21 cm / 544 pages / ISBN 978-2-84304-760-2 / 23,50 € / Paru le 18/08/16

Les vies multiples de Jeremiah Reynolds. Christian Garcin

Étrange livre que « Les vies multiples de Jeremiah Reynolds » de Christian Garcin . Un reportage qui se laisse lire comme un excellent roman.

https://i2.wp.com/static1.lecteurs.com/files/books-covers/895/9782234078895_1_75.jpgPerturbée au début par la profusion d’anecdotes historiques, j’ai finalement dévoré ce récit sur la vie d’un aventurier hors normes.

Quelle vie ! Dans les années 1810 aux États Unis, Jeremiah Reynolds rencontre John Cleves Symmes Jr et embrasse en partie ses théories sur une terre creuse depuis les pôles, territoires jusqu’alors inexplorés. Les États Unis sont en guerre, au même moment Napoléon bat en retraite en Russie, Victor Hugo écrit ses plus grandes œuvres, Halley avance une théorie confirmée aujourd’hui sur une comète nommée depuis comète de Halley. Quelle époque de découvertes où l’on cherche encore un passage vers des mondes fabuleux !
Jeremiah Reynolds fera de nombreuses conférences, ira jusqu’en Antarctique, manque mourir dans ces contrées hostiles inconnues, ira côtoyer les indiens Mapuches aux confins du Chili, partira à la recherche du mythique grand cachalot blanc (inspirant Herman Melville et son Moby Dick …) rencontrera Edgar Allan Poe. Une vie de roman à une époque où tout semble encore possible. Jeremiah Reynolds a vécu une enfance compliquée, mais c’est un homme qui se prend très rapidement en main, il a des terres à découvrir, des théories à prouver, un nouveau monde s’ouvre à lui.

J’ai vraiment aimé ce roman, qui m’a un peu rebutée sur ses premières pages, mais qui entraine rapidement le lecteur à la suite des aventures de cet intrépide marin, aventurier, explorateur, avocat, écrivain aussi, qui vit plusieurs vies en une et dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. Une belle aventure, une belle écriture qui ne lasse pas son lecteur et qui au contraire l’emporte dans le sillage des aventuriers, une jolie réussite.

domiclire_POL2016 Sélection 2016 du Prix Orange du livre


Catalogue éditeur : Stock
Étonnant et fulgurant destin que celui de Jeremiah Reynolds : après avoir probablement été le premier homme à poser le pied sur le continent antarctique en 1829 et avoir fait de cette expédition un récit qui influença Edgar Allan Poe pour ses Aventures d’Arthur Gordon Pym, il devint colonel pendant la guerre civile chilienne, chef militaire des armées mapuches, avocat à New York, effectua un demi-tour du monde, et écrivit un récit de chasse au cachalot blanc qui fut peut-être à la source d’un des romans les plus lus et les plus commentés de la littérature américaine et mondiale.

Collection : La Bleue / Parution : 06/01/2016 / 160 pages / Format : 135 x 215 mm / EAN : 9782234078895 / Prix: 17.00 €