Sol. Raluca Antonescu

Sol, c’est un retour vers les origines à travers l’histoire d’un exil forcé, c’est  également l’histoire de l’auteur, Raluca Antonescu.

Domi_C_Lire_sol.jpgLa politique menée en Roumanie par Ceausescu et ses conséquences sur la vie de nombreuses familles m’intéresse toujours. Aussi ai-je immédiatement été tentée par la lecture de Sol, le roman de Raluca Antonescu, dont les parents ont fui ce pays pour s’installer en Suisse, contraints de laisser leurs enfants en Roumanie, Raluca ne les rejoindra qu’à l’âge de quatre ans.

Années 1979/1980, Ion est attaqué par une abeille qui, incroyable malchance, va rentrer dans sa narine, s’y loger, s’affoler, le piquer sans vergogne. Épisode, ou anecdote, pour le moins banal, mais qui va voir s’enchainer une multitude d’autres événements qui vont bouleverser irrémédiablement la vie de sa famille. Une théorie des dominos qui serait synonyme de malchance en série en quelque sorte.

Car à partir de ce jour, Ion n’est plus le même, il vocifère et lance des insultes à l’encontre du pouvoir, des communistes, du dictateur tout puissant. Comme si la piqure avait libéré cette parole qui se doit d’être tue, ses mots qu’il faut garder au plus profond de soi. Car dans la Roumanie de Ceausescu, la parole n’est pas libre et la peur étend son manteau de silence, de délation, dans les villes et les villages. Les voisins, la famille, craignent le pire, jusqu’au jour où les hommes du village tabassent Ion, pour tenter de le calmer, par crainte de représailles à leur encontre. Puis il est arrêté et enfermé. Sa fille Elena, ses petites filles Dina et Alina, sa femme Ibolya, la grand-mère pourtant maitresse-femme de cette famille, et même Viorel Cioban, le gendre, craignent également pour leur propre liberté.

La décision est prise, les filles vont profiter de l’unique autorisation  de quitter à deux le pays,  exceptionnellement accordée à Alina championne nationale de tir, et à Dina. Les filles partiront seules sans espoir de retour. Elles s’installeront, jeunes adolescentes, en Suisse. Les années ont passé, on découvre Johan, le fils d’Alina, élevé par Dina. Il refuse de connaître ses origines, d’écouter les souvenirs et les regrets de cette tante qui l’a élevé à la mort de ses parents. Mais on le comprend, son cheminement vers la racine de l’oubli, vers ses propres racines, est pourtant l’élément indispensable qui lui permettra de continuer son parcours vers l’équilibre et la lumière.

Difficile chemin vers une liberté qui coûte si cher : l’abandon de ses racines, de sa famille, parents, grands-parents, souvenirs, il faut partir sans aucun bagage de quelque sorte que ce soit, pour se créer ailleurs une vie nouvelle. L’auteur utilise de façon très imagée la métaphore du sol – sable, argile, calcaire, humus –  et donc de ses différentes strates toutes si différentes et pourtant toutes indispensables à la survie de chacun, pour montrer que ces strates sont aussi la famille, la vie, la mémoire et l’avenir, celui dont on rêve et celui que l’on vit.

Autre point particulièrement intéressant et qui transpire dans chaque partie du roman, la dureté de la vie quotidienne sous la dictature, la misère et les privations, le manque de liberté, criant, paralysant. Jusqu’à l’envie de produits de base, du beurre, de la farine, dont le besoin tellement criant peut parfois entrainer la délation.

Enfin, les informations sur les orphelinats, sur cette politique de natalité à outrance, et d’abandon forcé des bébés dans les orphelinats où ils étaient maltraités, souvent victimes de malnutrition et de violence, et qui a entrainé un trafic d’enfants et l’adoption de ces milliers d’orphelins à l’étranger.

Sol est un très beau roman, même s’il y règne parfois une grande tristesse, faite de violence et de mutisme, y compris entre les membres d’une même famille, qui nous montre que les années de silence laissent des traces jusque sur les générations futures.


Catalogue éditeur : La baconnière

En pleine Roumanie de Ceausescu, deux jeunes adolescentes sont forcées par leurs parents à fuir leur pays et leur famille. La plus jeune sœur a intégré l’équipe junior roumaine de tir et elles sont exceptionnellement autorisées à se rendre en Suisse disputer un tournois international. Elles ne rentreront pas. L’intégration de chacune de ces deux femmes à leur nouvelle vie se fera de façon totalement divergente.
Ce roman se penche surtout sur la deuxième génération d’immigrés et sur la très délicate question du rapport à leurs familles et à leurs origines. Raluca Antonescu va tout mettre en œuvre pour créer un sol, couche par couche, du calcaire à l’humus, à son personnage principal, Johan, fils de la tireuse d’élite, morte dans un accident.
C’est un roman familial de lecture aisée qui gagne en profondeur par le point de vue artistique et non littéraire de départ. Venant des Beaux-arts, Raluca Antonescu utilise souvent les matières comme point de départ d’une scène.
Elle excelle ensuite dans le rendu des descriptions et des dialogues. Ses personnages sont attachants, finement construits et évolutifs.

Date de parution : 17/08/2017 / Éditeur : La Baconnière / EAN : 9782940431717

 

Publicités

Guérilla Social Club. Marc Fernandez

Vous avez aimé « Mala Vida » ? Alors vous aimerez aussi « Guérilla Social club », le dernier roman de Marc Fernandez qui vous embarque de Madrid à Buenos-Aire au rythme de l’Histoire.

DomiCLire_guerilla_social_clubCe que j’aime chez Marc Fernandez, c’est l’âme hispanique qui se dégage de ses romans. On sent l’amour et la connaissance de pays qu’il n’habite pas et cependant qu’il distille par touches subtiles, qu’il n’impose pas à son lecteur, mais qui donnent une envergure à ses romans.

Dans Guérilla Social Club, nous retrouvons avec plaisir – même si finalement il s’est passé un peu de temps depuis le premier opus – les personnages principaux de Mala vida. Isabel s’est installée en Argentine, Diego est journaliste à Madrid, la relation qui aurait dû évoluer entre eux est au point mort… (pour comprendre pourquoi il convient de se replonger dans Mala Vida, je n’en dirais donc rien). Il anime une émission de radio où il aime évoquer des enquêtes récentes. Son ami Carlos, le patron du Casa  Pépé est enlevé. Des disparitions inquiétantes ont lieu simultanément  dans plusieurs pays d’Amérique latine, puis ces individus, tous apparemment d’anciens guérilleros,  sont retrouvés morts, torturés. Les faits s’accumulent mais l’enquête piétine, toute l’équipe se met en action pour tenter d’élucider ces événements. Isabel et Léa en Argentine, Diégo et ses indics à Madrid, Ana va même repartir dans ce pays qu’elle a fui pendant la dictature…. Les jours sombres menacent de recommencer, des enlèvements, des attentats, vont se multiplier, rendant la résolution de l’enquête difficile tant elle parait invraisemblable.

Après un premier roman (Mala vida) qui dévoilait le scandale des bébés volés pendant le franquisme, Marc Fernandez évoque ici les dictatures d’Amérique latine, du Chili à l’Argentine des années 70/80 et de l’opération Condor. Caryl Férey nous avait éveillé à l’opération Condor, avec son roman éponyme paru en 2016. Marc Fernandez y revient lui aussi, quarante ans après. Il nous entraine, et même si nous avions largement oublié cette époque, malgré par exemple les revendications toujours actuelles des Mères de la place de Mai – des années après elles cherchent toujours les fils ou les maris disparus – les références nous replongent dans le passé sans nous donner l’impression d’être un peu ignorants.

C’est habilement mené, porté par une intrigue puissante, complexe, qui mêle le présent au passé et à l’Histoire, celle avec un grand H. L’écriture est directe, rythmée, efficace, au style journalistique évident, qui emporte et tient le lecteur en haleine, et il s’interroge, il s’émeut. Et de se dire, une fois encore, que peut-être tout n’est pas terminé, que le mal peut ressurgir, que les dictatures abolies ne sont pas forcément anéanties et que la soif de puissance peut éveiller les sentiments et les désirs des plus nocifs. Alors je ne sais pas vous, mais moi, j’attends déjà le prochain roman !


Catalogue éditeur : Préludes éditions

Deux hommes disparaissent à Madrid. Un autre à Paris et une femme à Buenos Aires. Chaque fois, le même scénario : les victimes sont enlevées et leur cadavre retrouvé mutilé. Toutes ont aussi un passé commun : leur combat contre les dictatures d’Amérique latine dans les années 1970 et 1980.
Parmi ces disparus figure l’un des amis du journaliste madrilène Diego Martín. Il décide de se pencher sur cette affaire pour son émission de radio, aidé par la détective Ana Durán, sa complice de toujours, et par l’avocate Isabel Ferrer.
Une enquête de tous les dangers qui va les mener de l’Espagne à l’Argentine en passant par le Chili, et les obliger à se confronter aux fantômes de l’Histoire. Lire la suite…

Parution : 08/03/2017 / Format : 130 x 200 mm / Nombre de pages : 288 / EAN : 9782253107859

Rencontre avec Hisham Matar « La terre qui les sépare »

Retour sur la rencontre en janvier, chez Gallimard, avec Hisham Matar auteur de « La terre qui les sépare ».

domiclire_hisham_matar_rencontre_gallimardIl y avait beaucoup de lecteurs attentifs pour rencontrer l’auteur de ce livre passionnant et bouleversant. Passionnant  par les situations qu’il évoque, bouleversant quand il parle de la disparition d’un père, intellectuel subversif aux yeux du dictateur, qui disparait dans les geôles de Kadhafi, et dont la famille ne saura jamais ce qu’il est devenu.
La terre qui les sépare  n’est pas un roman et pourtant il se lit comme un roman. On vit avec l’auteur, au rythme des terreurs, des recherches, des absences, du silence et de la peur. On est porté par une écriture fluide et évocatrice, et d’ailleurs il faut féliciter la traductrice qui a su rendre ce livre émouvant et vivant, sans doute autant que dans la langue d’origine.

Et le lecteur de découvrir aussi les prisons , celle d’Abou Salim en particulier, les exécutions, la peur,  l’absence, le doute, l’espoir, les lacunes de l’éducation, le silence des intellectuel pour ne pas être arrêtés, la toute-puissance d’une famille de despotes qui n’hésite pas à exécuter le moindre opposant où qu’il se trouve partout dans le monde, et la tourmente de la révolution, celle qui met à terre le pouvoir en place, mais qui peine tant à faire émerger un régime stable. La terre qui les sépare est un récit indispensable pour mieux comprendre le silence, la corruption, la terreur, la mort. Et mieux appréhender e temps qu’il faut pour renaître de ses cendres, quand on a vécu si longtemps sous une telle chape de plomb, celle de la dictature.

Lors de la rencontre, à la question sur la genèse de ce livre, l’auteur nous explique que ce livre est né d’un article dans le NewYorker.
domiclire_hisham_matarIl avait décidé d’écrire un livre personnel et calme, mais en même temps destiné au public, à une période tout sauf tranquille puisque c’était au moment du printemps Arabe. L’auteur est alors submergé par tout ce qu’il se passe autour de lui, il se pose cette question « comment est-il possible d’écrire ? ».

A cette époque, et après 33 ans, il lui est enfin possible de revenir en Lybie pendant un mois. Il décide alors de faire ce voyage dans les ruines du passé avec sa femme et sa mère, ce qui,  comme il dit avec beaucoup d’humour, est peut-être le plus mauvais choix pour la tranquillité ! Mais il a enfin la possibilité de se replonger, de se regrouper avec sa famille, de voir et d’envisager à la fois les paysages et les Hommes, la famille, mais surtout d’évoquer le sort de son père. Il est alors submergé par ce qui l’entoure et ne sait plus vraiment par où commencer. Pour combattre l’émotion, il rédige un journal quotidien. A retour, il arrête d’écrire pendant trois mois, même pas une seule lettre, et en vient même à se demander s’il est arrivé à la fin de son métier d’écrivain et de sa relation à l’écriture. Et un jour, alors qu’il allait voir un ami, il prend ce journal qu’il avait écrit pendant son séjour en Lybie et le lit comme s’il était écrit par un étranger. C’est le déclic, comme s’il avait fallu imaginer une distance, un espace, entre ses propres mots et lui-même pour retrouver l’enthousiasme d’écrire.

Pourquoi écrire sur ça justement ? Pas par intérêt pour sa propre famille, mais plutôt parce que ce qu’il a vécu pointe vers quelque chose d’essentiel dans la condition humaine. Alors il a écrit, un article, de 5000 mots, puis l’éditeur en a demandé plus, puis plus, et c’est devenu ce livre, qu’il a ressenti tout au fond de lui comme indispensable.

Ce texte-là est-il différent du journal ? En fait, les deux premières lignes sont celles du journal, puis Hisham Matar s’est interrogé sur ce que devait être son livre, et celui-ci s’est imposé peu à peu, a pris son rythme, le journal n’était plus qu’un pense bête, qui fournissait un nom, un lieu, un détail.

Et l’auteur nous explique que même s’il a été élevé par de femmes, entouré de femmes puisque les hommes étaient en prison, l’amour que son père portait à la littérature est pour une grande part dans son éducation, dans son goût pour l’écriture. Car la littérature a cette capacité à faire que le lointain devienne intime, et lire, c’est être, devenir autre.

Alors, est-il difficile d’écrire sans le masque de la fiction ? Il aime rester discret sur sa vie privée, et pourtant il est resté le plus fidèle possible à son histoire familiale, mais c’est une histoire pleine de trous, et que fait-t-on de tous ces manques ? Il y a cependant des témoignages, des dates, la Lybie a souffert de façon extraordinaire du colonialisme italien, puis de la nature traumatisante de l’époque Kadhafi, dans le silence et l’horreur, il y avait un silence absolu sur tout, sur les exécutions publiques par exemple. En Lybie, il y avait un poids, une quantité de silence, sur le récit historique, les témoignages des faits, tout ce que vous écriviez était contesté, c’était très risqué. Quand on lui demande s’il a subit des pressions, l’auteur nous dit que non, pas maintenant, et d’ailleurs se demande-t-il, ont-ils seulement lu son récit?

Depuis et grâce à l’article du NewYorker, les gens ont envie de parler, car le fardeau est trop important à porter, il y a trop de fantômes. Peut-on être optimiste pour l’avenir ? Il faut d’abord comprendre ce qu’il s’est passé, et qui est le résultat de 40 ans à vivre sous la situation désastreuse qu’était la dictature. Et de cette malédiction qu’est ce flot infini de pétrole qui fait que d’autres pays deviennent des parasites de la Lybie, ce qui alourdi la situation. Mais l’enthousiasme et l’espoir est là chez les jeunes.

Pourtant, si ce livre traite énormément de la situation politique de la Lybie, le père et surtout l’absence du père est au centre, fil conducteur de ce récit. Car le père est avant tout le fil qui rattache à son propre passé, à soi-même, etc. Si Hisham Matar est très intéressé par tout ce qui le préoccupe et qui pose problème, il n’est pas forcément intéressé par la résolution du problème. Il est en quelques sorte d’avantage  passionné par le chemin qui mène à la résolution que par l’issue elle-même. Aussi lorsqu’il s’est demandé quelle serait la manière la plus authentique de rendre compte de son expérience il a pensé à écrire le livre qu’il aurait lui-même envie de lire, ensuite il a fait confiance au pouvoir de l’écriture car il sait que chacun va trouver ce qu’il cherche dans un livre.

Ma chronique du roman est à lire ici
Retrouvez également la chronique de Nicole, du blog Motspourmots et celle de Pierre, du blog Sans connivence

Condor. Caryl Férey

Condor, le dernier roman de Caryl Férey nous entraine de Santiago au désert d’Atacama, des quartiers pauvres aux terres riches, mais avant tout dans l’histoire du chili, et c’est passionnant !

DomiCLire_condor.jpgPour une première fois, quelle aventure ! Je n’avais encore jamais lu de roman de Caryl Férey, voilà qui est fait et surtout qui me donne envie de me plonger dans ses autres opus.

Condor, ça commence par une enquête qui nous mène des bas-fonds de Santiago au désert d’Atacama au Chili. Dans cette banlieue pauvre et abandonnée du pouvoir en place, en une semaine, quatre jeunes meurent de façon confuse, arrêt cardiaque, overdose, les parents s’interrogent, mais la police bâcle l’enquête, ces vies-là valent trop peu pour s’en préoccuper.
Condor, c’est un univers d’où émergent des Justes. Gabriela, indienne mapuche, vidéaste, elle filme tout ce qu’elle voit, veut comprendre et faire éclater la vérité, pour qu’enfin on prenne en considération ces pauvres oubliés du pouvoir en place. Estéban, avocat pourfendeur des causes perdues, fils d’une famille dont la richesse est à ses yeux illégitime car issue des sombres années, est prêt à aider pour faire éclater la vérité. Tout oppose ces deux personnages que tout va rapprocher dans une enquête sombre et violente qui les entraine dans les coulisses de l’histoire de leur pays.
Condor, c’est un plan élaboré sous les années Pinochet – là je ne vous en dis pas plus- c’est surtout une évocation qui va des années noires d’Allende aux années de plomb de Pinochet, de la répression sanglante aux balbutiements d’une démocratie qui ne s’applique pas encore à tous. Un très bon polar, qui m’a vraiment transportée dans un univers de violence et de compromissions, sur fond de CIA interventionniste, de différence de classe exacerbée par l’histoire, dans un pays où les indiens Mapuche sont chassés de ces territoires riches en terres rares et sources de convoitises multiples, bercé de prières chamaniques et de quelques verres de Pisco Sour. On y croise avec émotion Pablo Neruda et Victor Jara, emblématiques personnalités de l’Histoire récente du Chili.

Caryl Férey est un auteur qui met la barre haut, en abordant des sujets politiques, avec lui le polar se fait historique, social, violent, pour écrire il faut de l’ambition et le lecteur apprécie le résultat. L’auteur connait bien ce pays et cela se sent dans ces lignes, dans les ambiances, au détour d’un village, d’un paysage désertique où l’on va suivre Gabriela et Estéban, au fond d’un bar, un verre à la main… Allez, j’ai bien envie d’aller le goûter ce Pisco Sour, pas vous ?

Pour compléter la lecture de Condor, vous pouvez aller voir la Conversation privilégiée d’Antony avec Caryl Férey sur lecteurs.com et la chronique d’Antony sur son blog.


Catalogue éditeur : Gallimard

DomiClire-Caryl_Ferey
Avec Caryl Férey, remise prix du meilleur polar des lecteurs de Points

Condor, c’est une plongée dans l’histoire du Chili. De la dictature répressive des années 1970 au retour d’une démocratie plombée par l’héritage politique et économique de Pinochet. Les démons chiliens ne semblent pas près de quitter la scène…
Condor, c’est surtout une histoire d’amour entre Gabriela, jeune vidéaste mapuche habitée par la mystique de son peuple, et Esteban, avocat spécialisé dans les causes perdues, qui porte comme une croix d’être le fils d’une grande famille à la fortune controversée…

416 pages, sous couverture illustrée, 155 x 225 mm / Genre : Romans et récits / Sous-genre : policiers Catégorie > Sous-catégorie : Policiers > Thrillers / Époque : XXIe siècle / ISBN : 9782070143528

La femme au colt 45. Marie Redonnet

« La femme au colt 45 » est un court roman d’à peine 110 pages, dont la superbe couverture au graphisme intéressant et poétique donne envie de tourner les pages pour savoir ce qui s’y cache.

couverture du livre La Femme au colt 45Nous faisons immédiatement connaissance avec Lora. Elle vit en Azirie, pays tombé sous la dictature, et qu’elle doit fuir impérativement le plus rapidement possible, son mari ayant déjà été arrêté par le nouveau pouvoir en place. Elle est comédienne, à priori peu apte  à s’enfuir et traverser des terrains peu engageants pour atteindre le pays voisin, la Santarie. Mais gagner la liberté et la vie sauve, cela n’a pas de prix, elle y parviendra, déjouant plus ou moins bien les pièges, les agressions commises de tous temps par les hommes qui profitent de la faiblesse apparente ou temporaire des femmes, pour se retrouver, s’affirmer, se libérer des oppressions quelles qu’elles soient.

Liberté gagnée par la force de ce colt 45, ce fil conducteur du récit, qu’elle cache sur elle et qui provisoirement au moins, va la protéger. Il lui vient de son père, seul lien vers le passé, elle qui part vers d’autres horizons pour y trouver une vie nouvelle et avant tout cette liberté chèrement gagnée. Car pour partir il faut quitter son mari et son fils, et la liberté se fera au prix d’une émancipation gagnée de haute lutte contre ces hommes qui s’affirment indispensables. Les pages se tournent vite, un peu trop court peut être, on se croirait dans le scénario d’une pièce de théâtre, où l‘actrice déclame son texte, et une voix off situe les scènes, donnant au roman un côté un peu décalé et surprenant.


Catalogue éditeur

L’Azirie est tombé sous le joug d’une dictature. Lora Sander décide de fuir le pays. Sa vie de comédienne est devenue impossible. Elle prend le chemin de l’exil et rejoint l’Etat limitrophe de Santarie, munie de son colt 45.
Il avait très envie de venir visiter ma cabine à bord de l’Arche de Noé. Je lui ai répondu que pour moi les jeudis soirs c’était fini. Plutôt me passer d’un homme que d’être sous son emprise. Il ne suffit pas que j’aie vendu mon colt. Même absent, comme la jambe d’un amputé, il continue de me faire mal. »
Roman / 112 pages / 9782370550750 / Prix: 15,00 € / Parution: 7 janvier 2016